Macron et ses sbires au panthéon : une pantalonnade


Macron et ses sbires au panthéon : une pantalonnade

Ce matin, tandis que je me livrais à certaines tâches ménagères, j’écoutais France Inter d’une oreille distraite :
J’ai cette sale manie de mettre France Inter en bruit de fond, quand je suis à l’intérieur.

C’était la retransmission en direct de la cérémonie d’hommage à Simone Veil.

Je n’ai pas l’animosité extrême de certains à l’encontre de Simone Veil.
J’avais même échangé quelques mots avec elle, en 2004, à la Mairie d’ Orléans, lors d’une cérémonie en hommage aux  » Justes parmi les Nations « .

L’hommage au Panthéon, donc, ne me choquait pas.

Pendant que je passais la serpillière, j’entendais des bribes du discours de Macron.
Et là, je me suis aperçu que chaque phrase de Macron était suivie d’une sorte de grésillement.

Je me suis alors interrogé  :  » c’est quand même pas des applaudissements ?  »

J’ai interrompu mes tâches ménagères pour vérifier sur le site du Figaro qui diffusait la cérémonie en direct.

Eh ben si ! C’étaient bien des applaudissements.

Et qui provenaient de la tribune officielle, où le gratin, assis, tout en agitant des éventails pour se rafraîchir, applaudissait chaque phrase.

Je n’épiloguerai pas à propos des pensées sous-jacentes dans le discours de Macron .

D’autres le feron …

Il a fréquemment cité les noms de Malraux et Jean Moulin.

Alors, je me suis souvenu du discours de Malraux, en hommage à Jean Moulin, au même endroit.

C’était en décembre 1964. Un froid de gueux, une pluie battante, un vent terrible…

Les officiels, debout, y compris le Président de la République et les ministres, des tas de drapeaux français, pas d’applaudissements : du respect !

Et les phrases de Malraux, c’était pas de la guimauve droit-de-l’hommiste !
( les Droits de l’Homme, n’existent même plus : Macron parlait de  » droits humains  » ! )

Regardez ça .
Le discours de Malraux :

http://www.ina.fr/video/I00013168

«  L’hommage d’aujourd’hui n’appelle que le chant qui va s’élever maintenant, ce Chant des Partisans que j’ai entendu murmurer comme un chant de complicité, puis psalmodier dans le brouillard des Vosges et les bois d’Alsace, quand les bazookas de Corrèze avançaient à la rencontre des chars de Runstedt lancés de nouveau contre Strasbourg.

Écoute aujourd’hui, jeunesse de France, ce qui fut pour nous le chant du Malheur. C’est la marche funèbre des cendres que voici.
À côté de celles de Carnot avec les soldats de l’an II, de celles de Victor Hugo avec les Misérables, de celles de Jaurès veillées par la Justice, qu’elles reposent avec leur long cortège d’ombres défigurées.

Aujourd’hui, jeunesse, puisses-tu penser à cet homme comme tu aurais approché tes mains de sa pauvre face informe du dernier jour, de ses lèvres qui n’avaient pas parlé.

Ce jour-là, elle était le visage de la France ».

Ça avait quand même une autre gueule !

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




16 thoughts on “Macron et ses sbires au panthéon : une pantalonnade

  1. Pierre

    j’ajouterai à ce billet que Macron n’a pas, bien sûr rédigé lui-même son discours : il fait faire ça par des agrégés de lettres, ou autres. Effectivement, j’ai remarqué ces applaudissements ponctuant presque chaque fin de phrase de ce qui tient lieu de président : c’était particulièrement pénible et donnait l’impression d’une cour servile.

    1. necas

      Oh ! Le Beau discours du poète enfumeur 1er Macron !
      Il parait qu’il a failli se faire caca dans son futal , au moment de son allocution poètique , tellement il tremblait , Manu !?
      Shalom Manu , Shalom ‘a lekhem ! Keep cool !
      Ne te chies pas dessus , surtout en public : ça fait mauvais effet ….

