Bataclan, Charlie Hebdo… les plaques commémoratives n’accusent jamais les musulmans, qui décide ?


Bataclan, Charlie Hebdo… les plaques commémoratives n’accusent jamais les musulmans, qui décide ?

Pour mieux voir les plaques données en illustration, cliquer ici.

 

Médusant ! L’article d’Olivier Loris est indispensable et très révélateur !

http://resistancerepublicaine.eu/2018/09/19/sur-les-plaques-commemoratives-on-denonce-loas-les-nazis-ou-les-collabos-jamais-les-musulmans/

 

Qui sont les responsables ? Peut-on contester la rédaction qu’ils ont choisie en justice ?

Après quelques recherches, on trouve une réponse ministérielle de 2013 sur la question.
https://www.senat.fr/questions/base/2013/qSEQ130204733.html

Question écrite n° 04733 de M. Jean Louis Masson (Moselle – NI) publiée dans le JO Sénat du 14/02/2013 – page 479

Rappelle la question 02993
« M. Jean Louis Masson rappelle à Mme la ministre de la culture et de la communication les termes de sa question n°02993 posée le 08/11/2012 sous le titre :  » Plaques commémoratives de grands hommes ou évènements « , qui n’a pas obtenu de réponse à ce jour. Il s’étonne tout particulièrement de ce retard important et il souhaiterait qu’elle lui indique les raisons d’une telle carence.

Réponse du Ministère de la culture et de la communication
publiée dans le JO Sénat du 07/03/2013 – page 788

« L’apposition de plaques commémoratives sur les immeubles privés relève en règle générale des politiques municipales si la demande émane d’acteurs publics. Dans ce cas, l’accord du propriétaire est nécessaire. Depuis la loi de décentralisation du 2 mars 1982, les communes ne sont plus soumises aux dispositions des décrets n° 68-1052 et 68-1053 du 29 novembre 1968 prévoyant respectivement que « les projets d’érection de monuments commémoratifs sont approuvés par arrêté préfectoral et qu’aucun hommage public ne peut être décerné sans autorisation préalable donnée par arrêté préfectoral ». La délibération décidant de l’apposition d’une plaque commémorative est susceptible de faire l’objet d’une procédure contentieuse devant le juge administratif, saisi d’un déféré préfectoral ou d’un recours pour erreur manifeste d’appréciation (CE, 25 novembre 1988, req. n° 65932, Lebon p. 422). S’il s’agit d’une demande de particuliers sur des immeubles privés, la saisie des services de l’État est nécessaire si le bâtiment concerné est situé dans une zone classée au titre des monuments historiques. Par ailleurs, la pose des plaques doit se faire dans le respect de la réglementation en vigueur établie par les villes sur la gestion de leur espace public ».
Une réponse ministérielle du 4 avril 2006 visait aussi à éviter les récupérations politiques : « il est recommandé de limiter l’attribution d’un hommage public aux personnes qui se sont illustrées par les services qu’elles ont rendus à l’État ou à leur cité, ou par leur contribution éminente au développement de la science, des arts ou des lettres ».

Ce n’est évidemment pas le cas des victimes d’attentats en général… On est donc en pleine récupération dans les villes concernées avec des majorités LR/PS. Peut-être que dans les villes RN on aurait parlé des victimes du « fondamentalisme islamiste »… !

Le délai pour contester en justice la décision d’apposer une plaque et sa rédaction est de deux mois. Si la rédaction n’est pas connue à l’avance, le texte en lui-même devrait être contestable dans les deux mois de l’apposition de la plaque. Autant dire que le recours juridictionnel est une voie étroite.
Il ne reste donc plus que la sanction politique lors des élections puisque ce sont en général les municipalités qui sont responsables de la rédaction retenue…

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Maxime

"On ne peut vivre agréablement si l'on ne vit avec prudence, honnêteté et justice" (Epicure). La France ne pourra retrouver la jeunesse de Bacchus peinte par Bouguereau qu'en renforçant le principe de précaution.


14 thoughts on “Bataclan, Charlie Hebdo… les plaques commémoratives n’accusent jamais les musulmans, qui décide ?

  1. PacoPaco

    Pour éclairer encore plus le sujet, il serait bon de savoir, si les plaques commémoratives concernant la guerre de 39/45, citent, pour le coup, les nazis qui nous envahirent à l’époque…

    1. JPL

      On a l’exemple du Vel d’Hiv.

      Une première plaque boulevard de Grenelle mentionne la présence de l’occupant.

      L’inscription sur le monument (Chirac ?) en bord de Seine n’en parle plus.

  2. Laurent PLaurent P

    Un autre recours, c’est tout simplement le coup de gros marteau à 3h ou 4h du matin. Ni vu ni connu, pas vu pas pris.

  3. Mariana

    « Manque de courage , clientélisme »
    bien évidemment et on peut ajouter dhimmis pro-islamisation de leur pays .

    Plaques dont le texte à été décidé par la mairie de Paris…
    Çà donne Terrorisme , lequel ???
    Pour les victimes de Charlie-Hebdo :
    Terrorisme ISLAMISTE
    Et pour les morts du Bataclan :
    …des attentats , de qui ???
    …des attentats ISLAMISTES
    A la mairie de Paris le mot « islamiste »
    est interdit ! et la vérité historique , cad le djihad au nom duquel il y a eu un massacre !!
    Pour les plaques et monuments relatifs à 39/45 j’ai déjà vu mentionné: nazisme et barbarie nazie .

    Pour hidalgo et sa clique , pas étonnant l’absence de réponse pour medine , tout est à l’avenant chez les pourritures pantinantes vendues à l’islam cad aux mondialistes .

  4. Charles Martel 02

    C’est tout ce que sont capables de faire nos minables gouvernants dhimmis et sans c*****es: des commémorations!! Pendant ce temps les muzz se marrent comme des petits fous

  5. gigobleu

    Ce serait peut-être utile de vérifier aussi ce qui est écrit sur les tombes des « martyrs qui se sont sacrifiés » pour tuer des mécréants et qui se partagent 72 vierges en burqa. On serait peut-être surpris.
    Pour le prochain attentat, je propose l’épitaphe suivante en rappel aux victimes: « A la mémoire de nos chers disparus qui ont donné leur vie en sacrifice pour la religion d’amour et de paix »

  6. Adalbert le Grand

    Article qui me fait repenser à mon récent voyage à Toulouse, où j’ai pu voir une bien étrange stèle commémorative.

    Dans les jardins Compans-Caffarelli trône un monument hommage à l’esclavage. Le texte m’a fait bondir.

    On peut voir cela ici : http://anbenedicte.over-blog.com/tag/compans%20-jardin%20japonais/14 (descendre un peu)

    Voici le texte inscrit sur la stèle:

    « A toutes les victimes de la traite EUROPÉENNE des Noirs,
    Aux Africains et leurs Afro-descendants,
    A ces hommes et femmes déportés,
    A ces familles démembrées,
    A ces territoires dévidés,
    A cette histoire OCCULTÉE,
    A ces âmes sacrifiées

    En souvenir du calvaire et de la déshumanisation de l’esclavage. Pour la Liberté, et la Dignité. »

    (c’est moi qui ai mis en majuscule les termes les plus tendancieux)

    Outre la médiocrité de la rédaction, limite « petit nègre » – affreux barbarisme que cet « Afro-descendant » sorti de nulle part d’une maladresse insigne et inventaire à la Prévert – on notera l’extraordinaire parti-pris de ce texte sur le mode de la culpabilisation encore et toujours du Blanc

    Ainsi ne sont dénoncées que la traite EUROPÉENNE – et que la traite des Noirs. On remarquera au passage l’utilisation du terme Noirs, alors que les races paraît-il n’existent pas selon les mêmes qui ont probablement inspiré ce monument. Faudrait savoir… il y a une race noire, ou non?

    RIEN sur la traite musulmane, et encore moins sur l’esclavage intra-africain, pourtant dix fois plus important.

    RIEN sur l’esclavage pratiqué par les musulmans sur les Blancs, les Chrétiens, en particulier les Russes, les Hindous, les Bouddhistes, etc. 200 millions, il est vrai que c’est peanuts comparés aux 12 millions (maximum, d’autres disent seulement 7) « déportés » par ces méchants Européens. Et puis sans doute les musulmans traitaient beaucoup mieux leurs esclaves, presque comme des princes! Énucléés…

    [Rappelons qu’Hindu Kush signifie « le tueur d’Hindous », car des millions d’entre eux sont morts dans cette passe dans les convois menés sans pitié par les marchands musulmans d’esclaves]

    Le pompon est atteint dans l’extravagant lapsus oxymorique « histoire OCCULTÉE ». Oxymore, car on ne parle que de cela, difficile de l’ignorer comme ce monument le démontre lui-même! Qui occulterait cette histoire? quelqu’un n’est pas au courant? Faudrait revenir de 50 ans sur la planète Mars pour l’ignorer!

    Et lapsus révélateur, car ce qui est réellement occulté ici et en général, c’est justement tous les autres esclavages, et la responsabilité des non européens, en particulier des musulmans et des Africains eux-mêmes. C’est le monument lui-même qui occulte en mettant en avant le roseau pour mieux cacher la forêt.

    Ce monument est un monument à la désinformation « antiraciste » gauchiste, totalement sélective et biaisée. Ce n’est pas un hommage, mais de la récupération, de la manipulation et de la propagande.

Comments are closed.