Première partie. Justice française : un but encaissé !


Première partie. Justice française  : un but encaissé !

Actualité judiciaire de l’islam, l’immigration africaine et la liberté d’expression : match nul !

Dans une affaire intéressant SCNF mobilités, les juges méritent un carton rouge (Cour de cassation 4 juillet 2018 et Cour d’appel de Rennes, 17 mars 2017).

Un salarié haut en couleur n’hésitait pas à laisser entendre qu’il aimerait entretenir un commerce charnel avec certaines de ses collègues.

Il avait aussi été aperçu faisant un bras d’honneur devant la porte du bureau du chef : un insoumis, un vrai !

Dans la tradition satirique remontant à Horace et Juvénal, il avait interrogé un collègue musulman à propos de l’islam, pour conclure que « ce sont tous des cons » et fait remarquer, quand des collègues d’origine nord-algérienne faisaient une pause, que « le Maghreb était au café ».

Une conduite qui lui a valu un licenciement.

Que ces propos soient pris en considération pour confirmer le licenciement est cependant significatif d’une dérive.

Car à l’heure où chacun est autorisé, de plus en plus, à exposer ses convictions personnelles en entreprise, notamment en portant le voile islamique, on comprend mal pourquoi on n’aurait pas le droit de revendiquer une islamophobie ou une insubordination, un goût pour l’anarchie et la provocation sexuelle.

Certaines idéologies paraissent donc exclues de la faveur des juges pour le droit à la liberté d’expression du salarié.

Visiblement, la liberté d’expression ne bénéficie pas de la même manière à tous. Les salariés ont le droit de proclamer leur adoration d’Allah mais pas leur goût des belles femmes, leur antipathie pour le chef, leur islamophobie ni de souligner l’origine maghrébine de leurs collègues prenant un temps de repos peut-être un peu trop long à leur goût…

Les propos grivois et l’attitude libertaire du salarié auraient pourtant très bien pu être analysés comme l’expression de ses idées, bref relever d’un droit fondamental.

Or, selon la CJUE et la Cour de cassation dans le contentieux du voile islamique au travail, les limites au droit d’exprimer son appartenance idéologique doivent être prévues par le règlement intérieur et être « objectivement justifiées par un objectif légitime tel que la poursuite par l’employeur, dans ses relations avec ses clients, d’une politique de neutralité ».

Pour autant, tant la cour de Rennes que la Cour de cassation considèrent que le licenciement était possible, même si la cassation est prononcée dans l’arrêt de cette dernière parce que des témoignages anonymes avaient été pris en considération contrairement aux règles probatoires.

Normalement, devrait être interdite toute expression d’opinion personnelle compte tenu de l’objet du contrat de travail : fournir une prestation de travail, point barre.

On éviterait ainsi la situation où les uns sont licenciés pour des propos un peu trop gaulois, tandis que d’autres manifestent avec la faveur des juges des appartenances idéologiques qui créent parfois le malaise (par exemple, dans l’affaire où un client avait demandé que le signe idéologique islamique soit retiré lors de la prochaine intervention et qui a donné lieu à un arrêt de la CJUE).
*

La France, par la voix de sa justice a donc encaissé un but …

Nous verrons bientôt qu’elle en a marqué deux !

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Maxime

"On ne peut vivre agréablement si l'on ne vit avec prudence, honnêteté et justice" (Epicure). La France ne pourra retrouver la jeunesse de Bacchus peinte par Bouguereau qu'en renforçant le principe de précaution.


12 thoughts on “Première partie. Justice française : un but encaissé !

  1. Mariana

    Ayant toujours travaillé dans l’administration je peux dire que les propos tels que ceux tenus par le FDS licencié sont courants . Maintenant avec les musulmans un homme est victime de leur intolérance et leur délation car probablement ce sont eux qui sont à l’origine du licenciement abusif . C’est impensable que la hiérarchie ne l’ait pas soutenu ou alors il y avait des musulmans à ce niveau , ceci expliquant le licenciement pour des plaisanteries sans gravité !

    1. Samia

      Les dhimmis sont des fois plus efficaces que les musulmans eux-mêmes. J’ai dans ma boîte de beaux spécimens, on a le droit de rien dire sinon attention aux représailles. Motus et bouche cousue.

  2. Christian

    A la RAPT les barbes poussent, les pantalons raccourcissent et on laisse faire. Un jour prochain on ne sait pas pourquoi tous ces gentils machinistes rouleront de concert sur les trottoirs car ils seront en colère d’avoir une publicité pour un parfum féminin ou de la lingerie sur le bus ou pire encore de devoir prendre leur service après une femme (brrrr quelle horreur) Et là c’est du vécu que je vous rapporte (un des sales cons du Bataclan n’était-il pas un employé de la RATP ?)

    1. AntiislamAntiislam

      Bonjour,

      Maintenant, en plein Paris, on voit des machinistes RATP avec des barbes hirsutes de salafistes …

      1. Samia

        Et les livreurs de chez chronopost !!! Un matin, je me rendais à mon travail à pied. Je vois passer devant moi un camion de livraison de cette boite, le chauffeur un barbu avait laissé sa fenêtre ouverte. Il avait mis à fond un CD de lecture de coran ou autre, enfin un truc religieux, une horreur. J’ai remarqué dans cette boite ils en font la collection.

        1. J

          Mon mari travaille comme bagagiste à l’aéroport de Marignane. Il est quasiment le seul Blanc. Le pire, c’est que tous les Arabes et les Noirs embauchés sont tous musulmans. on se demande à quoi réfléchissent ceux qui font les embauches.

          1. Samia

            Je suis d’accord. La mixité c’est pour les musulmans mais pas pour les non musulmans, pas grave s’ils sont en minorité.

  3. Claude LaurentClaude Laurent

    Qui a créé l’ISLAMOPHOBIE ?

    Allah lui-même
    S 3-151. Nous allons jeter l’effroi dans les coeurs des mécréants. Car ils ont associé à Allah (des idoles) sans aucune preuve descendue de Sa
    part. Le Feu sera leur refuge. Quel mauvais séjour que celui des injustes !

  4. bm77

    Des magistrats des politiques des décideurs diabolisent les gens qui s’inquiètent, s’émeuvent et opposent les principes de la laïcité à l’instauration de la charia qu’ils ont en commun de refuser et dont je fais partie.
    Ils ont créé tout un arsenal judiciaire pour lutter contre ceux qui s’opposent à l’islamisation de la société en faisant de l’Islamophobie, un délit et en rétablissant au passage celui de blasphème
    Mais réflexion faite n’est il pas celui qui le dit qui l’est?
    Ces privilégiés de la société ne sont ils pas plus Islamophobes que ceux auxquels ils font des procès.
    Si on considère qu’islamophobie veut dire peur de l’Islam
    N’ont ils pas plus peur eux que le reste de la société sachant par leur niveau intellectuel le degré de nuisance que peut générer cette religion
    Ils sont les premiers informés du pouvoir de dangerosité de l’Islam dans le monde pour tous ceux qui ne sont pas musulmans
    Et on ne peut pas dire que l’islam soit un facteur d’apaisement des tensions dans le Monde à moins de se soumettre complètement à ses préceptes ou d’être de mauvaise foi parfaite!.
    Hors nos élites ne sont ils pas plus Islamophobe que le reste de la société étant parfaitement informés de ce que cette religion peut générer comme troubles? il en sont au stade des négociation pour éviter le pire à leurs yeux. La confrontation directe;
    Ils ont aussi plus à perdre en terme de qualité de vie que le commun des Français ais en même temps , cela ne les dérange pas les sans frontière mondialistes d’adapter notre pays aux exigences de l’Islam eux qui sont toujours entre deux avions et sont partout chez eux .
    Le Français lui avait encore sa patrie lorsqu’il a ne lui restait plus rien mais on lui enlève l’idée même de l’appartenance à ‘une communauté en le rendant étranger dans son propre pays; c’est sa dignité qu’on lui enlève et on peu lui donner un bol de soupe cela ne changerait rien !
    Nous sommes dans une époque similaire à celle d’avant guerre où les Daladiers et consorts estimaient qu’un Hitler était toujours un interlocuteur raisonnable en 1939 cela malgré la nuit de Crystal de 1936 qui lassait présager du pire. Tout sauf la confrontation directe avec une Wehrmacht dont la propagande officielle de l’époque laissait croire que nous pouvions vaincre facilement !
    C’était « tout va très bien Madame la marquise » et « nous irons pendre notre linge sur la ligne Siegfried ».
    Le relativisme qui fait croire encore aujourd’hui que nos institutions seraient aux dire de certains suffisamment solide pour résister aux coups de boutoir de l’islam en état de conquête .
    la propagande d’aujourd’hui est le politiquement correct qui interdit toute critique de celui qui vient d’Afrique ou du Maghreb plus pour ne pas créer de tensions que pour des raisons humanistes.
    Les pacifistes d’hier sont les antiracistes d’aujourd’hui mais le résultat est le même qui nous fait dire à nous patriotes que la société Française n’a pas retenue les leçons de l’histoire.
    Les juifs pour la société Française sont toujours considérés par leur présence même comme les gêneurs et le grain de sable dans les rouages de la bien pensance qui aimerait bien pouvoir désigner le franchouillard comme le seul raciste de service de la même façon que les pacifistes du « plus jamais ça » les considéraient comme les empêcheurs de pactiser avec les nazis en 1939 !

Comments are closed.