L’uritrottoir, la pissotière d’Hidalgo qui « civilise les pipis sauvages »


L’uritrottoir, la pissotière d’Hidalgo qui « civilise les pipis sauvages »

Symboles du bon goût à la française, les uritrottoirs fleurissent dans les rues de la capitale et permettent aux hommes de se soulager tout en admirant le paysage.

En effet, « l’épanchement d’urine » est un fléau touchant nombre de nos concitoyens, qui, tels des chiens, ne peuvent s’empêcher de marquer partout leur territoire : sur les murs, les réverbères ou sous les portes cochères.

« Je trouve ça plutôt bien, souligne un homme croisé en bord de Seine. Justement, on avait envie tout à l’heure et ça permet d’éviter d’aller uriner un peu partout. » « C’est intéressant, renchérit une touriste britannique. On n’a pas ce genre de choses en Angleterre parce que c’est interdit de faire pipi en public. » En France, l’« épanchement d’urine » est passible d’une amende de 68 €. »

https://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/paris/uritrottoirs-quatre-pissotieres-ecologiques-installees-rues-paris-1524650.html

Le nouvel uritrottoir (5e dans la Paris) de l’Ile Saint Louis fait polémique (Le Parisien/Eric Le Mitouard)

Mais l’emplacement choisi n’est pas du goût de certains riverains : « Le principe me semble très intéressant, reconnaît l’un d’entre eux. La seule chose qui me choque un peu c’est la proximité ici avec les bancs. »

En effet, la mamie qui donne du vieux pain aux pigeons ou les prudes touristes japonais devront supporter la vue de types, le zob à l’air, se vidant de leurs 3 demis de bière ou litron de rouge.

Mais à la Mairie de Paris, on préfère l’écologie quelque peu triviale aux désagréments esthétiques : l’uritrottoir permet en effet de se soulager en pleine rue sur une botte de paille : il permet de produire du compost et de faire pousser des fleurs (Paris.fr)

Un « uritrottoir-obus »

Cependant, certains pisse-vinaigre n’apprécient guère la nouvelle marotte de la mairie de Paris, qui se veut, malgré tout, conciliante.

« Tous estiment que cette installation, à 20 m d’une école primaire, n’est pas du tout adaptée. Une pétition est même en préparation. Une polémique naissante relayée depuis quelques jours, sur les réseaux sociaux. Surtout depuis que l’ancienne patronne du Medef, Laurence Parisot, a qualifié l’installation de « nouvelle connerie parisienne ».

« Nous répondons aux besoins des commerçants et des riverains et aux demandes des mairies d’arrondissement », souligne l’Hôtel de Ville. « Si vraiment cela dérange, on pourra trouver un autre emplacement », indique lui-même Ariel Weil, maire PS du IVe arrondissement, qui insiste sur l’utilité locale d’un tel équipement. »

http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-l-urinoir-de-l-ile-saint-louis-n-est-pas-du-gout-des-riverains-10-08-2018-7849074.php

A défaut de civiliser le Parisien, la racaille ou le migrant, Anne Hidalgo aura au moins tenté de civiliser les pipis sauvages.

 

 

Lire aussi, sur le même sujet :

http://resistancerepublicaine.eu/2018/08/12/uritrottoir-pour-les-hommes-a-paris-et-les-femmes-alors-au-secours-schiappa/

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




38 thoughts on “L’uritrottoir, la pissotière d’Hidalgo qui « civilise les pipis sauvages »

  1. Charles Martel 02

    Pisser sur une botte de paille ouais c’est bien mais vu le bordel qui règne dans Paris au niveau ordures , rats et tout le reste je doute que la botte de paille soit changée souvent en plein été je te dis pas l’odeur . Par conte dans un souci d’égalité la mère Hidalgo devrait prévoir un dispositif équivalent pour les femmes, là il y aura moins de pétitions, ça fera du spectacle… 🙂

    Reply
    1. Yann Kempenich Post author

      J’avais oublié de le préciser : l’uritrottoir 2.0 est connecté au gestionnaire. Après une centaine d’utilisations, il avertit celui-ci de l’état du compost, afin de changer les composants de haute technologie…