    2. d

      je ne voulais pas écouter Macron, même à cette occasion , je l’ai fait malgré tout , j’ai aimé son discours et les applaudissements n’étaient pas pour lui mais pour ce qu’il disait d’elle , il me semble ! ( à un moment il y en avait trop en effet) par contre sur le chemin de sa vie matérialisé jusqu’au Panthéon, les organisateurs ont d’emblée parlé des camps de concentration, c’était le début de sa vie,donc c’était logique et en ont reparlé à la fin de la marche ! ce qui a fait dire à Finkelkraut que cet épisode douloureux a occulté consciemment, le reste ; c’est ce que j’ai ressenti

    3. Joël

      Ça fait exactement comme dans les séries américaines où il y a un gars qui affiche un panneau « applaudissez » quand c’est le bon moment.

    1. necas

      En dehors du sujet , mais édifiant tout de même ! La pression du fric sur la Coupe du Monde de foot : tous les favoris perdent ? Bizarre , non ? Des Allemands qui loupent des buts tout fait contre la Corée !? Des Espagnols qui jouent a se faire des passes , sans aucune intention de marquer ?! ….
      Bref : Adidas , Nike , Qatar Airways , etc ……on sent l’énorme poids des multinationales , dans cette coupe du monde ….Imaginez la Russie , battue en 8em !!! = stades à moitié vides les tours suivants , et un gros manque à gagner , niveau recettes en tt genre . Et il faut absolument une finale exceptionnelle , avec de nouveaux pays émergeants : style , Japon , Suisse , Belgique , Corée , etc ……Finie ces finales banales , Bresil vs Espagne , ou Allemagne, etc ….
      C’est clair ! La fifa aux ordres de Doha n’en veut plus !!!!
      Je vois bien la Belgique « battue », éliminée par le Japon !
      Money is money . Tout cela sent la corruption et le bidouillage ……

      1. frejusien

        Et les arbitres ? ça laisse passer des coups de jambe avec les deux bras en opposition pour bien éclater le bonhomme, et ça fout un carton jaune à un joueur pour un frôlement de pied, à quoi sert la vidéo ? de toute façon, c’est l’arbitre qui fait le score

  2. Robert Le Priellec

    A propos de Malraux, De Gaulle avait paraît-il eu ce mot : « Brumeux avec de belles éclaircies. »

  3. Pierre Gouverneur

    Le discours n’a pas paru être un hommage à Madame Simone Veil, mais à celui à celui qui le lisait …

  4. Charles Martel 02

    Le discours d’un « Malraux », homme de la France, aimant et respectant la France, les français, et toutes les valeurs républicaines que la France portait alors en son sein ne peut pas se comparer au bavardage minable d’un Macron, petit roitelet minable et inculte, détestant les français et la France, la trahissant chaque jour en la livrant aux muzz. Il est tellement nul ce petit merdeux qu’il a besoin que sa cour l’applaudisse chaque fois qu’il glapit afin de donner l’illusion que ce qu’il dit est génial.. Quelle bande de pauvres merdes lui et ses courtisans dhimmis.

  5. lacata

    Macron a dû demander à sa cour d’applaudir à chaque fin de phrase.
    Et puis ce que j’aime encore moins, c’est qu’ il parle ou fait toujours au nom des français  » Ce sont les français qui ont voulu que… » Il y a quelque chose qui me dérange dans tout ça parce que personnellement, on ne me demande jamais mon avis. Et en plus, il a un » ceveu » sur la langue,raison de plus pour m’énerver quand il prononce « franzcès ».

  6. hathoriti

    je n’ai pas regardé la cérémonie et j’ai zappé aux J.T de 13h chaque fois qu’on en parlait ! de plus, je n’avais aucune envie de voir et d’entendre le chanoine !

  7. frejusien

    moi idem, impossible d’écouter encore toutes ces récupérations politiques,
    et puis, j’imagine qu’il a dû répéter avec sa prof de théâtre, jolie mise en scène de l’acteur qui prend de la graine…

    c’était une cérémonie, comme les zélites aiment, en « entre-soi », gens qui se comprennent et qui se serrent les coudes pour garder la gamelle, et qui essaient de faire croire à toute la France que tous les autres leur ressemblent et pensent comme eux ,

    Mais non, mes cocos, « les autres » ne pensent pas comme vous, et ne vous regardent pas béats d’admiration, vous êtes de plus en plus coupés de la réalité et de la population française, que vous traitez de tous les noms, et qui vous le rend bien, vous finirez par le comprendre à vos dépens !

Comments are closed.