Suite des enrichissements culturels à Alençon : les Afghans fuient Alençon et les… « Arabes » !


Suite des enrichissements culturels à Alençon : les Afghans fuient Alençon et les… « Arabes » !

Voilà qui nous apporte un éclairage supplémentaire sur la rixe d’Alençon qui a opposé les afghans aux dealers « arabes » !  C’est eux qui le disent et qui reprochent à la police de ne rien faire !!!
En somme, le monde à l’envers, qui peut s’en étonner vu l’état de la France.

Après la rixe à Alençon, des Afghans tentent de fuir le quartier…

Une quinzaine d’hommes ont essayé de prendre le train direction Caen, ce vendredi 3 août en fin de matinée. Ils ne se sentent plus en sécurité après l’affrontement qui a fait un mort et une dizaine de blessés, mercredi.

Vendredi 3 août, 11 h. Une quinzaine d’Afghans – des hommes plutôt jeunes, demandeurs d’asile – attendent sur le quai de la gare d’Alençon. Certains discutent, debout. D’autres sont assis, adossés à un sac-à-dos ou un sac de courses dans lequel ils ont réuni toutes leurs affaires. C’est leur seul bagage.

Ils veulent fuir la ville, direction Caen. Laisser la violence derrière eux, une nouvelle fois. Mercredi, une rixe a éclaté entre eux et « les Arabes » , comme ils les appellent. « Des Marocains, des Turcs » , mais aussi « des Soudanais » . L’affrontement a fait un mort et une dizaine de blessés à Perseigne, un quartier d’Alençon classé prioritaire.

« Des scènes que j’ai connues dans mon pays »

« Je ne sais pas pourquoi ils s’en prennent à nous, assure un Afghan d’une vingtaine d’années. Ils ne parlent pas, ils nous agressent directement. J’ai l’impression de revivre des scènes que j’ai connues dans mon pays. » Il vit à Alençon depuis un an. « Jusqu’à maintenant, on n’a pas eu de problème, témoigne un trentenaire. On ne se bagarre pas, on respecte la France. »

Il soulève son t-shirt et montre une cicatrice impressionnante sur son ventre. « On a fui la guerre. Est-ce que ça va devenir comme en Afghanistan ici ? On va faire quoi, nous, maintenant ? On va aller où ? »

« Je préfère dormir dans la rue »

Tous racontent que jeudi soir, deux voitures « remplies d’Arabes armés » se sont garées devant l’ancien hôtel où ils sont logés. « On a appelé la police. » Mais le mal est fait : les Afghans ne se sentent plus en sécurité. « On était bien à Alençon, on a reçu de l’aide, mais je préfère dormir dans la rue à Caen où les policiers sont plus nombreux plutôt que de rester ici jusqu’à ce qu’on vienne me tuer. »

Pour la police, le conflit n’est pas si simple que les Afghans le laissent entendre. Il s’agirait de deux groupes qui s’affrontent, et l’un a pris l’ascendant sur l’autre. La preuve : parmi les blessés qui sont toujours à l’hôpital d’Alençon, les deux communautés sont représentées, même s’il y a davantage d’Afghans.

Le train est enfin arrivé mais des employés SNCF empêchent le groupe d’Afghans de monter.
OUEST-FRANCE

Bloqués sur le quai

Deux des hommes qui attendent sur le quai de gare ont été blessés mercredi pendant la rixe. L’un claudique sur des béquilles. L’autre a la main enserrée dans un bandage. Un policier leur explique en anglais qu’il ne peut pas les laisser partir. Qu’ils doivent d’abord être conduits au commissariat pour être entendus sur les affrontements et éventuellement identifier des visages sur les enregistrements des caméras de vidéo-surveillance.

Visiblement apeurés, ils refusent. Les policiers leur expliquent qu’ils pourront prendre le train suivant. Mais les deux hommes veulent quitter la ville au plus vite. Le train entre en gare. Les deux blessés se lèvent mais ils sont retenus par les policiers, qui les emmènent.

Les autres n’auront pas plus de chance : deux employés de la SNCF les empêchent de monter car ils n’ont pas de billet. « Pas de travail, pas d’argent » , répondent-ils. En vain.

