Bolsonaro devra-t-il choisir entre la vente du boeuf halal brésilien et l’ambassade à Jérusalem ?


Bolsonaro devra-t-il choisir entre la vente du boeuf halal brésilien et l’ambassade à Jérusalem ?

Ce qui se passe au Brésil est passionnant. Et montre les limites de la mondialisation… La perspective de gagner ou perdre des marchés faisant disparaître l’éthique, la liberté de penser, de choisir….

Bolsonaro a annoncé, tout de suite après son élection, qu’il transfèrerait l’ambassade brésilienne à Jérusalem, dans les pas de Trump. Mais il se trouve qu’il est le premier exportateur mondial de viande halal…et que les pays musulmans, ces modèles de tolérance et d’ouverture, pourraient bien lui faire payer son engagement pro-israélien.

En 2017, le Brésil a exporté 5,06 milliards de dollars de viande bovine, dont 983 millions (19,4%) vers 17 pays arabes. Dans le top dix figurent l’Égypte (4e), l’Arabie Saoudite (7e) et les Émirats Arabes (10e).

Les exportations de viande de volaille ont totalisé 6,58 milliards de dollars, dont 2,67 milliards USD (40%) vers 20 pays arabes. Ses principaux clients sont l’Arabie Saoudite (1ère), les Émirats Arabes (4e), l’Égypte (7e), l’Irak (9e) et le Koweït (10e).

Autant dire la préoccupation qu’a causée parmi les éleveurs la possible fermeture de ces marchés, en représailles à l’éventuel transfert de l’ambassade brésilienne en Israël à Jérusalem.

https://www.24heures.ch/monde/La-viande-halal-a-l-epreuve-de-Bolsonaro/story/16771522

Aussitôt, donc, les producteurs de boeuf ont tiré la sonnette d’alarme. Et si les pays musulmans refusaient d’acheter ses boeufs au Brésil ? ( Remarque de Béotienne : je me demande bien à qui ils pourraient acheter, d’ailleurs) ? Ce serait une sacrée perte, effectivement, dans une économie fragile…

Pour le moment, Bolsononaro gagne du temps

«Comme nous l’avons déjà annoncé, nous avons l’intention de transférer l’ambassade du Brésil de Tel-Aviv à Jérusalem», a confirmé Jair Bolsonaro sur Twitter le 2 novembre. «Israël est un État souverain et nous devons respecter cela pleinement», a-t-il ajouté.

La semaine dernière, Bolsonaro a dit que le transfert de l’ambassade n’était «pas encore décidé». Des déclarations qui ont paru marquer un rétropédalage. Mais il a ensuite laissé la délicate question en suspens.

Bref, un vrai cas de conscience pour un chef d’Etat nouvellement élu qui a besoin et d’asseoir sa crédibilité et d’assurer une économie qui tourne…

En tout cas, s’il y a bien une leçon à tirer de l’affaire, c’est le danger qu’il y a à dépendre des pays musulmans, rapides à imposer leurs choix religieux et sociétaux par le chantage aux émeutes, au terrorisme, au pétrole, aux achats…

Macron a beau dégueuler sur les nationalistes, la seule façon d’échapper au pouvoir des pays musulmans c’est bien de les laisser en-dehors et de commercer entre gens civilisés…

Je dis ça, je dis rien. Je sais bien que ce n’est pas le sens du vent…

Mais on peut toujours espérer, non ?

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


6 thoughts on “Bolsonaro devra-t-il choisir entre la vente du boeuf halal brésilien et l’ambassade à Jérusalem ?

  1. Christian

    Halal mon œil, nous savons bien que si tous les animaux consommés par les musulmans étaient « tués » selon le rite halal, il faudrait embaucher 100 fois plus de personnel « habilité » donc musulmans dans les abattoirs….Halal dans les abatoirs c’est égorger des animaux sans les étourdir et les dépecer « encore » vivants pour gagner en productivité et en argent. En france, si j’étais Vegan ou association anti viande, je lutterais plutôt pour réformer la loi qui dit que les animaux d’abattoirs doivent être étourdis sauf « pour raison religieuse » Sic Bref on nous prend pour des cons une fois de plus.

  2. SarisseSarisse

    Il est vrai que le pourcentage de musulmans au Brésil est faible ce qui lui donne de la marge espérons qu’il ne cédera pas.

  3. Asher Cohen

    Pour jouer comme Trump, il faut être une puissance qui impose ses intérêts aux autres sans discussion. Causes toujours, tu m’intéresses! La question est donc de savoir si le Brésil est réellement une puissance, ou la dernière prostituée de la rue qui vend sa viande au plus offrant et est troublée par le moindre pet arabe? Est-ce que Bolsonaro veut en faire un grand pays ou non? N’hésitez-pas à répondre!

  4. miguel

    Bolsonaro vient d’apprendre sa première leçon de politique internationale: quand on parle d’Israel il faut peser ses mots au trébuchet.

  5. cynocéphale

    Non! quand Bolso parle de l’immigration, il le fait par le biais des incompatibilités culturelles et aussi du profil des migrants…pour lui impossible de concilier la culture des nord af et moyen orient. avec la vie au Brésil voir Copacabana….
    Pour lui la politique suivie par l’EU consiste à arracher portes et fenêtres de chez soi et laisser qq’un s’installer dans sa famille…..
    j’ai passé des heures à écouter ce Bolso dans toutes sortes d’interviews et oui c’est de la trempe à Poutine et Trump. con cojones.

  6. jojo ( le plombier )

    Choisir ou subir ? il est incontestable que le monde musulman pense tenir le reste de la planète dans ses griffes économiques et à partir de ce constat avance facilement ses pions au plan religieux culturel sociétal. La guerre économique remplace avantageusement la guerre . Ne pas relever le defi c’est être appelé à perdre la guerre économique et la guerre culturelle, cultuelle, sociétale, civilisationnelle . C’est perdre toutes les guerres et laisser la place à l »islam. pour le bœuf , pour le poulet, pour le pétrole pour les Tgv , les rafales , les armes etc .. .. En d’autres temps les soucis économiques causés par les barbaresques avaient soulevés moins de pudeur de gazelles alors que la situation était loin de polluer la planète comme c est le cas aujourd’hui

Comments are closed.