Mineurs non accompagnés ? Je ne veux pas rencontrer ces inhumains-là, je veux qu’on m’en protège


Mineurs non accompagnés ? Je ne veux pas rencontrer ces inhumains-là, je veux qu’on m’en protège

Danger !! Enfants en danger…

Le plus grand nombre est d’accord la dessus. Il faut protéger les enfants. Même si cela n’a pas toujours été le cas, sous quelques cieux que ce soit. Je le dis avec d’autant plus de force de conviction que j’ai fait partie de ces enfants que l’on aurait dû protéger. De l’abandon que j’ai vécu à la place de cette légitime protection, j’ai longtemps gardé le goût mélangé de la fureur et de l’amertume. Il m’a fallu une vie entière pour que des cicatrices me soient un signe sûr et me tiennent lieu, enfin, de guérison. Ce que j’associe indélébilement à ce besoin de protection renforcé du sentiment d’abandon, c’est une certitude absolue et totale. Celle de l’insondable, incommensurable capacité des adultes à pratiquer le discourir, le prétendre, le promettre et le renier. Tout ce baratin, la glu du mensonge, de l’indifférence et d’une violence sournoise, celle de la bien-pensance…

Pour en arriver aujourd’hui, maintenant, au regard de ces nouveaux événement et de ceux à venir, à me voir écrire ceci. Les voyant, ces « enfants des rues », les croisant, les craignant, ne supportant pas de payer le prix de leur miséreux et délirant parcours, voyant cette résignation à les subir, je demande , j’attends et je désire que l’on nous en protège de ces enfants là ! Dont le besoin de protection, d’écoute et d’amour est depuis un temps sans mémoire retourné à la poussière de la rue et des chemins. Presque comme des animaux ayant contracté la rage, ces êtres sans but, sans intentions et dont la ligne de vie, sans interrogation vitale se résume à un point. Point à la ligne.

Je ne veux pas faire la rencontre de ces inhumains là ! Qui ne possèdent plus rien d’autre que prendre, donc voler, et dont la fureur et la violence servent de moyen d’expression ! Comment avoir de la pitié pour un animal qui ne demande qu’à mordre ? Je ne peux, intellectuellement ni moralement, me résoudre à accepter leurs attitudes, leurs comportements, à les voir se frotter à moi, à nous, alors qu’il m’est usuel et justifié de m’approcher d’une personne étrangère qui sonne à mon portail, en me garantissant de la sommaire mais réelle protection de mon portail fermé. A clef !

Et l’iSSlam dans tout ça, me direz vous ?

Nous y voilà ! Ces « enfants » qui furent des mioches abandonnés, par leurs parents, leur société et leur culture, est ce à nous de nous en occuper ? Alors que nous avons plus que du mal à endiguer le flot d’incohérence, de violence et d’insanité venant de ces délicieux bambins nés ici, enfance, jeunesse et dont le plus grand nombre ne veut être ni nôtre, ni des nôtres… Pourquoi les pratiquants de la religion de paix et d’amour, ne se lèvent-ils pas en masse et ne courent-ils pas les prendre dans leurs bras en leur prodiguant les soins dont ils ont besoin ? Soins psychiatriques s’entend ! Arrêtons de dire que dans les pays où il est implanté, l’iSSslam ne produit rien ! En effet, il excelle à produire, répandre et maintenir injustices et misère ! Ces enfants, dont personne ne veut et en premier lieu leur religion maternelle initiale, ne prient, ne psalmodient, ni ne se courbent. Se sachant condamnés à n’être rien, ni personne, ni pour personne, leur seule religion c’est la folie, la démesure et le désespoir violent. Serions nous sommés d’accepter cela ? Alors que l’iSSlam, lui, n’en veut pas, n’en veut plus… N’en a jamais voulu !

PACO. 04/11/2018.

https://www.lagazettedescommunes.com/555376/la-prise-en-charge-des-mineurs-non-accompagnes-en-cinq-points/

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Paco

C'est jamais que des mots tournés en écheveaux, des embrouillaminis parcourant le cerveau ! Mais c'est vrai ça vaut pas tripette, ces mots tirés à l'escopette, ce n'est pas du Verlaine et pas du Marivaux... PACO 2016.


6 thoughts on “Mineurs non accompagnés ? Je ne veux pas rencontrer ces inhumains-là, je veux qu’on m’en protège

  1. Avatarpalimola

    Je me souviens avoir vu un reportage sur des enfants des rues au brésil ( si mes souvenirs sont bons ) il y a maintenant plusieurs années , certains étaient très jeunes 7 ou 8 ans mais irrécupérables car drogués le calibre a la ceinture et certains avaient déjà tué . Des gamines mettait au monde des bébés dans les égouts là ou elles dormaient et se prostituaient , la police n’avait pas d’état d’âme quand il fallait en canarder un sinon c’est eux qui y passaient . Je sais que c’est dur mais pensez vous que des humains ayant démarré leur vie de cette façon seront un jour intégrables dans une société et qu’ils mèneront une vie normale ? Personnellement j’en doute fort , idem pour ce que l’on appelle les enfants soldats qui ont commis les pires atrocités en afrique et que certains pensent pouvoir réintégrer dans une vie normale , La question se pose aujourd’hui pour ceux dont parle Paco dans son article , le renard ne change – t- il pas de poils mais jamais de vice ?

    1. PacoPaco Post author

      En effet, lors d’un séjour à Sao Paulo, l’on me les montra, ces enfants tueurs, en m’incitant à toujours garder une bonne distance avec eux… Tueurs en effet et pour une montre donnée pas assez vite disait on !

  2. Jean-Paul Saint-MarcJean-Paul Saint-Marc

    Ne pas oublier que ces MINEURS NON ACCOMPAGNES et pour cause, ce sont LEUR FAMILLE qui les ont envoyés, à l’extrême rigueur le village ou le quartier !

    A remplacé la dénomination MINEURS ISOLES ETRANGERS… Histoire de rendre la France plus responsable !

    Pour rigoler, beaucoup ont PERDU LEURS PAPIERS, surtout s’ils sont majeurs, mais ils N’ONT PAS PERDU LEUR SMARTPHONE, d’ailleurs ils n’ont pas de ronds mais ils se les sont payés !

  3. Avatarnecas

    Si les politiques arrêtaient de s’entêter à se sucrer , l’on vivrait sûrement mieux dans ce monde ! Ces  » pivetes de ruas  » , ou gamins de rues , au Brésil , ne sont que les victimes de l’égoïsme politique , un point c’est tout !

    1. PacoPaco Post author

      Les coupables sont des victimes. Et d’un certain côté c’est juste. Mais celui qui se fait agresser par cette lie de l’humanité, qu’en pense t il ? Il doit faire des études de psychologie pour comprendre le truc ? Est il coupable de ne pas aimer être victime ?

Comments are closed.