« Toi police ? Perseigne, haschich »

Un jeune homme aux yeux bleus s’énerve contre les policiers : « Toi police ? Perseigne, haschich. Pourquoi pas arrêtés ? » Les autres se joignent à lui pour dénoncer « une mafia »« Ils travaillent avec Paris et le Maroc. Pourquoi est-ce qu’ils ne sont pas inquiétés ? Nous sommes demandeurs d’asile et c’est nous qui devons encore partir. C’est ça, l’Europe ? »

Vers 13 h, une travailleuse sociale les persuade de retourner à l’hôtel où ils sont logés. Ils acceptent, résignés. Mais se tiennent prêts à partir. Et à passer une troisième nuit blanche.

Chantal Castelnot, préfet de l’Orne, indique qu’environ 150 Afghans sont hébergés à Alençon, dont une soixantaine à Perseigne. Environ 20 d’entre eux, qui ne veulent plus habiter le quartier, ont été déplacés en dehors de la ville, jeudi 2 août. D’autres pourraient l’être dans les prochains jours mais les places ne sont pas faciles à trouver. Adoma, l’association en charge de l’accueil des Afghans logés dans un ancien hôtel, ne souhaite pas communiquer…

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Résistance républicaine Aquitaine


47 thoughts on “Suite des enrichissements culturels à Alençon : les Afghans fuient Alençon et les… « Arabes » !

  1. GAVIVA

    vous êtes demandeurs d’asile et nous français devons vous céder le pas sur le logement, les soins et les reste…Pauv’chous BARREZ VOUS!!!

  2. claude

    dans ma ville Flers (61) nous assistons à l’arrivée de blacks! déjà qu’il y a une très forte communauté turque (1° communauté de la ville) des maghrébins, des syriens, un mélange qui risque d’être explosif pour nous les Fds!

      1. SarisseSarisse

        Laisser ce terme de « blacks » aux bobos, ce sont des africains noirs et basta, ne pas les confondre avec les antillais qui sont et restent nos compatriotes.
        Il peuvent avoir toutes les couleurs de l’arc-en-ciel et même êtres blonds aux yeux bleus, si ce sont des musulmans , et s’ils en ont le comportement c’est que je vois en premier.
        Si la Suède était à 100% islamisée et appliquait la charia, pour rien au monde je n’y mettrais les pieds (et ils sont bien partis pour se faire manger) et pour rien au monde je ne voudrais de ces suédois islamisés.
        Les musulmans imposent et ne se mélangent pas tant qu’ils n’imposent pas leur dogme.
        Bon, il est clair que ces migrants noirs, originaires de la corne de l’Afrique sont islamisés à 99% (peu d’éthiopiens amharas chrétiens orthodoxes qui restent au pays et contribuent à l’une des meilleure croissance de leur continent, et beaucoup plus de somaliens musulmans qui fuient le chaos et la violence qu’ils ont créée…qu’ils exportent ensuite chez nous, tout est dit) ils doivent être expulsés au même titre que tous les autre migrants clandestins et illégaux s’il faut le rappeler.

        Inutile de dire » blacks », « bicots », » nègres « , « beurs »et autres noms insultant ou au contraire « familiers »(comme les conn…rds de bobos ou de gauchos qui disent toujours « mon copain « blacks » pour démontrer qu’ils ne sont pas racistes alors que c’est justement ce qu’ils sont autant que des racistes ordinaires), expulsons seulement des ennemis de notre civilisation et notamment quand ils sont des véhicules de l’islamisation ou de la charia dont ne voulons pas, quelle que soient leurs origines.
        Jean Sobieski ou Eugène de Savoie n’insultaient pas les turcs, ils se contentaient de les battre à la loyale et de les éjecter de notre continent à coups de canons, de lanquenêts, de mousquets, de piques dans l’arrière-train.
        On s’en fout de votre couleur de peau, ce qu’on ne veut pas chez nous c’est votre « grand machin vert » (pour citer Alain Wagner).
        Pas d’islam mais, surtout : 0% de charia!

