Moi aussi, je veux de la parité, mais pour les hommes ! Partout !


Moi aussi, je veux de la parité, mais  pour les hommes !  Partout !

Illustration : prestation de serment à l’École de la magistrature de Bordeaux (80% de candidats féminins)

Grâce au gouverneur démocrate Jerry Brown, la Californie vient d’adopter une loi obligeant les entreprises à inclure un certain nombre de femmes dans leur conseil d’administration. Les contrevenants s’exposent à des amendes allant jusqu’à 300 000$.

“Étant donné tous les privilèges spéciaux dont les sociétés ont profité jusqu’à présent, il est plus que temps que les conseils incluent aussi celles qui constituent plus de la moitié des ‘personnes’ en Amérique“ (Begeek.fr)

Accusant généralement 10 ans de retard sur les Etas-Unis, la France, cette fois-ci, n’est pas en reste : « la loi Copé-Zimmermann impose depuis janvier 2017 la présence de 40 % de femmes aux entreprises de plus de 500 salariés » (Le Figaro)

Certains se poseront la question de la constitutionnalité de lois discriminatoires imposant la parité (ou des quotas ethniques) dans des institutions publiques ou privées, et plus encore dans le monde de la libre entreprise.

Mais alors, si la parité devient un enjeu sociétal et un but en soi, soyons logique : qu’elle soit mise en œuvre partout !

Les hommes constituant également la moitié des personnes en France, pourquoi ne pas « re-masculiniser » les chasses gardées féminines, à savoir les écoles vétérinaires (73% de femmes en 2016), la Justice (80 % des diplômés de l’ENM et près 60 % des juges) ou l’enseignement (82% dans le primaire) ? A contrario, légiférons pour féminiser le personnel politique (62% d’hommes à l’Assemblée), la Gendarmerie (80%) ou l’Armée (90%). Mais attention, pas que la haute hiérarchie et les postes prestigieux : du soldat de base au pilote de char, du CRS au démineur, il faut impérativement 50% de femmes !

Et puis exigeons la parité femme-homme dans tous les corps de métiers, même les plus modestes : crèches ou hôpitaux, blanchisseries ou boucheries, chez les éboueurs ou les bûcherons, à la caisse d’Intermarché ou chez Carglass, comme  auxiliaire de vie ou garde d’enfant à domicile.

Ne serait-ce pas là le principe d’égalité inscrit dans notre constitution ?

 

Des exemples qui interrogent

Greffiers stagiaires de l’Ecole nationale des greffes en 2016

Promotion 2013 des jeunes professeurs des écoles de l’IUFM d’Albi : 31 femmes et 2 hommes (La Dépêche)

Primaire 2017 de la gauche : où sont les 50% de candidates ?

… et à droite ?

 

Des femmes prêtes au combat : soldats du bataillon mixte des Lions de la vallée du Jourdain (Tsahal)

Futur équipage du sous-marin nucléaire d’attaque nouvelle génération Suffren

 

Le métier de femme-éboueur vu par la Mairie de Paris

Le métier de « forestière-bucheronne »

Le métier de maïeuticien (« sage-homme »)

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




25 thoughts on “Moi aussi, je veux de la parité, mais pour les hommes ! Partout !

  1. Machinchose

    😆

    c’était sur la bonne voie en 1994 a la cour d’ appel de VERSAILLES et pire en 2000 au Palais de justice de Paris pour les prestations de serment

    un majorité de filles !

    il faut aussi savoir que la profession s’ est enormément paupérisée, faut connaitre le milieu….le plus marrant c’est qu en 2000 a commencé a apparaitre une « discrimination positive » a peine voilée a l’ avantage des jeunes avocats stagiaires ayant réussi le CFPA ( certificat de formation a la profession d’ avocat) d’ origine subsaharienne…. j’ en ai entendu plaider quelques uns, ce fut l’ endroit ou « praisentéman » j’ ai bien rigolé, surtout quand la famille entière du prévenu était dans la salle et encourageait ledit avocat a haute voix….epique !!

    il y a presque 20 ans 😆

  2. Machinchose

    « Des femmes prêtes au combat : soldats du bataillon mixte des Lions de la vallée du Jourdain (Tsahal) »

    xxx

    sauf que les nanas elle ne font que deux ans et les mecs 3 ans !!

    normal, sinon qui va faire la cuisine, la vaisselle, le ménage, les courses eventuellement s’ occuper des mômes

    intimement je suis convaincu que d’ avoir voulu crééer une « égalité » homme-femme n’ a pas été dans le sens de la nature
    mauvais choix qui fut amorçé des le dé’but des années 50
    le droit de vote qui leur fut accordé en avril 44, allait ouvrir les vannes du futur « féminisme » qui allait chambouler les rapports homme/femme

    et nous amener petit a petit a des situations , dés 1968, qui allaient tuer le « mariage » fondateur de famille, avec un papa, qui travaille, une maman qui tient son ménage et sa famille et des enfants qui seraient « éduqués »
    a présent….grace a cet immense « diminutio capitis » on ne se marie plus, on vit en compagnons, et le ,la partenaire pouvant etre du même sexe,maman a barbe et papa glabre…….QUELLE FORMIDABLE REUSSITE

    1. Amélie Poulain

      intimement je suis convaincu que d’ avoir voulu crééer une « égalité » homme-femme n’ a pas été dans le sens de la nature »

      Merci Machinchose de confirmer ce que je pense ! J’ai mis mon commentaire plus bas avant même d’avoir lu le vôtre…

      1. Machinchose

        bonjour Amélie, je viens de lire vos comments

        je vais tenter d’ expliquer a mon épouse que j’ ai trouvé mon binôme femme

        ça ne va pas etre facile 😆

        1. Amélie Poulain

          Merci Machinchose, vous me flattez mais ménagez votre épouse pour la paix des ménages !

          Je reste persuadée quoiqu’il en soit que ceux qui ont besoin de « prouver » (ici la fameuse « égalité » mais la gauche aime bien prouver son « humanisme » aussi) sont le fait de gens qui se sentent en malaise quelque part au niveau de ce qu’ils professent et veulent imposer.

          Quand on est bien avec soi on n’a pas besoin de tout cela car c’est une évidence.

  3. Amélie Poulain

    Je suis parfaitement d’accord avec vous Yann, plein de professions sont à majorité féminine.

    Et pour moi, je sais je vais faire crier mais cela m’est égal, certaines ne sont pas faites pour des femmes, par exemple celle-là :

    « Des femmes prêtes au combat : soldats du bataillon mixte des Lions de la vallée du Jourdain (Tsahal) »

    Cela me choque quand j’en vois armées en tenue de combat dans des lieux publics, et je n’aurais pas idée de demander à une femme de me protéger , ce n’est pas leur rôle, n’en déplaise à certaines (s).

    Même si l’on peut penser à juste titre des femmes capables de se défendre, institutionnaliser (donc symboliser) cela, non.

    1. Yann Kempenich Post author

      Et bien, cela va peut-être vous étonner mais pourquoi pas des bataillons mixtes ou des femmes soldats pour défendre un pays. Les russes l’ont fait pendant la « grande guerre patriotique » en employant des tireurs d’élite féminins qui n’avaient pas froid aux yeux. Et dans la résistance, combien de femmes courageuses ?

      Après, d’autres questions se posent : en politique, serait-elles assez fortes pour se battre farouchement ? Il semble que Marine Le Pen ou, ici, Christine Tasin, soient des guerrières… Plus loin, il y a l’exemple de Thatcher (guerre des Malouines) ou de Golda Meir (guerre du Kippour même si son action a été controversée). Mais, actuellement, à l’Assemblée ?

      De même, n’y-a-t-il pas de conséquence à ce que la Justice, aujourd’hui, soit essentiellement rendue par des magistrats féminins ? N’y aurait-il pas des « sensibilités » différentes dans les jugement rendus pour un divorce, un migrant délinquant ou un patriote islamophobe ?

      Il y a LA loi et l’esprit des lois; l’application stricte, l’interprétation, la jurisprudence…

      Dans ses différents procès, je me demande si Christine Tasin a ressenti des différences.

      Personnellement, j’ai remarqué que certaines avaient besoin d’en rajouter pour s’imposer et d’autres reculaient devant certaines missions (contrôles de nuit par exemple).

      1. Amélie Poulain

        Yann, je n’ai jamais nié les combats possibles des femmes qui ont montré du courage, là n’est pas la question c’est indiscutable tout ce que vous citez, il y a même des femmes qui ont été plus dures et opiniâtres que certains hommes dans la Résistance.

        Je n’ai jamais dit que les femmes n’étaient pas « capables », certaines sont mêmes plus violentes que les hommes (j’aurais même peut-être en cas de conflits plus peur d’elles) mais différemment (vous l’admettez vous-même en parlant de différence de sensibilité).

        Relisez mon commentaire, j’ai dit « institutionnaliser » en créant des femmes-soldats, non.

