Pour Tahar Ben Jelloun, enseigner l’arabe aux élèves musulmans empêcherait leur radicalisation


Pour Tahar Ben Jelloun, enseigner l’arabe aux élèves musulmans empêcherait leur radicalisation

 

Né à Fès en 1947, prix Goncourt en 1987, Tahar Ben Jelloun est un écrivain franco-marocain publiant régulièrement des billets dans l’hebdomadaire Le Point. Comme la plupart des musulmans d’origine maghrébine, il tient, dans ses chroniques, un discours de culpabilité de la France et de l’Europe, pro-immigrationiste, anti-Israël et anti-américain. 

En gros, si ses coreligionnaires se sentent relégués et stigmatisés, c’est la faute aux Français, irrémédiablement racistes et xénophobes, qui ne connaissent rien à l’islam (forcément des Lumières), religion de paix et de tolérance.

Dans son billet du 14 septembre, il soutient que le meilleur moyen de lutter contre la radicalisation, c’est d’apprendre l’arabe à tous les élèves de France. Un comble pour cet ancien professeur de philosophie qui, suite à l’arabisation de l’enseignement marocain, a dû, en 1971, abandonner son poste et s’exiler dans notre pays !

Tahar Ben Jelloun – Apprendre l’arabe, c’est s’enrichir

L’écrivain s’élève contre la suspicion qui accompagne la proposition d’apprendre cette langue à l’école. Il y voit de nombreux avantages.

« Une dame maghrébine m’a abordé l’autre jour à l’arrêt du bus. D’emblée, elle me pose la question qui la taraudait : « Pourquoi sommes-nous objets de tant de haine ? » Elle m’explique : je suis algérienne, arrivée ici à l’âge de dix ans, mes parents ont travaillé toute leur vie et sont morts de fatigue ; moi, j’ai fait de même et j’ai donné à mes enfants une bonne éducation. Nous sommes français, mais on nous regarde comme des étrangers. Ils ne veulent pas de l’islam, ça, c’est discutable, voilà qu’ils hurlent parce qu’un ministre a demandé qu’on enseigne l’arabe dans les écoles publiques ! Je suis découragée, faites quelque chose, dites-leur que nous ne sommes pas des terroristes ni des islamistes, s’il vous plaît, dites-leur que nous sommes des gens paisibles et qu’ils cessent de nous suspecter de tout ce qui va mal dans ce pays ! »

En prenant mon bus, je n’ai cessé de penser à cette femme qui avait l’air sincère. Il est vrai que l’enseignement de la langue arabe dans les écoles de la République est une bonne initiative. De tout temps, le ministère a négligé cette langue. Je me souviens d’une année où il y avait dans toute la France un seul agrégé en langue arabe.

De la peur à la haine

Pourquoi faut-il enseigner cette langue ? Parce que ce serait un symbole d’apaisement envoyé par l’État aux millions d’Arabes en France. D’ailleurs, on attend depuis longtemps que Macron s’adresse enfin à cette communauté qui, en général, ne se sent pas bien acceptée dans le pays ; elle constate que ses enfants ne sont pas reconnus ; c’est sans doute à cause de cela que certains tombent dans le piège des recruteurs de Daech. Nombre de musulmans sont sidérés par l’amalgame fait entre islam, islamisme et terrorisme. De la peur de l’islam, on est passé à la haine de cette religion, et cela pas uniquement en France, dans toute l’Europe.

Macron a eu raison d’assister au dîner annuel du Crif et d’y prononcer un discours de solidarité. Il a eu tort de ne pas répondre à l’invitation d’un dîner du ramadan organisé par plusieurs associations musulmanes. Le Premier ministre y a fait une apparition, m’a-t-on dit.

Il faut enseigner la langue arabe parce que c’est une langue aussi importante dans le monde que l’espagnol ou l’allemand. Apprendre une langue, c’est pénétrer dans la culture et la civilisation qu’elle exprime. Apprendre une langue, c’est s’enrichir, abolir les murs de méfiance et d’incompréhension.

