Un agent de la TAN à Nantes : « les consignes qu’on nous donne, c’est de nous laisser frapper »


Un agent de la TAN à Nantes : « les consignes qu’on nous donne, c’est de nous laisser frapper »

Les agressions contre le personnel de la TAN – principalement les contrôleurs – ne cessent d’augmenter sans que les agents ne se sentent soutenus, ni par la réponse judiciaire aux agressions, ni par leur direction. Nombre d’agressions ne sont plus signalées en interne, ce dont s’émeut la CGT-SEMITAN tout récemment encore.

Un conducteur de la SEMITAN se confie : « les consignes qu’on nous donne, c’est de nous laisser frapper. Quasiment de tendre la joue, de nous laisser agresser, couvrir d’insultes. On n’a pas le droit de répondre, on n’a pas le droit de se défendre, tout ce qu’on peut, c’est sourire et nous laisser détruire », assène-t-il.

Ne pas faire de vagues

Il explique : « on nous dit de ne pas faire de vagues, de ne rien faire, d’activer l’appel détresse. Le temps que l’équipe de prévention arrive, on a le temps de recevoir deux baffes… ou de les rendre ». Pour sa part, il estime que « ce n’est pas le rôle des conducteurs de se faire casser la gueule ou finir au commissariat à cause d’un con qui ne veut pas prendre de billet », donc il laisse monter ceux qui refusent de payer « et je ne suis pas le seul ».

Il confirme aussi que « le plus de problèmes, c’est à Commerce et sur la ligne 20 », qui va de Chantenay aux quartiers nord en passant par Bellevue, le Breil et les Dervallières – au point qu’il était envisagé au printemps dernier que les contrôles y soient renforcés par des CRS.

Pour sa part, il convient que « pour quelqu’un qui est né à Nantes, l’évolution de la ville, ce n’est pas très reluisant. Pour quelqu’un qui vient de l’Ile-de-France, ça reste encore tranquille : ici ce sont les mêmes trous du c** qui mettent la zone, mais ils sont moins nombreux et se sentent moins forts ».

Néanmoins, nombre d’usagers évitent de plus en plus certaines lignes – et même le tram – tard dans la soirée, comme d’ailleurs ils évitent aussi de passer aux abords de la place du Commerce, du parking de la Petite Hollande, de l’Hôtel-Dieu où vols à l’arraché et agressions sont fréquents. Grâce au laxisme de la municipalité socialiste de Johanna Rolland – et de Pascal Bolo, son premier adjoint et président de la SEMITAN –, le cœur de Nantes est-il devenu le plus « sensible » des quartiers ?

LM

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

https://www.breizh-info.com/2018/09/10/101994/un-agent-de-la-tan-a-nantes-les-consignes-quon-nous-donne-cest-de-nous-laisser-frapper

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


16 thoughts on “Un agent de la TAN à Nantes : « les consignes qu’on nous donne, c’est de nous laisser frapper »

  1. UN GAULOIS

    C’est étonnant qu’ils ne fassent pas valoir leur droit de retrait en cas de danger. Ce serait intéressant de voir les contrôleurs quitter les rames ou mieux les conducteurs.
    Qu’est ce qu’ils attendent pour le faire. Ca engendrerait la colère des usagers et peut être sortirait la population de la torpeur.

  2. Machinchose

    qu attendre de ces populations d’ immigrés ou leurs descendants

    qualifiés pêle mêle « d’ Arabes »

    et dont l’ un des leurs disait et ecrivait dans ses « Prolégomènes »

    «  » » » » » » » » »En outre, leur naturel est d’arracher aux autres ce qu’ils possèdent : leurs moyens d’existence sont à la pointe de leurs lances, et ils ne connaissent, pour ce qui est de prendre le bien d’autrui, aucune limite à laquelle ils se tiennent; au contraire, chaque fois que leurs yeux tombent sur un troupeau, un objet, un ustensile, ils se l’approprient de force. Si, ayant pris le dessus et s’étant adjugé l’autorité souveraine, ils ont toute latitude de se comporter ainsi, il n’est plus aucun moyen administratif de protection de la propriété, et la civilisation est ruinée. » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » »

    « leurs moyens d’existence sont à la pointe de leurs lances »

    Rizquihoum fi dhol rimatihoum

    en gros tout soldat a un baton de maréchal dans sa giberne 😆 ,

  3. Charles Martel 02

    Dans le tram, parfois mon fils joue à ne pas payer, il s’est fait gauler et a dû payer l’amende, comme je lui ai dit : » tu joues, tu perds, tu payes », c’est normal. Mais ce qui me fout la rogne c’est que, prenant le tram moi-même, j’ai assisté un jour à un contrôle et bien sur le contrôleur arrive à un moment sur une CPF, bien mate et bien frisée, qui, bien sûr, n’avait pas de ticket. Je me suis dit qu’il allait lui filer une amende comme c’est arrivé a mon fils… Bien non, le contrôleur s’est contenté de faire descendre l’individu à la prochaine station, sachant très bien que notre CPF allait sauter dans la rame suivante… Voilà donc l’illustration des deux poids et deux mesures. Tu es français pas de pitié, tolérance zéro, tu payes, tu es bronzé et frisé tu as droit a la clémence et tu passes au travers du filet…. Pas belle la France ?

