Saadia la médiatrice démissionne, elle doit dénoncer les radicalisés, et elle ne veut pas trahir l’islam


Saadia la médiatrice démissionne, elle doit dénoncer les radicalisés, et elle ne veut pas trahir l’islam

Shiappa est grande et Mahomet est son prophète :

 » Le prophète Mahomet aimait et respectait les femmes de toutes origines ».

Mahomet ne devra donc pas payer d’amende pour des attitudes, des mots ou des regards  » offensants envers les femmes « .
Selon mes informations, bien au contraire, Schiappa envisagerait le versements de primes à ceux qui sont des  » bons modèles « .

«  Le prophète Mahomet aimait et respectait les femmes de toutes origines ».
C’est ce qu’ a expliqué à Benoît Rayski une certaine Saadia, médiatrice dans un  » quartier difficile  » de France.

Et puis, elle a poursuivi en défendant bec et ongles l’islam, tout l’islam.

Des Saadia, ou des Rachid, ou des ….. qui sont  » médiateurs « ,  » éducateurs « ,  » animateurs », dans ces quartiers, il y en a quantité.
Même moi, j’en connais des  » modérés  » comme ça !
Macron aussi, je crois. Et je crois même qu’il les apprécie beaucoup.

On peut se poser la question de savoir – c’est ce que fait Benoît Rayski à la fin de son article – lesquels sont les plus dangereux, les  » modérés  » ou les pas modérés ?

_____________________

Benoît Rayski :

 » C’était à Essaouira (ex Mogador). Le riad était accueillant et les vagues de l’Atlantique apportaient un souffle rafraîchissant.

A côté de moi, une femme qui parfois parlait arabe aux serveurs. Elle était de Cergy-Pontoise où elle officiait comme médiatrice dans les quartiers difficiles.

Nous avons parlé des banlieues. Et des banlieues nous sommes passés aux mosquées.

Nous ne connaissons rien à l’islam, m’a-t-elle expliqué avec indulgence.

Saadia – c’était son nom – avait lu le Coran et tous les hadiths y afférant. La vie du prophète montrait, m’a-t-elle dit, sa très large ouverture d’esprit. En effet, il avait, entre autres, épousé une veuve de 49 ans, une copte, une juive…

Ne voulant pas passer pour islamophobe, je me suis abstenu d’évoquer Aicha, 9 ans, qui, elle aussi, entra dans la couche du prophète.

Mais le voile, la burqa, le burkini, la virginité des filles exigée avant le mariage ?

Ça non plus ce n’était pas l’islam !

« Seulement le respect de la tradition » m’expliqua Saadia. C’est à dire que, selon elle, on respectait les mœurs et les coutumes des parents, des grands-parents, des aïeux. « Comme les Chinois, les Arabes ont le culte des ancêtres. » D’un coup, deux milliards de Chinois firent irruption dans le riad pour se ranger derrière la bannière du prophète…

Nous en vînmes aux égorgements, aux décapitations.

Elle m’expliqua que nous en avions fait tout autant lors de la Saint-Barthélemy.

Ne voulant pas passer pour islamophobe, je m’abstins de rappeler la date de cet événement. Et vaincu, je baissais la tête.

Saadia voyant ma contrition me confia qu’elle allait abandonner son travail de médiatrice. « Pourquoi ? ». « Parce qu’on me demande de faire de la délation ». Je m’étonnais.

« Oui, sournoisement, on me suggère de dire si j ‘ai observé dans les quartiers des signes de radicalisation« .

« C’est une façon inacceptable de stigmatiser l’islam ».

Je me tus car je ne voulais pas passer pour islamophobe.

Et à quoi bon parler à un mur dont les briques sont des hadiths ?

Et l’idée m’est venue que le pire c’était les Saadia, des milliers, des dizaines de milliers de Saadia qui nous entourent.
Les autres au moins avancent à visage découvert. « 

http://www.atlantico.fr/decryptage/choses-entendues-prophete-mahomet-aimait-et-respectait-femmes-toutes-origines-benoit-rayski-3471215.html

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




17 thoughts on “Saadia la médiatrice démissionne, elle doit dénoncer les radicalisés, et elle ne veut pas trahir l’islam

    1. PacoPaco

      Pour le moment, en effet, les distributeurs d’argent crachent du pognon. Ça risque de se tarir. Un petit effort et la misère va nous réunir à nouveau… Une armée de pauvres, c’est mieux que pas d’armée du tout. L’élément déclencheur sera économique. Ça fait un bail que je le serine !

  1. Machinchose

    voilà le Saadia ou encore bou-saadiya de notre enfance qui nous terrorisait gamins….
    ma mère me donnait quelque menue monnaie pour le « dompter »
    il « avalait aussitot les piècettes, en fait coulant dans une poche sous son masque, donnant l’ impression de les avaler

    en Algérie je crois que c’est aussi « karkabou » ou encore « baba Salem »
    le baba salem se balade toujours accompagné d’ une vache rousse
    une fois par an elle est brulée, incinérée et avec ses cendres il fait une « eau miraculeuse »

    pour les connaisseurs tout ça sent trés fort la « Para Adouma et l’ eau lustrale »

    va savoir par quels cheminement mystérieux ça a pu évoluer vers cette variété de griot…

  2. LavéritétriompheraLavéritétriomphera

    Cette façon de noyer le poisson en se référant à un passé mytique ad libitum, relève de la malhonnêteté intellectuelle. Personnellement je me moque que Mahomet ait respecté les femmes ou non, ce qui m’intéresse c’est la situation de la femme en islam ici et maintenant.
    Car si certains prétendent que l’islam d’avant était merveilleux, celui d’aujourd’hui ne l’est plus et cela depuis longtemps.

    1. Samia

      On ne doit pas avoir la même définition que les musulmans du respect des femmes. Pour le mariage avec la juive Safia, c’est après avoir massacré toute sa famille que monsieur mahomet l’a épousée.
      L’islam a toujours été une horreur, celui d’aujourd’hui en est la suite. Mais chut il ne faut pas le dire sinon islamophobie il y a. Sinon plus sérieusement marre de la mauvaise foi des musulmans. On ne va pas en plus de devoir supporter tous les actes odieux dûs à l’islam se la boucler.

      1. LavéritétriompheraLavéritétriomphera

        « On ne va pas en plus de devoir supporter tous les actes odieux dûs à l’islam se la boucler ». Tout à fait d’accord, mais cependant des femmes comme Farida Belghoul défendent l’islam. J’ai consulté son site, et elle ne m’a pas convaincu quant à sa sincérité, même si je sais qu’être sincère ne signifie pas être dans la vérité.

        1. Samia

          Je ne la connais pas. Qu’elle est son combat à cette dame ? Elle est musulmane ? Si c’est le cas, alors ça ne m’étonne pas qu’elle défende l’islam.

  3. peplum

    Le genre à avoir fait des grâces au Salon de la femme musulmane à Pontoise, en septembre 2015 ; ahahaa, on me dit que « quelqu’un troubla la fête ».

  4. Fomalo

    On les connaît les médiateurs, ( faits rapportés récemment de Béziers dans l’Hérault notamment;ils ont tous été mis en place par l’ufmps et M.Ménard ne peut les virer grâce au sous-préfet et ses services extérieurs, qui en profiteraient pour mettre le feu !). Que ladite Saadia démissionne. Parfait. Et que l’on recrute à sa place un jeune Siel ou Génération identitaire, entraîné aussi bien à la riposte à la taqya qu’aux arts martiaux au besoin!

