Trop de violences porte de la Chapelle : l’association parisienne Solidarité migrants jette l’éponge


Trop de violences porte de la Chapelle : l’association parisienne Solidarité migrants jette l’éponge

Bref, les associations immigrationnistes qui organisent et attisent l’invasion migratoire reculent devant la situation explosive qu’elles ont créée de toutes pièces.

Et elles osent, cerise sur le gâteau, accuser les pouvoirs publics…

Dénonçant une situation « explosive » Porte de la Chapelle, le collectif Solidarité migrants Wilson, actif depuis 20 mois auprès des exilés, ferme son local et interrompt ses activités.

Une situation intenable. Une violence devenue insoutenable. Présente depuis plus de vingt mois, porte de La chapelle (XVIIIe), pour venir en aide aux exilés, le collectif Solidarité migrants Wilson qui a distribué au total quelque 250 000 repas, jette l’éponge à la fin de ce mois. Et annonce qu’elle ferme son local du boulevard Ney.

Avant de se retrouver, au mois de septembre pour décider de la suite à donner éventuellement à l’action.

« La Chapelle est devenue un endroit extrêmement dangereux, où les exilés, hommes, femmes, enfants, vivent dans des conditions sanitaires épouvantables : ils sont au moins 700 personnes, en permanence, avec seulement deux points d’eau, qui ont été rétablis par la Ville après des dizaines de mails de notre part. Une bataille épuisante, détaille Clarisse, bénévole du Collectif. L’un est à côté de la déchetterie… Tout un symbole. Et, pour la deuxième année consécutive la, les bains-douches des environs sont fermés pour l’été. Les conditions d’hygiène sont très préoccupantes. Nous voulons alerter les pouvoirs publics sur le caractère totalement explosif de la situation et les appeler, une fois encore à prendre leurs responsabilités ».

Un migrant est-il décédé la semaine dernière ?

Évacué au mois de juin, le camp de la Porte de la Chapelle s’était immédiatement reconstitué, tout comme le squat de la Colline du crack, qui abrite une centaine de toxicomanes. « Les réfugiés, qui sont déjà dans un état de santé physique et psychologique très précaire, sont à la merci des trafiquants et crackers de toutes sortes, soulignent les bénévoles. La cohabitation entre ces diverses populations se passe mal. Les personnes toxicomanes sont en souffrance mais elles sont aussi agressives, y compris avec nous. La tension sur les petits-déjeuners est palpable et va en s’aggravant. Nous redoutons chaque jour le drame qui ne manquera pas d’arriver, et nous avons toutes les raisons de penser qu’en août, avec l’arrivée attendue de réfugiés en plus grand nombre encore, la situation va être pire. »

Le 25 juillet, le collectif a annoncé sa décision de fermer le local, sans savoir, encore, qu’un migrant soudanais était décédé sur le campement la veille au soir. Une information qui n’a pas été confirmée par la préfecture de police.

« Selon les exilés, cet homme serait mort à quelques pas de notre local, et les secours auraient emmené son corps. Si cela était confirmé, précise Clarisse, il s’agirait du second décès. » Karim Ibrahim, un réfugié soudanais de 30 ans, a été retrouvé mort devant l’ancien centre de premier accueil, la Bulle, le 8 mars dernier.

« Mais, reprend la bénévole, nous sommes persuadés que les décès sont bien plus nombreux que cela : certaines personnes que l’on voyait aux distributions ont brusquement disparu du jour au lendemain. De très nombreux réfugiés sont malades, blessés de guerre, il leur est très compliqué de se faire soigner. Des gens meurent de manque de soin ou se suicident. Sans parler des personnes qui sombrent dans la folie, à force de tourner en rond, pour certains parfois depuis des années. »

Durant l’été, le collectif assure qu’il restera « actif et vigilant ». Et continuera à témoigner sur les réseaux sociaux, de la situation des exilés de La Chapelle.

http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-a-la-chapelle-solidarite-migrants-jette-l-eponge-29-07-2018-7837224.php

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Marcher sur des oeufs

Au crépuscule de ma vie, je flâne sur les chemins de la connaissance qui me ravit. Musique, histoire, religion, tout ce qui fait l'homme et tout ce que fait l'homme me passionne.


