Malgré leurs prénoms, Herrou, Mélenchon et Autain ne méritent pas d’être appelés Français


Malgré leurs prénoms, Herrou, Mélenchon et Autain ne méritent pas d’être appelés Français

Les jours passent et la polémique autour des propos tenus par Eric Zemmour en ce qui concerne le fait d’adopter ou non un prénom français, ne faiblit pas, pire elle atteint des sommets. Il est quasiment impossible d’y échapper, que ce soit sur les réseaux sociaux, les médias télévisuels, la presse écrite, dans les conversations au travail, avec la famille. Chacun y va de son grain de sel. Il y a à boire et à manger dans ce tumulte. D’aucun disent qu’il est xénophobe d’autres qu’il a complètement raison et enfin certains qu’il devrait mettre de l’eau dans son vin pour faire passer ses messages. Quelle agitation, quelle effervescence ! Je ne suis pas sûre que les musulmans, eux, se sentent concernés par tout ce charivari. Pour eux tout est clair, une seule chose les anime et c’est l’islam. Intégration ou pas, français ou pas, rien à faire puisque allah par le biais de mahomet leur a dit que l’islam est valable en tout temps et en tout lieu. La terre leur appartient enfin finira par leur appartenir pensent-ils. Ces débats encore une fois, c’est toujours les mêmes qui les ont… Pour les musulmans, la France est mécréante et tout tordus qu’ils soient, ils l’utilisent à leur convenance. Dans leur esprit limité à la doctrine islamique, ils ne se posent pas tant de questions.

Pour ma part, comme je l’ai déjà dit dans un de mes commentaires, je comprends Monsieur Zemmour qui par le biais du prénom veut signifier l’importance de l’adhésion à la France, à sa culture, à ses valeurs. Pour lui, on ne peut pas se dire français et faire l’exact contraire dans sa vie au quotidien, mettre en avant des valeurs opposées à celle de la France. Se dire français et cracher dans la soupe à tout moment, agir contre les intérêts de la France et dire « non ! non ! mais moi je suis français ». Tout cela, on le voit tous les jours sur le territoire hexagonal; des gens qui se disent intégrés mais qui par leur look, leur façon de parler, leurs propos, leur défiance vis-à-vis des Français de souche, leur haine de la culture du pays qui les accueille montrent tout à fait le contraire de ce qu’ils affirment. Leurs dires sont en opposition avérée avec ce qu’ils laissent entrevoir d’eux, seul un aveugle et sourd ne s’en rendrait pas compte. En utilisant le prénom dans le débat de l’intégration, Eric Zemmour veut mettre l’accent sur cet état de fait. Pour lui, le prénom symbolise, inscrit la vraie adhésion aux valeurs du pays France, montre un sentiment d’appartenance affiché ouvertement.

Malgré mon accord sur ses propos, je dois toutefois rappeler que les symboles ne sont pas suffisants pour affirmer son appartenance. Bien plus que le symbole, il y a les actes, les positions affichées. Les Cédric Herrou, Clémentine Autain, Jean-Luc Mélenchon, Olivier Poubelle, Laurent Joffrin pour ne citer qu’eux, pensez vous qu’avec leurs prénoms français, ils honorent la France ? Et tous les dhimmis de tous bords, les connus et ceux de l’ombre qui tous les jours livrent à la vindicte musulmane leurs compatriotes, pensez vous qu’ils méritent qu’on les appelle français ? Pour ma part, les dhimmis sont les pires car je dirais enfin pour les musulmans, c’est de bonne guerre, ils défendent leurs prérogatives : islamiser le monde, c’est bien l’essence même de l’idéologie à laquelle ils croient.

Je voudrais partager avec vous une histoire de dhimmitude criminelle bien réelle dans laquelle j’ai été partie prenante. Elle ne m’a pas été rapportée, je l’ai vécue moi-même.