      Reply
      1. hathoriti

        et ils vont faire pousser des tomates, des concombres là-dessus ? faut les livrer à l’Elysée ! reste à savoir si le nabot et mémé apprécieront ce nouveau bio …

        Reply
  2. palimola

    Franchement ils auraient pu faire quelque chose de plus discret et abrité des regards , je trouve cent fois mieux les pissotières d’autrefois possédant au moins une paroi coté rue , dans ma commune c’est le grand luxe nous avons encore des wc publics …et en bon état ..cela va-t-il durer ?

    Reply
    1. Amélie Poulain

      Le problème avec les WC public style pissotière c’est qu’il s’y passe parfois de drôles de choses (j’ai eu un exemple dans ma ville où ils ont été obligés, par sécurité, de supprimer l’endroit).

      Je ne suis pas pour ces nouveau pipiroomservice, comment font les femmes ? Elles prennent leur mal en patience.

      Reply
  3. clairement

    Hidalgogol ferait mieux de reprendre son premier emploi d’INSPECTRICE DU TRAVAIL on l’affecterait aux pissotières ou à leur ménage

    Reply
  4. Alsace 67

    Bientôt les merdomobiles pour les déjections humaines , il faut bien que les migrants puissent se soulager quelque part ………… Ou alors telles les toilettes des camps de concentration une enfilade de caisson à trous sous tente aux bons soins du service d’hygiène de la ville de Paris . J’imagine que ces individus ne gênent pas pour aller s’oublier là où ils le peuvent , les quartiers qu’ils squattent doivent être une puanteur insupportable . Quant à l’uritrottoir … l’urine masculine est plus  » odorante « que l’urine féminine , encore un élément discriminatoire ….. et les filles elles pissent où ?
    Paris , retour au moyen-âge !

    Reply
  5. Marvin

    L’autre jour je lisais les commentaires d’un post twitter qui parlait de cette nouvelle connerie parisienne , et il y avait un nombre incroyable de réponses qui disaient :

    – « Et alors , ou est le probléme ? Vous préférez qu’on pisse n’importe ou ? »

    – « Vous préféreriez qu’ils urinent par terre ? »

    Et ce qui est affligeant c’est que dans tout ce chapelet de commentaires la
    simple possibilité que les hommes soient prévoyants et fassent leurs besoins chez eux , qu’ils cherchent des toilettes publiques , qu’ils rentrent dans un café ou encore qu’ils se retiennent dans la mesure du possible n’était même pas évoquée une seule fois , par personne .

    On envisageait pas cette possibilité .

    Comme si se conduire en personne un minimum civilisée ne relevait que de la science fiction pure et simple et que ça ne servait à rien d’y penser .

    Comme si pisser dans la rue était une évidence .

    On ne lutte PAS contre les gens qui pissent dans la rue , non .

    On lutte seulement contre les désagréments ultérieurs que ça engendre sans inciter personne à changer d’attitude , à être responsable et à respecter sa ville .

    C’est exactement le raisonnement de ce type dans l’article qui dit :

    « justement , on avait envie tout à l’heure et ça permet d’éviter d’aller uriner un peu partout . »

    En gros il n’y a que deux options : les uritrottoirs ridicules , ou alors pisser n’importe où .

    Etant donné qu’Hidalgo vient clairement de donner raison à ceux qui pissent dans la rue et vient de justifier de maniére implicite leur attitude en sous entendant que c’est une fatalité , je suppose que d’ici quelques temps on commencera à essayer de rationnaliser aussi les choses à propos de ceux qui déféquent en public ?

    Ce genre de fatalisme et de renoncement devant la saleté des gens commence à me rappeller quelque chose :

    http://resistancerepublicaine.eu/2017/06/02/au-togo-campagne-contre-la-defecation-sauvage-la-faute-a-la-colonisation/

    PS : et je ne parle même pas de ceux qui vont faire exprès de pisser juste à coté ou juste devant , pour le plaisir d’emmerder le monde ( il y en aura ! )

    Reply
    1. Yann Kempenich Post author

      Effectivement, je me suis dis la même chose !

      « Tiens, j’ai envie de pisser », « ha, voilà ma grosse commission »… et hop, soulagement dans la rue, les jardins, près de l’école primaire, à la piscine…

      C’est peut-être cela la décadence.

      Reply
      1. Marvin

        @Yann Kempenich Post author

        « Tiens, j’ai envie de pisser » , « ha , voilà ma grosse commission »

        Oui , c’est exactement ça !

        Je pense vraiment que les gens se mettent à raisonner comme ça , et c’est aberrant .

        Comme si être prévoyant , ou encore comme si se retenir juste le temps de trouver des toilettes relevait de l’impossible .

        Et avec des abrutis comme hidalgo qui cautionnent ce genre de conduite , je ne pense pas que ça ira en s’améliorant …

        Je ne comprends pas qu’il y ait encore des touristes pour visiter cette ville du tiers-monde qui ne vit que sur les vestiges de son passé ( un passé magnifique certes , mais lointain . )

        Reply
    2. d

      alors je suis une femme !! éduquée à priori mais il y a comme ça , des circonstances d’âge, par exemple, il y en a d’autres, prostate pour les hommes bref j’étais en ville, je prends pourtant mes précautions , mais voilà pas de WC en ville !! Je vais dans des cafés, habituellement, et là j’ai été surprise , tous fermés en Aout !! je vais dans un magasin NG , pas possible ! il a été fermé pour dégradation ! j’ai simplement dit que j’allais faire par terre , en plein magasin !!!
      C’est dégueu vraiment ces pissotières en pleine rue, à pleine vue ..je ne jouerais pas à la prude, je fixerais bien les messieurs ( enfin ce qu’il en reste : humour ) en espérant qu’ils seront gênés pour ne plus y revenir !! plus ça va, moins on est intelligent ! c’est peut être le glyphosate ! Au secours BB !!

      Reply
    3. hathoriti

      excellent commentaire, Marvin ! quant à l’article sur le Togo, les pôv’ migrants-réfugiés-demandeurs d’asile apportent avec eux cette « odorante » tradition de chez eux ! faut pas les en empêcher…! on n’est pas racistes,nom de nom !

      Reply
      1. Marvin

        @hathoriti :

        Si vous n’avez pas envie de vous énerver en cet agréable dimanche , je ne vous conseillerais pas d’aller voir les innombrables vidéos de clandestins ( je n’utilise pas le mot réfugiés , ils n’en sont pas . ) en train de faire leurs besoins un peu partout et aux yeux de tout le monde .

        Dans le métro , dans un bus , sur le siège d’un arrêt de bus , sur le quai d’une gare , dans une fontaine décorative , contre une façade , dans les vestiaires d’un gymnase réquisitionné pour les loger , dans la cour d’une école primaire squattée par eux …

        Ces gens vivent dans la merde et aiment vivre dans la merde .

        Le tiers-monde n’est pas le tiers-monde à cause d’une malédiction quelconque , mais à cause de ses habitants et uniquement à cause d’eux .

        Reply
        1. Alsace 67

          Bonjour Marvin ,

          la solution ultime des couches pour adultes pour ceux qui ne peuvent pas se retenir , je me souviens il y a quelques années en arrière , nous devions accéder à l’entrée du personnel à l’arrière du magasin qui donnait dans une ruelle , je ne vous explique pas les odeurs matinales sous le soleil d’été , malgré le passage régulier des employés de la ville qui arrosaient copieusement les lieux, entre pipi contre le mur et les étrons dans les encoignures et nous n’étions pas encore envahis par les migrants !

          Reply
          1. Charles Martel 02

            Des couches pour adultes pour hommes avec la photo de Macron imprimée au fond et pour les femmes la photo de Schiappa , je suis sûr que ça ferait un tabac rien que pour le plaisir de leur chier sur la gueule…

    4. Amélie Poulain

      Et ce qui est affligeant c’est que dans tout ce chapelet de commentaires la
      simple possibilité que les hommes soient prévoyants et fassent leurs besoins chez eux , qu’ils cherchent des toilettes publiques , qu’ils rentrent dans un café ou encore qu’ils se retiennent dans la mesure du possible n’était même pas évoquée une seule fois , par personne . »

      Tout à fait d’accord avec vous @Marvin, j’y pensais.

