En tournée en Europe de l’Est, Macron tacle la Pologne et la Hongrie


En tournée en Europe de l’Est, Macron tacle la Pologne et la Hongrie

« En même temps »,  Macron  essaye de casser la dynamique des quatre de Visegrad en Slovaquie et en République tchèque:

Face à un camp eurosceptique dont les rangs ne cessent de grossir, Emmanuel Macron continue de planter le décor des européennes de mai 2019. En visite en Slovaquie et en République tchèque, le président vient porter son projet, quitte à provoquer.

Après une première tournée fracassante à l’été 2017, Emmanuel Macron est de retour ce 26 octobre en Europe de l’Est, à Bratislava (Slovaquie) et à Prague (République tchèque).

Et comme en 2017, le président français n’a pas hésité à tancer les pays comme la Pologne et la Hongrie, auxquels il reproche de ne pas respecter les principes de l’Union européenne (UE).

Dans une interview publiée la veille et accordée à quatre journaux, hongrois, polonais, slovaque et tchèque, Emmanuel Macron a martelé, comme un an auparavant : «L’Europe n’est pas un supermarché».

Comprendre : l’UE ne serait pas une sorte de libre-service où tel ou tel Etat membre prendrait ce qui lui convient sans se plier à certaines obligations. «Nous avons une exigence collective de cohérence et de solidarité.

On ne peut bénéficier du budget européen sans admettre la solidarité en matière migratoire par exemple», a ainsi déclaré le président français dans cette même interview.

Le président français, Emmanuel Macron, le 20 septembre 2018 à Salzbourg en Autriche (image d'illustration).

L’argument, déjà brandi à plusieurs reprises, n’a rien de nouveau : Hongrie, Slovaquie, République tchèque et Pologne, réunis au sein du groupe de Visegrad (V4), refusent catégoriquement une répartition obligatoire des migrants parmi les pays de l’UE.

En juin 2018, afin de marquer leur désaccord, les quatre pays avaient purement et simplement boycotté un sommet européen sur l’immigration.

Au même moment, le Premier ministre tchèque annonçait clairement la couleur, se disant prêt à déployer l’armée aux frontières de son pays.

A sept mois des élections européennes, en mai 2019, Emmanuel Macron doit ainsi faire face à un dilemme de taille : porter le projet européen sans s’aliéner complètement les pays anti-immigration.

Alors que l’Italie, dans le sillage de l’Autriche de Sebastian Kurz, a basculé en mars dernier dans le camp eurosceptique, le président français apparaît de plus en plus isolé.

D’autant que, dès son élection, Emmanuel Macron comptait sur un couple franco-allemand fort.

Las, la chancelière Angela Merkel n’en finit plus de pâtir de la crise qui secoue les partis traditionnels allemands depuis les législatives de septembre 2017.

Le 14 octobre dernier, ses alliés conservateurs ont subi un revers historique en Bavière.

Macron en campagne pour les européennes

Aussi, de plus en plus seul, le président de la République est-il contraint de produire un discours millimétré, voire ambivalent.

En février 2018, Emmanuel Macron menaçait de priver la Hongrie et la Pologne des aides de Bruxelles, les fameux fonds structurels, abondés par tous les Etats membres, mais qui ne profitent qu’à certains. «Il serait de bon sens de suspendre le versement de fonds […] quand les gens ne respectent pas les valeurs [de l’Union européenne]», avait ainsi lancé le dirigeant français. En décembre 2017, Bruxelles avait décidé de déclencher, pour la première fois de l’histoire, l’article 7 du traité de l’UE contre Varsovie, accusé de mettre en péril l’Etat de droit par ses réformes de son système judiciaire.

Toutefois, répondant à une question du quotidien polonais conservateur et pro-Union européenne Rzeczpospolitej ce 25 octobre, Emmanuel Macron s’est montré moins catégorique. «Quant à l’article 7, c’est à la fois une procédure d’avertissement et de dialogue», a-t-il tempéré, ajoutant qu’il espérait que la Pologne saurait prendre les mesures susceptibles de rassurer la Commission européenne.

Image d'illustration : le Premier ministre hongrois plaide sa cause à Strasbourg devant le Parlement européen, le 11 septembre 2018

 

Quant à la Hongrie, elle aussi sous le coup de l’article 7, le président français a adopté la même approche, alternant la carotte et le bâton. «J’ai une bonne relation avec Viktor Orban, que je respecte personnellement et comme Premier ministre choisi par le peuple hongrois», a assuré Emmanuel Macron, avant d’ajouter dans la foulée :

«Mais une Europe qui fait fi de la diversité des idées et des croyances, de l’indépendance de la justice ou de la presse, de l’accueil des réfugiés qui ont fui des persécutions politiques, c’est une trahison de ce que nous sommes.»

Le 28 août, en visite à Milan pour rencontrer le vice-Président du Conseil anti-immigration Matteo Salvini qu’il avait qualifié de «héros», Viktor Orban avait en revanche désigné Emmanuel Macron comme son principal adversaire.

«[Il y a] actuellement deux camps en Europe et l’un est dirigé par Macron […] à la tête des forces politiques soutenant l’immigration […] De l’autre côté, il y a nous qui voulons arrêter l’immigration illégale», avait alors clamé Viktor Orban. 

 

Emmanuel Macron avait répliqué dès le lendemain.

«Je ne céderai rien aux nationalistes et à ceux qui prônent ce discours de haine. S’ils ont voulu voir en ma personne leur opposant principal, ils ont raison», avait-il martelé.

Ce 26 octobre, en s’invitant jusque dans les terres du groupe de Visegrad, Emmanuel Macron achève de se poser en héraut du combat des européennes qui s’annonce : un référendum européen sur la la crise migratoire, avec des protagonistes qui, bon gré mal gré, se retrouvent contraints de forcer le trait devant les électeurs.

Alexandre Keller

https://francais.rt.com/international/54915-tournee-europe-est-macron-tacle-pologne-hongrie

C’est vrai qu’un président n’a que ça à foutre de mener campagne pour les Européennes.

On s’ennuie tellement en France, entre une rap-party de travelos et l’interdiction de militaires aux cérémonies militaires.

On ne l’entend guère par contre, l’européiste, sur le fait que la Belgique ait choisi d’acheter des F-35 américains plutôt des avions d’états-membres de l’UE.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




19 thoughts on “En tournée en Europe de l’Est, Macron tacle la Pologne et la Hongrie

  1. AvatarFomalo

    Pas besoin de forcer le trait, @Joël , aujourd’hui Le maqueron et Merkel font une réunion à Istanbul chez le maître-chanteur (vous vous rappelez . Des gros sous contre la rétention de migrants! Avant un petit coup de main pour intégrer la Turquie dans l’UE, tiens donc!
    « ..On s’ennuie tellement en France, entre une rap-party de travelos et l’interdiction de militaires aux cérémonies militaires.On ne l’entend guère par contre, l’européiste, sur le fait que la Belgique ait choisi d’acheter des F-35 américains plutôt des avions d’états-membres de l’UE. »
    HA! La Belgique n’achète pas de « rafales », et pour le 11 novembre on va organiser à l’Elysée avec Merkel un hommage à Wagner, à quatre mains???
    La Justice statuera dans sept mois. N’éparpillons pas nos forces dans des protestations ponctuelles. Gardons un principe, une décision, une volonté, pour que fin mai 2019 soit vraiment un tournant?

    1. AvatarJoël

      Rafale ou Eurofighter peu importe, mais pour quelqu’un qui nous bassine avec l’utopie « Défense Européenne », ben c’est raté.

  2. Avatarclairement

    Ce petit on a été élu avec peu de voix et l’Europe personne n’en veut.

