La mosquée de Brétigny au programme des journées du patrimoine …


La mosquée de Brétigny au programme des journées du patrimoine …

« Le Parisien » nous apprend  que la mosquée de Brétigny a proposé la découverte de l’islam lors des journées du patrimoine…

http://www.leparisien.fr/essonne-91/journees-du-patrimoine-91-decouvrez-l-islam-a-la-mosquee-de-bretigny-13-09-2018-7886862.php

« Mosquée » confesse donc l’article, quand il est officiellement question d’un « centre culturel et cultuel des musulmans de Brétigny-sur-Orge ».

Le Parisien incite d’ailleurs ses lecteurs à découvrir l’islam avec un « i » majuscule… Ils ne risquent pas d’avoir un attentat à la « Charlie hebdo », eux !

Cette mosquée n’a cependant qu’un an d’existence.

Alors à quel titre ferait-elle partie de notre patrimoine national ?

Ils espèrent quoi, avoir des subventions ? A moins qu’ils en aient déjà eu ?

« Le maire nous dit souvent qu’il est fier d’avoir une si belle mosquée » lit-on.

Sans doute que c’est nécessaire pour conquérir l’électorat musulman…
La République ne reconnaît pourtant aucun culte… article 2 de la loi de 1905…

Est-ce dire que la mairie a contribué au financement de la mosquée, sous une forme plus ou moins déguisée (technique du « centre culturel islamique » visant à dissocier artificiellement un aspect cultu-rel d’un autre cultuel

http://resistancerepublicaine.eu/2017/06/03/pas-de-culture-francaise-mais-ils-sont-prets-a-financer-la-culture-musulmane-cache-sexe-de-lislam/

; bail emphytéotique contraire là aussi à la Constitution

http://resistancerepublicaine.eu/2016/07/07/hidalgo-voudrait-que-le-ramadan-et-donc-lislam-fit-partie-du-patrimoine-culturel-francais/…?)…

« Le Parisien » n’en dit rien.

Aucun esprit critique ; travail de journaliste ou dithyrambe islamique ?

Ou carrément farce grotesque et pathétique ?

Car le secrétaire de « l’association culturelle des musulmans » poursuit :

« l’idée est de mieux faire connaître notre pratique, ce en qui nous croyons, poursuit-il. Même si nous manquerons de temps pour rentrer dans les détails. »

« Les détails ? »

Ah… Médine au Bataclan ?

La charia ?

Le djihad ?

Les discriminations ?

La fatwa contre Salman Rushdie ?

Le halal ?

Pas sûr que ce soient vraiment des détails…

On constate donc encore l’usage de l’adjectif « culturel ». Toujours ce « r » ajouté pour tenter de gagner en respectabilité et faire oublier que c’est le culte des égorgeurs de l’Aïd, tout en ouvrant la voie à des financements publics éventuels contraires à l’esprit de la loi de 1905…

« Les femmes ne devront pas non plus venir voilées.

« Il n’y a pas de tenue exigée, mais nous espérons que les gens seront assez responsables pour venir habiller de manière correcte ».

Pas de tenue exigée, donc les « Femen » avaient le champ libre pour entrer seins nus dans la mosquée comme à Notre-Dame de Paris.

Où étaient-elles ?Trop occupées apparemment en Espagne à embêter l’évêque de Saint-Sébastien…
https://www.aciprensa.com/noticias/obispo-de-san-sebastian-acosado-de-nuevo-por-femen-48486

Les bas-résille avaient une occasion en or de défiler sur des tapis de mosquée, mais il semble qu’ils ne l’aient pas saisi non plus…

Finalement, le contribuable aurait-il financé cette mosquée ?

Cela expliquerait-il qu’il n’y ait pas eu de tenue exigée et qu’en contrepartie (?) « les détails » (sic) de l’islam aient pu être passés sous silence ?

« Calligraphie » (ou « cacographie »

http://resistancerepublicaine.eu/2018/07/06/pour-arte-la-mosquee-sainte-sophie-aurait-15-siecles-la-basilique-passee-sous-silence/)

musulmane, thé à la menthe…

La belle façade, mais quid de l’arrière-cuisine ?

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Maxime

Mon avatar est Justinien car c’est son Digeste qui synthétise le meilleur état du droit romain. Redécouvert au Moyen Age à Bologne, il a influencé le droit français dans bien des domaines, notamment le droit civil contenu principalement dans le Code civil actuel.