  5. pikachu

    Cet article vise juste mais vise court.
    Ca fait un bout de temps que j’ai compris que l’antiracisme des minorités, ou la crispation identitaire musulmane sont une seule et même chose : la connaissance de sa nullité profonde.
    Tous les antiracistes issus des minorités sont en fait des losers qui se savent losers. Ils savent parfaitement qu’ils sont des losers, que la France est un pays égalitaire, mais que s’ils sont médiocres, c’est qu’ils n’ont pas su saisir leur chance parce qu’ils ont préféré la playstation, le rap ou la mosquée que le travail scolaire assidu.
    Ils savent que cette incapacité à bosser vient de leur culture : les asiatiques bossent, font des sacrifices et ont un retour sur leurs investissements.
    Quand on est un loser, qu’on sait qu’on a eu sa chance et qu’on l’a laissé passer, alors on invente un système victimaire qui permet de ne pas perdre la face : si je suis un loser, c’est parce que la France me discrimine, c’est parce qu’on ne m’aime pas et que je suis victime d’un racisme silencieux. C’est surtout ni de ma faute, ni des valeurs de médiocrité que ma culture d’origine m’a transmises.
    Alors on refait le monde, on parle du racisme-colonialisme de la société française. On explique que les Juifs ont pris toutes les bonnes places en se faisant la courte-échelle. On explique que l’Islam c’est 10.000 fois mieux que l’Occident, y a pas photo !
    Cette Saadia sait que son message est faux, elle a vu sa mère se prendre une raclée parce qu’un jour son père avait subi une avanie au café, elle a vu son frère lui mettre la raclée à elle aussi pour une broutille. Elle sait très bien que tout son Islam est bidon, et c’est justement parce qu’elle en a tout à fait conscience qu’elle le défend !!!!
    Parce que l’Islam a généré toute cette loserie qu’elle voit partout dans les quartiers. L’Islam est une fabrique de losers avant d’être une fabrique de « déséquilibrés » ou de terroristes. Et ça, c’est une blessure narcissique insupportable, alors on maquille, exactement comme Brizitte qui n’étant pas à proprement parler un summum de beauté, exhibe le plus possible ses jambes qui sont la seule possibilité pour elle de croire qu’elle peut plaire. Ses jambes en pantalon moulant, ses cuisses quand elle fait du vélo, ses cuisses (et plus encore) à la cérémonie d’entrée de Simone Veil au Panthéon. C’est comme ça, c’est humain. Quand on assume pas qu’on est un loser, on en fait une tonne pour démontrer qu’on assure, qu’on n’est surement pas un loser. Alors Saadia, elle, travailleuse sociale de terrain, qui voit la médiocrité omniprésente dans les quartiers, défend bec et ongle, son Islam comme étant un truc super.
    Mélania Trump ne met pas en avant son anatomie parce que justement, elle ne complexe pas. Les Juifs ou les Bouddhistes ne sont pas dans le marketing de leur religion parce que ça n’a pas de sens : si quelqu’un cherche sincèrement la vérité, honnêtement, alors sa démarche l’emmènera là où elle doit le mener. Cette Saadia, a besoin de Benoit Rayski comme auditeur, pour croire elle-même à ce qu’elle dit, parce que si son auditeur lui donne le sentiment que c’est crédible, alors elle est rassurée. Elle a donc besoin de l’oreille de Rayski pour se mentir à elle-même, mais quand elle est dans son quartier, elle doit se dire entre elle et elle-même : Islam de m…e, presque tout est pourri avec ces Arabes, ils sont dans les cris, la colère, la violence en permanence et il n’y a qu’eux qui soient comme ça, pas les asiatiques, pas les desouches, pas les Juifs, pas les Portugais, il n’y a qu’eux. Islam de m…e.

    Alors Rayski, bien gentil, bien sage, qui lui dit « ah bon ? Vous croyez Madame ? » c’est un instant de répit pour elle, un moment où elle peut s’évader, comme quand Brizitte lisait dans tous les médias, qu’elle était l’ambassadrice de l’élégance, du bon goût et de la beauté à la française.