Soustraire cette langue aux mosquées et à ceux qui s’y improvisent imams

Apprendre l’arabe permettrait aux enfants et adolescents d’origine arabe de prendre contact avec un univers que leurs parents n’ont pas pu ou su leur transmettre. De toute façon, la langue qu’on apprend à l’école est classique, elle n’est pas parlée par le peuple. Elle est la langue du livre, de la poésie, du conte et de la philosophie. Cela étant, l’apprentissage de cette langue ne sera pas exclusivement réservé aux enfants d’origine arabe. Bien au contraire, il devrait concerner tous ceux qui sont intéressés par la culture et la civilisation arabes.

Autre raison pour apprendre l’arabe : soustraire cette langue aux mosquées et à ceux qui s’y improvisent imams, lesquels ont souvent une approche douteuse de l’arabe classique ; certains en profitent pour faire leur propagande néfaste.

La suspicion et la stigmatisation poussent certains musulmans à se radicaliser, à rompre le contrat social et républicain. De plus en plus de jeunes se réclamant de l’islam choisissent le repli et la tentation du communautarisme. D’après l’Institut Montaigne, 28 % des musulmans sont classés « sécessionnistes et autoritaires ». Il y a de quoi être inquiet. Le rapport « La Fabrique de l’islam » explique bien combien le salafisme progresse en France et en Europe, faisant de l’islam une idéologie politique contemporaine bien structurée.

Le champ a longtemps été laissé à la propagande, au désordre et à la complaisance à l’égard de certains États qui ont pris en charge l’islam en France jusqu’à en faire dans certains cas une secte de fanatiques prêts au djihad et à la guerre.

Enseigner l’arabe ne peut que donner des outils objectifs et sérieux à ceux qui veulent un jour connaître la culture d’origine de leurs parents.« 

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/tahar-ben-jelloun/tahar-ben-jelloun-apprendre-l-arabe-c-est-s-enrichir-14-09-2018-2251152_1921.php

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




45 thoughts on “Pour Tahar Ben Jelloun, enseigner l’arabe aux élèves musulmans empêcherait leur radicalisation

  1. Samia

    Et encore un, un !
    Ça va durer longtemps comme ça avec leur arabe. Mes enfants n’apprendront pas l’arabe, sûrement pas.
    Tous les jours, je me démène pour blinder leur niveau de français, pour les aider à acquérir un bon niveau d’anglais, langue utile pour aller de par le monde mais l’arabe qui cherche à tuer tamazgha non !!!
    C’est une fourberie de plus sous le couvert de la lutte contre la radicalisation, on veut arabiser les esprits…
    En Kabylie, les gens connaissent bien cette fourberie et c’est une lutte acharnée au quotidien car l’impérialisme arabo musulman n’a pas de limite.

    Reply
    1. Soudibor

      Vive la Kabylie, vive les berbères, puissiez vous retrouver vos origines, votre civilisation, votre culture, votre belle langue, le Tamazigh.
      L’islam est une marée noire qui a recouvert les anciennes civilisations et les a étouffées. Quelle tristesse de voir les grandes civilisations égyptiennes, mésopotamiennes, et tant d’autres, sombrer dans l’Islam, et dire ensuite: »nous sommes des Arabes ». N’importe quoi! Vous n’êtes pas des Arabes, les Égyptiens, les Phéniciens, et les autres. Et les Arabes ne vous aiment pas. Ils se foutent de vous, et vous méprisent. Il n’y a qu’à aller dans les pays du golfe pour voir comment ils traitent les Nord Africains, les Égyptiens, etc … Comme des moins que rien. Je rêve d’un réveil des peuples, et pas seulement du peuple Français.

      Reply
    2. Monique

      Samia ,avez vous déjà eu à faire au racisme parce que pour moi il est intolérable que l on puisse faire payer les arabes qui sont intégrés et n on plus rien avoir avec l islam ?Dans la tête de beaucoup de personnes tous les arabes sont musulmans très pratiquants. Et pourquoi beaucoup d arabo musulmans ne font jamais l effort de faire un examen de conscience du rejet qu’ ils suscitent?