    1. dmarie

      Vu le laxisme envers une certaine population, il faudrait que personne mais vraiment PERSONNE ne paie son ticket !!!! Face à plusieurs « faces de craie rebelles », le contrôleur devra revoir sa copie ! Et si cela fait boule de neige, ça fera peut-être, je dis bien peut-être, bouger les autorités…

      1. Charles Martel 02

        Mais je suis a peu près certain que pour coincer et faire payer les « faces de craie » là il y aura du personnel et il ne lâcheront rien car ils savent très bien que la « face de craie » lambda est solvable et qu’ils ne risquent pas de voir arriver une bande de CPF armée de battes de base-ball et de barres de fer pour exploser des rames de tram

  4. Christian

    Mais comme on a dit je ne sais qui : Le Seigneur Jésus nous ordonne, en cet instant :  » Si quelqu’un te frappe sur une joue, présente-lui aussi l’autre.  » (Luc 6.29). Ne l’oublions pas ! Et avec un peu de vaseline en plus pour faire plaisir à ces PD

    Arrêtons de baisser le pantalon et reprenons le destin de notre pays en main sans toujours être dans l’excuse, la repentance, la honte de nos origines,…

    1. Joël

      C’est ce que fait le gouvernement mais pas avec ses joues mais les nôtres. Il fournit le marteau et les clous à ceux qui veulent nous crucifier.
      Judas est un gamin avec ses 30 deniers.

  5. romulusromulus

    J’ai vécu cela lorsque je travaillais: « nous avons un bon avocat et un psy à disposition ». Et la première chose dont on s’enquerrait était de savoir si j’avais proféré des insultes (sous entendu, racistes). J’ai revu mes ex-collègues femmes: elles ne se sentent pas en sécurité et déplorent mon absence. Ma conclusion? le peuple ne devra qu’à lui-même ( prise de conscience, courage) de s’en sortir, s’il le peut. Car pour l’instant ce n’est pas la lumière qui pénètre les cerveaux, plutôt l’abrutissement et le doigt sur la couture du pantalon.

  6. durandurand

    Il n’y a pas qu’ à Nantes ,c’est dans tous les réseaux urbains de France et de Navarre , que cette politique de laxisme envers les C P F est appliquée , mais par contre comme mentionner dans le commentaire de Charles Martel 02 , tolérance ZERO pour les Français de souche . Le deux poids ,deux mesures ,qui est généraliser à notre détriment !

  7. SwanOne

    Quel maire, quel responsable des transports en commun osera s’attaquer à ce problème puisque ses racines sont ethniques et qu’il est hors de question de stigmatiser des populations surtout si elles sont foncées et prient leur dieu en lui tendant leurs culs ? Il faut donc changer de responsables ou foutre nous même un bon coup de pied aux fesses (***)

  8. Joël

    Moi, à la place de cet agent, je me casse et je plante le tram au beau milieu de la ville. Et si tous les autres agents faisaient pareil, le maire serait bien obligé de se bouger le cul.

  9. frejusien

    Qu’ils se laissent frapper les nantais, j’en ai rien à cirer, qu’ils continuent à bien veauter, grâce à ceusss comme eux, toute la Bretagne rose, on a macrouille et toute la merde qui va avec,

    quant au type de la CGT, on sait pour qui il roule,

    vous les avez voulus, maintenant faut les supporter !

    Buvez le calice jusqu’à la lie, c’est bien vous qui l’avaient rempli

  10. Samia

    Je travaille dans la fonction publique en contact direct avec les usagers. Un marocain barbu en djelaba d’une agressivité sans nom est venu un jour nous menacer mon équipe et moi.
    Je m’en suis plaint auprès de ma hiérarchie, la réponse de cette chère dhimmi. Ce n’est pas grave, le pauvre regarde sa situation socio-économique. Ok d’accord mais il a voulu nous baffler, ce n’est pas grave ça.
    Depuis, je ne demande plus rien, notre droit à la protection de notre autorité étant passé à l’as, je me débrouille toute seule.
    Ce monsieur quand il venait, il ne vient plus, je le remettais à sa place sans baisser les yeux. Je ne suis pourtant pas une armoire à glace mais il a senti ma détermination et s’est donc calmé. Sous prétexte du pseudo droit de l’usager surtout celui qu’on a classé de façon abusive dans la catégorie des victimes , on est censé se faire houspiller sans réagir.
    Zut alors !

Comments are closed.