        1. Amélie Poulain

          « ne pas les confondre avec les antillais qui sont et restent nos compatriotes. »

          Certes, et ne généralisons pas mais les métropolitains sont plutôt persona non grata là-bas, et je le tiens d’une amie antillaise qui m’avait dit de ne pas me rendre aux Antilles sans elle sous peine de racisme anti-blanc qu’elle ne supportait pas.

          J’avais quelqu’un de ma famille antillais qui nous traîtait de « sales blansc » aussi.

          Alors il faut regarder les choses en face.

  3. d

    je n’ai pas de mots , mais je comprends pourquoi il manquera toujours de force de l’ordre au train où ça va ..ils ne font pas dans la dentelle ! pauvre pays , pauvre France !

    1. necas

      Des maires , comme celui de Grenoble , demandent de plus en plus de policiers ;
      à ce rythme là , il n’y aura que des flics en France , et les autres seront où ?

  4. Christian

    Les grandes villes ont été conquises maintenant leur djihad va s’occuper des villes moyennes qui étaient encore paisibles il y a quelques années et ensuite il nous restera peut-être les campagnes que l’état laisse crever pour nous réfugier. L’islamisation de la France leur prendra le temps qu’il faut mais ils vont y arriver si on ne voit pas un sursaut se produire. Comme disent les africains qui arrivent toujours en retard aux rendez-vous qu’on leur fixe : vous avez les montres nous on a le temps.

    1. Black Blanc Beurre LOL

      Absolument d’accord avec vous! L’europe s’affricanise à vitesse grand V; tout ça a été réfléchi depuis très très longtemps : faire déserter les français des églises, prôner l’athéisme , le multiculturalisme, prôner les familles décomposées , l’avortement, la contraception, la destruction de la famille… pourquoi? tout simplement pour repeupler l’europe d’une main d’œuvre qui elle, sera docile, acceptera de travailler pour rien, acceptera d’habiter à 20 dans un studio…. Moi je vous dis: allons peupler l’afrique

      1. AntiislamAntiislam

        Bonjour,

        Enlevons-nous de la tête que tout a été décidé par un « grand conseil occulte ».

        Personne n’a mis des policiers dans le dos des fidèles pour faire déserter les églises.

        Tout ce qui arrive est le fruit de milliers, de millions de décisions humaines.

        Certaines ont eu, certes, beaucoup, beaucoup plus de poids que d’autres : je pense au regroupement familial de Giscard-Chirac.

        Mais ces décisions absurdes peuvent être inversées immédiatement si nous le voulons : je pense à Salvini qui en quelques mois a divisé par 5 (dixit Beaudonnet sur France 2) le nombre de clandestins entrant en Italie.

        Pas besoin de grand manitou malfaisant : il aurait fallu que les Français soient collectivement plus courageux et ne donnent pas leur confiance à un Macron aux derniers votes.

        1. Amélie Poulain

          Tout à fait d’accord avec vous Antiislam, il faudrait quelqu’un de courageux comme Savlini et tout pourrait changer très vite, ce qui a été fait peut être défait, et bien sûr, comme je l’ai dit dans un autre commentaire, les Français prêts à une remise en question de leur dynamique….

          1. Samia

            Je suis d’accord avec vous Amélie Poulain. Dernièrement lors d’une formation professionnelle, au cours du déjeûner avec les autres stagiaires, j’ai essayé d’entamer une discussion sur le côté néfaste de l’islam et de son incidence sur le comportement d’une bonne part des musulmans. J’ai eu en guise de réponse que je délirais !!! Sans commentaire.

      2. d

        « à 20 dans un studio  » ! cela me fait penser au maire qui avait fait une grève de la faim (Sevran ) car il n’avait pas assez de moyen pour gérer sa ville !! quand on l’a interviewé ,il y a 15 ans, il a dit notamment qu’il y avait beaucoup d’enfants en classe qui n’étaient pas français, qui arrivent dont on ne sait d’où !! oui oui c’est possible…
        et que souvent ces personnes rejoignaient des familles déjà installées et habitaient tous ensemble , « à 20… » ..je crois que c’était un communiste,, déjà à l’époque, et l’on s’étonne de ne pas avoir de moyens ! aujourd’hui il a donné sa démission comme d’autres maires qui n’en peuvent plus !!

