Non, le musulman modéré ne peut pas exister


Non, le musulman modéré ne peut pas exister

Un fait est de plus en plus admis quant à la religion musulmane. C’est qu’il ne peut y avoir de version modérée. Il y a l’islam point avec ses versets coraniques appelant au meurtre de tout ce qui n’est pas musulman, tous les hadiths cantonnant les femmes dans un statut moyenâgeux sous peine de leur simple et cruelle exécution. Tous les assassinats, ces derniers jours, de femmes en terre d’islam en sont de parfaites illustrations. Ce n’est pas le fait du hasard, ni de fous, ni de déséquilibrés mais bien de prescriptions islamiques.

Toute femme ayant bravé la morale d’allah peut être ou plutôt en réalité doit être punie. La doctrine mahométane est bien loin, vraiment bien loin d’être un courant de pensée modéré. Bien au contraire, tout est dans l’excès, on le voit bien avec la sémantique utilisée dans tous les textes liés à l’islam. Lapidation, coups de fouet, membres coupés en cas de vol, pendaison en cas d’apostasie, razzias et j’en passe, que des références à des faits d’une extrême violence. De plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer ce que prône le coran auquel croient les musulmans. Parmi ces derniers, il y a ceux qui sont au courant et qui y adhèrent en toute connaissance de cause, d’autres ne connaissent pas vraiment les textes mais ne sont pas dérangés quand ils apprennent de ci de là les infamies dictées et commises par leur prophète. Par loyauté à celui-ci, ils s’aveuglent délibérément. Enfin, il y a ceux, je dirais une bonne partie de la troupe, qui ont admis le fait d’être intrinsèquement des adeptes de mahomet et qu’à ce titre ils s’interdisent de se poser des questions, cela étant blasphématoire. Quand, ils sont confrontés aux aberrations de l’islam, ils font tout pour se persuader que ce n’est pas vrai, qu’on essaie de salir leur belle religion d’amour et de paix, que ce sont leurs interlocuteurs qui n’ont rien compris au message de leur prophète. Ce sont des moutons de Panurge qui, à l’insu de leur plein gré, se sont enfermés dans des pratiques frisant le ridicule et les empêchant d’avoir des relations normales avec les non musulmans.

 

Qu’est ce qui a amené toutes ces personnes dans un tel fourvoiement ?

 

Dans les sociétés musulmanes, l’individu n’a pas d’existence propre, il fait partie dès sa naissance d’un groupe, d’un collectif. Il ne peut y échapper, il est arrimé à sa communauté qu’il le veuille ou non. Cela étant, le but de l’éducation des enfants en islam n’est pas d’en faire des individus autonomes, libres et responsables mais de bons petits soldats obéissants sans capacité de réflexion. Les valeurs éducatives ne se font donc pas seulement par les parents mais par tout le groupe qui est là pour transmettre à tous ses membres un sentiment très fort d’appartenance à l’oumma islamique. Par le biais de la tendresse de la mère, du père, les grands parents, les oncles, les tantes, le petit musulman est programmé à bas bruit pour être un bon esclave d’allah. C’est ainsi qu’il aura en lui ce sentiment de fidélité envers tout ce qui est musulman et parfois même en contradiction avec son moi profond. La loyauté à l’islam qu’on lui a chevillée au corps dès sa plus tendre enfance l’amènera, bien trop souvent et en dépit de la désapprobation ressentie, à ne pas réagir face à certains comportements violents de ses coreligionnaires. En outre, son développement psychoaffectif aura tellement été empreint de ce sentiment de sujétion vis à vis de l’islam qu’il sera difficile de lui faire entendre raison sur les travers de sa religion. Dans la psyché musulmane, l’islam est confondu avec l’amour porté à sa famille. C’est là que réside la force de la doctrine de mahomet. Il n’y a pas de distinction entre les deux. On ne peut aimer sa famille que si elle est musulmane. C’est un vrai cercle vicieux. C’est ainsi qu’une bonne part des musulmans, qui souhaitent quitter l’oumma, ne le font pas par peur de perdre les êtres qui leur sont chers. Apostasie signifie faire le deuil des siens et je peux comprendre que cela en rebute plus d’un…

Pour ma part, c’est cet état de fait qui me fait dire que le musulman modéré ne peut pas exister. Pourquoi ?

