Il y a des jours où elle regrette d’être née arabe, et moi je suis en pleine détestation…


Il y a des jours où elle  regrette d’être née arabe, et moi je suis en pleine détestation…

La détestation !

J’avais lâché la détestation. Je m’en étais délesté. Ça prend du temps, de l’énergie. Et ça peut vous plonger vite fait dans des états de rumination. Or, j’ai plein de choses à foutre et du moment présent à mastiquer. Et puis, les choses et les personnes, visées par ce sentiment négatif, m’ont, un jour, semblé de bien peu d’intérêt…

Mais depuis quelque temps me reprennent des envies de maudire, à défaut de nuire. A en saliver ! Je me délecte à l’idée de sales virages que pourraient prendre telle ou telle destinée. Sorties de routes funestes, auxquelles, à défaut de prier, je souhaite en apprendre au plus vite la bonne nouvelle…

Qu’ils se vautrent, qu’ils se déballonnent et que ça pète, qu’ils crèvent et qu’ils débarrassent le plancher. Oui, oui, ça va jusque là ! Je n’ai jamais eu trop de filtre. Quand je fumais au début, je me tapais de la Gauloise. De la Gitane aussi. Ça n’a aucun rapport, me direz vous. Tout est lié et relié. Pas besoin de lire Spinoza !

Des noms ?

Les mêmes auxquels vous pensez. Rendez vous à la 17ème chambre !

Je fais toujours les choses à fond. Même à ne rien branler, je suis au taquet. Et pour ce qui est de la détestation, je m’y remet dare-dare !

Une entrée en matière qui a quelque chose à voir, d’infinitésimal, avec le petit texte que je vous propose de lire. Du délicieux, du savoureux.

PACO. Ne se refait pas !

12/10/2018.

 

Illustration : Portrait de Charles Baudelaire par Franz Kupka

Témoignage de Fawzia Zouari : Jour de colère

Fawzia Zouari, écrivain, journaliste tunisienne, docteur en littérature française et comparée de la Sorbonne a publié cet article raz-le-bol dans Jeune Afrique:
Il y a des jours où je regrette d’être née arabe.
Les jours où je me réveille devant le spectacle de gueules hirsutes prêtes à massacrer au nom d’Allah et où je m’endors avec le bruit des explosions diffusées sur fond de versets coraniques.
Les jours où je regarde les cadavres joncher les rues de Bagdad ou de Beyrouth par la faute des kamikazes; où des cheikhs manchots et aveugles s’arrogent le droit d’émettre des fatwas parce qu’ils sont pleins comme des outres de haine et de sang; où je vois des petites filles, les unes courir protéger de leur corps leur mère qu’on lapide, et les autres revêtir la robe de mariée à l’âge de 9 ans.
Et puis ces jours où j’entends des mamans chrétiennes confier en sanglotant que leur progéniture convertie à l’islam refuse de les toucher sous prétexte qu’elles sont impures.
Quand j’entends pleurer ce père musulman parce qu’il ne sait pas pourquoi son garçon est allé se faire tuer en Syrie.
À l’heure où celui-ci parade dans les faubourgs d’Alep, kalachnikov en bandoulière, en attendant de se repaître d’une gamine venue de la banlieue de Tunis ou de Londres, à qui l’on a fait croire que le viol est un laissez-passer pour le paradis.
Ces jours où je vois les Bill Gates dépenser leur argent pour les petits Africains et les François Pinault pour les artistes de leur continent, tandis que les cheikhs du Golfe dilapident leur fortune dans les casinos et les maisons de charme (bordels) et qu’il ne vient pas à l’idée des nababs du Maghreb de penser au chômeur qui crève la faim, au poète qui vit en clandestin, à l’artiste qui n’a pas de quoi s’acheter un pinceau.
Et tous ces croyants qui se prennent pour les inventeurs de la poudre alors qu’ils ne savent pas nouer une cravate, et je ne parle pas de leur incapacité à fabriquer une tablette ou une voiture.
Les mêmes qui dénombrent les miracles de la science dans le Coran et sont dénués du plus petit savoir capable de faire reculer les maladies.
Ces prêcheurs pleins d’arrogance qui vomissent l’Occident, bien qu’ils ne puissent se passer de ses portables, de ses médicaments, de ses progrès en tous genres.
Et la cacophonie de ces « révolutions » qui tombent entre des mains obscurantistes comme le fruit de l’arbre.
Ces islamistes qui parlent de démocratie et n’en croient pas un mot, qui clament le respect des femmes et les traitent en esclaves.
Et ces gourdes qui se voilent et se courbent au lieu de flairer le piège, qui revendiquent le statut de coépouse, de complémentaire, de moins que rien !
Et ces « niqabées » qui, en Europe, prennent un malin plaisir à choquer le bon Gaulois ou le bon Belge comme si c’était une prouesse de sortir en scaphandrier !
Comme si c’était une manière de grandir l’islam que de le présenter dans ses atours les plus rétrogrades.
Ces jours, enfin, où je cherche le salut et ne le trouve nulle part, même pas auprès d’une élite intellectuelle arabe qui sévit sur les antennes et ignore le terrain, qui vitupère le jour et finit dans les bars la nuit, qui parle principes et se vend pour une poignée de dollars, qui fait du bruit et qui ne sert à rien !
 Voilà, c’était mon quart d’heure de colère contre les miens…
Souhaitons que l’Occident ouvre les yeux…. »

