Désolée, jamais vu de gamine de 4 ans violée par 3 de ses camarades avant l’invasion musulmane


Désolée, jamais vu de gamine de 4 ans violée par 3 de ses camarades avant l’invasion musulmane

Et ils essaient de nous faire croire que ce serait sinon normal du moins pas vraiment étonnant. Il faut lire l’article du Parisien ci-dessous en se maîtrisant pour ne pas aller fiche des pains à répétition, à défaut d’enfermer les fautifs sans boire ni manger dans un cul-de-basse-fosse jusqu’à ce que mort s’ensuive.

1 pain à la directrice de l’école :  ils étaient où les enseignants pensant que 3 autres gamins de 4ans la déshabillaient et la pénétraient avec leurs doigts ? Et pas qu’une fois, c’était déjà arrivé 2 fois l’année précédente ! 3 fautes graves, défaut de surveillance. Ils étaient où les enseignants  ? En train de boire le café en tapant sur Marine Le Pen ?

1  pain supplémentaire à la directrice de l’école pour avoir conseillé aux parents de ne pas aller porter plainte, des fois qu’on dénonce son incompétence, des fois qu’on stigmatise les violeurs ?

1 un pain aux violeurs, qu’ils aient 4 ans n’empêche pas qu’ils savaient ce qu’ils faisaient, qu’ils savaient qu’ils usaient de violence, qu’ils savaient que ce qu’ils faisaient était interdit.

1 pain à tous les Taubira et Belloubette qui ont décidé que les mineurs étaient irresponsables et pouvaient donc tuer sans en payer le prix.

1 pain à Jérôme Coumet, maire socialiste du XIIIème qui n’a pas d’autre solution qu’une réunion avec un pédopsychiâtre. Pour enfumer les parents, les rassurer, leur faire croire que ce n’est pas grave, que ce n’est qu’une espèce de « touche-pipi » ?

2 pains à l’autre élu parisien qui tient à garder l’anonymat ( tiens donc ! )  pour faire croire que ce serait normal, que les parents feraient  des projections d’adultes sur des actes d’enfants.

3 pains à Michèle Créoff, vice-présidente du Conseil national de protection de l’enfance (CNPE) qui relativise clairement les choses, tout cela serait presque normal, quoi, c’est vrai, à 4 ans on se demande comment sont faites les filles, on découvre la sexualité…  Vous attendez encore beaucoup de choses du CNPE vous ?  Même si  elle corrige un peu sa première réaction en ciblant les parents et en s’interrogeant sur le phénomène de groupe, elle a tout de même relativisé les choses dans un premier temps. Impardonnable. Il est vrai qu’il y a toute une génération Cohn Bendit qui considère que les enfants ont droit à la même sexualité que les adultes.

4 pains aux journaleux, enquêteurs, spécialistes, juges…. qui vont enquêter pour savoir si les petits violeurs ont assisté à des choses de ce genre chez eux, s’ils ont eux-mêmes été violés. C’est bien. Mais très insuffisant, ils vont même vérifier si la victime n’aurait pas été l’instigatrice du viol… Et ils vont se contenter de cela, se gardant bien de poser les questions qui fâchent :

Quelle est la part de l’immigration musulmane dans ce sinistre « fait-divers » ?

Personne ne parle des origines de la victime, ni de celles des petits violeurs. Quelles sont-elles ? 

Or, on sait que la culture musulmane est misosyne, violente, et sexuellement obsédée.

Lire et relire la démonstration de Wafa Sultan, imparable :

C’est pourquoi je suppose que l’islam a encore mis son nez infâme dans l’affaire. Mais qu’on ne nous le dira pas.

Bien sûr il  y a aussi des détraqués chez les non musulmans, des violeurs, des parents indignes regardant des films porno avec leurs enfants. C’est vrai, hélas.

Mais quand, dans un arrondissement avec nombre d’Asiatiques et beaucoup de musulmans une histoire pareille arrive, on ne peut s’empêcher de penser que la petite victime pourrait être une petite chinoise, discrète, silencieuse et, pour cela, prise comme victime par une bande de petits salopards qui ont l’habitude chez eux – et à l’école coranique ? – d’entendre dire que la femme non musulmane est une esclave et que, de toutes manières, les femmes sont là pour obéir aux hommes. Hommes aimant par-dessus tout être et agir en groupe… Même dès l’enfance. Et cela expliquerait le souci de la Directrice de ne pas faire de vague.