        J’ai dit aussi que je ne me verrais pas demander protection à une femme… et je suis sûre que ce serait la réaction de beaucoup de femmes.
        Une expérience serait de mettre des hommes armés et des femmes armées dans un lieu où il y a danger et d’observer à qui les femmes iraient en premier demander de l’aide. Bien sûr, comme toujours on ne peut généraliser mais ce serait une expérience intéressante.

        Ce n’est pas dans la logique des rapports entre les deux sexes et justement, on y est là en plein dans ce désir de nivellement et de négation à ce niveau, et le symbolique, comme je l’ai dit souvent, a une grande importance dans l’organisation d’une société sur les représentations humaines qui la composent.

        L’image d »Epinal (certes) d’une femme est de donner la vie, celle d’un homme de protéger son foyer. Lisez Boris Cyrulnik, éthologue, si vous ne l’avez déjà fait et vous verrez que nous ne sommes pas si loin de ces comportements instinctuels généralement attribués aux animaux.

        Et je pense que même s’ils sont cachés par le culturel, dans les situations extrêmes ils ressurgissent.

      2. Amélie Poulain

        Et les hommes Yann, vous croyez qu’ils iraient demander protection à une femme (dans l’expérience que je propose) avant d’aller demander à un homme ?

        En deuxième temps peut-être s’il n’y a pas d’hommes dans le coin et qu’elles sont armées…. mais c’est tout, ce serait pour les armes !

      3. Amélie Poulain

        Et c’est marrant aussi dans la promiscuité des sous-marins et des bateaux de devoir « aménager » les rapports humains…Je vous laisse imaginer.
        Je rajouterai enfin, à part quelques femmes peut-être plus musclées que la moyenne, n’ont pas la même force physique qu’un homme.J’en ai entendu se plaindre de devoir sans cesse aider des femmes à ce niveau…

        Et moi je sais que lorsqu’il faut dévisser une visse, j’ai beaucoup de mal dans certains cas à y arriver alors qu’un homme, le fait sans effort en deux secondes…

        Qu’on arrête ce nivellement ridicule, différent n’est pas inférieur. Après tout, si des femmes veulent se comporter comme des hommes (il y en a) c’est leur droit mais qu’on en fasse pas un « modèle » de société….

        Pour ma part, je me sens très bien dans ma peau de femme et surtout pas inférieure aux hommes, je fonctionne différemment c’est tout, et les deux sexes ont chacun, dans leurs différences, des atouts qui se complètent bien souvent (on ne généralise pas, je sais, il y a des hommes efféminés).

  4. clairement

    La parité c’est pas l’égalité bien que l’égalité soit communément répandu dans le discours courant mais l’égalité n’existe que devant la loi.
    Par ailleurs je me demande bien comment on va faire avec la théorie du genre!
    En tout cas en matière sexuelle, puisque c’est le motif sous-jacent de toutes ces demandes portés nos « géniaux politiques » je crois qu’il faut remettre les idées en place :

    Le rapport au Phallus, puisque c’est bien de cela dont il s’agit, et la Phallus est uniquement le signifiant du désir ou si vous voulez l’éprouvé de complétude dont la femme est aussi détentrice que l’homme, il se présente de façon différente chez l’un et l’autre sexe puisque si pour l’HOMME il relève du TOUT ou RIEN, de l’érection et de la détumescence si ça vous parle plus , pour la FEMME qui n’est PAS TOUTE dans la fonction phallique comme elle n’y a rien à y perdre ELLE N’Y A PAS DE LIMITES. Et la seule égalité dans ce petit commerce équitable entre les deux sexes, ou à l’envie du phallus chez la femme correspond l’envie de la donner chez l’homme eh bien c’est uniquement la JOUISSANCE. En d’autres termes si les deux sexes ont le phallus anatomiquement parlant ce coup ci, avec le clitoris et avec le pénis, nul ne peut l’avoir sans le désir de l’autre et chacun peut aussi le perdre.

    C’est pourquoi le PHALLUS n’a qu’une seule fonction qui est de symboliser LA DIFFERENCE DES SEXES EST IRREDUCTIBLE n’en déplaise à nos féministes ! et pour terminer ce propos j’ajouterais à propos de la nouvelle idée actuellement dans l’air du temps avec la PMA qu’il est impossible que LA FONCTION MATERNELLE soit dans UNE EQUIVALENCE SUBSTITUTIVE à la FONCTION PATERNELLE malgré la revendication de quelques unes parce que cette revendication d’équivalence renvoie AU FANTASME DU MYTHE DU PERE DE LA HORDE PRIMITIVE ( on en a suffisamment des hordes ) et je vous renvoie à « Totem et Tabou » de S. FREUD, et à ses conséquences psychiques et psychopathologiques chez les femmes comme chez les hommes qui s’avèrent catastrophiques .

    1. Amélie Poulain

      @clairement,

      « Par ailleurs je me demande bien comment on va faire avec la théorie du genre! »

      Oui d’ailleurs je me suis posée la question dans un magasin de bricolage hier où il y avait des boulons « mâles » (le filetage est à l’extérieur, dixit le vendeur) et des boulons « femelles » (le filetage est à l’intérieur), les deux s’emboîtant, le boulon mâle dans le boulon femelle, bien évidemment, logique….

      J’ai ri devant la gêne du jeune vendeur devenu tout rouge et hésitant quand il lui a fallu expliquer ça….

      C’est évident que nier les genres est impossible, ce n’est qu’une fantasmatique personnelle et non la Nature.

  5. Machinchose

    « Moi aussi, je veux de la parité, mais pour les hommes ! Partout !

    et moi je veux de la paternité ,et pour les hommes et les femmes

  6. Michel

    La parité ? Mais ne voyez-vous pas que c’est le « grand remplacement » appliqué aux hommes, par ces mêmes personnes et ces mêmes milieux qui ont déjà choisi de remplacer les Blancs d’Europe par les immigrés venus d’afrique ?

  7. denise

    vous avez raison Yann , j’avais vu cette photo de juges en herbe féminines ! j’avais été frappée , c’est la même chose chez les avocates .. vous avez raison de « demander » la parité ! je ne sais pas comment cela va se passer , si elles vont pouvoir faire leur travail , je ne parle pas des juges , je connais moins ce milieu qui est , malgré tout , du domaine du service public, comme l’hôpital qui se féminise aussi ( j’entendais parler du « problème « il y a 20 ans) , mais le travail d’avocat , pour celui qui veut gagner sa vie , demande de travailler 10h /j , et non pas de partir chercher les enfants à l’école ! alors à ce moment là , se pose la question d’un travail féminin qui restera un 2 eme salaire ou salaire d’appoint pour ces dernières ….vous avez raison de mettre en parallèle et de souligner les  » autres métiers  » , beaucoup moins prestigieux !

    1. denise

      j’ai oublié de dire que sur cette photo, ce qui est gênant, c’est la jeunesse de ces femmes et hommes ! je me demande quelle expérience ils ont de la vie, alors qu’ils jugent et envoie en prison des êtres humains ( affaire d’Outreau par exemple ) ; d’autant, il faut le dire , même si on a tendance a démocratiser dans beaucoup de domaine, ce sont des personnes plus ou moins privilégiées qui font ces études . Que connaissent ils de la vie ? Alors j’avais préconisé, en parlant avec un juge que lors de leurs études, il y ait des  » jeux de rôle  » , et même des analyses de comportement que nous avions dans le social ou psycho social , mais qu’ils n’ont pas eux, alors qu’ils ont une énorme responsabilité sans « contrôle  » ..

  8. vendéenne

    complètement d’accord avec vous Amélie Poulain. Je fus jadis une féministe convaincue qui estimait qu’il n’y avait pas écrit sur mon front à ma naissance: » tu feras la vaisselle, le ménage , le repassage, la couture , la cuisine et tu apporteras à monsieur son journal , ses chaussons et son apéro, le soir quand il rentrera dans sa maison propre au bon fumet d’une cuisine entièrement faite maison » Je ne considère toujours pas que la femme doit être la servante de l’homme. Mais , car il y a un mais , faut pas tout mélanger non plus et pas trop pousser les choses à l’excès. Et c’est bien de cet excès que crève notre pays entre autre . Des femmes dans l’armée, oui mais aux postes administratifs surtout, et toujours dans la parité avec des hommes. Mais pas dans les fonctions de combat SVP !!! Ce n’est pas que la femme soit moins intelligente , moins rusée que les hommes, c’est qu’à part de rares exceptions, elle n’a pas la même puissance physique que l’homme et en outre , elle n’a pas la testostérone ! qui fait d’un homme ce qu’il est c’est à dire un humain plus agressif , naturellement plus violent que la femme
    Cela n’a rien de péjoratif contre les hommes car il est toujours possible de canaliser cette agressivité vers des actions constructives mais aussi de la maîtriser ( ce qui fait d’un homme, un être civilisé) .
    Sans faire le détail, toutes les professions qui demandent de la testostérone , de la force doivent être réservées aux hommes selon moi (armée, police , notamment, mais également bâtiment, forestier, garde et j’en passe) pour toutes les fausses hyper féministes, une question : avez vous déjà vu dans la garde rapprochée des chefs d’état en FRANCE , une femme ? Si non , pourquoi ? posez-vous la question.
    Cela étant, dans la société d’aujourd’hui devenue très violente à tous les niveaux, la magistrature et l’enseignement mais également certains secteurs des emplois publics en contact justement avec le public sont trop féminisés. Au point ou nous en sommes , j’irais même jusqu’à penser que les femmes ne devraient plus se retrouver qu’à la maternelle et dans les deux premières année du primaire et encore là il faudrait même mixer ça ne pourrait être que salutaire pour les enfants. Un homme en CP pourquoi pas . Collèges et Lycées aux mains des hommes .On pourrait ensuite retrouver les femmes à l’université, mais beaucoup moins dans les écoles du supérieur sauf en dernière année et dans la parité.
    Il n’y a aucune honte à être différents et complémentaires. IL n’ y a aucune honte à admettre qu’on n’est pas et qu’on ne sera jamais des égaux à 100% ne serait-ce que physiquement. Le problème n’est pas l’égalité pour tous et à tout prix ; la question est celle du respect mutuel selon les capacités de chacun à jouer un rôle unique dans la société. Et j’inclus dans cette réflexion , notre regard sur les plus faibles : les handicapés et les personnes âgées.

