Apprêtez-vous à financer la « protection sociale » des migrants, appelée Sécurité sociale….


Apprêtez-vous à financer la « protection sociale » des migrants, appelée Sécurité sociale….

Notre sécurité sociale qui faisait bien des envieux à l’international vient de prendre un scud des félons qui proclament nous défendre.

La sécurité sociale, même si elle n’a pas tout à fait changé de nom,  devient la protection sociale. Protection sociale qui lui est associée dans la loi de financement…

La différence est axée principalement sur son financement, et ses « compétences à venir »…

L’amendement étendant le périmètre du financement de la Sécurité sociale à la protection sociale a donc été adopté en catimini, pendant que tous les projecteurs étaient fixés sur « l’affaire Benalla/Macron ».

Pour rappel, la sécurité sociale concerne cinq branches :

•la branche maladie, qui recouvre les risques maladie, maternité, invalidité et décès.

•la branche accidents du travail/maladies professionnelles.

•la branche famille.

•la branche retraite.

•la branche cotisations/recouvrement.

http://www.securite-sociale.fr/-La-Securite-sociale-ne-concerne-pas-que-l-Assurance-maladie-

Ces risques sont élargis à 11 dans les comptes de la protection sociale : maladie, maternité, survie, vieillesse, chômage, invalidité, famille, logement, insertion et réinsertion professionnelle, accidents du travail, pauvreté et exclusion sociale.

Il avait même été question de remplacer l’expression « Sécurité sociale » par  « protection sociale »…  L’amendement n° 1521 déposé par le député LaREM de l’Isère, Olivier Véran, visant à élargir le champ du financement des lois de financement de la Sécurité sociale à celui de la protection sociale avait  été adopté dans la nuit de jeudi à vendredi, soit le 26 juillet 2018.

Mais devant les protestations, le rapporteur LREM a changé son fusil d’épaule :

La polémique est née début juillet, après l’adoption d’un amendement au projet de loi constitutionnelle «Pour une démocratie plus représentative, responsable et efficace». Le texte déposé par le député LREM de l’Isère Olivier Véran prévoyait de remplacer dans la Constitution, le terme «Loi de financement de la protection sociale» au terme «Loi de financement de la sécurité sociale».

La «sécurité sociale» ne disparaissait pas totalement de la constitution. Le terme était remplacé par «protection sociale» uniquement lorsque est mentionnée la loi de financement, provoquant de nombreuses réactions hostiles, comme nous l’expliquions dans une réponse précédente.

Contacté par CheckNews, Olivier Véran avait confié avoir décidé de revenir partiellement en arrière : «Je vais déposer demain un amendement qui rétablira le terme «sécurité sociale» après «loi de financement», mais qui étendra quand même la loi de financement à d’autres champs que la seule sécurité sociale au sens strict», avait-il indiqué.

C’est effectivement ce qu’il a fait en déposant le 6 juillet un nouvel amendementqui «vise à étendre le champ de la loi de financement en l’étendant à la protection sociale obligatoire», précise l’exposé des motifs. Son objectif, il le répète, est d’élargir le débat à la dépendance.

Lors de la séance du 19 juillet, le premier amendement polémique est retiré au profit de la nouvelle version adoptée dans la nuit du 19 au 20. 

Ainsi, le périmètre de la loi de financement de la sécurité sociale est élargi à la protection sociale :

«Après la troisième occurrence du mot : «de», la fin du dix-neuvième alinéa de l’article 34 de la Constitution est ainsi rédigée : « l’équilibre financier de la sécurité sociale et de la protection sociale obligatoire telle que définie par une loi organique. Compte tenu de leurs prévisions de recettes, elles fixent les objectifs de dépenses de la sécurité sociale et de cette protection sociale obligatoire, dans les conditions et sous les réserves prévues par une loi organique »».

http://www.liberation.fr/checknews/2018/08/02/la-suppression-de-la-securite-sociale-a-t-elle-finalement-ete-votee-en-douce-le-19-juillet_1669775

 

http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/dossiers/plfss_2018

N’oublions pas que la protection sociale dite de base peut être assurée par plusieurs organismes, et ce, dans le cadre d’une concurrence libre et non faussée, ainsi qu’un meilleur contrôle des dépenses.

C’est donc l’ouverture de la boîte de Pandore dans tous les sens !

Le motif inavoué, c’est de faire évoluer le financement de la « protection sociale » (ex sécurité sociale) au sens le plus large, soit en clair à la charge de tous ?

Actuellement, le versement de cotisations sociales sont établies sur les revenus du travail, le risque prévisible étant de le faire basculer évidemment encore plus vers la fiscalisation, et donc de facto, sur la solidarité nationale.

Cela permettra aussi de financer encore plus les dérives financières pour les assistés sociaux et les clandestins. Et les exemples ne manquent pas.

Je ne suis ni devin, ni prophète, mais j’ai une certitude de l’effondrement orchestré de notre sécurité sociale, d’une hausse des taxes, mais aussi des financements à outrances de ceux qui ne nous aiment pas !

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Alain Barnier

Président du groupe Viviers Bleu Marine Conseiller municipal vivarois


23 thoughts on “Apprêtez-vous à financer la « protection sociale » des migrants, appelée Sécurité sociale….

  1. denise

    et oui ! un autre « glissement » ; celui des entreprises qui devront payer les jours de carence maladie ( c’est dans les tuyaux ) , au motif qu’elles peuvent faire en sorte d’apporter de meilleurs conditions de travail aux employés ! çà alors ! je rappelle comme cela est dit dans l’article que les maladies et accidents du travail sont déjà pris en charge par les entreprises ! qu’il y a des CHSCT qui sont sensés améliorer les conditions de travail , pas toujours faciles certes mais ils existent . Sous couvert de » politique sociale « , et parce que l’assurance maladie est déficitaire, « on  » cherche tous azimuts , alors qu’il y a plus d’un milliard E dédié à l’ AME (aide médicale d’Etat pour tout étranger qui met les pieds en France ) , qui eux ne cotisent pas, et que par ailleurs , il est question de rembourser cette GRANDE MALADIE qu’est la PMA !!! mais c’est sûr que si c’est dans la branche sociale , ça passera mieux !!!

    1. GAVIVA

      Ca et aussi l’avortement bien sûr..
      combien de salariés malades viendront coûte que coûte avec tous les dangers que ça entraîne: risques sur la route, contagion, baisse de vigilance , etc etc. 9a fera encore plus d’accidents du travail. Mais pas question de toucher a l’ame pensez vous…

    2. Amélie Poulain

      Oui d’accord avec votre commentaire Denise. Tant que les gens ne se révolteront pas cela continuera.

    3. Fortunino

      Oui, il est utile de rappeler que l’Aide Médicale d’Etat coûte chaque année plus d’un milliard d’euros à la collectivité toutefois, il convient d’ajouter à cette somme la part du budget de la CMU que coûtent les Français de papier.

      1. frejusien

        sans oublier l’aide aux enfants isolés, càd les migrants qui se déclarent mineurs et sans famille DEUX MILLIARDS

  2. claude t.a.l

    On commence à voir beaucoup d’articles qui disent :
     » les ONG complices des passeurs « .

    Moi, j’aurais plutôt tendance à penser :
     » les passeurs complices des ONG « .

    C’est toute la logique du Grand Remplacement ……

    1. d

      l’aquarius qui était à quai depuis un mois, est reparti en méditerranée ! comment les migrants se sont ils débrouillés pour venir ? on en a pas entendu parler ? c’est bien l’offre qui crée la demande !

      1. necas

        Et en plus , ces migrants ne paient même pas un quart du voyage en train ou en bus ! Ils bénéficient de tarifs « spéciaux » …..

    2. frejusien

      C’est un système mafieux qui s’est mis en place : ONG + passeurs, ils marchent main dans la main

  3. Amélie Poulain

    Sans compter les 5 euros mensuels (soit 60 euros annuels que paient chaque adhérent d’une mutuelle pour la CMU (même si l’adhérent a déjà du mal à se soigner vu son petit budget qui se rétrécit de jour en jour)…. qui est en soit déjà un scandale.

    « Ces risques sont élargis à 11 dans les comptes de la protection sociale : maladie, maternité, survie, vieillesse, chômage, invalidité, famille, logement, insertion et réinsertion professionnelle, accidents du travail, pauvreté et exclusion sociale. »

    -« survie »
    – « insertion et réinsertion professionnelle »
    – » pauvreté et exclusion sociale. »

    Tous ces concepts fourre-tout font frémir tant ils sont subjectifs : « pauvreté », ça veut dire quoi exactement ? Et le reste…. si encore on insérait mais il ne faut pas rêver on assiste encore plus oui…

    Eh oui, continuez à payer Français qui fonctionnent en responsables et non en assistés : si vous saviez combien déjà vous déboursez d’argent pour ces domaines sociaux (cf les associations qui s’en chargent).