D’ailleurs, une simple main courante, même pas une plainte a été déposée. Sur l’instigation de la Directrice ? Parce que les parents, timides, n’osent pas se rebeller ?

Enquête autour d’un viol entre élèves de maternelle

Une «main courante» a été déposée auprès du commissariat après les faits dont aurait été victime une fillette de 4 ans, scolarisée dans le XIIIe arrondissement de Paris.

Sur le fond, les faits sont graves, dérangeants, mais sur la forme, rien ne dit qu’ils pourraient être matérialisés juridiquement. Encore moins qu’ils donneront lieu à des poursuites. Et pour cause. Cette affaire de « viol en réunion », dont vient d’être saisie la brigade des mineurs de Paris, implique des enfants âgés de… 4 ans seulement, scolarisés en moyenne section de maternelle. On est donc là aux confins du droit, et de l’éducation.

Les faits ont éclaté au grand jour en début de semaine, lorsqu’une personne s’est rendue au commissariat du XIIIe arrondissement pour y déposer une « main courante. » D’après ses dires, une fillette de 4 ans a été victime de « viol ». Des faits qui remonteraient à mi-septembre, et auraient eu lieu dans la cour d’une école maternelle du même arrondissement, où est scolarisée la fillette. Celle-ci aurait été isolée par trois camarades sous une structure de jeu, lesquels lui auraient retiré ses vêtements avant de pratiquer une « pénétration digitale ».

Le même type de faits aurait eu lieu à deux reprises, au cours de l’année scolaire précédente. La fillette aurait alors été victime de deux autres camarades. Avertie de ce qu’il se serait produit mi-septembre, la directrice de l’établissement aurait déconseillé aux parents de porter plainte.

« Ce type d’actes n’est pas exceptionnel »

Désormais sur la place publique, ces actes ont provoqué un vif émoi au sein de la communauté scolaire, et particulièrement des parents d’élèves. « Une réunion aura lieu très prochainement, sous l’égide de la mairie du XIIIe, au sein de l’école, annonce Jérôme Coumet, le maire (PS) de l’arrondissement. Un pédopsychiatre sera présent, afin de mettre les mots de professionnels sur ce qu’il s’est produit. » « Il faut entendre l’inquiétude des parents, la prendre au sérieux, note un autre élu parisien sous couvert d’anonymat. Mais il faut aussi aborder cette question avec sagesse, et se garder de faire des projections d’adultes sur des actes d’enfants. »

« Ce type d’actes n’est pas fréquent, mais pas exceptionnel non plus, relève pour sa part Michèle Créoff, vice-présidente du Conseil national de protection de l’enfance (CNPE). On est à l’âge des premiers émois. A un stade de développement où la curiosité émerge, notamment au niveau sensoriel et sexuel. » Techniquement, s’il n’existe pas d’immunité pénale liée à l’âge, « les parquets, dans la pratique, n’engagent bien évidemment pas de poursuites contre des enfants aussi petits », précise un policier spécialisé.

Déposer plainte pour qu’une enquête sociale soit ouverte

Cela étant, ce type de comportements pose question. « Là, on n’est pas dans une histoire de touche-pipi entre deux bambins, relève ce même policier. Il y a plusieurs enfants impliqués, et une violence exercée envers cette petite victime. » Michèle Créoff ne dit pas autre chose. « Là où il y a problème, c’est quand on a affaire à un phénomène de groupe, dans une forme de surenchère émotionnelle. Il faut alors comprendre comment un groupe d’enfants, aussi jeunes, peut en abuser un autre sans qu’il n’y ait eu de prise de conscience du milieu éducatif ou parental. »

C’est pour cela que ce policier préconise qu’« en pareil cas, une plainte soit systématiquement déposée ». Sous l’égide du parquet, un juge des enfants est alors généralement saisi. Le magistrat a la possibilité d’ordonner une enquête sociale en milieu ouvert. L’audition des parents, mais aussi des enseignants ou intervenants, doit permettre une levée de doute. Et de vérifier qu’à travers ces pratiques, les enfants, victimes comme auteurs, n’ont pas reproduit des gestes qu’un adulte aurait pu leur faire subir, ou dont ils auraient été par inadvertance les témoins.

