11 novembre : après Honfleur, je peux vous assurer que Macron ne citera ni Hugo ni Rimbaud


11 novembre : après Honfleur, je peux vous assurer que Macron ne citera ni Hugo ni Rimbaud

Je ne sais pas ce que vont être exactement les discours de Macron, après son  » séjour de repos à Honfleur « .

Quand il aura entamé , cette semaine qui précède le 11 novembre, son  » itinérance mémorielle  » .

Je peux cependant vous assurer que tout va être une opération de com ‘.

Je peux assurer, d’ores et déjà, qu’il ne citera ni Victor Hugo, ni Rimbaud .

Moi, je ne suis pas un  » facho  » , pas plus que Victor Hugo ou Rimbaud !

Justement : moi je les cite ……

– Victor Hugo :

 » Ceux qui pieusement sont morts pour la patrie
Ont droit qu’à leur cercueil la foule vienne et prie.
Entre les plus beaux noms leur nom est le plus beau.
Toute gloire près d’eux passe et tombe éphémère ;
Et, comme ferait une mère,
La voix d’un peuple entier les berce en leur tombeau.

Gloire à notre France éternelle !
Gloire à ceux qui sont morts pour elle !
Aux martyrs ! aux vaillants ! aux forts !
A ceux qu’enflamme leur exemple ….  »

(  » hymne « . C’est dans  » les chants du crépuscule  » – 1836 )

– Rimbaud, maintenant ….

J’aime bien les corbeaux, mais pas tous !

Pas ceux mentionnés dans le Chant des Partisans :
«  Ami, entends tu le vol noir noir des corbeaux sur nos plaines «  .
Ceux là, je ne les aime pas, et Macron en fait partie .

Au contraire, j’aime bien les corbeaux de Rimbaud , ils sont
«  les crieurs du devoir  » :

 » Par milliers, sur les champs de France,
Où dorment des morts d’avant-hier,

Tournoyez, n’est-ce pas l’hiver,

Pour que chaque passant repense !

Sois donc le crieur du devoir,

Ô notre funèbre oiseau noir !  »

(  » les corbeaux « . Il l’avait écrit après la défaite de 1870
http://rimbaudexplique.free.fr/poemes/corbeaux.html )

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




7 thoughts on “11 novembre : après Honfleur, je peux vous assurer que Macron ne citera ni Hugo ni Rimbaud

  1. Fomalo

    Merci Claude t.a.l de nous rappeler la poésie française (qui, d’après le maqueron n’existe sans doute pas davantage que la culture) en citant nos poètes.
    Aujourd’hui hélas, les « funèbres oiseaux noirs » qui envahissent nos villes et nos villages ne sont pas des corps-beaux, ni ces oiseaux de notre terroir au brillant plumage.. La com du freluquot on s’en fiche.Il n’a ni la drôlerie d’ Allais, ni l’humour de Satie.Remarquez.. il est peut-être parti chercher l’inspiration chez l’auteur des Gymnopédies versus celui de »On n’est pas des boeufs/la Barbe »…..https://fr.wikisource.org/wiki/On_n%E2%80%99est_pas_des_b%C5%93ufs/La_barbe
    , histoire de ni…er et en même temps tous les barbudos de sa cour freluquotte ?

  2. frejusien

    Les corbeaux que je voie, c’est les bonnes femmes en noir, avec leurs longs voiles lugubres, prémices d’une époque bien sombre,
    laissons ces corbeaux là dans leurs pays d’origine, qu’ils ne viennent pas s’ébattre dans nos villes !

    très beau poème

  3. Gladius

    Je vous parie que cette petite salope ne va pas nous parler de la vaillance de nos soldats de 14-18 mais des « fusillés pour l’exemple, par des chefs indignes » .

Comments are closed.