11 thoughts on “La mosquée de Brétigny au programme des journées du patrimoine …

  1. Stephane

    Les mosquées ne feront jamais parti de notre patrimoine.
    D’ailleurs nous les démoliront avant la fin du siècle puisqu’elles ne serviront plus à rien.

  2. Machinchose

    pas de détail

    ça m’ a fait penser a ces magasins chinois de la rue des Archives, qui par dizaines , vendent leur quincaillerie et bimbloterie de « bijoux  » dits fantaisie , avec en vitrine l’ écriteau

    PAS DE DETAIL
    VENTE EN GROS ONLY

    c’est mieux, parce que si on rentre en mosquée avec l’ intention de discuter du verset 29 de la sourate 9……….. c’est trés mal barré

    aprés tout, le sabre qui figure sous la profession de foi musulmane, du drapeau arabe saoud , vert, ce n’ est qu un détail de la Vexillologie

    allez! tous a vos dicos ! 😆

  3. clairement

    Il faut écrire au Maire en lui envoyer LA RISALA puisque ce sont les Malikites qui sont les plus nombreux chez nous et aussi lui conseiller les ouvrages de l’AYATOLAH notamment le petit livre vert .

  4. clairement

    Il faut écrire au Maire et lui envoyer LA RISALA, l’épitre desMalikite puisque ce sont les Malikites qui sont les plus nombreux chez nous et aussi lui conseiller les ouvrages de l’AYATOLAH notamment le petit livre vert .

  5. Amélie Poulain

    Ce n’est évidemment pas un patrimoine Français et il y aurait une enquête à diligenter à ce que je lis….

  6. Amélie Poulain

    Cela ce n’est pas notre culture non plus et pourtant on en dépense de l’argent pour « former » des gens qui prônent l’inverse :

    « Quand un professeur de droit de la laïcité crie à l’islamophobie d’État »

    « S’il s’agissait vraiment de sortir les filles voilées de leur soumission, la puissance publique devrait protéger d’autres catégories de la population féminine à l’égard de soumissions aux effets infiniment plus graves », développe-t-il. Et de citer les talons aiguilles ou « l’idéal de minceur ». La laïcité ainsi revisitée par le pouvoir public serait, toujours selon l’enseignant, vectrice d’une islamophobie d’État. »

    http://www.lepoint.fr/societe/quand-un-professeur-de-droit-de-la-laicite-crie-a-l-islamophobie-d-etat-22-09-2018-2253391_23.php?boc=2356139&m_i=jbyWSrqzfwt4czgJ5TBYY8C1pAaawWY%2BUf1Y1H_xp6KQhTURKMvBCEOAsi8P%2BTkesxlsSqlFRZxQI53Ip7kg2fa51SMFjr&M_BT=2525525865047#xtor=EPR-6-%5BNewsletter-Mi-journee%5D-20180922

    1. MaximeMaxime

      Effectivement, j’ai vu cette info aussi mais je ne trouve pas normal que le nom de l’enseignant prétendu ne soit pas dévoilé.
      Il n’est peut-être pas professeur des universités ni maître de conférences.
      L’université emploie aussi des contractuels, des professeurs du secondaire (capes ou agrégation) et des professeurs associés sur la base de leur expérience professionnelle dans le domaine concerné (avocats par exemple).
      Le Code de l’éducation prévoit pour tous la règle suivante :
      « Article L952-2
      Les enseignants-chercheurs, les enseignants et les chercheurs jouissent d’une pleine indépendance et d’une entière liberté d’expression dans l’exercice de leurs fonctions d’enseignement et de leurs activités de recherche, sous les réserves que leur imposent, conformément aux traditions universitaires et aux dispositions du présent code, les principes de tolérance et d’objectivité ».
      Si vraiment le cours était politiquement orienté, il y aurait un défaut d’objectivité.
      Reste à savoir d’où viennent les fuites : des imams eux-mêmes ou d’un tiers ayant assisté au cours ?
      Et quelles étaient les motivations de l’enseignant concerné : lui-même musulman ? ou simplement souci de plaire à son auditoire pour éviter les polémiques ? Dhimmitude ou conviction ?

      1. Amélie Poulain

        Oui il est vrai que l’on peut se poser plein de questions sur le fond de l’affaire et même son dévoilement.

  7. David

    Cette bouze « architecturale » ferait partie du patrimoine français?!!!!
    Et pourquoi ne pas dire qu’elle fait partie de notre histoire et demander son inscription à l’UNESCO, pendant qu’on y’est!!!!

Comments are closed.