http://www.leparisien.fr/paris-75/enquete-autour-d-un-viol-entre-eleves-de-maternelle-10-10-2018-7916028.php

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


23 thoughts on “Désolée, jamais vu de gamine de 4 ans violée par 3 de ses camarades avant l’invasion musulmane

  1. Hope

    Dans 10 ans voire moins c’est les tournantes dans les caves! Bravo aux enseignants ces larves qui ont peur de faire des vagues.
    Ils sont tous complices dire qu on leur confie des enfants.
    Bon courage aux parents ca ne fait que commencer

    Reply
  2. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    – » un pain aux violeurs, qu’ils aient 4 ans « –

    @Madame Tasin, vous oubliez, si vous me permettez de le signaler,
    « tous les pains perdus » dans l’entourage des apprentis violeurs.

    Je veux parler de peut-être pour commencer :

    – 8 pains, un pour chaque parents ; ça n’e leur est pas venu comme ça à ces gosses, même si Najat Vallaud Belkacem y a une part de responsabilité pour l’enseignement obligatoire de la pratique sexuelle en maternelle.

    Puisque les violeurs sont jeunes, je suppose que non loin des pères et des mères sont aussi 16 autres pains à distribuer, un pour chaque grand parent

    Puis selon l’origine, peut-être des secondes épouses et des oncles, des tantes, des cousins…

    @Madame Tasin, ça en fait des torgnoles de perdues !

    Et des gens sur les bancs des accusés, notamment la Najat Vallaud Belkacem qui nous a empoisonnés pendant tout le mandat de Hollande pour imposer cet enseignement et d’autres qui n’ont pas lieu d’être en cours et qui par contre monopolisent le calendrier laissant bien peu de temps pour les autres disciplines nobles prévues dès l’origine pour éduquer les esprits dans la culture et l’intelligence.

    Reply
      1. BobbyFR94

        Christine, tu multiplies les pains, je n’ose dire que c’est du plagiat, car la chose est bien trop grave !!!

        Je suis prêt à parier que les agresseurs viennent de la « diversité » et sont issus de familles muzzs !!

        Plus le temps passe, et plus le moment où ça va dégénerer, après la vague de massacres due aux mensonges et autres soumissions – par cupidité d’abord, ne JAMAIS l’oublier – la HAINE qui se développe devant le comportement des CLOPORTES fera que ce sera la valise ou le cercueil !!!

        Laurent OBERTONE, Eric ZEMMOUR seraient sans aucun doute de mon avis…

        Reply
  3. valkyrie

    Moi non plus, jamais entendu une saloperie pareille, une petite de 4 ans violée à l’école par 3 salopiauds, et les adultes qui ne voient rien ????? Encore une fois pour ne pas faire d’amalgame certainement, voilà la réponse à leur silence.

    Reply
  4. Monique

    Ils ont appris ça où?Sans vouloir jouer l avocat du diable ils l ont pas sucé de leur pouce.Peut être que ces enfants subissent aussi des attouchements chez eux et le reproduissent sur leurs camarades

    Reply
  5. Fomalo

    Christine… quatre ans! C’est vrai que c’est l’âge où l’on joue à touche-pipi avec les petites copines et les petits copains. (A l’âge de mes enfants, c’était Brétecher qui illustrait les affreux caca-boudin). Le « gang rape » n’existe pas à cet âge, sauf à démontrer psychologiquement une tendance perverse et collective organisée pour se tourner vers une victime timide ou handicapée et consentante « par défaut ». Rien ne permet de faire prévaloir une culture d’ici ou de là. Mais l’accès à des site de pornographie, l’exemple de parents, de frères et soeurs ou de proches, OUI.Donc enquête sociale, y compris chez les gardiennes(ns) des mômes avant le retour des parents. Le deuxième point inquiétant, c’est que cela s’est déjà produit dans l’établissement, l’an dernier. Alors on enquête dare-dare sur les encadrants, les maîtres et maîtresses et tout le personnel, y compris des cantines. Mais je trouverais bien de connaître l’origine et la nationalité de la petite victime, et celle de ses parents..

    Reply
  6. Christian

    Sur LCI aujourd’hui le journaliste Frederic Beghin qui a écrit un livre sur la religion et l’école « une prière pour l’école » explique que maintenant en maternelle les enfants ne veulent pas venir en classe si les meubles sont rouges car allah l’interdit, à Roubaix pour la fête de l’aïd 900 élèves sur 1000 ne sont pas venus en cours, pendant le ramadan des collégiens ne vont pas à la piscine de peur de rompre le jeune en buvant la tasse, des enfants en CP (6 ans) font la Ramadan… et nous savions (hein schiappa) que des petits gars en maternelle ne donnent pas la main à de petites filles, on se doute maintenant pourquoi… LA CHARIA comme au bled, ils commencent dés la naissance alors une tournante pourquoi pas !! Moi je convoque les parents, je coupe les allocs et je vérifie leurs papiers avant un probable retour sur une terre d’islam ou ils feront bien ce qu’ils veulent ces dégénérés.

    Reply
  7. frejusien

    C’est évident qu’il faut une enquête globale et approfondie,
    vois les responsabilités du personnel de l’établissement,
    vérifier s’il n’y a pas d’autres cas au sein de l’école,
    voir s’il n’y a pas un pédophile adulte qui sévit discrètement et entraine les enfants à ce genre de pratique,
    et l’origine ethnique des enfants ???? motus et bouche cousue

    QUELLE HORREUR ! la responsable minimise les faits avec son blabla politiquement correcte, Michèle Créoff, si on compte sur ça pour protéger les enfants !!!

    Reply
  8. Machinchose

    « s’ils ont eux-mêmes été violés.  »

    trés forte probabilité! par un oncle, un grand frère, un cousin, un « ami » de la famille!

    en Maghrébie on peut dire que la grosse majorité de ces momes ont été sodomisés par des proches, certaines enquêtes avancent le chiffre de 85%, et les plus touchés sont les petits garçons

    bon! pour ces trois monstres en herbe, une seule solution, la circoncision au ras des couillettes

    PS: cet aprés midi, devant me rendre a Paris, je suis descendu au métro République, je sors sur la place et……………………effroi ! saisissement ! des DIZAINES de jeunes nègres, ados et jeunes adultes en train de branler les mouches, de brailler, j’ enremarque trois montés sur des vélos jaunes, genre vélib ??

    je reviens trois heures plus tard, toujours le même spectacle désolant, et les vélos jaunes présents

    je ne crois pas que ces nuisibles soient les premiers a payer une location de vélo tout un aprés midi….

    un gouvernement normal ferait le necessaire en controlant TOUS ces parasites

    ou tu as volé le vélo? tu ne travailles pas ? tu ne va pas a l’ école ? allez hop! en chantier de rééducation, a la chinoise, et le premier journapute qui l’ ouvre, direct enrôlé avec eux!!

    j’ ai risqué me faire heurter pas un scooter conduit par un « GRIS » qui estimait normal de rouler sur le trottoir car le sens de circulation ne lui convenait pas

    la solution , mais pas avec les tapettes actuelles, consisterait a recruter des « garde-villes » bénévoles, assermentés qui auraient droit de verbaliser toute cette racaille, voire la faire arrêter,ils seraient bien sur armés et auraient le droit de flinguer dans les pattes les récalcitrants (ne soyons pas exigeants, la tête ça viendra, quelques mois plus tard 😆 )

    les parasites mélanisés que j’ ai eu le bonheur de croiser , selon source bien informée, c’est tous les jours qu ils sont là….

    et d’ aucuns viendront piailler en miaulant au « racisme »

    oui! c’ en est! tout comme le rejet que je peux eprouver de ces déchets!

    Reply
  9. Robertr

    S’il est vrais que nous avons comme beaucoup découvert nos différence physique avec les filles dans les cours de récréation, il n’en demeures pas moins que cella rester enfantin,cette religion qui n’en est pas une (c’est un doctrine politique qui règlemente votre vie du levant au couchant) donc pas une religion ,engendre des fous de dieux (il ce nomme ici). Nos enfants et petits enfants ne connaîtrons plus l’insouciance de l’enfance dans l’enfer ou nous les en voyons !

    Reply
  10. gélaud

    Mardi, les 17 réfugiés de l’Aquarius que la France s’était engagée à accueillir sont arrivés à Paris.

    Dix-sept réfugiés du navire humanitaire Aquarius, que la France s’était engagée à accueillir au nom de la solidarité européenne, sont arrivés mardi à Paris, a-t-on appris auprès de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii).

    Arrivés dans la matinée à l’aéroport de Roissy par avion de ligne, les réfugiés ont été accueillis par des agents de l’Ofii, a indiqué l’Office sur son compte Twitter.

    Le groupe comptait 11 Libyens (soit trois familles), 4 Pakistanais, un Soudanais et un Ivoirien. Il y avait parmi eux 3 femmes et 4 enfants, selon le décompte que l’AFP a pu consulter.

    Arrivés depuis Malte

    Ils devaient ensuite se rendre dans l’Aube, la Haute-Marne, l’Yonne et les Vosges, a-t-on indiqué à la Direction générale des étrangers en France (DGEF) qui organisait le retour.

    Reply
  11. Laurent PLaurent P

    Coquilles :
    > ils étaient où les enseignants pensant que 3 autres gamins de 4ans la déshabillaient
    ils étaient où … pen–d–ant que …
    (proximité touches s et d)

    > 1 un pain aux violeurs, qu’ils aient 4 ans
    Soit « 1 pain »
    soit « un pain »
    mais pas « 1 un » pain

    Reply
  12. Joël

    « qu’ils savaient que ce qu’ils faisaient était interdit. »
    Ben non, justement. Ils écoutent à la perfection l’enseignement de leurs parents et de leur petit livre vert, le seul qui fait foi et force de loi.
    Quant à cette directrice, en conseillant aux parents de ne pas porter plainte, ben désolé, elle est complice de viol sur mineur. Et les enseignants qui regardaient ailleurs aussi.

    Reply
  13. Joël

    J’ai oublié d’ajouter : « main courante », c’est-à-dire que cela ne sortira pas de la poubelle du commissariat. Faudrait pas faire monter les dernières stats de collomb sur la criminalité, hein !

    Reply
  14. François T

    Je le dis tout de suite : j’habite le XIIIe arrondissement et j’enseigne en maternelle dans un arrondissement limitrophe. J’ajoute que je suis engagé dans le combat contre l’islam(isme) et qu’il serait tout à fait injuste qu’on soupçonne que je puisse d’une quelconque manière défendre ce que j’attaque constamment.

    Cet article me paraît insuffisamment mesuré. Non pas que je veuille diminuer la gravité des faits rapportés. Cependant, certains arguments et conclusions ne me paraissent pas fondés.

    D’une part, si il y a beaucoup d’Asiatiques dans certains endroits du XIIIe – le plus grand quartier de Paris–, il ne faut pas croire qu’il y en ait partout et rien n’est dit sur la localisation de l’école en question. Il y a donc des chances qu’elle soit hors du « quartier chinois » où ne se trouvent qu’un peu plus d’une dizaine d’écoles primaires (dont seulement quatre ou cinq écoles maternelles). Mais ceci n’est qu’un détail, j’en conviens. Cependant l’article ne devrait pas se laisser aller à des clichés sur le « XIIIe chinois ».

    D’autre part, puisque rien n’est dit sur l’origine des enfants concernés, il est abusif d’en déduire que leur origine pourrait bien être musulmane. Certes, l’éducation musulmane entraîne bien souvent des pathologies sexuelles liées à la frustration mais je pense sincèrement que ses effets ne se font sentir qu’à partir de 7 ou 8 ans et, plus sévèrement, à l’adolescence. Comme dit l’article par ailleurs, « il y a aussi… chez les non musulmans… des parents indignes regardant des films porno avec leurs enfants ». Ce fait divers est plus caractéristique d’une société où les enfants ne sont pas laissés à leur enfance par des parents qui ont abdiqué devant les difficultés, les obligations et les exigences de l’éducation ou/et considèrent leurs enfants comme plus âgés qu’ils ne le sont.

    Le « touche-pipi » est un non-événement auquel nous, enseignants en maternelle, sommes constamment confrontés mais l’acte rapporté semble plus grave. Il faut cependant prendre les choses avec du recul.

    L’attitude apparemment désinvolte de l’équipe enseignante n’est pas excusable car, lorsque nous savons au sein d’une école que des attouchements ont eu lieu, cela fait partie de notre boulot de faire de sorte que les enfants ne réitèrent pas, en leur parlant d’abord et, par la suite, en renforçant notre vigilance. Ce qui est arrivé dans cette école était prévisible et aurait pu et dû être évité par une surveillance renforcée. On ne peut cependant pas tout voir dans une cour de récréation et un instant d’inattention peut arriver même si des mesures de surveillance renforcée ont été prises.

    Ceci dit, les enfants de cet âge n’ont pas forcément une perception aussi développée que nous pouvons l’avoir, nous les adultes, de la gravité de certains actes. L’enfant bon et respectueux des autres est un fantasme de philosophe. L’enfant est ce que ses désirs le portent à être. Et ils peuvent le porter au meilleur comme au pire. C’est à l’éducation de donner un cadre « civilisé » à ses désirs. Qu’on se rappelle l’excellent film (ou livre que je n’ai pas lu mais qui est, paraît-il, tout aussi excellent) « The lord of the flies » (Le seigneur des mouches). Peut-être, dans cette histoire, la petite fille était-elle consentante, ou non réticente. Peut-être n’y a-t-il eu aucune violence. Peut-être les parents de la petite fille ne sont eux-mêmes pas très équilibrés et ont-ils monté en épingle un incident qui ne traumatisait en rien leur fille. Nous avons parfois affaire à des petites filles exhibitionnistes et parfois affaire à des parents à l’esprit tordu.

    La religion n’est pas pour grand chose dans le comportement d’un enfant de quatre ans. Il n’a pas encore intégré le conditionnement transmis par les parents. Cela viendra après. Il faut éviter la caricature en ramenant tout événement à cela.

    Reply
    1. Yann Kempenich

      Je ne pourrais donner d’avis en la matière… ce n’est pas mon domaine. Mais ne croyez-vous pas qu’un environnement très porté sur le radicalisme puisse quand même influencer des enfants de 4 ans ? En Syrie, j’ai souvenir d’enfants très jeunes initiés à des simulacres d’exécution…

      Reply
      1. François T

        La Syrie n’est pas la France. L’enfant, là-bas, avait non seulement des parents islamistes mais un environnement islamiste. Il y était aussi soumis à des pressions qui ne peuvent s’exercer dans une école publique. Soumis également à un enseignement limité à l’apprentissage par coeur de sourates dont il ne comprenait rien mais qui limitait volontairement son intelligence pour mieux obtenir son obéissance. Et les simulacres d’exécutions n’étaient que des « jeux » malsains pour des enfants trop jeunes pour en bien comprendre le sens. D’autre part, vous parlez bien de simulacres d’exécutions, pas d’actes sexuels d’enfants entre eux. Ce n’est pas la même chose. La sexualité des enfants, même si elle peut être pervertie, n’en est pas moins liée à leur âge. Et, à quatre ans, elle n’a rien à voir avec la sexualité d’adultes.

        Reply
  15. bon sens

    la voilà l’explication ? tellement pervers dès l’enfance ils finissent dans les bras d’une religion misogyne, perverse et qui domine leur pulsions bestiales.

    ils se connaissent tellement bien ( eux-mêmes et leur coreligionnaires ) qu’ils cachent leurs femmes, soeurs, enfants pour ne pas réveiller le monstre qui gît dans les slips mâles

    Reply
  16. diogène

    Attention à ne pas se perdre en conjectures et supputations, et aussi prendre ses projections pour la réalité …

    On ne sait pas clairement ce qui est arrivé et de quel milieu sont les enfants agresseurs.

    Les enfants agissent souvent par mimétisme, on peut donc toutefois supposer qu’ils reproduisent ce qu’ils ont vu ou subi …
    Une plainte des parents aurait été utile pour diligenter une enquête : sont-ce les parents des agresseurs, par leur comportement, qui sont à l’origine de ces actes ou des grands frères ?
    ça touche de tout petits enfants à l’aube de leur vie ! Et déjà de la violence !

    Les enfants imitent beaucoup leur entourage, c’est donc de ce côté là qu’il faudrait faire une enquête…

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *