Guerre au Yémen : les armes françaises au service des atrocités commises par l’Arabie saoudite


Guerre au Yémen : les armes françaises au service des atrocités commises par l’Arabie saoudite

Illustration : char Leclerc ayant subi une attaque au lance-roquette RPG

 

Il existe un conflit, oublié des médias, qui a pourtant fait plus de 10 000 morts et 2 millions de déplacés depuis 2015 : la guerre au Yémen.

Dans cette partie de la péninsule arabique, des musulmans se font donc confraternellement la guerre : rebelles houthis soutenus par l’Iran contre soldatesque saoudienne et émiratie, chiites contre sunnites, pauvres contre riches. Dernièrement, « les forces gouvernementales ont lancé le 13 juin dernier une offensive majeure sur le port d’Hodeida, contrôlé par les Houthis, faisant craindre une aggravation de « la pire crise humanitaire du monde », selon l’ONU. » (Le Parisien)

Ce qui n’a pas empêché, ce mercredi 27 juin, à Paris, l’organisation d’un grand sommet à huis clos pour tenter de trouver une issue à la crise humanitaire qui frappe le Yémen.

« Cette conférence co-organisée par l’Arabie saoudite a été critiquée dès le départ. Des ONG reprochent à la France de faire le jeu des Saoudiens qui sont partie prenante au conflit. » (Rfi)

Sébastien Nadot, député LREM, critique également les contours de cette conférence :

« La crédibilité est entachée de toutes les zones d’ombre sur le rôle de la France depuis le début du conflit au Yémen, à travers des ventes d’armes, à travers de l’assistance aux Émirats arabes unis ou à l’Arabie saoudite. On est dans une position où l’on semble prendre partie dans ce conflit, tout en n’indiquant pas clairement qu’on le fait.  »

En effet, le royaume wahhabite et les Émirats arabes unis sont de gros clients des industriels français de l’armement : « 391 blindés, des canons Caesar, des ravitailleurs en vol, des fusils de sniper, des «pods» d’identification et de désignation de cibles pour les avions de chasse, des intercepteurs maritimes, ou encore des missiles, des chars Leclerc dont l’entretien est assuré par la France, des armes de petit calibre, etc.  » (Libération)

Canon de 155mm Caesar

Colonne de Leclerc émiratis au Yémen

Prenons d’ailleurs l’exemple du char Leclerc.

Pour des raisons sécuritaires ou budgétaires, l’armée française utilise avec parcimonie ses 241 blindés dont le coût unitaire est estimé à 8 millions d’euros et le MCO (maintien en condition opérationnelle) à 60 millions par an.

En revanche, les Émirats arabes unis, qui en ont déployé 70 au Yémen (sur 388), les utilisent aussi bien en zone urbaine que dans le désert et le Leclerc donne entière satisfaction à l’armée des EAU. Ces chars furent d’abord employés « en zone urbaine ou périurbaine, en action offensive dès le début de leur engagement pour la bataille d’Aden (mars-juillet 2015) puis pour la prise de la base aérienne d’Al-Anad, […] des contre-attaques en zone urbaine et montagneuse, […] des actions offensives en zone montagneuse autour de Ma’rib ou en zone urbaine sur Sabr […], en appui-feu au profit de l’infanterie ou en position statique pour la protection des PC. » (Ifri)

Le « retour d’expérience » est donc positif. Il l’est tellement que l’Arabie saoudite, notre plus gros client pour l’industrie française de l’armement, envisagerait d’en acheter une quantité astronomique (Opex360).

Même satisfaction pour les Mirages 2000-9 émiratis qui participent aux frappes aériennes de la coalition arabe ou pour le canon automoteur Caesar vendu à l’Arabie saoudite. Les industriels français (Nexter, Dassault, Renault Trucks Defense…) sont ravis de prouver l’excellence de leur matériel et l’État français est prêts à donner le feu vert pour de nouvelles ventes aux pétromonarchies: engins Sherpa et VAB Mk3, Caesar de nouvelle génération, canons de 105mm et blindés 6×6 Titus… (Challenges)

Mais pour un pays si soucieux des Droits de l’homme, si enclin à faire la morale à la Russie de Poutine ou à la Hongrie « illibérale » d’Orban, n’est-il pas curieux de s’allier à une coalition arabe dont certaines opérations militaires s’apparentent à des crimes de guerre ?

Lorsque les Turcs ont fait intervenir leurs chars « Leopard » (d’origine allemande) au Rojava, contre les Kurdes de Syrie, la polémique s’est installée au Bundestag et le gouvernement de Mme Merkel avait dû geler l’opération de modernisation de ces chars, au grand mécontentement d’Ankara. En France, il règnerait plutôt un silence gêné sur le sujet sensible des exportations d’armes.

Pourtant, l’artillerie ou l’aviation émirati-saoudienne n’hésitent pas à cibler les civils.

« En janvier 2016, un rapport préparé par un panel d’expert sur le Yémen à l’intention du Conseil de sécurité de l’ONU a identifié 119 sorties aériennes par la coalition, toutes en violation du droit humanitaire international. Il y est fait état de raids ayant visé des civils ou des biens de caractère civil, notamment des quartiers résidentiels, des marchés, des écoles, des mosquées, des usines, des entrepôts d’aliments, et des rassemblements comme les mariages. » (ISD)

Des milliers de morts, des millions de déplacés, une épidémie de choléra et une famine à l’horizon : cela ne semble pas émouvoir Emmanuel Macron, tout à son combat contre la « lèpre » populiste. Les médias officiels non plus, toujours à la botte du pouvoir, qui abreuvent le Français de reportages choc en toc : ultra-droite, morts palestiniens ou bébés-migrants noyés.

Il faut dire que, contrairement à Poutine, le prince héritier Mohammed ben Salmane et les cheikhs émiratis sont nos amis. Leurs chèques aussi. Et puis la contrepartie à ces ventes mirobolantes est minime : il suffit juste d’aider l’islam à faire son nid en France.

 

Dommage : cette fillette yéménite, blessée pendant un bombardement saoudien, n’a pas été touchée lors de manifestations à la frontière israélo-palestinienne ou au siège d’Alep par les russes. Sa photo ne fera donc pas le tour des rédactions. (Crédit : Khaled Abdullah / Reuters)

Des victimes « collatérales » vite oubliés par les médias : 140 morts et 525 bléssés lors d’un bombardement d’une cérémonie funéraire à Saana en octobre 2016 (Photo : Photo Osamah Abdulrhman, AP)

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Articles du même thême

22 thoughts on “Guerre au Yémen : les armes françaises au service des atrocités commises par l’Arabie saoudite

  1. AntiislamAntiislam

    Bonjour,

    Bravo !

    Qui a décidé que l’Arabie Saoudite, peut-être ce qui se fait de pire en matière d’islam, était dans le « camp occidental » (sic) ?

    A ce deux poids, deux mesures on voit dans quelle servitude sont nos médias par rapport aux pouvoirs politiques, financiers etc …

    1. Samia

      C’est tout à fait ça. On se fout de nous quand on nous dit qu’on combat le terrorisme et qu’on s’acoquine avec le DAESH réussi, j’ai nommé l’Arabie Saoudite. Beurk ! Vu comment ils considèrent la femme, pour moi c’est rédhibitoire depuis longtemps.

  2. hathoriti

    Des chars LECLERC ! On a vendu à ces sauvages chameliers du désert, des chars LECLERC ! Quelle honte ! le Maréchal (Leclerc) doit se retourner dans sa tombe ! On a vendu des chars portant le nom de l’un de NOS HEROS à nos pires ennemis ! Là, pour le coup, j’en crève de honte !

    1. YKempenich

      Oui, mais nous avons refusé de vendre les 2 BPC Mistral aux méchants Russes qui faisaient des misères à la Crimée : l’honneur est sauf ! Quelle grandeur d’âme, la France !

    1. .claude t.a.l

      Entièrement d’accord avec vous !
      Les uns, sunnites ( Arabie saoudite ), ne valent pas mieux que les autres, chiites ( la rébellion yéménite aidée par l’ Iran des ayatollahs ).

      Je serais d’avis de vendre des armes, alternativement, à chacun d’entre eux.
      De façon qu’ils s’ entretuent le plus longtemps possible .

      C’était un peu ma vision sur le conflit syrien.

      Leur vendre des armes sophistiquées ?
      Pas grave :
      Ils sont bien incapables d’entretenir quoi que ce soit;
      Même des trucs simples !
      Voir l’état de tous les pays musulmans.