    1. Samia

      Tout est dit c’est ce que je pense depuis longtemps. Tant qu’on est dans la musulmanerie, on est et on reste un looser. Je me rappelle pendant mon adolescence, je disais toujours avec les musulmans ça ne vole pas haut.
      Il y a quelques années, j’avais une collègue d’une incompétence sans nom, à chaque fois qu’elle se faisait rappeler à l’ordre, je l’entendais marmonner dans sa barbe, raciste ! Sans commentaire.

    2. Amélie Poulain

      @pikachu

      Votre commentaire est très pertinent, même si bien sûr on ne peut généraliser, au niveau individuel cela pouvant se jouer dans la singularité sur fond d’autres nuances, chacun réagissant différemment en regard du milieu dans lequel il vit, mais le contexte que vous décrivez, très bien d’ailleurs, est là.

      C’est lourd à porter et je pense que les liens inter-relationnels sont si forts dans cette culture, notamment au niveau familial, que se dégager subjectivement de ce marasme n’est pas simple car cela implique un renoncement à ce qui fait lien ou carrément une rupture.

      Mais, outre la difficulté, pour aller où ? Dans l’autre Culture qui pour certains ont aussi bercé leur enfance ?

      Cela peut-être vécu comme une trahison des liens familiaux surtout quand cette nouvelle culture a joué un rôle extrêmement maternant (aides sociales à profusion, déresponsabilisation, soutiens inconditionnel en regard des comportements, etc…) peu propice à une autonomisation justement exactement telle que celle empêchée par la culture d’origine. Miroir sans fin donc….

      C’est sûrement très compliqué en tous les cas et explique que certains, moins résilients, se sentent obligés de s’accrocher au dogme qui ont bercé leur enfance et soutenu leur propre construction, tant cela devient vital,.

    3. bm77

      Vous avez raison Pikachu, votre texte peu paraitre un peu brut de décoffrage mais il a le mérite de dire les choses !
      Cette femme qui constate des choses se ment à elle-même et s’accroche à des discours maintes fois ressassés qui font parti de la langue de bois des quartiers pour se persuader qu’ils ont raison de se plaindre de la France.
      Certaines personnes qui ont recours à la religion comme une solution à tous leur problèmes ne se sont pas posés la question une seul fois de trouver leur réponse dans l’assimilation à cette France !
      Alors qu’elle est prête à servir si on se donne un minimum de peine.
      Et encore je dirais que ceux qui se posent encore quelques questions ne sont pas les pires .
      Le danger c’est ceux qui sont déterminés à imposer la charia sans états d’âme;
      Et ils se servent des discours de ces médiateurs ou autres éducateurs de quartiers qui leurs servent de marche pied pour que les imams puissent opportunément présenter l’Islam comme la solution a tout problème;
      Moi j’ai plutôt la faiblesse de penser que ç’est une source de drames qui se sont déjà réalisés

  6. Machinchose

    « avait lu le Coran et tous les hadiths y afférant. La vie du prophète montrait, m’a-t-elle dit, sa très large ouverture d’esprit. En effet, il avait, entre autres, épousé une veuve de 49 ans, une copte, une juive…

    un seu qualificatif : MENTEUSE !!!

    elle a lu le coran ….. comme une BD endormeuse sans doute!
    « et tous les hadiths » chapeau! y en a environ 5000 !!

    épousé une veuve de 49 ans…en réalité sa patronne, la vieille et riche transitaire Khadija, couguar antique…

    épousé Marie la Copte : hahaha: envoyée par son père, le roi copte, en guise de cadeau a Mohamed avec sa soeur « les deux soeurs, Maria et Sérine »

    non pas une juive, mais DEUX juives Safiya et Rihanna, toutes deux butin de guerre aprés qu il eut vaincu leurs tribus respectives et égorgé leurs époux…

    cette grosse conasse ( ça s’ écrit avec un seul N ou deux haines ?) inculte doit retourner dans son pays d’ origine, ou celui de ses parents, c’est pareil, avant de venir nous asséner ses menteries musulmanes habituelles

Comments are closed.