      3. necas

        Il est vrai , que nous devrions inverser la tendance ! Aller vivre en Afrique ! Vu que ce continent se vide de ses habitants ?

        1. Amélie Poulain

          J’y ai pensé mais une fois l’Afrique bien reconstruite et optimisée grâce à ses richesses, ils reviendront…..

      4. maury

        .pour info a diffuser car passé sous silence.hier j étais avec des CRS plage a St Jean. Ces derniers régulièrement déployé sur Calais m ont mis au courant que lundi dernier sur Calais lors d une mission d éviction de migrants, une capitaine CRS a été violemment frappé a la tête par un migrant qui s était empare d une grosse pierre a la main.Le Cne est tombé inanimé et n a du son salut qu a un collègue qui a neutralisé le migrant d un tir de flash ball..le tout est passe sous silence par les médias encore une fois….Voila ce que les migrants font a nos forces de l’ordre et que nos médiats collabos ce gardent bien de diffuser….FRANÇAIS….roulez tranquille vers votre avenir…..profitez de vos vacances la suite sera surement moins belle!!!!!

    2. necas

      Et oui ! Bientôt des villages remplis de soit disant migrants : avec traffico de chnouf et le merdier qui va avec !
      En 2030 : la France s’apellera encore France ? J’en doute …..Ça sera devenue une grande poubelle à ciel ouvert avec un merdier inextricable !!!

    1. Christian

      si c’était si simple… chez eux maintenant c’est aussi ici. La loi pourrait nous sauver si les politiciens n’étaient pas des politicards véreux et peureux

  5. Rochefortaise

    Bel exemple de haine inter-raciale d’importation. Les Afghans considèrent les « Arabes » comme des sous-hommes, surtout les Maghrébins, et ceux–ci considèrent les Africains comme des sous-hommes…

    1. SarisseSarisse

      Les Afghans étaient mazdéens ou bouddhistes avant l’islam, l’islam les a tellement aliénés qu’ils ont fabriqués taliban et burqas.
      L’Afghanistan faisait partie de l’empire perse d’avant cette (censuré) d’islam qui a coulé leur civilisation d’origine.
      Avec les » arabes » ils se retrouvent confronté à l’original de la copie.

      1. Yann Kempenich

        Et l’original gréco-bouddhisme… (dont les Bouddhas de Bamiyan que ces tarés ont rasé)

      1. necas

        Mais ils Viennent de Calais !!!!Vous rigolez ? Lors du démantèlement de la Jungle , le sénil Collombo les a fait répartir dans différentes régions de France , et bien sûr , comme d’hab : en CATIMINI !!!!!!!
        On vous met devant le fait accompli et ravalez votre morve ! Et on ne les loge pas dans des endroits pourraves , non ! Dans des Ehpad, des petits hotels, des résidences pour vieux , ect …..Ils ne dorment pas dehors ! Les Sdf , eux , dorment sur le pavé , et vos enfants étudiants , eux, galèrent graves pour trouver des logements !!!!!
        Vous avez voulu Macron ? Vous l’avez dans le fion !!!!! Joli slogan , hélas !
        Les gens d’ailleurs , avant les gens d’içi ……..

        1. Amélie Poulain

          Les sdf dorment à l’Hôtel aussi (et pas n’importe lesquels j’en ai eu des exemples concrets qui m’ont assez révoltée).

          Les migrants sont aussi dans des hôtels chics, c’est le cas dans ma ville en plein centre ville.

          1. necas

            Ben Amélie : dans ma ville , les 3/4 des Sdf s dorment sur le pavé . Alors que des petits africains bien habillés , dorment dans des foyers , ou des petits hotels résidences . Ça je peux vous l’assurer ! Et puis les Sdf s sont tellement écoeurés de voir les migrants leur passer devant , qu’ils préfèrent rester sur le pavé ! Sans parler du bocson dans les foyers Invivables , où les flics se pointent tous les jours pour calmer des bastons ! ( je suis passé par ces foyers : Invivable !!!)

          2. Amélie Poulain

            @necas

            Le problème des sdf est plus complexe que cela, ils sont bénéficiaires d’aides matérielles diverses et financières conséquentes, à eux de réfléchir à accepter les portes qui leur sont ouvertes largement, je pourrais en témoigner.