      Reply
  6. Machinchose

    Si les menaces de Trump coûtent cher à la Turquie, elles n’arrêtent pas le président Erdogan. Il s’en est remis à l’aide de Dieu (« S’ils ont le dollar, nous avons Allah »)

    quand a nous, on a des vespasiennes individuelles, c’est plus sur et ça évite de péter le cul en l’ air a la face du ciel !! 😆

    bon, c’est vrai! et les femmes?? elles font pipi ou? dans la Seine direct ?
    tu me diras que ça peut etre amusant !!

    https://www.dailymotion.com/video/x58y9rt

    mais, pas trés élégant, n’ est ce pas Marlène ?

    Reply
  7. claude t.a.l

    La prochaine trouvaille d’ hidaldingo, ce sera le cacatrott’,
    le truc qui permettra de chier dans la rue, devant tout le monde,

    mais attention : dans de la paille !

    ça c’est écolo !

    Reply
    1. Yann Kempenich Post author

      Ha ha ha, le « Cacatrott » ! 🙂
      Moi, j’avais trouvé le « Défécatrott' »… On voit les priorités de l’écolo-bobo-gauchisme !

      Reply
    2. Charles Martel 02

      Peut être que Hulot notre ministre de la trahison écologique trouvera un nom approprié aux déféquoirs parisiens.. Il aura au moins fait quelque chose

      Reply
  8. Joël

    Coût d’une pissotière : 200 €.
    Coût du « designer » qui a dessiné la pissotière : 150 000 €.
    Je plaisante, quoique…
    C’est pas grave, c’est les parisiens qui payent.
    Par contre, les flots de pisse qui dévalent le Sacré-cœur tous les soirs, on n’a plus de nouvelles.

    Reply
  9. claude t.a.l

    La hidaldingo a bien assimilé le principe des toilettes sèches, très prisées par les écolos .

    Elle a remplacé le contenu initial de sa boîte crânienne par de la sciure.

    Résultat :
    une couche de sciure, une couche de merde, une couche de sciure, une couche de …., etc …..
    à la place de son cerveau.

    Reply
  10. Alexcendre 62

    Pisser est un besoin physiologique et qui ce manifeste justement dans les endroit où il n’y a aucune possibilité , désolé a ce moment là même la solution la plus con m’intéresse surtout en vieillissant Les femmes sont encore plus ennuyées que les hommes d’autant plus que beaucoup de bistrots ont disparus oui oui un vrai problème lors des sorties et s’en préoccuper c’est très bien .

    Reply
    1. Alsace 67

      On prévoit alexcendre ……………. Les protections pour adultes , ça existe une marque très connue pour les bébés en fait de confortables et pratiques pour les mamies , pour supprimer les conséquences , on réfléchit sur les causes !

      Reply
  11. Massilia

    J’ai vu ce genre de truc à Nantes……..j’ai constaté qu’il y avait malgré tout nombre de traces d’urine partout dans la rue.

    Reply
  12. Anne Lauwaert

    “à la campagne” dans le Nord Pakistan il y avait des constructions = comme une tour haute de 5m et large de 5m – quand on monte dessus, on est entouré par un parapet haut de 1m et il y a des trous dans le pavement – donc on monte dans cette “tour” le parapet vous cache , vous vous accroupissez au dessus d’un trou et vous faites vos besoins – le tout tombe en-dessous et peut être récupéré comme engrais pour les champs – (le papier hygiénique n’y existait pas – tout le monde se lave avec de l’eau quand il y en a… ) dans le passé nos paysans récupéraient le fumier et le purin aussi les excréments humains comme engrais bio pour les champs ; maintenant avec toutes les substances que nous mangeons (antibiotiques, hormones & Co) ça n’est plus bio…
    On pourrait installer des tours pipi-caca dans les villes , on pourrait les couvrir par un joli toit style parasol… ou style colonne Morris… quelle opportunité pour la créativité ! c’est un marché à prendre !
    Dans le passé il y avait des WC publics propres avec une madame pipi qui surveillait, nettoyait et désinfectait à l’eau de javel et elle était payée pour le faire. Création d’emplois !
    Ben oui, c’était vraiment mieux avant.
    Et je connais un monsieur qui était très important et qui dans les années 60 est sorti d’un restaurant très chic et, un peu trop éméché, il a pissé contre le mur d’en face et l’agent du quartier l’a pris sur le fait : amende et dénonciation pour actes obscènes en public… ce qui a bien fait rire ! c’était à Bruxelles = « oei, oei ! monsieur Jean avec des actes obscènes sur son casier judiciaire » ha, ha, ha…
    Et souvenez-vous de Clochemerle… Ah, les vespasiennes… n’ont pas fini de faire couler aussi de l’encre…

    Reply
  13. Diogène

    Mais il faudrait aller plus loin dans la créativité ou la crétinité (?) : à quand les « branlitrottoirs » mis en place par la Mairie de Paris ?

    Il faudrait que tout mâle, digne de ce nom, puisse, en cas de pulsion subite, sortir sa bi… (je sais… je suis horriblement vulgaire, c’est le résultat de ma mauvaise éducation : ainsi, je n’ai pas fréquenté d’école privée jésuite…Hélas !) et s’astiquer le créateur dans un « branlitrottoir » sous le regard énamouré des touristes obèses en extase devant les oeuvres majeures de la mairie de Paris !

    Faisons une pétition pour réclamer, en urgence, des branlitrottoirs réservés aux envahisseurs… Oh ! non aux gentils migrants qui nous font l’honneur de nous envahir (sans autorisation préalable). Pour prévenir les risques prostatiques il convient en effet de pouvoir se tirer sur la trique !

    Je cumule les défauts : la cinquantaine (quelle horreur !), libre penseur, et français de souche… j’en tiens donc une couche…

    Reply
    1. frejusien

      ha ha ha ! et debout en plus ! quelle discrétion tout de même, voilà à quoi peut servir leur linceul, entre autres

      Reply
  14. Polo

    J’aimerais tant voir l’islamo gogo, la gueule ouverte et servant d’urinoir devant la mairie de Paris!!! Urine 100% hallal!!! Ouverte 24/24, et 7/7!!!! Service gratuit!!! Parce qu’elle le vaut bien! La garce!

    Reply
  15. frejusien

    Bof ! dans le sud, nous avons des cabines individuelles, et maintenant elles sont ultramodernes, et hygiéniques, la chasse s’actionne automatiquement, on ne touche à rien, c’est ultrapropre et ça ne sent ni l’urine , ni la merde,
    il suffit de mettre une piécette , et la porte se verrouille automatiquement, pas de problème de  » mains sales « .

    j’ai eu l’occasion de passer qq jours dans une ferme écolo-bio,
    la merde des toilettes sèches, était regroupée un peu à l’écart, à côté du potager,
    fallait voir les mouches à merde qui sévissaient dans la salle commune à l’heure des repas, des mouches à merde jusque dans les chambres, et l’odeur infecte quand on faisait un tour au potager

    Reply
    1. Amélie Poulain

      Sauf qu’avec ces types de toilettes hygiéniques certes, il y a des gens qui y sont restés coincés…. Peut-être ont-ils revu le système mais pour ma part, je n’aurais pas confiance.

      Reply
      1. frejusien

        bonjour @Amélie,
        je n’ai pas entendu parler de ce genre de mésaventures,
        c’est possible, ou alors certaines personnes ont essayé de trafiquer la cabine pour éviter de payer,
        évidemment, il faut ici aussi, avoir affaire à des personnes civilisées qui ne détruiront pas le matériel urbain,
        d’où, j’en déduis qu’à Paris, ce type d’équipement est beaucoup trop sophistiqué pour la clientèle actuelle,
        ce serait jeter l’argent des parisiens

        Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *