24ème suicide de l’année chez les forces de l’ordre: il avait 22 ans…


24ème suicide de l’année chez les forces de l’ordre: il avait 22 ans…

Un policier âgé d’une vingtaine d’années s’est suicidé aujourd’hui par arme à feu au commissariat central de Lille, a-t-on appris de sources concordantes. D’après une source policière, le suicide de cet adjoint de sécurité (ADS) a eu lieu « lors de la pause déjeuner ».

« Une enquête aux fins de recherche des causes de la mort a été ouverte« , diligentée par le parquet de Lille, a-t-on appris de source judiciaire. L’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a également été saisie, d’après une source policière. Quelque 200 policiers s’étaient rassemblés le 25 septembre à Paris à l’appel du syndicat Unité-SGP Police « réveiller les consciences de ceux qui ferment les yeux face au mal-être des policiers » alors qu’il y a eu 51 suicides de policiers en 2017 et 24 en 2018 (à date de la manifestation), d’après le syndicat.

Source: Le Figaro

Le jeune policier, qui était adjoint de sécurité, a laissé une lettre où il évoque son geste.

Si l’on ignore les véritables raisons qui l’ont poussé à effectuer ce geste, on ne peut que faire le lien avec l’état d’exaspération avancé dans lequel se trouvent nos forces de l’ordre.

Le fait que le jeune homme se soit suicidé sur son lieu de travail interrogera-t-il notre gouvernement, bien occupé, il est vrai, à sauver les apparences à l’Intérieur?

Cinquante-et-un policiers et seize gendarmes ont mis fin à leurs jours en 2017. Le jeune Lillois est le 24ème policier à se donner la mort depuis le début de l’année 2018.

Ne serait-ce qu’à Lille et sa banlieue, on ne compte plus le nombre de quartiers où les policiers sont pris en chasse et poursuivis par les délinquants, coupables de s’être aventurés sur leur territoire.

Lille, c’est aussi la capitale de la dépravation pour les étudiants bobos en mal de sensations fortes : alcool, drogue, nuits blanches…

Entre racailles qui les méprisent et bobos qui les détestent, les agents ne sont pas « Bienvenue chez les Ch’tis » dans le chef-lieu nordiste.

On comprend que ce métier ne fasse plus rêver grand-monde.

Les policiers effectuent une formation musclée, sont mutés loin de leur famille, se contraignent à des horaires décalés et difficiles pour se voir conspués, insultés, frappés par de petits voyous sans envergure et détestés par les philanthropes de la gôche caviar.

A avaler avec un salaire net de 1271 euros par mois et un grand verre d’eau.

Cela ne peut que mal finir, vous vous en doutez.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




5 thoughts on “24ème suicide de l’année chez les forces de l’ordre: il avait 22 ans…

  1. dmarie

    Pauvre gamin ! S’il est mort à cause de son métier, c’est impardonnable…
    s’il est mort à cause de ça, la faute en incombe avant tout aux « dirigeants »
    qui ne dirigent rien du tout et qui même facilitent la vie de la racaille !
    aux « dirigeants » dont le plus gros souci est de bien vivre sur le dos des gens qui travaillent et qui laisse vivre et prospérer la racaille en interdisant aux forces de l’ordre de bousculer cette chienlit !
    HONTE A VOUS LES COUPABLES DU GOUVERNEMENT !!!
    UN MORT DE PLUS A AJOUTER A VOTRE BILAN !!!
    LA FRANCE N’EN PEUT PLUS ET N’EN VEUT PLUS DE VOTRE INCOMPETENCE ET DE VOTRE LAXISME CONCERNANT L’INVASION BARBARE QUE NOUS SUBISSONS DEPUIS PLUSIEURS DECENNIES !!!
    DEHORS !!!

  2. Tzel

    Faut t’y être con quand même. Avant de te tirer une valda dans le plafond vide quelques chargeurs sur nos cpf , ceux qui t’insultes et te crachent dessus.
    Ça c’est une B.A.

    1. Laurent PLaurent P

      Ce que vous et moi envisageons de manière instinctive, à savoir régler D’ABORD le compte ceux qui sont coupables du fait que l’on va se suicider, AVANT de se suicider, montre que lorsque l’on envisage VRAIMENT le suicide c’est parce qu’on est déprimé à un point tel que l’on n’est, hélas, PLUS capable de réfléchir correctement.

  3. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    Ça me fait mal à chaque fois et je ne sais si le plus est le fait de l’acte tragique ou les causes/ Les deux ; l’un m’occasionne beaucoup de tristesse, l’autre de la révolte.

    Ça ne leur passe pas par le coeur et l’esprit aux gauchis, antifa… qu’il y a quelque chose d’anormal à ça ; ça ne les touche pas ?

    Non c’est mieux crier à bas les flics, les poulets…et autres joyeusetés. N’empêche que quand ils ont un gros soucis ils sont bien contents de trouver ces professionnels pour leur protection et celle de leurs biens.

    Je ne varie pas, de tout coeur avec le corps de métier avec les Forces de l’Ordre, lesquelles pour beaucoup doivent en avoir marre de protéger la présidence, le gouvernement tout en étant pas d’accord avec.

    Ce que je regrette et crains, c’est la présence d’éléments à la botte du système et donc de certaines milices, comme c’était le cas avec ce qu’organisait Macron et son favori Benalla.

  4. denise

    je ne comprends pas comment on peut se suicider pour un métier, il faut pouvoir donner sa démission, comme j’en ai connu , avant ce geste ultime !! ce n’est pas un jugement, c’est un questionnement ! car désolée mais je ne crois pas que la hiérarchie ni un gouvernement quelque qu’il soit , en soit affecté, si c’est un appel au secours ! sinon ça se saurait depuis le temps !

Comments are closed.