      Reply
      1. Samia

        Je n’ai honnêtement jamais eu à subir de racisme pour la simple et bonne raison que j’ai toujours eu un comportement respectueux, chaleureux, très loin de l’agressivité habituelle des musulmans. Mes différents interlocuteurs savent très bien qui je suis, savent reconnaître mes qualités humaines. Je n’aime ni la victimisation ni les lamentations et si d’aventure je rencontrais une personne dite raciste, ce qui selon moi n’existe pas vraiment (excepté les individus éduqués dans le système fascisant islamique), je ferai en sorte de passer outre et communiquer malgré tout avec elle.
        En outre, à chaque fois que j’ai postulé pour un poste, j’ai été retenue car je suis une personne enthousiaste, consciencieuse et surtout neutre. Je mets l’intérêt du travail avant toute chose, mon cerveau n’est pas contaminé par la daube islamique.

        Reply
    3. Monique

      Et l amalgame que font les musulmans avec les juifs d Europe et le conflit israélo palestinien ils en font quoi?Combien de juifs agressés assassinés à cause de ce conflit pour venger leurs frères et soeurs palestiniens qui souffrent à cause des mechants colons sionistes(terme employé par musulmans ).Toujours à pleurnicher .

      Reply
      1. Yann Kempenich Post author

        Il ne semble pas que Samia ait parlé des juifs ou d’Israël dans son commentaire. Quel est le rapport avec cet article ? Je ne vois pas trop où vous voulez en venir…

        Reply
        1. Monique

          Yan….@C était juste un exemple pour montrer avec le conflit israélo palestinien que les musulmans si promptent à crier pas d amalgames sont les premiers à assimiler les juifs non israéliens qui vivent en Europe à ce qui se passe au Moyen-Orient.J aurai peu dire aussi que lorsque un dessinateur caricature le beau modèle mohamet ce sont les chretiens en terre d islam qui tremblent vu que l occident représente la chrétienté. Combien de chretiens furent pas agressés,assassinés,leurs commerces brûlés ou leurs églises. Et j aurai pu aussi donner l exemple de l ambassadeur américain dont le corps sans vie fut traîné dans les rues en Égypte après la sortie du film américain l innocence des musulmans.Ce q u ils veulent que l on fassent pour eux ils refusent de le faire pour les autres. J espère avoir été claire maintenant.

          Reply
          1. Samia

            J’avais bien compris ce que vous vouliez dire, je le pense moi aussi. Avec les musulmans, en gros c’est fait ce que je te dis pas ce que je fais.
            Tout le monde le fait mais avec les adeptes de mahoumète, c’est à un niveau record ++++.

        2. Monique

          Ou encore un autre exemple ,la femme occidentale représentée comme une prostitué,impudique,immorale,..je pourrais donner beaucoup d autres exemples .Les musulmans n aiment pas êtres assimilés aux terroristes alors ils devraient comprendre aussi que toutes femmes occidentales ne sont pas des personnes aux moeurs dégradantes.

          Reply
          1. AntiislamAntiislam

            Bonjour,

            Comme Tariq Ramadan regardait de haut l' »impudeur » de la femme occidentale.

            On sait ce que cela dissimule chez ces nouveaux tartufes …

  2. UN GAULOIS

    Il fait de la propagande pour avancer dans le concept : « FRANCE, terre d’islam ».
    Si ces gens se sentent si malheureux en FRANCE, rien, ni personne de les retient, alors qu’ils partent en terre d’islam.
    Mais çà ne semble pas les effleurer. Il faut dire que la vie est agréable chez les mécréants.Les conditions de vie ainsi que l’état et la justice étant tellement cléments à leur encontre
    Quel dilemme?????????????

    Reply
  3. paul-andré tournelle

    Tahar ben Jelloun n’est qu’un infiltré islamiste qui cherche à coloniser la France avec la langue arabe.
    L’arabe étant la langue du coran, ce traitre et faux ami de la France pratique la takkia ( dissimulation ) en vue de la mise en place progressive de la charia en France ( port du hijab, nourriture halal, interdiction de critiquer le coran , loi sur le blasphème ) comme c’est malheureusement le cas en angleterre ou les tribunaux de charai ont pignon sur rue.
    Il faut toujours se méfier de ce genre d’individu, soit-disant musulman modéré.Ce sont les pires, car ils avancent masqués.
    La version chiite est aldo stérone qui est également un agent de l’islam .
    Vous ne le verrez jamais critiquer ouvertement le coran.
    N’oubliez pas que la takkia est d’abord une spécialité chiite.
    Aldo stérone est un agent de l’islam chiite.
    Il vous trompe en faisant croire qu’il est un démocrate.
    Il pratique juste la takkia chiite.

    Reply
  4. Christian

    Intellos ou métallos un musulman sera toujours un musulman qui n’est là que pour mener son djihad qui est d’islamiser le monde. A nous de l’expliquer et de décrypter la réalité qu’il y a derrière ces discours. Paix et Amour mon cul

    Reply
  5. Fomalo

    Quoi?? « Un symbole d’apaisement envoyé par l’Etat aux millions d’Arabes en France »!!!
    Ce sale co. …d infiltré dans tous les raouts artistiques, les causeries littéraires dans les librairies bobos du Marais (et ailleurs en France), les débats scolaires et universitaires, les séminaires du Sénat et j’en passe..depuis quarante ans, main dans la main avec les bien taqyistes éditions du Seuil spécialistes en Bourdieu et autres Morin depuis »La nuit sacrée », aurait pu trouver un autre genre de symbole! Par exemple que tous les musulmans et leurs imams envoient un message d’apaisement aux millions de Français que lui et ses congénères ponctionnent , en se faisant partie prenante des défilés après les massacres et assassinats de ces dernières années et en organisant par exemple des séances de prières dédiées à la France ! Je sens chez ce f….ier un clône de Ramadan! La soupe est bonne tant à la Mairie de Paris qu’à celle de Bordeaux. Voir ci-dessous la pensée du « philosophe » dont le dalaï lama serait bientôt l’idole à toutes fins utiles : https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/un-monde-d-action/tahar-ben-jelloun-mon-pave-2018-cest-de-defendre-les-refugies-et-les-migrants_2599356.html

    Reply
  6. Machinchose

    Tahar Benjelloun est d’ une grande famille de Fès, d’ origine juive ( population connue sous le nom de « Baladiyine » et qui furent convertis de force a l’ islam sous les Almohades

    nota: le juifs du Maroc furent convertis de force a l’ Islam, au cours de leur histoire

    aussi, ce mémo qui suit, oeuvre d’ Mizilmon, lorsqu ‘il dit « d’ origine non islamique » c’est tout simplement que ça écorche la gueule des boukakes de dire d’ origine juive ( genre « l’ état sioniste » pour ne pas dire Israel)

    xxxx

    Les autres grandes familles de Fès

    les Abdellaoui Maane : Famille de scientifique, descendant de la dynastie des rois Almohades (Fondateurs de la ville de Rabat) et plus précisément du Cheikh Mohammed Benabdellah maane Al-Andaloussi (XVIIe siècle),il fut un grand savant qui a pu garder l’héritage du soufisme dans sa dynastie pendant trois générations.A noter que cette famille fait partie de la bourgeoisie Fassi possédante des biens à l’intérieur de Fès sous forme de palais et de Riad qu’ils ont résidés de père en fils et des biens à l’extérieur de Fès à Ouled Jamaa la région ou les Abdellaouiines possèdent une grande partie de la zone rurale et la région de ras el ma ou les abdellaouiines possèdent aussi des centaines de héctars ainsi que la région de Lamta et Ouledlhaj,tous ces biens sont à l’usage de l’exploitation héréditaire à ce jour et même pendant la protectorat française . Leur zaouia et leur résidence se trouvent à hawmate Almakhfia et leur cimetière «Gbeb» se trouve à Babftouh en haut du relief où il y a le mausolée de sidi Mohamed Benabdellah et son fils Abu Al Abbas avec tous leurs descendants.