Comme dit précédemment, le musulman n’est pas libre, il n’a pas d’existence propre. Il appartient de façon systématique à ce groupe, l’oumma. On ne lui demande pas son avis, c’est un fait admis. A ce titre, ses actes, son comportement, ses valeurs.. ne lui appartiennent pas. Il ne peut pas agir comme il l’entend. S’il veut un peu de liberté, il devra soit se cacher soit se battre pour mener sa vie selon son bon vouloir. Tout en sachant que probablement, il devra subir un harcèlement sans nom de la part de sa famille. Si c’est une fille, cela sera pire, l’adepte risquera des sanctions physiques pouvant aller jusqu’à la mort.

En islam, la demi-mesure est un concept qui n’existe pas. Cette doctrine ne supporte pas le moindre écart. C’est soit vous êtes musulman soit vous ne l’êtes pas. C’est ainsi que ces dernières années, nous avons vu des jeunes filles originaires d’Afrique du Nord très coquettes se transformer en corbeaux austères. Ces filles aimaient la vie à l’occidentale, cela sautait aux yeux. Petite jupe courte, maquillage, sorties, elles ne s’en privaient pas. Mais dans l’ombre, des personnes de leur entourage, des personnes aimées les ont gentiment mais sûrement ramenées vers les comportements islamiques. L’agent dormant, l’affectif empreint d’islam, a été réactivé et on voit bien comment cela a bien marché. Ces pauvres filles croient d’ailleurs que leur choix du voile s’est fait librement ! Ah ! Ah ! La liberté en islam, terme qui signifie la soumission…

J’ai connu pour ma part, lors de mes études, une camarade musulmane qui pendant des années ne m’avait jamais parlé d’islam jusqu’au jour où un de ses cousins venant du Maghreb à commencer à la culpabiliser, réactiver son appartenance à l’oumma. Bingo ! Carton plein ! Elle a commencé, dans un premier temps, à changer son discours sur les non musulmans à qui auparavant elle était très attachée. Elle a voulu, moi l’apostate, me persuader des bienfaits de l’islam par des approches on ne peut plus malhonnête. Enfin, elle s’est voilée, mariée pour se consacrer à son maître euh mari.

Dans un registre différent mais qui va dans le même sens, une de mes amies d’enfance, une arabo musulmane mariée à un non musulman, a dû subir, en silence, les commentaires désobligeants, les fouilles de son domicile par ses cousines. Ces dernières se comportaient comme une vraie police de la charia. Elles cherchaient à savoir si leur cousine, mon amie, ne mangeait pas de porc, ne buvait pas d’alcool, enfin ne respectait plus les règles coraniques. Mon amie ne disait rien face à ces intrusions intempestives, dépassant ouvertement les limites de la liberté individuelle. Que nenni, elle n’existe pas chez les musulmans. Cette femme, pourtant intelligente et pas vraiment portée sur la religion, laissait faire ces personnes franchement désagréables tout en prenant le risque d’agacer son mari non musulman. Cela n’a d’ailleurs pas tardé à arriver. Elle, bien que pas d’accord, n’arrivait pas à s’opposer à ces comportements inadmissibles. C’est toujours la même chose : la peur, nichée dans le psychisme du musulman,  de décevoir l’oumma, d’être perçu comme un mauvais sujet islamique.

D’une manière ou d’une autre donc point de modération en islam, soit vous en faites trop soit pas assez. Le juste milieu n’existe pas, ne peut exister. Ce milieu, je l’appelle en réalité l’apostasie. C’est la zone de liberté. On ne se sent plus investi du sentiment musulman soit dans le zèle de faire respecter les préceptes mahométans soit dans la culpabilité de ne pas en faire assez.

Le musulman, quoi qu’il en soit, tant qu’il n’a pas tranché avec l’islam peut à n’importe quel moment être ramené dans l’oumma. Il suffit d’une poignée d’individus attachés à la morale islamique dans une famille, même élargie, pour que le virus pathogène islam soit réactivé chez le musulman « modéré ». Finalement, on peut dire que pour ce dernier il est toujours sur la brèche, en attente d’être réislamisé, ses liens affectifs pouvant lui jouer des tours à tout instant. C’est ce qui se passe actuellement en France, ça n’est pas autre chose.

 

J’avais dit au début de mes interventions sur RR que je me sentais coincé entre l’oumma islamique et l’oumma dhimmi, avec le recul je dirais maintenant que je suis plutôt dans la zone de liberté. Etre ni dans l’une ni dans l’autre !

 

http://resistancerepublicaine.eu/2018/06/20/apostate-de-lislam-je-suis-coincee-entre-loumma-islamique-et-loumma-dhimmi/

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Samia

Apostate de l'islam, islamophobe et fière de l'être,je me sens comme Dihya, la reine des Berbères, qui a combattu l'envahisseur musulman sans jamais faiblir. Bien sûr, je ne combats pas par l'épée mais par les mots que l'on peut parfois, quand ils sont bien choisis, comparer à des flèches bien aiguisées.


23 thoughts on “Non, le musulman modéré ne peut pas exister

  1. Machinchose

    Si!! ça existe !!

    dans un bled ou, enfin il peut piccoler a loisir, baiser a couilles rabattues, tant femmes vierges que beaux éphèbes ( au fait ? puceaux de la rondelle, ou pas ? le coran n’ est pas trés explicite…), se prélasser a l’ ombre des arbres fruitiers, tremper ses petons dans l’ eau claire des ruisseaux abondants, et ………et……ou il n’ est nulle part question de faire le con a prier le cul en l’ air en risquant la tache de caca sur le front…..c’est ce qu ils appellent « el janna » le Paradis d’ ALLAH

    et voilà ou on trouve les Mizilmons modérés

    1. Tamerlan

      Il me semble que l’hymen des houri repousse, ça doit être pareil pour les éphèbes, leurs rondelles se régénèrent.
      Peut être faudrait-il poser la question à un « savant ».

    2. Laurent PLaurent P

      > au fait ? puceaux de la rondelle, ou pas ? le coran n’ est pas trés explicite…
      Pas explicite, le coran ? Vous plaisantez !
      Le coran est explicite POUR QUI A L’ESPRIT TORDU par l’islam, ou por un occidental rompu à rechercher le diable qui se cache dans les détails.
      A quoi le coran compare-t-il les éphèbes ?
      A des perles.
      Mais attention, pas à n’importe quelles perles, non, le coran compare les éphèbes à des perles… défilées.
      C’est QUOI des perles défilées ? Ce sont des perles sorties du fil sur lequel elles étaient enfilées pour former un collier.
      Et c’est QUOI la différence FONDAMENTALE entre une perle brute et une perle défilée, ou encore une perle sur collier ?
      La PRINCIPALE différence c’est que la perle défilée, contrairement à la perle brute ou à celle sur collier, à UN TROU VISIBLE.
      Voilà, vos éphèbes sont agréables à regarder, comme une perle, mais SURTOUT ils ont un TROU VISIBLE.
      Autrement dit ce sont des éphèbes sodomisables à volonté.
      Voilà, c’est poétiquement parfaitement clair !

  2. crina

    On le sais depuis Bataclan. Quand Sala Abdeslam l’homme le plus recherché de la planète a pu vivre 4 mois à Molembek ça signifie que tout le quartier a été de mèche. Impliqué et d’accord.

  3. AntiislamAntiislam

    Bonjour,

    Merci, Samia, pour cette très fine analyse psychologique.

    En France, on commence à comprendre ce qu’est l’islam au niveau global (politique etc) , mais votre analyse, très pronfonde, au niveau de la personne, de la pression sur la personne, reste inconnue …

    1. Samia

      Merci Antiislam, c’est avec plaisir que je partage mon expérience et ma connaissance du vrai monde musulman, pas celui que l’on veut bien nous faire avaler.
      Si vous saviez à quel point, cette pression est terrible. Elle est insidieuse et destructrice car elle se fait dans l’intimité des familles, à l’aide d’un chantage affectif sans limite.
      Pour ma part, pour y échapper quand j’étais jeune, j’avais pris le parti de lire des livres traitant de psychologie. Cela m’avait permis de prendre du recul, de me libérer de mes chaines mentales car j’avais eu moi aussi à me battre contre cette terreur intérieure.
      J’avais une voisine, la pauvre, elle était comme toute personne amoureuse. Elle n’arrivait plus à dormir car elle culpabilisait d’avoir du désir pour son chéri. Elle était terrorisée par sa propre police de la charia, qu’on lui avait fabriquée dans son psychisme, depuis sa naissance. Je lui avais expliqué le principe de la libido humaine, qu’elle concernait tout être humain, musulmans compris. Je lui avais fait comprendre que le désir est une chose naturelle dont il ne fallait pas avoir peur au contraire car cela prouve que l’on est bien en vie. Cette information objective l’avait soulagée et depuis je suis devenue son amie. Dès que l’on se rencontre, même bien des années après, elle continue de m’embrasser et me dire merci. Comme quoi, la terreur qu’inspire la charia, n’est pas prête de s’effacer car elle se joue dans les relations intrafamiliales et c’est ce qui en fait sa force.

  4. Charles Martel 02

    Un article que je vais garder en archive et que je ne vais pas manquer de faire lire dans mon entourage. Ce qui est décrit ici j’en suis le témoin, c’est ce qui se passe chez des amis proches. Leur fille donc issue d’une famille traditionnelle française et à l’origine assez libérée comme beaucoup d’occidentales s’est acoquinée avec un musulman…

    1. Charles Martel 02

      Post très sévèrement tronqué…., Si c’est parce que mes propos peuvent porter tort au site je comprends, mais je ne pense pas que mon témoignage puisse porter tort au site, est ce un problème informatique? Mon post n’a plus aucune signification comme ça autant le supprimer

        1. Charles Martel 02

          je viens de voir que mon post a été transformé en article.. Je suis très honoré
          Merci aux webmasters..et à Mme Tasin

  5. frejusien

    Cette étude psychologique de l’emprise familiale sur l’individu, intriquée dans l’obéissance au coran, montre à quel point les politiciens se trompent dans leur vision de l’islam et des possibilités de faire un bon français d’un musulman.

    J’avais remarqué cette absence d’individualité chez les muzz,

    le muzz appartient à sa famille, et à travers elle , il appartient au Coran, il n’a pas de liberté individuelle, de liberté de pensée,
    la famille muzz fonctionne comme une ruche, où chaque individu a sa fonction à laquelle, il ne peut déroger sous peine d’exclusion et de mort,

    La famille devient une entité propre où l’individu n’existe qu’en tant que rouage, toute pièce de cette machine n’a plus d’existence ni d’utilité si elle quitte l’ensemble,

    Ainsi, les musulmans ont encore beaucoup de chemin à parcourir pour devenir des individus indépendants et responsables, le seul chemin, c’est l’apostolat, pour le reste, inutile de rêver

    1. Samia

      Tout à fait Fréjusien. Certains musulmans voudraient se libérer de leurs chaînes mais la méthode n’est pas bonne. Fuir le problème, ne pas affronter la réalité. C’est ce que j’ai fait et ça n’est pas de tout repos. Tant pis car je sais que j’ai pris le bon chemin. Être hors norme, c’est comme cela que me voit ma mère. Cette situation m’a tellement fatigué, usé à la corde que maintenant je ne la vois plus et je ne m’en porte pas plus mal. J’ai mis du temps à le faire car mine de rien c’est elle qui m’a donnée la vie. J’ai voulu être une bonne fille mais le coran s’est toujours mis entre nous. Je peux tout accepter mais pas de renoncer à mes convictions. Définitivement ma vie est sans l’islam aujourd’hui et à jamais, mère ou pas !

  6. Davis T. CrowellDavis T. Crowell

    64% des musulmans égyptiens sont en faveur de la peine de mort pour ceux qui quittent l’islam, et ce n’est pas une exception en la matière :

  7. frejusien

    Vous avez accompli un grand pas sur le chemin de la libération, et donc aussi de l’évolution puisque vous avez réussi à conquérir votre individualité,

    en fait, d’après les philosophies indous, vous êtes passé au stade supérieur à celui qu’on vous avez désigné, celui auquel vous étiez condamnée en tant que femme musulmane,
    vous pouvez en être très fière, et continuer à profiter de votre nouvel état de conscience,

    Ce soir, une série SF américaine, sur le totalitarisme religieux, un gouvernement qui se met en place aux USA, et inspiré de la Bible,
    mais ça ressemble furieusement au Coran, notamment par la réduction de la femme à un simple objet de procréation, chaine 20 de la TNT

    1. Samia

      Il m’a fallu quand même de l’aide pour sortir de cette secte pourrie. J’ai vu une psy qui m’a dit : C’est la pulsion de vie et un esprit en alerte qui ont faits la différence. Je dois avouer que je suis tellement heureuse d’avoir échappé à un destin tout tracé d’avance. C’est cela que je lègue à ma fille et j’en suis ravie.

      1. frejusien

        Bienvenue parmi les éclairés !

        De l’aide, oui, je comprends, ceux qui ont été piégés dans des sectes, ont eu besoin de beaucoup de soutien pyschologique

  8. bm77

    Vous démontrez bien par votre témoignage que le fait de pratiquer la religion enferme dans la communauté .
    Hors la société française a été organisée après des combats âpres autour d’un modus vivendi qui fait que malgré qu’on l’ai oublié un peu elle se base sur une éthique faisant abstraction de votre appartenance à une religion une race ou un sexe des personnes concernés Ceci nous a garanti justement l’espace de liberté qui nous a permis de vivre ensemble jusqu’à peu. Cela s’appelle ou s’appelait la République française laïc et universelle et nous respections cette déontologie dans une exigence nécessaire pour que tout un chacun y trouve son compte. Ceci s’était réalisé au dépend de la religion majoritaire qui régissait la société jusque là. Le mondialisme incarné par l’UE veut nous imposer l’exact contraire c’est à dire l’exacerbations des différences qui font le terreau du racisme et des exigences communautaires et religieuses et leur lobbying sur les politiques au détriment du plus grand nombre ainsi que les écarts sociaux et leur pérennisation.
    Dans ces sociétés au modèle anglo saxon les choses semblent figées dans un déterminisme ethnique, social désespérant.
    Je considère toujours que notre système est le meilleur au monde mais il est de moins en moins défendu car des acteurs de la société se sont activés à le rendre obsolète bien que nous soyons toujours sous son principe de fonctionnement.
    Comment faire avec la préférence communautaire et le service publique l’administration qui exige un traitement égal pour tout un chacun quel que soit ses opinions sa religion etc.
    Plus concrètement est-ce que nous avons la garantie qu’un fonctionnaire musulman qui reconnaît d’abord l’autre musulman comme supérieur à celui qui est athée ou d’une autre religion ne sera pas tenté de favoriser le frère ou la sœur musulmane? Et là je parle de tous les secteurs qui exigent une égalité de traitement comme les agents de la sécurité sociale ceux des caisses sociales les secrétaires des hôpitaux chargées des RDV , les employés de pôle emploi , agents chargés de traiter les dossiers de retraite , les policiers les services de première urgence etc .
    Dans les conditions que vous nous décrivez Samia est-ce que l’agent qui pourrait être identifié comme musulman par l’utilisateur du service publique qui le serait aussi ne pourra -t-il pas être « soudoyé » pour le favoriser là pour un emploi là pour le faire passer avant les autres pour un RDV médical , là pour obtenir une aide social ou être sauvé en urgence avant une autre personne etc
    C’est aussi et d’abord là en dehors de toute considérations sociologique ou théologique, au contact de la vie réelle que le problème va être le plus crucial .
    Car on est obligé de faire le constat que la pratique de la Religion musulmane, ses exigences, son intolérance pour tout ce qui n’est pas musulman et donc son favoritisme pour les siens sont incompatibles avec le fonctionnement de société Française et ses principes laïcs et républicains égalitaristes à moins de faire le forcing et de prendre le risque pour le coup d’une guerre civile qui aurait son origine dans l’exaspération grandissante de la population en but avec la réalité de l’Islam et les raisons profondes de cet révolte ne pourraient être longtemps cachées par les politiques de gauche derrière une racisme intrinsèque au Français !

  9. frejusien

    Bien vu @bm77,
    sauf qu’il ne s’agira pas d’une guerre civile , mais d’une guerre de RECONQUETE,
    reconquérir les territoires perdus ne suffira pas, il faudra remettre en route toute la société qui a fonctionné jusqu’à présent sur la préférence étrangère, notamment dans les services sociaux acquis à la gauche et aux étrangers depuis des décennies,
    il faut établir la préférence nationale, et la juste répartition des aides sociales vers les français défavorisés

Comments are closed.