20 thoughts on “Trop de violences porte de la Chapelle : l’association parisienne Solidarité migrants jette l’éponge

  1. gib34

    Clarisse vous et votre assos vous êtes tous responsables de ça, vous avez fait croire à ces gens que la vie est belle en France c’est du rêve en France nous avons tellement de pauvres que nous ne pouvons plus gérer cette misère maintenant votre assos doit gérer le retour de ces gens dans leur pays car ils seront plus heureux chez eux quand France.

    1. necas

      Exact ! Ils pensaient avoir trouvé l’eldorado ? Ils trouvent l’ennui et la misère ? Où ? Ben oui ! En Europe , la soit disant Riche Europe !!!!
      Cet aprèm , je vois un mec , petit black , qui avait l’air perdu : il me dit Bonjour , et j’ai bien senti qu’il ne savait pas parler french . Je lui réponds , Bonjour , et le type continue son chemin , à moitié perdu et franchement désabusé ! C’était trop visible ! Je dois admettre qu’il me fit pitié ; j’admets. Mais je pensais : pourquoi , mon pote , as tu avalé les mensonges que les passeurs t’ont ressassés ? Pourquoi as tu cru des enfoirés ? Des types qui ne pensent qu’à exploiter les autres et pauvres ?
      Tout n’est plus rose en France ! Même en gagnant les Allocs ou autres :
      La vie financière est devenue tres dure en France !
      Avant de laisser vos pays , petits africains : renseignez vous ! La situation en France est bonne ou mauvaise ? Ne partez pas sans vous renseigner , car votreddéception sera pire encore !!!! À bon entendeur .

  2. Alain Bobo

    Dommage qu’il n’y ait pas plus de ces ONG’s qui nous font venir autant de chances qu’on manque cruellement en France. Ne serait ce que pour remplacer ce micron que nous avons mis au trône.

  3. Marvin

    « Les réfugiés [ … ] sont à la merci des trafiquants et crackers de toutes sortes … »

    Je croyais , assez naïvement , que pour se procurer de la drogue il fallait payer et que les dealers n’étaient pas trop le genre à faire dans la charité ?

    Ou alors , ils obligeraient carrément les clandestins à en consommer ?

    Ils leur mettent le crack dans la bouche de force et leur ordonne de le fumer ?

    Pour des trafiquants qui veulent se faire de l’argent , ce n’est pas un peu bizarre comme attitude ?

    Ah , j’ai compris et je vais rectifier leurs propos .

    Traducteur collabo/Français activé :

    « Les clandestins que l’on vous vend comme des soit disant réfugiés qui auraient tout perdu – bien qu’ils avaient déjà les moyens de se payer les services d’un passeur ce qui coûte très cher – ont l’argent nécessaire pour se payer leurs doses de crack ce qui , visiblement , est l’une de leurs priorités en arrivant ici . Et ensuite ils deviennent agressif et violent au point que les abrutis de collabos que nous sommes devons nous enfuir … Mais nous comptons bien continuer à militer pour en ramener toujours plus nombreux durant le mois d’août et quand ça recommencera nous fuirons à nouveau la zone et en ramèneront d’autres ailleurs . Oui , nous nous foutons complètement de votre gueule et nous jouons gaiement avec votre sécurité , avec votre vie , votre avenir et avec le pognon de vos impôts . Ha ha ! »

    C’est plus clair .

    Mais je vais conclure mon commentaire avec une note souriante :
    C’est toujours un plaisir de constater que ces collabos se prennent de bonnes roustes au point de devoir jeter l’éponge . Je souhaite sincèrement que les clandestins soient de plus en plus virulents contre eux . Et je ne peux m’empêcher d’être très curieux de voir quelle sera leur réaction lorsqu’un bénévole se fera tuer .

    1. Stephane

      Tout à fait d’accord.
      Il faut que l’Afrique reçoive des images négatives de la migration clandestine.
      Que l’on arrête de montrer des clandestins triomphants, faisant le « V » de la victoire ou un doigt d’honneur (comme à Cannes).
      Nous sommes dans une telle merde que la seule façon de régler le problème est de durcir les conditions de vie pour tout le monde, comme en tant de guerre.
      Des réseaux de solidarité nationale se créeront, les rats quiteront le navire, ceux qui aiment la France resteront.
      Suppression des aides sociales, remplacées également par des entraides locales et des réseaux parallèles.