            Maintenant, je ne critique pas l’esprit d’errance et les difficultés personnelles bien sûr et je suis pour permettre une aide à ce niveau-là si la personne le demande, mais le problème est strictement personnel, la Société Française ouvrant les portes à ces gens plus même qu’à d’autres qui eux n’ont rien même s’ils appellent à l’aide et qui ne sont pas dans la même « case » sociale.

            Sachez que rentrer dans un jeu de victimisation sans limite n’aide pas les gens, bien au contraire, et je sais de quoi je parle.

          3. Amélie Poulain

            Maintenant qu’il y ait actuellement une priorité aux migrants je ne suis pas étonnée mais c’est le cas de tous les Français quels qu’ils soient…

            Ces sdf votent-ils ? Et qui ont-ils voté ? Il n’y a pas de raison de les traiter différemment des autres Français et c’est la question que je pose à tous et selon, ils ont une responsabilité dans ce qui se passe.

          1. Amélie Poulain

            Je suis d’accord avec vous Frejusien, mais il faut reconnaître que beaucoup ne l’ont pas voulu.

  6. Rochefortaise

    Chiche, on vous suit ! Mais voyez ce que les Afrikaners subissent alors qu’ils s’étaient installés sur des terres vierges. D’ailleurs, c’est ce qui nous attend en France. Trouvez- nous un coin sans adorateurs de la pierre noire, ce serait déjà bien…

  7. maury

    LA HONGRIE!!!Victor Orban est prêt à accueillir tous les français qui fuient les envahisseurs de leur Pays!!

  8. frejusien

    sans oublier qui si l’AME coute UN MILLIARD d’euros, les « enfants isolés » nous sucrent DEUX MILLIARDS,

    comment voulez-vous qu’on puisse s’occuper des hôpitaux et des zones rurales que l’on prive progressivement de tous les services publics, ainsi que de médecins à cause du NUMERUS CLAUSUS qui aurait dû être supprimé depuis 20 ans, cela fait 20 ans que les médecins tirent la sonnette d’alarme, mais nos dirigeants ont des peaux de saucisson sur les vitraux !

    1. frejusien

      Du moment qu’eux-mêmes ont droit aux meilleurs chirurgiens, aux dernières technologies, le reste de la population ne les intéresse pas

    2. Amélie Poulain

      Je ne crois pas que la seule cause soit le numérus clausus car peu de médecins ont envie d’exercer dans certains secteurs moins intéressants notamment les déserts médicaux.

      Les enseignants eux et d’autres fonctionnaires n’ont pas ce choix… obligés même de d’exercer dans des zones dangereuses complètement coupés de leur famille et leur environnement social mais pour eux, on est sans pitié..

      1. frejusien

        bonjour @Amélie,
        vous avez raison, le numérus clausus n’est pas le seul responsable, mais il y contribue pour la plus grande part, car combien de jeunes étudiants refoulés qui auraient bien aimé exercer dans leurs pénates, retrouver leur petite commune pour y soigner leurs voisins ou leur famille,
        en maintenant une sélection très réduite, les médecins qui en sortent se cantonnent à la ville où ils ont fait leurs études

        1. Amélie Poulain

          Bonjour @frejusien,

          Oui il y a de ça peut-être aussi surtout quand on connait les choses pas très claires dans les concours de première année de médecine.

          Mais bon, je ne suis pas certaine que ce soit le seul problème, il y a toujours eu des numérus clausus et on n’avait pas ce problème avant.

          Les médecins généralistes savaient tout faire et n’avaient pas besoin de spécialistes pour exercer (la raison pour laquelle ils touchaient à tout d’ailleurs et affinaient leurs compétences) et exercer en campagne proches de leurs patients ne leur faisaient pas peur. Leurs revenus étaient d’ailleurs en conséquence de ces difficiles conditions d’exercice, mais ils aimaient vraiment leur profession.

          Il faut reconnaitre que trop sollicités parfois c’est vrai avec aussi des patients qui abusaient et donc des arrangements pour alléger la charge étaient nécessaires, mais rien à voir avec la médecine d’aujourd’hui….

Comments are closed.