Non, misérable De Cock, la victoire de Poitiers le 17 octobre 733 ne fut pas une minable escarmouche


Non, misérable De Cock, la victoire de Poitiers le 17 octobre 733 ne fut pas une minable escarmouche

 

Pour célébrer le 17 octobre 733, victoire de Poitiers, voici quelques citations d’un érudit du XVIII ème…

17 octobre 733, c’est la date la plus probable de la bataille de Poitiers.

Le livre d’Eric Zemmour m’a donné envie de feuilleter les chapitres de «  The history of Decline and Fall  of the Roman Empire », « Le déclin et la chute de l’Empire romain » dont Zemmour donne justement quelques citations concernant  la bataille de Poitiers.

Ce livre est un grand classique britannique, œuvre d’un érudit du XVIIIème siècle Edward Gibbon.

C’était un temps où l’on considérait les faits sur la durée, loin de l’hystérie idéologique d’un instant d’une Laurence de Cock :

https://www.youtube.com/watch?v=HOF8odh4MMM

(Les commentaires assassins sous la video disent clairement le niveau de celle qui se prétend historienne « détricoteuse »)

Quelques citations donc :

Je vais développer les causes qui préservèrent la Bretagne et la Gaule du joug civil et religieux du Koran, qui protégèrent la majesté de Rome et différèrent la servitude de Constantinople ; qui donnèrent de la vigueur à la défense des chrétiens, et jetèrent parmi les mahométans des semences de division et de faiblesse.

 

Dans l’état de décadence où se trouvaient la société et les arts, les villes abandonnées de leurs habitans n’offraient aux Sarrasins qu’une proie de peu de valeur ; leur plus riche butin se composa des dépouilles des églises et des monastères qu’ils livrèrent aux flammes après les avoir pillés ; Saint-Hilaire de Poitiers et Saint-Martin de Tours oublièrent, en ces occurrences, cette puissance miraculeuse qui devait servir à la défense de leurs tombeaux[29].

 

Les Sarrasins s’étaient avancés en triomphe l’espace de plus d’un millier de milles, depuis le rocher de Gibraltar jusqu’aux bords de la Loire ; encore autant, et ils seraient arrivés aux confins de la Pologne et aux montagnes de l’Écosse : le passage du Rhin n’est pas plus difficile que celui du Nil et de l’Euphrate, et d’un autre côté la flotte arabe aurait pu pénétrer dans la Tamise sans livrer un combat naval.

Les écoles d’Oxford expliqueraient peut-être aujourd’hui le Koran, et du haut de ses chaires on démontrerait à un peuple circoncis la sainteté et la vérité de la révélation de Mahomet[30].

 

Le génie et la fortune d’un seule homme sauvèrent la chrétienté. Charles, fils illégitime de Pepin-le-Bref, se contentait du titre de maire ou de duc des Francs, mais il méritait de devenir la tige d’une race de rois. 

 

Dès que Charles Martel eut rassemblé ses forces, il chercha l’ennemi et le trouva au milieu de la France, entre Tours et Poitiers.

Sa marche bien calculée avait été couverte par une chaîne de collines, et il paraît qu’Abderame fut surpris de son arrivée inattendue.

Les nations de l’Asie, de l’Afrique et de l’Europe marchaient avec la même ardeur à une bataille qui devait changer la face du monde.

Les six premiers jours se passèrent en escarmouches, où les cavaliers et les archers de l’Orient eurent l’avantage ; mais dans la bataille rangée qui eut lieu le septième, les Orientaux furent accablés par la force et la stature des Germains, dont les cœurs inébranlables et les mains de fer[31]   assurèrent la liberté civile et religieuse de leur postérité.

Le surnom de Martel ou de Marteau qu’on donna à Charles, est un témoignage de la pesanteur de ses irrésistibles coups : le ressentiment et l’émulation animèrent la valeur d’Eudes, et leurs compagnons d’armes sont, aux yeux de l’histoire, les véritables pairs et les vrais paladins de la chevalerie française.

On combattit jusqu’au dernier rayon du jour ; Abderame fut tué, et les Sarrasins se retirèrent dans leur camp. Dans le désordre et le désespoir de la nuit, les diverses tribus de l’Yémen et de Damas, de l’Afrique et de l’Espagne, se laissèrent emporter à tourner leurs armes les unes contre les autres ; les restes de l’armée se dissipèrent tout à coup, et chaque émir ne songeant qu’à sa sûreté, fit avec précipitation sa retraite particulière.

Au lever de l’aurore, la tranquillité du camp des Sarrasins fut d’abord regardée comme un piège par les chrétiens victorieux.

 

Cepandant  la victoire des Francs fut complète et décisive : Eudes reprit l’Aquitaine : 
les Arabes ne songèrent plus à la conquête des Gaules.
Charles Martel et ses braves descendans les repoussèrent bientôt au-delà des Pyrénées

 

Ces lignes datent de 250 ans : elles sont nettes et précises.

Elles sont l’oeuvre d’un érudit des Lumières  qui pulvérise les mensonges très actuels de la clique d’historiens, de sociologues, de démographes à la mode qui prétendent dire le vrai …

Les de Cock, les Fassin, les Heran et autres Le Bras.

Non, misérable Laurence de Cock, Poitiers ne fut pas une minable escarmouche : Gibbon le savait parfaitement..

Il dit  bien que Charles Martel  a asssuré en  ce 17 octobre  « notre liberté civile et religieuse », Français et Britanniques confondus, jusqu’à que  ce que, des Macron,  des May, des  Merkel,  en passant par tant d’autres  politiciens de rencontre, viennent la remettre en cause.

Le livre  de Gibbon est disponible en  « Bouquins » en deux tomes :

:

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




7 thoughts on “Non, misérable De Cock, la victoire de Poitiers le 17 octobre 733 ne fut pas une minable escarmouche

  1. Fomalo

    Les citations de Gibbon (cet Anglais qui tomberait de bien haut si l’occasion lui était donnée de faire un tour à Londres, à Nantes ou à Rennes aujourd’hui) sont très intéressantes ..Mais je dois d’abord lire le livre d’Obertone! Ce qui est gênant dans la collection Bouquins, c’est la texture la taille des caractères etc. Ca attendra un peu. Merci pour ce rappel anniversaire,@Antiislam,

  2. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    C’est incroyable cet engouement pour malmener et détruire notre Mémoire Nationale !

    Pourquoi ? ! Quel intérêt ? Quels sourds desseins derrière cette mobilisation à vouloir gommer totalement notre Roman National ?

    Qu’ils veuillent la mort de la France c’est une chose.
    Qu’ils veuillent que notre Nation soit remplacée par une autre c’est aussi une chose.

    Mais cela implique-t-il pour autant la nécessité de Nous rayer, de Rayer la France de l’Histoire ?! Pourquoi ?

    Pour en arriver peut-être à dire que les ancêtres de ce territoire presque perdu, à laquelle perdition, les artisans pro mondialistes et pro islamistes ont pleinement contribué ; que cette Terre qui existait déjà aux aurores de l’Islam, en fait était déjà musulmane puisqu’elle l’était sans doute déjà du temps des gaulois comme prétendait Djamel Debouzze que l’islam avait plus de 2000 ans ???!! Que les gaulois, donc étaient des arabo musulmans.

    C’est çà la démarche destructrice d’une Nation ancienne d’un côté pour la substituer par une fiction de la nouvelle civilisation qu’ils invitent aux forceps sur Notre Territoire sacré ?!

  3. gigobleu

    Voici ce que le grand homme et visionnaire Churchill disait à propos de l’Islam:
    http://resistancerepublicaine.eu/2018/06/19/winston-churchill-contre-lislam/
    Voici également ce qu’il a dit au sujet des juifs: « Certains aiment les Juifs, et d’autres non. Mais aucun homme de réflexion ne peut nier le fait qu’ils sont, au-delà de toute question, la race la plus formidable et la plus remarquable qui soit apparue dans le monde ».
    Enfin, voici quelques citations d’hommes célèbres, dont Churchill à propos de la Bible et qui font réfléchir au socle fondamental de nos valeurs judéo-chrétiennes trop souvent négligée par le plus grand nombre:
    https://www.info-bible.org/articles/citations.htm
    L’Islam s’engouffre chez nous, dans nos institutions politiques, médiatiques et scolaires et jusque dans nos esprits car nous négligeons la connaissance
    et la richesse du socle fondamental de nos valeurs, la Bible. Seule une connaissance approfondie de celle-ci permet de comprendre, d’échapper et de combattre l’Islam avec efficacité. A ceux qui disent que c’est faux, je leur dis: lisez-là d’abord, prenez le temps de l’étudier, de l’approfondir, revenez vers cette valeur sûre et ensuite, nous en reparlerons. Pour ma part, cela fait quarante cinq ans que je l’étudie et trente sept ans que je l’enseigne et je n’ai pas fini de m’émerveiller et la redécouvrir chaque jour.
    On peut combattre les musulmans sans connaitre la Bible mais on ne peut vaincre l’Islam, cette idéologie malfaisante, sans connaitre la Bible qui est son exact antithèse.

  4. Christian Jour

    Qu’elle retourne à l’école la cock, mais c’est pas sur qu’elle apprenne grand chose vu que c’est momo le pédo qui est à l’honneur en ce moment. Enfin il y a les bibliothèques ou elle pourrait se cultiver un peu.

  5. peplum

    Excellent, cette source résolument « ouverte » (terminologie du renseignement) …. et donc cet auteur est un homme (et anglais !) mort en 1793, qui verse de l’eau au moulin du « Roman National » … Donc un sacré précurseur ! (on me dit que ce « Roman National », c’est le 19 ° s., la nécessité de la « Revanche », la main de Lavisse, so on …. ).
    Antiislam est donc un suragrégé d’Histoire.

  6. zipo

    Pas de panique Mr Poutine ne verra pas d’un très bon œil la création d’un califat en Europe de l’Ouest avec l’aide des non musulmans européens il anéantira tous ces débiles et rasera tout ce qui de prés ou de loin ressemblera a cette secte tueuse !Patience préparez vous la guerre civile prévue par la CIA et le kGB se profile inexorablement et préparez y votre descendance .Non, nos valeurs ne disparaitrons pas ,Après le siècle des lumières nous refuserons celui des ténèbres proposé par l’Islam et ses adeptes!

Comments are closed.