 

https://la-voie-de-la-raison.blogspot.com/2018/10/fawzia-zouari.html

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Paco

C'est jamais que des mots tournés en écheveaux, des embrouillaminis parcourant le cerveau ! Mais c'est vrai ça vaut pas tripette, ces mots tirés à l'escopette, ce n'est pas du Verlaine et pas du Marivaux... PACO 2016.


20 thoughts on “Il y a des jours où elle regrette d’être née arabe, et moi je suis en pleine détestation…

  1. Joël

    « leur progéniture convertie à l’islam refuse de les toucher sous prétexte qu’elles sont impures. »
    Juste rappeler à ces progénitures que dans ce cas, elles sont elles-mêmes impures puisqu’elles ont le sang et l’ADN de leurs parents.
    Je leur conseille vivement d’essayer le gaz comme disait Coluche.
    Ça les purifiera et notre air aussi par la même occasion.

  2. Joël

    Hors sujet, quoique ? L’islam gagne encore du terrain grâce aux ONG :
    Grèce : une grande croix chrétienne détruite pour ne pas « offenser les migrants », la population locale en colère.
    Une grande croix chrétienne en ciment, construite sur le rivage rocheux d’Apelli, sous le château de Mytilène sur l’île de Lesbos, érigée en l’honneur des gens qui sont morts en mer, a été détruite après qu’une ONG ait indiqué à la municipalité qu’elle était « offensante pour les migrants ».
    http://www.fdesouche.com/1087135-grece-une-grande-croix-chretienne-detruite-pour-ne-pas-offenser-les-migrants-la-population-locale-en-colere

    Je pense qu’on devrait planter des croix tous les 10 mètres sur les côtes.
    Et ceux qui ne sont pas contents, ben qu’ils débarquent ailleurs.

  3. benedictum

    Fawzia, si elle est tunisienne , n’est ( ethniquement ) pas arabe.
    L’islam a le ( mauvais ) génie d’effacer l’histoire des peuples qu’il conquiert.
    De toutes façons, le fait d’etre arabe n’a rien , en soi, à voir avec le terrorisme.
    Je rappelle qu’il y a 30 millions d’arabes chrétiens dans le monde qui ne posent aucun problème.
    Il ne faut pas racialiser le débat. Un européen converti à l’islam est tout aussi con , qu’un pakistanais musulman ou un indien musulman.
    Le problème n’est pas l’origine ethnique mais l’idéologie que véhicule l’islam.

      1. Samia

        Je suis tout à fait d’accord, c’est l’islam de merde qui détruit tout sur son passage, pervertit les esprits, pourrit même les choses les plus belles. Mes ancêtres ne sont pas arabes mais amazighs. L’Afrique du Nord n’est pas arabe mais l’est devenu à son corps défendant, par la force des choses. De nombreux kabyles d’aujourd’hui se démarquent de cette fumisterie et cela change tout. Ils ne sentent ni arabes encore moins musulmans. Ces gens n’ont pas voix au chapitre, bien sûr on ne leur donne pas la parole dans les médias classiques. C’est pourquoi quand je veux avoir des infos sur la Kabylie, je vais sur les sites comme tamurt.

        1. Keren

          Les kabyles égorgeaient joyeusement pour l’Algérie indépendante, merci Ammirouche et son pote Hacène la torture. A la longue ils se sont fait baisés par les « arabes », et ont purger pas mal de monde grâce à Léger (voir le bleuite).
          Pourraient-ils faire l’inverse, désislamiser l’Algérie toujours coincée dans cet antagonisme berbère/ arabe, laïque/ musulman ?

          1. Samia

            En France, il y a eu aussi des salauds pendant la seconde guerre mondiale parmi la population française. Est ce que pour autant vous êtes responsable ?Non, je n’ai pas participé ni des membres de ma famille aux égorgements dont vous parlez. L’histoire des kabyles n’est pas si simple, avez vous entendu parler des bureaux arabe ?
            Il y a eu des abrutis parmi les kabyles notamment le Amirouche qui ont descendus les berbéristes. Pour moi, cet homme est un enfoiré comme le dit si bien Matoub Lounès dans ses chansons. C’est comme cela que l’amazighité, la vraie, pas celle invoquée à tort et à travers, s’est vue confisquée par l´arabo islamisme. C’est ainsi que je me sens plus proche d’un français de souche que d’un arabo musulman car il y a une haine viscérale de l’arabe envers le kabyle.
            L’histoire de cette Algérie, auquelle je ne crois pas, est une sinistre farce qui devra à terme cesser mais dans quelle condition ?