    Les Attias: Famille appartenant à la bourgeoisie juive et travaillant pour la famille royale. Le grand-père était le tailleur de Mohammed V, l’oncle vendait des produits de luxe au Palais.

    Les Benamour: Famille d’origine andalouse.

    Les Benchekroun: D’origine non islamique, ils se sont convertis à l’islam, sur incitation des Almohades. Ont toujours été une famille de lettrés et de ouléma.

    Les Benjelloun : d’origine non islamique, ils ont été cooptés par le Makhzen après que Talib Benjelloun (mort en 1842), initialement chef de la caravane de Fès, ait servi de conseiller intime et ministre des Finances.

    Les Benlahmr: Descendants des Banou Al Ahmar ou nasrides, derniers Rois de ce qui restait de l’Espagne musulmane (Grenade) et batisseurs du magnifique palais de l’Alhambra. Le dernier roi nasride se réfugia à Fès avec sa famille après la perte de son royaume (1492).

    Les Bennis: d’origine non islamique, ils ont la double casquette de commerçants et de famille makhzénienne. En 1873, un certain El Madani, ministre des Finances a provoqué une grève de tanneurs après avoir voulu imposer le marché des peaux.

    Les Berrada: D’origine andalouse. Grande Famille commerçante de l’ancienne medina de Fès.

    Les El Fassi fihri: d’origine arabe, ils constituent une grande famille de doctes lettrés qui ont même une confrérie. Leur travail aux services du Sultan commence sous Moulay Ismaïl, qui nomme deux frères et un cousin à des postes clé de la hiérarchie administrative.

    Les El Kohen : Famille d’origine non islamique qui a accédé à la demande des Almohades de se convertir, mais a eu le courage de ne pas changer de nom.

    Les Esmili: famille peu nombreuse et de ce fait peu connue en dehors de la communauté Fassie. Ils sont connus pour leur honnêteté et leur noblesse. Leur premier ancêtre marocain est Taieb Esmili El Cherki El Fassi. Ils ont donné un nombre important d’intellectuels, de commerçants, de savants et de résistants au Maroc.

    Les Guessous: d’origine non islamique, ils sont surtout des lettrés. Le cas du alem Abdeslam exécuté par Moulay Ismaïl pour avoir soutenu la population qui refusait l’annexion de l’armée des esclaves les a rendus célèbres.

    Les Kabbaj: une des grandes familles de Fès. Les kabbaj sont originaire d’andalousie, plus spécifiquement de la ville d’Alcobaca (prononcé alcobbasha) sur la Costa Prata, non loin de la ville universitaire de Coimbras. Aujourd’hui sous la tutelle de l’Unesco, car la ville a toute une histoire mytologique. Cette cité est célébre grâce à l’histoire de sa princesse Donna Castro et à son courtisan Don Pedro. L’histoire n’est pas encore toute dites puisque le nom de la Ville est bien formée de deux rivières qui la travèrse : la rivière Alco est la rivière Baca (prononcé Basha). L’emmigration de la famille Alcabbasha au maroc au XVIIe siècle reste une grande énigme, mais beaucoup d’historiens s’accordent à dire que se départ précipité fais suite à la reconquista. Les derniers siècles modifièrent la phonétique du nom Alcabbasha, puisque au maroc cette même famille d’origine juive (aujourd’hui convertis majoritèrement à l’islam) se nomme désormais ElKabbaj, Elkabbach, Elkabetz ou encore Kabbaj.

    Les Lahbabi: Famille de lettré andalouse, arrivé à Fès suite à la reconquista.

    Les Lahlou: Famille d’origine Andalouse, de cordoba, leurs ancêtres de confession non islamique ,se sont convertis de force à l’islam durant l’invasion musulmane de l’espagne.

    Les Mikou: Famille venue d’Andalousie de la ville d’Alméria suite à la guerre des « Taouef ».