Elle s’est déroulée dans le service où je suis actuellement affectée en tant que responsable. Je suis fonctionnaire dans un service en lien direct avec les usagers, avec les administrés de la collectivité pour laquelle je travaille. Par devoir de réserve, je ne citerai ni le service, ni la ville, ni le nom des protagonistes.

Ainsi, j’ai été recrutée dans ce service afin de prendre la suite de la responsable qui partait en retraite, une dame au prénom  bien français mais qui pour je ne sais quelle raison avait décidé de prendre la défense quoi qu’il arrive des musulmans même et je dirais surtout au détriment de son équipe bien évidemment non musulmane. Quand je suis arrivé dans ce service, j’ai donc rouvé une situation catastrophique, du jamais vu pour moi. Certains usagers musulmans faisaient la loi, nul ne pouvait leur dire quoi que ce soit. Ils étaient en terrain conquis, ne se gênaient surtout pas pour être agressifs, impétueux, irrespectueux, une vraie folie. J’ai cru rêver. Au milieu de cette aberration, j’ai trouvé une équipe, une pauvre équipe déprimée, désabusée, complètement éteinte, n’osant plus rien dire. Pourquoi une telle situation me direz-vous ? Les gens de cette équipe l’ont cherché, ils n’avaient qu’à se faire respecter, ne pas se laisser marcher sur les pieds. Je vous dirai oui dans l’absolu mais, car il y a un mais, leur responsable leur avait formellement interdit de faire ou dire quoi que ce soit. Pour la précédente responsable, c’est un mystère pour moi, on ne devait pas embêter, ce sont ses mots, les pauvres musulmans ils étaient déjà bien assez discriminés comme ça. Ok !!! Mais là cette pauvre équipe a été carrément livrée, sous ce prétexte fallacieux, à la vindicte musulmane. Etait-ce normal, compréhensible ? Encore une dhimmie gauchisée à l’extrême qui a perdu tout bon sens ou logique au choix. Encore une partisane de la victimisation suicidaire, aveugle qui mène tout droit les individus, en lien direct avec la furie de certains musulmans, vers le casse pipe. J’exagère à peine. En prenant la suite de cette bonne dame, j’ai dû me la farcir de longs mois, la furie des Mahométans, avant de rétablir une situation normale, où ces derniers ont fini par respecter les personnes travaillant dans ce service. J’ai eu droit aux courriels injurieux, aux menaces de me dénoncer au Maire, au jet de document à la figure, aux insultes à peine déguisées, enfin une vraie promenade de santé.

Bon sang, pourquoi bon sang tout ça ? Parce qu’une pauvre naze de dhimmie avait décidé de favoriser, ce sont ses mots, l’équipe m’en a fait part, tous les arabo-musulmans du coin. Elle trouvait qu’ils méritent qu’on se décarcasse pour eux. Ok ! Mais n’est-on pas en droit d’attendre en retour un minimum de respect, de courtoisie ? Non ? Ou je me trompe peut être ?

Cette personne était atteinte d’une « dhimmitudite » aiguë, ce n’est pas possible autrement. Quand je me rappelle l’attitude ultra agressive, menaçante de l’un de ces usagers musulmans, menaçant de rayer de la surface de la terre tous les juifs, dire que depuis que les femmes travaillent l’humanité tourne mal… Qu’est ce qu’on peut ajouter de plus à un tel discours de haine, de défiance ? J’aurais appelé, si j’avais été là, directement la police car mon équipe à ce moment était terrorisée. Et en guise de réponse de la bécasse « dhimmisée », « ne restez pas seul face à ce monsieur, soyez toujours deux à l’accueillir ». Yes ! Génial !!! Bonjour la solution très logique, très efficace. Elle acceptait même cette scélérate des cadeaux de ce monsieur pour se faire pardonner soi-disant, mon œil, ses débordements. Pour satisfaire les musulmans, elle avait sciemment oublié les devoirs élémentaires qui incombent à un fonctionnaire. Je ne peux pas ici relater tous les actes borderline qu’elle a commis pour eux, afin de leur faire plaisir… Aïe aïe !!!

Cela a été un vrai marathon de rétablir l’ordre, un mal profond était installé dans ce lieu depuis longtemps. Pire, je n’ai eu aucun soutien de ma hiérarchie à qui j’ai signalé l’horreur de cette situation. Encore un atteint par la dhimmitude, les mêmes arguments, les pauvres etc. Bon qu’on se le tienne pour dit, je me suis débrouillée toute seule comme une grande, pas le choix dans cette France qui a perdu son froc. Le fou furieux, atteint de « misogynite » aigüe, a voulu bien entendu m’impressionner. Malheureusement pour lui, mon combat contre l’islam m’a bien préparé à ce genre de zigoto. Il a tout essayé sans hélas de succès. Il a même essayé de la jouer communautaire avec moi avec son salam alikoum. Peine perdue, je déteste cette attitude qui consiste à vous mettre d’emblée dans leur groupe d’appartenance, loupé : « Bonjouuur monsieur, vous voulez ? »

Il s’est calmé par la force des choses et a dû rentrer dans le rang. Plus d’insulte, plus de menace, politesse de rigueur avec une équipe médusée d’un tel retournement de situation. Et pourtant, je ne suis pas particulièrement baraquée, loin de là. Simplement, je n’ai pas baissé les yeux, ni accepté cela. Je ne dis pas que parfois je n’avais pas peur au fond de moi. Mais a-t-on le choix ? Pour ma part, être responsable d’un service public, c’est certes être à l’écoute des usagers peu importe qui ils sont mais avant tout c’est être juste, c’est être exigeant avec tous, musulmans ou pas. C’est aussi être là pour son équipe et lui permettre de travailler en toute sérénité. Je peux vous dire que mon équipe n’est pas prête de l’oublier, il y a une telle confiance entre nous, toute Samia que je m’appelle. Ils savent que je suis avec eux, que je suis pour une France unie qui fait front contre toutes les attaques des adeptes de la secte bédouine.

Je suis devenue malgré moi le pare-feu de mon équipe, dans la France d’aujourd’hui, quant aux attaques quasi quotidiennes de certains musulmans qui délirent de plus en plus avec leur mahomet et sa suprématie.

Tout cela pour dire en définitive que le prénom, c’est une chose et les actes s’en est une autre. Le prénom a aussi par ailleurs une dimension affective non négligeable, c’est le premier lien qui vous rattache à celle qui vous a donnée la vie. Il n’est pas simple de s’en défaire. Le psychisme ne se manie pas comme cela en claquant des doigts. J’ai donc fait malgré tout mon bonhomme de chemin avec le prénom qu’elle m’a donné. J’avais déjà bien à faire avec les clashs quotidiens et tout le reste… Mon prénom ne m’a pas empêché d’être qui je voulais être, une Française qui aime sa France.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Samia

Apostate de l'islam, islamophobe et fière de l'être, je me sens comme Dihya, la reine des Berbères, qui a combattu l'envahisseur musulman sans jamais faiblir. Bien sûr, je ne combats pas par l'épée mais par les mots que l'on peut parfois, quand ils sont bien choisis, comparer à des flèches bien aiguisées.


27 thoughts on “Malgré leurs prénoms, Herrou, Mélenchon et Autain ne méritent pas d’être appelés Français

  1. AvatarDurandal

    Merci Samia pour cette analyse juste et ô combien réelle dans sa situation.
    Je voudrais rajouter que je suis fier de croiser, plus souvent que ce que l’on croit, des françaises telles que vous.
    C’est rassurant dans une ambiance générale d’abandon et de soumission de français qui ne méritent pas la France… Certains « nases », heureusement peu nombreux, fréquentent même ce site mais ils sont très rares, jaillissant parfois comme un jet d’urine qui n’éclabousse qu’eux, ils ne font qu’exprimer leur connerie crasse « border line »…
    Amitiés.

    1. AvatarSamia

      Comme vous dites, c’est rassurant de croiser parfois des gens qui tiennent encore la route, ça donne un peu d’espoir.

  2. MaximeMaxime

    Votre point de vue est intéressant. J’avais plutôt tendance à ne pas être trop hostile à Hapsatou Sy, je le suis moins depuis qu’elle déclare que « son pays » est le Sénégal tout en l’ouvrant grand en France… son cas n’étant pas isolé.
    Et c’est bien là le problème de toute stigmatisation liée au prénom. On ne peut nier que le prénom a un sens. Mais combien de « Christopher » par exemple dans les classes vraiment populaires de souche par exemple. La plupart des « Christopher » sont issu du milieu ouvrier français. On préférait le prénom anglais à une certaine époque au prénom français « Christophe » porté désormais plutôt par des hommes qui ont passé la quarantaine…
    Hapsatou Sy a donné un prénom anglais à son enfant, et non un prénom africain. Elle est un pur produit du « multiculti » à l’anglo-saxonne, mais quand des FDS donnent eux-mêmes de tels prénoms à leurs enfants, difficile de la stigmatiser sur ce terrain-là…

    1. AvatarAdalbert le Grand

      Pas si sûr, c’est plutôt un prénom « mixte » et polyvalent, qui peut être vu à la fois comme occidental, africain et musulman, diminutif de Abigaïl aussi bien que de Habiba, ou une version féminisée de Abi…

      On est dans le flou volontaire… Bref elle a bien pris soin de ne pas choisir., elle peut raconter ce qu’elle veut à chaque interlocuteur et changer de version en fonction.

      Ce serait d’ailleurs intéressant de lui poser la question: d’où vient le prénom de votre fille? Quelque chose me dit qu’on aurait droit à une belle séance de contorsions et de tortillements…

  3. AvatarMarco de france

    Melenchon, le baisse culotte. Autain, l’idiote écervelée. Herrou, la prostituée à migrants. Belle brochette d’encul…!

  4. AvatarAdalbert le Grand

    Le fond du problème, c’est que Zemmour et les immigrés Africains (noirs ou maghrébins) ou autres musulmans n’ont tout simplement pas la même définition de l’expression « être Français » et ne lui donnent pas le même sens.

    Pour les immigrés, « être Français » signifie « avoir droit à tout ce que la France – et surtout son système social – a l’obligation de me donner ». En effet, être Français pour eux signifie juste avoir libre accès à tout un tas de prestations gratuites, et à des revenus sociaux.

    Hein? Quoi? Des obligations envers la France en retour? Ah non, les Français* [les vrais, c’est-à-dire les racistes] ont une dette infinie et éternelle envers nous à cause du racisme, de l’esclavage, de la colonisation, toutes choses que nous (n’) avons (jamais) subies (vu qu’on est nés 30 ou 150 ans après leur fin)

    *Ne pas confondre en effet Français (ceux qui sont juste bons pour trimer pour payer) et Français, du Sénégal, d’Algérie, de Tunisie, du Mali, etc. autrement dit « ayants-droits vis-à-vis de la France ». Eux ils sont Français quand il s’agit de recevoir les allocs ou aller se faire soigner, et « du pays » pour le reste ou dès qu’il s’agit de contribuer.

    1. AvatarSamia

      Aldabert le Grand, c’est ce que je pense moi aussi et ça me met en mode grrrrr. J’ai eu droit de la part de mamans devant l’école de ma fille : « Ah ! mais t’es bête toi de bosser, regarde nous pas de course le matin, pas de nounou, tranquille ».
      Je parle rarement à ces nanas, je n’y arrive pas. Je n’ai vraiment rien en commun avec ces parasites qui en plus se gargarisent de leur statut d’assistés profiteurs.

  5. AvatarAdalbert le Grand

    Au fait, j’espère que cette Hapadsou Sy n’aura pas le culot de dire qu’elle est Française parce qu’elle paie des impôts en France… vu qu’apparemment ce n’est pas le cas.

  6. AvatarLacata

    Je pense comme vous Samia. Le prénom comme l’habit ne font pas tout.
    D’ailleurs, qui se souvient de l’origine de son prénom? Il ne devrait pas être qu’une question de mode, celui d’un chanteur en vogue ou d’un joueur de foot par exemple. Le prénom, c’est une question de racine et de religion, c’est pour honorer un ancêtre ou s’inscrire dans une communauté.
    Le pire des prénoms c’est quand il ne se rattache à rien voire même humilie celui qui le porte, genre « cerise », « prune », « térébentine » , »périphérique » ou « clitorine ».
    Le ridicule, ça peut tuer.

    1. AvatarSamia

      Effectivement, certains parents par souci de « modernisme » donnent des prénoms franchement à l’ouest. Ainsi, j’ai pu rencontrer Nemo, Diagoras, Zebulon…Du gros n’importe quoi !!!

  7. AvatarAdalbert le Grand

    Le choix d’un prénom, et même d’un nom, est tout simplement un signe, un indicateur de la volonté d’intégration à une communauté, de la volonté d’adopter une culture.

    Choisir d’appeler ses enfants Hapsatou, Aminata, Boubacar, ou Mohammed, c’est faire le choix de rester dans la culture d’origine, et manifester une volonté de retour au pays… ou d’importation de celle-ci dans le pays d’installation pour vivre comme là-bas…

    Faut-il s’étonner après qu’ils brandissent des drapeaux étrangers à la moindre occasion et qu’ils ne se sentent pas Français? Ce sont leurs parents qui leur ont transmis ce « mème », consciemment ou inconsciemment.

    Bien sûr, vous Samia n’êtes pas responsable de votre prénom, ce sont vos parents qui vous l’ont collé, et on ne peut vous le reprocher… Il aurait d’ailleurs suffit que cette Hapsatou dise la même chose pour éteindre le débat. Mais on comprend mieux sa réaction outragée quand on apprend que son pays, c’est le Sénégal… C’est ce que lui signifie Zemmour, alors où est son problème?

    C’est vrai que sa formulation a été maladroite et excessive, en parlant d’insulte. En même temps il y a été entraîné par H. Sy qui a introduit le mot insulte dans la discussion. Mais il aurait pu dire simplement qu’il traduisait un rejet de la culture française (en tout cas de la part de ses parents), un refus d’y entrer.

    Voilà, le prénom d’Hapsatou n’est pas une insulte, mais un refus de la France, d’y entrer de plain-pied sans regarder en arrière et sans réticence. On sait depuis Loth ce que cela donne de regarder en arrière…

  8. AvatarVictoire de Tourtour

    Quelle scie, cette Sy-ci.
    La pauvre fille doit être trop contente de faire parler d’elle. Dans « SON » pays, le merveilleux Sénégal ,pas raciste pour deux liards, elle doit être considérée comme une héroïne.

  9. AvatarMachinchose

    Y EN A AUMOINS UN QUI A EU HONTE DE SON BLAZE

    « Laurent Joffrin, de son vrai nom Laurent Mouchard ,,  »

    par contre respects a celui qui a gardé le sien : Poubelle………….. 😆

    Par contre est il vrai que le deuxième prénom de la Autain, c’ est Violette ??

  10. AvatarMarie

    Votre histoire m’a rappelé mon premier « emploi » (si on peut dire, un TUC). J’étais dans une association (où d’ailleurs j’avais bien senti à l’entretien d’embauche qu’une sensibilité de gauche était une condition), la directrice qui avait un prénom bien français, Marie Christine, l’avait changé en Yasmina. Un peu avant la fin de mon contrat, j’ai vu débarquer un type avec un prénom musulman. Il était tous les jours en retard, quand il se donnait la peine de venir, d’ailleurs quand il était là on ne voyait pas la différence tellement il ne faisait rien. Un jour il a appris que je bénéficiais de la part de salaire facultative (à l’époque les associations pouvaient verser 50% en plus sur leur budget si l’employé était investi), aussitôt il a revendiqué le bonus et l’a obtenu de la directrice qui le regardait comme si elle voyait le messie.

    Maintenant concernant les prénoms, je connais des filles avec des prénoms musulmans qui vivent comme n’importe quel français, d’ailleurs leurs gamins ont des prénoms du calendrier, et elles sont tellement comme nous que je n’y vois aucun problème. Mes enfants n’ont pas des prénoms français et ne sont pas pour autant des cassoces en échec scolaire, et tous ceux que je connais dans mon entourage sont pareils

  11. Avatarberger

    Bravo Samia, excellent texte. Pour moi on peut s’appeler Laurent, Clémentine ou Cédric et combattre la France. Et un sportif noir de chez noir peut défendre les couleurs de son pays d’adoption.Je n’ai jamais eu de souci avec un fonctionnaire noir ou arabe, et mon boulanger est arabe. C’est quand je suis forcé que j’ai des réactions….avec les pubs, les présences inutiles dans le champ visuel, des discriminations « positives »,etc

  12. Avatarberger

    A savoir, toutes les jeunes princesses allemandes qui ont contracté mariage avec un prince russe appelé aux plus hautes fonction se sont converties à l’orthodoxie et on changé leurs noms et prénoms allemands pour le russe. C’est comme çà l’intégration !

  13. AvatarFrance-org

    A Samia , ce que vous relatez ne m’étonne pas . J’ai vécu des choses similaires sauf que je suis un « homme » Je ne me suis pas laissé faire tout comme vous mais j’ai du faire preuve de  » diplomatie » .. Je ne veux pas trop m’étendre ici mais J’INSISTE . Je vous suis depuis quelque temps. Ce que vous dîtes est vrai seulement les Français » TANT QU’ILS NE SONT PAS EN PRISE DIRECT AVEC L’ISLAM NE PEUVENT COMPRENDRE CE QUI SE TRAMENT ACTUELLEMENT CAR C’EST LANCINANT ET DIFFICLEMENT ACCEPTABLE SANS ETRE TAXE DE RACISTE ………………EN TO
    UT CAS ..Bravo pour vos divers témoignages …..A vous lire

    1. AvatarSamia

      C’est cela même qui est désespérant. Les gens ne veulent pas me croire quand je leur dis que là où passe l’islam c’est au secours, qu’il pose des problèmes à terme.

  14. AvatarJean-Louis

    Le jour du jugement, ne les tuons pas ces colons et collabos (les autin, mélenchon et compagnie), fermons bien nos frontières et enfermons-les dans un lieu dédié régi par les lois islamiques et jugeons-les. Y’a un paquet de mains et même de têtes qui vont tomber, sans parler des lapidations… On leur fera faire un ramadan forcé pour voir si le gras de leur cul est inné ou s’il est dû à leur abus de nos impôts !

  15. frejusienfrejusien

    Je donne un exemple pour alimenter cet article sur les prénoms :
    Connaissez-vous Pierre RABHI ?

    Un enfant algérien, confié à un couple d’instituteurs français, il s’est converti au christianisme et a choisi le prénom de l’apôtre de Jésus,
    son nom est étrange, puisqu’un rabbi, c’était un prêtre juif,

    Il a épousé une française, mis au point une technique agricole innovante pour éviter tout pesticide et engrais chimique, a écrit 5 ou 6 bouquins, très intéressants, et il est tout à fait français, il a aujourd’hui 80 ans, et beaucoup de fans

    https://www.pierrerabhi.org/

Comments are closed.