    1. Christine TasinChristine Tasin

      Je ne suis pas d’accord, Vendéenne, les femmes israéliennes et kurdes qui combattent, ô combien efficacement le démontrent. Ce qui pose problème c’est la parité obligatoire, il y a des femmes, en minorité, qui ont la force et l’envie de devenir bûcheron, il y a des hommes qui ont le goût et le savoir-faire nécessaire pour accoucher les femmes… Comme pour tout c’est l’excès qui est nuisible, c’est le fait que d’aucuns veuillent imposer à tous une vérité, la leur. Et tout cela n’est pas une question d’égalité

    2. Amélie Poulain

      @vendéenne

      Je n’ai pas le temps de répondre dans le détail à votre commentaire mais moi aussi je suis tout à fait d’accord avec votre position.

  9. MaximeMaxime

    Pas besoin d’aller jusqu’en Californie, on a la même chose en France depuis 2017:
    https://www.lesechos.fr/06/03/2017/LesEchos/22397-101-ECH_conseil-d-administration-cherche-femmes—-mais-pas-trop-vite.htm
    Est-ce l’influence de Brigitte Macron sur la politique ?
    https://www.valeursactuelles.com/politique/il-faut-arreter-les-conneries-maintenant-quand-brigitte-flanque-une-deculottee-emmanuel-macron-99548
    Non visiblement, tout simplement la mondialisation avec alignement sur le « modèle » anglo-saxon et la culture des discriminations positives.
    Aparté sur Brigitte Macron car pour dissimuler les enjeux de civilisation, beaucoup de médias tendent à mettre en avant des questions triviales : le caractère de Macron, qui porte la culotte dans le couple, son attirance pour les hommes exotiques, etc.
    Pas de souci à le faire quand la discussion ne s’arrête pas là, mais on constate quand même que le risque est que ces affaires conjugales, sexuelles ou de personnalité tendent à créer un écran face aux vrais problèmes de fond, les tendances politiques.
    Le Figaro évoque ainsi l’égo présidentiel.
    http://www.lefigaro.fr/politique/2018/10/03/01002-20181003ARTFIG00307-guillaume-larrive-si-macron-ne-change-rien-a-son-ego-presidence-sautillante-il-se-fracassera.php
    Comme Collomb avec le fameux « manque d’humilité »…
    De même, la lettre de Onfray, au fond, ne débat pas des grands enjeux de civilisation.
    http://resistancerepublicaine.eu/2018/09/05/succulente-lettre-donfray-a-macron-votre-altesse-votre-excellence-votre-serenite/
    C’est un peu gênant car le fusible Macron aura sauté, comme le fusible Hollande a sauté, ils en trouveront encore un autre et les questions politiques majeures passent au second plan au détriment de la qualité du débat politique…

  10. JackJack

    Imposer la parité ou des quotas est parfaitement stupide. Qu’on laisse aux gars et aux filles la liberté de choisir leur avenir, de bûcheron à soldat, de pilote de chasse à mère ou père au foyer. A force de règles, voire de pénalisations pour leur non respect, on se retrouve avec des mouvements féministes (ou soi-disant) ou anti-féministes ou pour et anti je-ne-sais-quoi. « L’évolution » de nos sociétés devient une course au crétinisme sectaire, de plus en plus politisé, ce qui n’arrange rien…

Comments are closed.