    La Sécurité Sociale qui, comme sont nom l’indique, est un système d’assurance est complètement dévoyée et pervertie.

    Mais quand on va arrêter cette bêtise ? Quand va-t-on responsabiliser les gens ?

    Les malades sont dehors…..

    1. necas

      Celui qui peut partir de la France , de nos jours , n’est plus du tout perdant !
      Vu que celui qui bosse paie pour tous les autres qui glandent et profitent du système. ….

  4. durandurand

    Peu importe quelque soit les salops qui nous dirigent , c’est toujours pendant la période estivale , qu’ils font passés leurs saloperies de modifications des lois de financement , est comme toujours au désavantage des salariés , et des retraités , et au passage en matraquant un peu plus les entreprises .les salops de La Ripoublique Est Moribonde nous la mettent encore une fois bien profond dans le fondement . Tous les députailles , je dis bien tous les députailles et les sénatoches sont tous des enculeurs de première , dans un avenir très proche , leurs têtes à toutes et à tous ces félons tomberont en place de Gréve , et ce ne sera que justice du peuple .

    1. necas

      Bah ! Le français est un mouton insignifiant ! Il gueule sur son clavier d’ordi , mais dans la réalité , il y a longtemps qu’il ne bouge plus !
      À ce niveau là , il faut admettre que les maghrebs ne reculent devant rien . Eux ne font pas semblant ! Si il y a une merde , ils se bougent et foncent devant . Donc , s’énerver sur le clavier , et ne rien faire = 0000.
      Une chose j’admets : tous les gouvernements, tous, font passer des lois pourries , en Catimini , dans la période estivale ! Logique : le french et ses vacances , c’est comme la Vache en Inde : on ne touche pas !!!! Alors , pour le reste : on verra à la rentrée , qu’il dit , le beauf french ……Après , il ne faut pas geindre …..

      1. Joël

        Il faut aussi admettre que quand des rares Français essayent de bouger, la justice est impitoyable.

  5. crina

    Maintenant je comprend pour quoi le masse-média s’est donné du mal de faire passer Mr. Macron pour président des riches!
    Non,non,non il est le président d’orientation marxiste-léniniste!
    Sans parler du fait qu’il détruit nos places de travail, (en détruisant les entreprises) mais regardez sa « bande » de députés! On dirait qu’on est à l’époque bolchevique. Lénine aussi et dans tous les pays de l’est pour pouvoir instaurer le communisme a mit partout des analphabètes car aucun intellectuel digne de cette appellation adhérait pas. Regarder notre Assemblé Nationale! Vive le pire!

  6. Joël

    Étant donné son programme euro-mondialiste qui empêche toute expulsion même de djihadistes (au contraire, on les fait revenir et on les libère quasiment aussitôt), il faut bien trouver du fric pour entretenir tout ce monde-là.
    Même à l’heure actuelle et sans loi, on cotise déjà largement pour 3 ou 4 alors que la plupart devraient être en train de réparer les routes chaînes aux pieds..

  7. Yaka

    Le mot « migrant » me gene. Un honnete homme qui travaille legalement dans un autre pays est un migrant.

    Un illegal qui envahi un pays avec l’aide de negriers et de salauds est un clandestin et un criminel ou un envahisseur.

    Nous avons le droit de le chasser ou lui tirer dessus car il commet un acte de guerre en envahissant notre territoire.

    SVP, arretz d’appeler ces envahisseurs « migrants »…

    A bon entendeur

    1. necas

      Yaka : les journaleux aux ordres , ont vocation à utiliser les termes politiques, sous peine de sanctions en coulisses ! Donc , ils écrivent Migrants.
      Le terme correct est bien sûr :
      Clandestino -Envahisseurs ! Vous avez raison .

  8. frejusien

    Ce qui est absolument ANTIDEMOCRATIQUE, c’est qu’une loi puisse être votée par 20% des députés, en général, une centaine qui restent la nuit pour faire passer les lois LREM,
    il me semble qu’autrefois il fallait une majorité de la totalité des députés élus, càd plus de 250, majorité relative, ou majorité absolue..

    quelqu’un sait à quel moment s’est produit ce changement ?

Comments are closed.