    Qu’il dégage avec son mentor le prophète

  3. Avatardmarie

    Amis européens anti-immigration, ne cédez rien devant le sieur mac cron, l’exterminateur de la France ! Continuez votre combat contre l’invasion barbare !
    Tenez lui tête et faîtes-lui savoir qu’il n’a pas à décider de notre vie et de celle de nos enfants !
    Il n’a pas d’honneur, pas de patrie ! Rien ne l’empêche d’aller se faire élire dans un de ces pays qu’il aime tant ! NOUS NE LE RETIENDRONS PAS !
    La situation se dégrade un peu plus chaque jour dans notre pays mais il n’en a cure ! Rien ne lui importe plus que sa gloriole de coquelet castré !
    Mais tous ensemble nous pouvons lutter contre sa détermination car la nôtre est bien plus légitime !
    Nous luttons pour notre liberté et celle de nos enfants !
    Ne cédons rien et débarrassons nous de cette engeance de malfaisants, ces adorateurs du diable !
    COURAGE ! TOUS UNIS NOUS POUVONS VAINCRE !

  4. Amélie PoulainAmélie Poulain

    « On ne peut bénéficier du budget européen sans admettre la solidarité en matière migratoire par exemple», a ainsi déclaré le président français dans cette même interview. »

    Ne serait-ce pas du chantage ça ? On peut faire partie d’un groupe et ne pas être d’accord sur le fond non ? Quand on est membre, c’est même un droit.

    A moins qu’il n’y ait qu’un petit groupe dans le groupe qui ait pris le pouvoir et qui exige que les autres membres suivent ?…. Ce genre de propos le laissent penser, si on ne ne fie pas qu’ à ce qui parle déjà dans ce sens.

    « «Je ne céderai rien aux nationalistes et à ceux qui prônent ce discours de haine. S’ils ont voulu voir en ma personne leur opposant principal, ils ont raison», avait-il martelé. »

    Mais pour qui se prend-il avec ce comportement de toute-puissance ? Pour celui qui « sait » ce qui est bien, il est bien de gauche si certains en doutaient encore.

    « «Mais une Europe qui fait fi de la diversité des idées et des croyances, de l’indépendance de la justice ou de la presse »

    Ah oui ? On n’avait pas remarqué…

    « ….de l’accueil des réfugiés qui ont fui des persécutions politiques, c’est une trahison de ce que nous sommes.» »

    Ah ? Et « réfugiés » de quels pays ? Maroc ? et autres…

    Sinon, avec tous ces voyages, je ne vois pas quand il a le temps d’étudier ses dossiers FRANCAIS à fond….

    Ce n’est pas lui qui gouverne c’est évident mais c’est lui qui prend les décisions.

    Je me trompe peut-être mais je crois qu’une favorite d’un des rois de France avait d’ailleurs dit la même chose (?).

  5. AvatarPier

    Personne pour rappeler à cet imposteur qu ‘il n ‘y a pas que le V4 qui est contre l ‘invasion ?
    70 % de français aussi sont contre
    Personne pour lui demander d ‘organiser en FRANCE 1 référendum sur le sujet ?

  6. Avatardenise

    ben oui l’immigration à tout va !! tous ensemble , tous ensemble !!! et quand ça forniquera fort , que vous ne saurez plus où et qui vous êtes , je serais là pour DIRIGER le tout !! car après avoir opéré des divisions dans son propre pays ,( je crois qu’il est encore français ) , il est en train de diviser les pays de l’Est ! beau calcul ! il faut serrer les rangs devant ce grand humaniste Macron ! car si nous avions des doutes sur l’existence positive de l’europe avec de grands projets comme la recherche , la médecine , la paix ,( alors que des pays en profite pour vendre des armes, dont la France,) l’abolition de l’esclavage, la liberté, l’école et non pas le travail pour des enfants de 6 ans qui aident leurs parents, etc etc nous n’en avons plus !! l’immigration incontrôlée pour tuer les nations ne faisait pas partie des projets de l’europe bien que dès le début , certains avaient prévenu du danger ..

  7. frejusienfrejusien

    «Il serait de bon sens de suspendre le versement de fonds […] quand les gens ne respectent pas les valeurs [de l’Union européenne]», avait ainsi lancé le dirigeant français »
    Tiens, tiens ! et s’il pensait à appliquer cette maxime à la France ???