      1. Amélie Poulain

        « Il faut que l’Afrique reçoive des images négatives de la migration clandestine. »

        Oui tout à fait, et ce serait humain car beaucoup sont dépités de constater le décalage entre ce qu’on leur a dit et la réalité. Certains, envoyés par leur famille, n’osent pas revenir dans leur pays craignant du coup du fait de ce qu’ils considèrent comme un échec.

        Ces associations n’ont même pas conscience du mal qu’ils font des deux côtés. Ils sont face à la réalité qui ne peut qu’être que de plus en plus catastrophiques et ne font aucun lien avec leur attitude complètement névrotique.

        Pourquoi ne vont-ils pas dans ces pays s’il leur est aussi indispensable d’aider des étrangers à la place de leurs proches et de leurs concitoyens ? Il y a des aides possibles comme les échanges de savoir par exemple certainement plus efficaces.

    2. denise

      parce que vous pensez qu’il n’y aura que les bénévoles ( dernier paragraphe de votre commentaire ) ? ( je dis cela très sérieusement , pas pour vous contrer, si vous voyez ce que je veux dire ..) ; je vais rechercher l’article , mais il y a un autre bateau qui vient d’arriver dont aucun média n’a parlé ! je me demande où habitaient ces personnes avant !

  4. Joël

    Je ne m’inquiète pour ces ONG-racailles, ils vont très vite recréer un camp un plus loin, c’est leur gagne-pain.

  5. La moutarde me monte au nez

    @Gib34,
    Je suis tout à fait d’accord avec vous.
    C’est un véritable scandale d’état, car au final c’est le rôle de l’etat de réguler ce qui se passe aux frontières comme à l’interieur.
    L’accueil de ces migrants qu’on va chercher et la tolérance de ceux qui sont passés en fraude non seulement compromet la sécurité de nos concitoyens mais impose à ces malheureux des conditions indignes.
    Aussi misérables qu’ils soient chez eux, ils y sont toujours mieux que dans la situation qu’il trouvent chez nous, lorsqu’il découvrent que l’eldoradio n’existe pas.
    On leur a vendu du rêve, comme à nous, mais à l’arrivée c’est un cauchemar pour tout le monde.
    Micron devait soit disant lutter contre la pauvreté, dans les faits il nous importe la misère.
    Comment peut renouveler la somptueuse vaisselle de l’Elysée et faire construire une piscine à deux cents mètres de la mer, pour qq jours de vacance, quand on a sur la conscience autant de misère.

    La migration c’est la triple peine pour tous.
    Pour les migrants économiques qui quittent un endroit à peu près sûr, qui bravent mille dangers et qui viennent échouer misérablement dans un pays qui n’a ni travail ni logements à leur offrir et qui n’a plus d’argent au point que tous les services publics sont démantelés et qu’il faille surtaxer les malheureux retraités pour pouvoir augmenter les salariés de vingt euros.
    Pour les français qui n’arrivent pas tous à bénéficier d’un travail et d’un logement décent, c’est un surcroît de concurrence qui compromet un peu plus leur maigres chances, c’est la remise en cause de leurs us et coutumes, c’est un surcroît de charges, c’est de l’insécurité et de l’insalubrité avec l’apparition de nouvelles maladies et d’anciennes qu’on avait éradiquées.
    Comment peut on gérer un pays de la sorte?

    1. Alain Bobo

      On ne peut pas reprocher à Macron de ne pas savoir gérer le pays, surtout qu’il était assisté par le fils d’allah.

  6. frejusien

    je viens de voir aux infos, des bateaux débarquant directement sur les plages espagnoles au milieu des baigneurs, faut voir le souk que ça provoque,

    il serait temps de fermer les frontières « pour de vrai », et arrêter ce courant migratoire insensé

    1. Amélie Poulain

      Oui « insensé » est le mot, on est dans la folie.

      Et dire qu’il y en a qui critiquent le fait que l’on ait pas arrêté la folie d’Hitler Les mêmes je suis sûre qui aujourd’hui pleurent pour que l’on continue cette dynamique complètement mortifère à tous les niveaux.

  7. JEAN

    En clair, après avoir fichu un beau bordel l’association parisienne Solidarité migrants se barre, et dit clairement débrouillez-vous avec, la Hidalgo va faire une dépression nerveuse la pauvre

Comments are closed.