          2. Keren

            A Samia. Je suis breton, et ça m’emmerde légèrement d’être assimilé aux égorgeurs kabyles (les kabyles c’est les bretons d’Algérie parait-il).
            Mais en tant que breton donc race inférieure je comprend le problème.
            Peu importe si Cartier le malouin a exploré l’amérique du nord, ou qu’un Kerguelen ait découvert les îles éponymes.
            Apparemment le breton est à rabaissé au rang du kabyle qui n’a jamais rien accomplis. Merci Macron et la colonisation.

          3. Samia

            A chaque fois, vous me la sortez l’égorgement par les kabyles. Je vous le répète je n’ai pas d’égorgeurs dans ma famille. Je vous libère et vous n’êtes pas en tant que breton l’alter égo du kabyle. Vous faites une fixette. Il ne faut pas tout mélanger. Avant de vous prononcer, informez vous avec les bonnes références. Je vous le répète lisez Bernard Lugan, pas les infos de comptoir.

        2. Machinchose

          Bonsoir Samia

          et moi je ne sais pas ou aller pour trouver du zit a zmour……pour faire plaisir a mon épouse , a Constantine ils appelaient ça « zeite jbali »

          alors si tu as une adresse sur paris, région parisienne … 😆

          il s’ agit de l’ huile d’olive de kabylie, pressée a la meule de pierre….au gout unique au monde !

          1. Samia

            Bonsoir cher ami Paul Machinchose
            Je ne connais pas mais zit au zemmour comme tu dis je me l’a fourni directement en Kabylie. C’est vrai que le goût est unique, j’en donne à des amis et à chaque fois ils m’en redemandent à tous les coups.
            Je vais me renseigner pour toi, je te tiens au courant ou si j’en reçois je pourrais t’en envoyer ?

        3. Keren

          Toutes mes excuses. Mais à chaque fois on me sort que le breton est un factieux royaliste catholique et ces derniers temps gaulien communiste.
          Alors je me sens obligé d’affirmer que je n’ai rien en commun avec les kabyles.
          J’ai lu Lugan, il dit bien que les kabyles ont fait le gros du boulot de l’indépendance puis se sont fait enflés. Jetez un oeil à la biographie du capitaine Léger, si on peut y croire, il a poussé tout les kabyles de la wilaya 3 à s’entretuer parce que ces montagnards étaient partiulièrement parano. Voir Ammirouche et Hacène la torture.
          Un francaoui, un gallec, ne risque pas l’égorgement en Bretagne soit dit en passant. Enfin pas par des natifs, mais faut dire que depuis quelques années on reçoit des maghrébins et des albanais à la chaine. Alors qu’à Bejaia ou Guelma… Enfin vous voyez l’idée.

          1. Samia

            Mais il n’en était pas question dans mon commentaire !!! Je n’y suis pour rien si on accuse de tous les maux les bretons. Je n’ai pas participé à cela. Je vous le répète Amirouche n’est pas une référence pour moi encore moins l’égorgement. Je ne comprends pas votre fixette vis à vis de l’égorgement. Vous y tenez absolument. Je vous rappelle que la torture a été pratiquée des deux côtés mais maintenant il est temps de passer à autre chose. Cette époque est révolue comme ce qui s’est passé entre la France et l’Allemagne ou comme d’autres conflits de par le monde.
            Quant à l’histoire de ce côté de la Méditerranée, cela n’est pas aussi simple et n’est pas à réduire à « les kabyles ont égorgés encore et encore ». Que pensez vous des bureaux arabes ? Était-ce une bonne chose à votre avis ? Était-ce normal de vouloir arabo islamiser tout le monde ?

  4. AbouLeon

    Il y a des jours où je regrette d’être né européen, blanc.
    Etre accusé de tout les maux, des croisades à la colonisation, au nazisme, à l’américano-sionisme. Savoir que je serais à jamais conspué comme xéno/ islamo/ homo/ grosso phobe.
    Que je suis condamné à payer pour des parasites afro-musulmans, des obèses intolérants ou autres, leurs « mode de vie », leur arrogance et leur médiocrité.
    Que toute ma vie ne sera qu’un purgatoire de vache à lait et de dhimmi.

    Puis je me dis… Quand même si mes ancêtres ont fait tout les trucs atroces que les envahisseurs et leurs laquais m’accusent d’avoir fait par culpabilité héréditaire, faudrait peut-être qu’ils la mettent en sourdine avec leurs abus et revendications outrancières. Parce que là, l’ours commence à se réveiller après en avoir pris plein la tronche. Pas En France, pas encore, grâce à des nullités comme MLP, mais tout autour ça bouillonne. Ca va chier et il va pleuvoir du sang pas hectolitres. Albach tablait sur 2019, à voir, avec Macron on s’en approche à grand pas.

  5. frejusien

    On finira bien par réveiller le vieux sang gaulois, franc, ostrogoth, wisigoth, vandale, romain, qui coule dans nos veines, et on jettera par dessus bord , toute cette fange suceuse et parasite qui nous envahit, après nous avoir inoculé, le venin de la mouche tsé-tsé

Comments are closed.