    Quand, dans les banlieues , « on » ne respecte pas les valeurs et les lois françaises, qu’attend-il pour suspendre les « fonds » divers et variés qui engraissent les racailles ??

    La France ne l’intéresse pas, ou juste pour en tirer le maximum de pognon,
    il rêve d’un destin grandiose européen, voire international, comme avec la COP21, où il a tenu à être à son avantage et à fustiger Trump,

    Depuis qu’il a été élu, il ne fait que voyager de par le monde, avec sa cour de favoris, au frais des pauvres sans dents, et à grand renfort de kérosène,
    ah ! on peut dire qu’il en profite bien,

  8. frejusienfrejusien

    Qu’il tacle, qu’il tacle !
    les autres se fichent pas mal du coquelet émasculé qui s’est ridiculisé avec les LGBT lors de la fête de la musique, son affaire benamour, et ses papouilles aux racailles de St Martin,
    On ne le prend plus au sérieux, il peut crier de sa voix suraiguë de transgenre, il n’impressionne plus personne,

    Aura-t-il les couilles d’organiser un référendum sur sa démission , quand la population descendra dans la rue pour clamer son ras le bol ??

    Tous dans la rue le 17 novembre !!!

  9. Avatarpauledesbaux

    devant le nombre de mécontents le freluquet n’y pourra RIEN il est en train de creuser sa tomber et ce n’est pas une pelletée de terre que je jetterai sur son corps polué de sperme nègre mais de la chaux-vive AFIN DE L ANEANTIR COMPLETEMENT.
    quant à l’l’union européenne elle est à l’agonie DEPROFONDIS MORPIONIBUS
    TRALALALA !

  10. AvatarJ

    Amis hongrois et tchèques, sachez qu’une bonne partie des Français est d’accord avec vous et ne rêve que d’avoir un Orban comme président.

  11. AvatarPatriot

    Micron :
    « On ne peut bénéficier du budget européen sans admettre la solidarité en matière migratoire par exemple »
    > Argument stérile :
    « l’accueil migratoire » n’est le résultat d’ AUCUNE consultation !
    C’est un diktat !
    ( comme les directives de Bruxelles qui sont autant d’insultes à notre démocratie )

  12. AvatarJoël

    Sa vision de l’Europe : des cadres supérieurs (France-Allemagne) + quelques banquiers et 26 états-cotisants (variable d’ajustement comme ils disent) auxquels on interdit toute forme d’opposition.

  13. Avatardmarie

    Au cours de sa tournée, avec un peu de chance, il y aura bien quelqu’un qui souhaitera le garder avec lui, bien au chaud, pour lui faire profiter de sa généreuse musculature… enfermé au fond d’une cave comme objet sexuel….
    Objet sexuel, c’est ce qu’il réserve aux françaises par l’afflux des migrants abonnés à la secte infernale, non ?
    Quel bonheur de ne plus jamais le revoir en France !
    Un déchet de moins….
    ça fait du bien de rêver.

  14. ConanConan

    Notre idole des cougars ???….Voilà bien le seul dirigeant d’un grand pays qui fait exactement le contraire de ce que font ses collègues vis à vis de l’immigration-invasion à laquelle ils ont décidé de fermer les portes, notamment D.Trump, Xi Jinping, Matteo Salvini, Netanyahou, Poutine, Scott Morisson, A. Ouyahia etc…etc…
    La solidarité migratoire ….Ils s’en tapent parce que leur mandat porte essentiellement sur la défense des intérêts de ceux qui les ont élus…
    Curieux non?… Bande d’égoïstes !….

    1. Amélie PoulainAmélie Poulain

      « Notre idole des cougars ???… »

      Je pense que les dites « cougars » (et le nom masculin c’est quoi ?) choisissent des hommes beaucoup plus jeunes car Macron a quand même, vu son âge qui n’est pas de la première jeunesse, quelques kms au compteur…. Tout est relatif.

      Sinon, je suis tout à fait d’accord avec votre commentaire.

Comments are closed.