      1. Dorylée

        C’est exactement ce que je pense : on vend des chars aux Saoud et des Milans au Yémen. Des patrouilleurs aux uns, des Exocet mer/mer 40 aux autres. Ça fait marcher le commerce et ça débarrasse le plancher. Tous les sunnites et les chiites qui vont bouffer le couscous par la racine ne viendront pas tirer à la Kalach dans nos salles de concert…

    2. Albatros

      Bravo Pier, en 2 mots tu en as fait la synthèse !! A laquelle je rajouterais que nous n’avons rien à dire car ce serait aller contre la volonté d’Allah, celui qui fait tout qui peut tout etc…. si allah a décidé que ses adorateurs devaient s’entretuer tout comme la guerre Iran-Irak, nous n’avons rien à dire !!! Tout comme il a décidé que son peuple (le meilleur que la terre ait porté disent ils) doit, soit vivre sous dictature militaire, royale, ou religieuse, soit aller faire la manche dans les pays de koufars (pour l’anecdote depuis 14 siècles le « Puissant » n’a pas réussi à convaincre les 5 milliards de non muslims; c’est pas très fort pour celui qui peut tout faire !!! lol). Alors si en fournissant des armes nous pouvons aider allah dans son objectif d’exterminer ses adorateurs….bah! faisons cet effort…..Allez les sunnites…Allez les chiites….Allez les p’titbites !!! Et vive le délicieux porc-cochon-divin !!

  3. Machinchose

    bah! faut bien vendre et acheter

    je préfère encore les voir acheter du matos Français que Russe, Chinois ou Américain….

    quand aux nations islamiques, et ça dure depuis 14 siècles seulement, comme dans tout le monde arabo musulman, elles souffrent du « complexe du Calife » ils veulent tous etre le « CHEF » le fils tue le père, le neuveu son grand père, l’ épouse se demande comment supprimer le fils de sa rivale de harem, les pères soupçonneux égorgent ou empoisonnent les fils, il est notoire que dans l’ empire ottoman, dés qu un Sultan était sur le trône, il faisait assassiner tous ses frères et soeurs, histoire de couper court a certaines frustrations
    de nos jours rien absolument rien n’ a changé chez ces diminués du bulbe et quel que soit l’ endroit du monde ou ils exercent leurs talents sanguinaires

  4. rin,ocero

    « fusil de sniper « . N’est-ce pas ce qu’on appelle habituellement en français des fusils à lunette?

    1. Yann Kempenich Post author

      Comme indiqué à la fin du paragraphe, cette phrase est issue d’un article de Libération. Encore une fois, sauf indication contraire, je respecte l’intégralité de la source.

    2. .claude t.a.l

      Cette folie des mots anglais, qu’on trouve partout, maintenant !

       » snipère « ( comme doit le prononcer le type de libé ) a un parfait équivalent français :  » tireur d’élite  » !

  5. TEMPLIERTEMPLIER

    ouais moi aussi,je suis d accorrd avec notre ami PIER….
    ILS S ENTRETUENT ENTRE EUX….C EST PLUTOT JE TROUVE UNE BONNE NOUVELLE….
    TOUJOURS CA EN MOINS SUR NOTRE BONNE VIEILLE PLANETE…

  6. Chevalier d'Eon

    De toute façon avec ou sans les armes de la France ils ne savent faire que ca
    Tuer et s’entretuer !
    Ils sont tellement frustrés et coincés dans leur vie de merde qu’ils veulent mourir pour découvrir leur récompense :  » les 72 vierges »
    oui frustrés et cons à la fois !

  7. Conan

    Merci à le drian, meilleur vendeur de ce gouvernement qui mène une politique arabe encore plus arabe que celle des arabes…
    La France se distingue, comme d’hab et depuis toujours par son arabophilie !

  8. Olivier de V

    Quelques rappels :
    *Manifestement la vente de chars leclerc aux EAU il y a au moins 15 ans n’a pas été une réussite ; sous évaluation manifeste, à cause de l’obligation de les équiper avec des moteurs germaniques => énormes surcouts de ré-industrialisation puis vente à perte à cause de variations de taux de change très défavorable au vendeur.. Est-ce qu’il y a eu manipulation ? => il y a eu alors mise en grande difficulté financière du fabricant français étatique de l’époque (avant Nexter) => recréation d’un groupe avec fond privé. Et depuis Nexter est passé comme Alstom sous pavillon germanique majoritairement !
    (les chars Rommel ou Leclerc ?)

    Les mirages quant à eux ont été vendus à peu près à tous types de clients, peu ou moins fréquentables, jusqu’à Sadam Hussen.
    Les pays mentionnés ici se fournissent à peu près partout.
    les contrats n’excluent pas le respect des lois sur la protection des civiles dans les conflits. Il n’y a je pense jamais de dérogations.

  9. caiusbonus

    Ils achèterons de toute façon des armes, alors fi des considérations du genre « c’est des vilains » et tout et tout, les Russes, Chinois et même Américains n’auront pas ce genre de considérations. Quant à faire, autant vendre les nôtres.
    Je peux paraître cynique mais on n’empêchera pas ces riches pays de s’armer.

Comments are closed.