    Les Sebti D’origine arabe, installés à Sebta et à Fès, ils n’ont construit leur fortune que durant la 2e Guerre Mondiale. Ils ont alors écoulé sur le marché à des prix exorbitants des produits alimentaires et des tissus qu’ils avaient en réserve.

    Les Slaoui Famille arabe Andalouse, venue entre le XIVème et le XVIIème siècles à Fès, après un passage avec d’autres familles andalouses par Salé (Salé le Vieux ; ou Salé le Neuf, actuelle ville de Rabat). Nombre important d’intellectuels, d’hommes d’Etat, de commerçants et de résistants.

    xxxxxx

    et je rajoute, pour en connaître les Bennani, les Choukroun, les Kouhine,

    je ne sais plus le mot hébreu qui désigne ces juifs convertis de force depuis des siècle, peut etre « anoussim » ?

    ils savent TOUS qu ils sont juifs d’ origine, en tirent une fierté et pratiquent l’ endogamie pour ne pas se mélanger aux « chorfas » vrais musulmans et prétendus descendants du Profète
    amusant pour un type qui n’ a eu qu une seule fille

    ainsi on rencontre des milliers de milliers de « Chérif » -singulier de Chorfa- et signifiant: noble…. 😆

    les Baladiyines ont de tout le temps donné au Maroc ses élites politiques, intellectuelles, artistiques et financières

    pas besoin de chercher trop longtemps pour comprendre pourquoi… 😆

    nous avons sur ce site un commentateur qui vit au Maroc, et expat, en connait des dizaines de ces « Fassis baladiyines »

    on va lui mettre une tomate « ananas » de Marinette sous le nez, histoire de le faire sortir de son bou reg reg…. 😆

    Reply
    1. Boronlub

      Merci pour ces infos, cette généalogie. Très intéressant, je garde en réserve pour des discussions éventuelles avec des collègues, dont je reconnais des noms.
      Quel dommage quand même que tous ces Baladiyines ne veuillent pas larguer l’Islam, retrouver leurs racines, et dire « on nous a imposé l’Islam de force, nous n’en voulons plus, l’Islam ça n’est pas nous ». Et qu’ils aillent demander l’asile en Israël. Je suis sûr qu’Israël accepterait.
      Bof, on peut rêver… C’est comme tous ces Européens de Bosnie, d’Albanie, victimes des exactions des Turcs, et qui au lieu de rejeter l’Islam, maintenant que c’est possible, le défendent ! Alors que cette merde leur a été imposée de force par leurs massacreurs. Incompréhensible. Il doit y avoir un syndrome. Genre syndrome de Stockholm, en pire, mais j’en ignore le nom. En tout cas c’est un syndrome puissant.

      Reply
      1. Machinchose

        Bonjour, ils furent convertis 4 fois de force a l’ islam ces braves juifs de Fès au cours de leur longue histoire
        alors quand j’ en entends miauler « ah! kesskon était bien au Maroc…. » ça donne envie de les battre ces ignorants…

        j’ ai trouvé ça, qui peut vous intéresser

        XX

        les Baldiyines de Fès-Juifs Marocains convertis de force (Tribune de Yéhoudi)
        Publié le 24 février 2012 | Poster un commentaire
        Du fait que les musulmans convertissent tous ceux qui tombent sous leur coupe de gré ou de force, de nombreux Juifs découvrent aujourd’hui leur véritable appartenance …

        Juifs fassis

        la sinistre plaisanterie qui consistait a enrôler de force les Juifs en Musulmanie, remonte aux Almohades
        bandes de Talibans avant l’ heure, surgis de l’ extrême sud marocain et qui déferlèrent sur toute l’ afrique du nord ,sans oublier l’ Espagne d’ ou ils balayèrent les Almoravides chancelants sous les coups de la Reconquista chrétienneen cette ville de Fès , ils eurent la brillante idée de proposer pour la première fois en terre d’ Islam, la conversion ou la mort
        le choix de la mort, je ne sais pas, mais celui de la conversion sous le sabre fut largement suivi.
        et ce malgré la recommandation coranique “la ikra fed dine” point de contrainte en religion…
        alors ils s’ organisèrent, ils se regroupèrent dans le Fès el Bali et la vie continua Mosquée au lieu de synagogue, les siècles passèrent…il y aura deux autres vagues de conversions forcées ,les Juifs venant d’ ailleurs et constituant de nouvelles communautés…ey qui a leur tour converties s’ agrègeront aux anciens convertis qui les accueilleront…et tout ce monde donnera de bons Musulmans
        des Choukroun, des Benani, des Kouhine sont comme les fossiles des témoins de cette époque
        ils donneront au Maroc ses élites dans tous les domaines !!
        la première fois ou j’ ai mis les pieds a Fès il y a 12 ans j’ avais été surpris par ces commerçants de la Kissariya aus traits européens, a la peau blanche et au cheveux roux clair, ainsi que par l’ enseigne d’ une pharmacie qui annonçait Pharmacie Kouhine
        le guide me renseigna en me disant juste que c’ étaient là des descendants de juifs qui avaient été « séduits » par l’ Islam et qui étaient devenus musulmans…qu’il y avait parmi eux des savants, des hommes politiques,des Imams…

        il avait éveillé ma curiosité ,mais il n’ en savait pas plus
        j’ ai commencé a chercher, et avec l’ arrivée du ouèbe, on commença a faire des progrès
        j’ appris qu’un chercheuse nommés Mercédès Arnaldez-Garcia leur avait consacré une thèse
        et ….je trouvais chez Larose et Maisonneuve le dernier exemplaire disponible qui avait été publié chez Studia Islamica
        le coup de bol pour 27 euros !!! Je laisse a présent cette dame prendre l’ ordi.

        “Le troisième groupe, celui qui a eu le plus de mal à se faire accepter, jusqu’en 1750, est connu sous le double label de “beldyin” et “islamyin”. Il s’agit des juifs convertis à l’islam au 15e siècle, en gros sous la pression des Almohades. Plusieurs d’entre eux, rapporte Cigar, habitaient dans Funduq Al Yahudi, un quartier qui ne les mettait pas en quarantaine mais les distinguait des “purs musulmans”. Pendant plus de deux siècles, l’origine religieuse de ces familles (Myarra, El Kohen – nom inchangé -, Benchekroun…) leur a valu l’animosité des chorfas qui considéraient la Qissaria comme leur chasse gardée. Les ouléma faisaient même circuler un hadith laissant entendre qu’on “ne peut pas faire confiance à un juif même s’il a 40 ancêtres – anciennement convertis”. Quand ils ont été enfin acceptés, après une période trouble marquée par de faibles sultans, l’autorité a quand même exigé qu’ils affichent un signe distinctif (une bande de soie brodée, kamkha) devant leurs boutiques, pour que les clients soient prévenus de “la perfidie de leurs pratiques”. Bonjour la tolérance. Cela ne les a pas empêchés, depuis, de devenir de grands commerçants, des négociateurs internationaux et des savants, au point d’être enviés par les chorfas. “Leur fortune, ils la doivent initialement au sultan Moulay Slimane qui, contrairement à ses prédécesseurs, en a fait son groupe favori et leur avançait argent et marchandises”, écrit Sebti. Jusque-là, le pouvoir des Fassis, tous groupes confondus, reposait sur l’autonomie de l’armée des harratine, parmi laquelle les grandes familles avaient leurs clients. Le rang social ne faisait pas le pouvoir, mais le réseau construit entre ressources financières, biens fonciers, ouléma et force physique rendaient certaines familles puissantes, par alliance………………….
        et si vous passez un jour par Fès, rendez leur une visite….pas pour leur dire d’ ou ils sont issus ………ils le savent tous!

        Reply
  7. jacotte

    Qu’il aille se faire voir qu’est-ce qu’il croit parce qu’il écrit qu’il a son mot à dire retourne chez toi ici est chez nous.

    Reply
  8. Conan

    Alors que certains « sachants » souhaiteraient pousser leur subversion de déconstruction jusqu’à abroger complétement certaines règles grammaticales, notamment celle régissant le passé simple, il faudrait faire apprendre l’arabe à nos enfants ???….
    Cette langue qui n’est pratiquement employée que pour ânonner des versets du coran appris par coeur …et que l’immense majorité des arabes ne sait même pas lire ou écrire…
    Qui, en outre, n’a aucune valeur commerciale ou scientifique….
    Français, il faut songer sérieusement à prendre votre destin en mains et le plus vite possible !

    Reply
  9. Adalbert le Grand

    J’ai suivi il y a quelques jours une interview de ce con…ard.

    On a eu droit à toute la logorrhée victimaire, la complainte habituelle des « antiracistes » (mot-valise pour « racistes anti-européens ») et les explications fumeuses à la mode marxiste pour nous expliquer que les pov’s musulmans sont des malheureuses victimes du racisme, de la discrimination, etc., et que cela explique la radicalisation.

    Personnellement, n’ayant pas l’intelligence supérieure et les aptitudes à la « pensée complexe » des gauchistes pour trouver des explications alambiquées, capillotractées et tordues, je suis un adepte des explications simples et directes (en philosophie, on appelle cela le rasoir d’Ockham) : la cause première de l’islamisme, elle est à chercher – et trouver – dans l’islam.

    Sinon qu’on m’explique pourquoi les asiatiques bouddhistes, taoïstes, hindouistes, zoroastriens ne posent pas de problèmes, ne sont pas discriminés ou « racisés » et ne font pas d’attentat. Peut-être tout simplement parce qu’ils ne font pas ch… le monde comme le font les musulmans partout où ils sont? Et cela peut-être parce que leur religion est paisible et non invasive, ne cherche pas à s’imposer et vécue discrètement dans le privé?

    A la limite, ce pauvre Tahar est insignifiant : il tente encore de nous enfumer à l’ancienne, avec des arguments éculés, une rhétorique dépassée qui ne convainquent plus personne que l’arrière-garde des convaincus et des gauchistes idiots. Il a trois trains au moins de retard. Plus personne ne croit à ce genre de discours.

    Reply
  10. Soudibor

    Apprendre l’Arabe littéraire pour lire dans le texte les versets du Coran appelant au meurtre des incroyants! Voilà une belle idée qui va permettre de lutter contre la radicalisation. Bravo M.Ben Jelloun ! Quelle intelligence, quelle puissante analyse intellectuelle!

    Reply
    1. David

      Je préfère aller détartrer mes chiottes à l’huile de coude, sur les genoux (alors qu’ils sont bousillés!). A l’aide d’une brosse à dents et du vinaigre!
      Là, j’obtiendrai une réelle satisfaction.

      Reply
  11. berger

    En 1940, favoriser l’apprentissage de l’allemand aurait, selon Tahar, défavorisé la Collaboration….Ce type est vraiment puissant dans ses idées !

    Reply
  12. Joël

    Connerie ! ils sont radicalisés dès la naissance par la lecture continuelle du coran jusqu’à l’apprentissage par cœur obligatoire. Ce n’est pas la langue qui est responsable ou non de radicalisation, c’est leur bouquin de l’enfer.

    Reply
  13. frejusien

    Voilà une merveilleuse démonstration de la fourberie musulmane, si on avait voulu donner un exemple, on n’aurait pas pu faire aussi bien !

    Merci monsieur Tahr Ben… d’apporter de l’eau à notre moulin d’une manière si naïve, car ce monsieur nous prend pour des naïfs, comme ces pauvres gens de gauche qui boivent ses paroles

    Reply
  14. Boronlub

    Bonjour Machinchose,
    Merci beaucoup pour tous ces faits d’histoire. C’est toujours les détails historiques qui expliquent le présent des choses … En tout cas on voit bien qu’il y a eu une sacrée transformation des mentalités, une sorte de conquête des consciences, et malheureusement (de mon point de vue) une conquête irréversible …

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *