56% des Français ne voudraient pas devenir le nouveau Lampedusa : vraiment ?


56% des Français ne voudraient pas devenir le nouveau Lampedusa : vraiment ?

Certains diront que c’est beaucoup, je trouve au contraire que c’est peu, eu égard à ce que chacun, eût-il voté Macron, voit, endure, fuit, craint…

Alors trois explications. Soit le sondage est bidonné, ce qui est plus que possible, probable… Soit les Français sont devenus plus que des veaux et sont lobotomisés, n’osant même pas dire à un sondeur lambda ce qu’ils pensent, soit, infiniment plus grave, la moitiés des Français sont des dhimmis ou des descendants d’immigrés détestant la France… ce qui serait étonnant puisque 90 % des Allemands qui ont donc applaudi en grande majorité la politique migratoire de Merkel souhaitent qu’il y ait plus d’expulsions de clandestins.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/06/18/97001-20180618FILWWW00108-sondage-une-majorite-de-francais-contre-l-accueil-de-l-aquarius.php

Mais peu importe au fond. On occupe la galerie avec des débats, des sondages… pendant que, à Paris, on s’active.

On s’active pour récupérer au moins la moitié des occupants de l’Aquarius ( ça tombe bien, la même moitié rêve de venir en France ).

On s’active pour se répartir avec quelques pays complaisants pour accueillir désormais les bateaux et les clandestins à pied que l’Italie refuse.

On s’active pour accélérer le Grand Remplacement, tout simplement : interrogé par l’AFP, le directeur général de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), Pascal Brice, a indiqué qu’une de ses équipes se rendrait prochainement à Valence.

On lira avec profit l’excellent article de Goldnadel :

«Quelles motivations poursuivent vraiment les ONG de sauvetage des migrants ?»

Et pour cause, dans le climat actuel d’hystérie, le fait de demander risque de vous exposer à être soumis à la question par la grande inquisition.

Vous pourriez, tout d’abord, vous interroger sur la question du droit maritime international dont on a dit un peu vite que l’Italie l’avait foulé aux pieds.

Et vous n’auriez pas tort. Les spécialistes les plus pointus, dans ce domaine mouvant, estiment que l’Aquarius n’était pas dans une situation de détresse qui commandait juridiquement son entrée au port.

Vous pourriez également vous étonner du manque de précisions sur l’origine des passagers du bateau. Un esprit chagrin pourrait être porté à penser que, précisément, cette absence de précision par ceux qui les transportent signifierait qu’il s’agissait de migrants économiques et non de réfugiés de guerre éligibles au droit d’asile, au moins dans sa conception extensive actuelle.

Vous pourriez également vous interroger légitimement sur le propriétaire de l’Aquarius.

L’auteur du présent article l’a fait à voix haute au micro de RMC en suggérant que, peut-être, George Soros, spéculateur international autant que philanthrope internationaliste se cachait, via sa fondation Open Society, derrière SOS Méditerranée qui est l’affréteur de l’Aquarius. Le site Checknews de Libération a passé au crible mes prudentes mais hérétiques déclarations. Évoquant un «raccourci» de ma part tout en empruntant un long tunnel, les décodeurs libérés ont admis, en gentlemen, que l’Open Society était indirectement en lien avec les affréteurs. Cela autorise amplement à se poser la question des arrière-pensées d’une fondation qui milite, et c’est son droit, pour l’immigration sans limites et pour la fin des frontières. Mais ces arrière-pensées métapolitiques sont très loin du discours officiel d’une association SOS Méditerranée qui déclare ne penser qu’au sauvetage des migrants.

Dès lors, vos soupçons commanderaient cette question de bon sens de l’orientation: pour quelle raison, si seul le sauvetage dans l’urgence des migrants venus de la Libye incertaine leur importe, les gens de l’Aquarius ne les ont-ils pas acheminés vers les côtes assurées algériennes et tunisiennes, plus proches que l’Italie? Un peu embarrassée, leur représentante, Sophie Beau, a déclaré que le droit de ces pays était plus impérieux que le droit européen. Voilà qui en dit long pour ne pas dire tout: c’est parce que l’Europe est plus laxiste qu’on dédouane sans question des pays intransigeants mais pourtant plus proches des migrants, ne serait-ce que par la géographie et la religion.

Dans la profondeur de ce déni se niche, comme je l’observe souvent, l’anti-occidentalisme culpabilisateur le plus sournois. Seule l’Europe devrait être comptable du sort des migrants, dès lors que c’est elle qui est coupable. C’est ainsi par exemple que l’ONU le lui a fait souvent grief sans un mot par exemple pour l‘Arabie Saoudite et le Qatar, richissimes et déserts, qui expliquent ingénument la fermeture de leurs frontières, y compris à des frères en culture et en langue, au nom d’une exigence de sécurité qui ne se pose évidemment pas pour les peuples d’Europe…

Dès lors que le soupçon vous habite, des questions saugrenues d’intendance vous taraudent.

C’est ainsi par exemple que les responsables de l’Aquarius expliquaient avec insistance que les passagers étaient en surnombre et que la faim les menaçait. Mais pourquoi, dans ce cas hautement prévisible, accepter la présence à bord d’une journaliste d’Euronews et ne pas limiter strictement les passagers au personnel indispensable de bord aux fins de réserver une place supplémentaire à un naufragé?

Que penser de ce slogan qui attendait les migrants de l’Aquarius à leur arrivée à bon port espagnol : « Bienvenus chez vous » ?

Enfin et surtout, dès lors que le sauveteur autoproclamé est avant tout un idéologue mondialiste, une question vous hante – et qui a hanté des juges italiens- sur les rapports entretenus avec des passeurs qui n’hésitent pas à saborder les embarcations pour placer les autorités européennes devant le forfait accompli.

En réalité, on peut se poser toutes les questions du monde, on ne trouvera la réponse la plus satisfaisante à une question douloureuse désormais existentielle que lorsqu’on se débarrassera des deux obstacles qui empêchent toute appréhension rationnelle.

Le premier obstacle est d’ordre juridique autant que politique. Tant que les déboutés du droit d’asile ne seront pas reconduits hors des frontières européennes, il n’y a aucune chance et même aucune raison que les peuples d’Europe, soucieux de la sécurité et du bien-être de leurs enfants comme de l’identité (le mot dit maudit) de leur pays, acceptent la situation actuelle. Et au-delà de la question de l’asile, et notamment en France, il est normal que le fait que des centaines de milliers de sans-papiers se maintiennent illégalement autant qu’ouvertement inspire aux citoyens chaque jour plus exaspérés un sentiment de révolte légitime. Ainsi, c’est le bafouement flagrant des lois républicaines sur la régulation des flux migratoires qui est le premier ennemi du réfugié éligible au droit d’asile qui mérite notre protection.

Que penser, par ailleurs, de ce slogan qui attendait les migrants de l’Aquarius à leur arrivée à bon port espagnol: «Bienvenus chez vous»? Bienvenus chez nous, pourquoi pas, mais… «chez vous»!

Le diable se cache derrière une lettre à la place d’une autre. C’est lui qui tyrannise et déboussole les peuples. Pourquoi des migrants illégaux seraient-ils chez eux? Et même les réfugiés éligibles au droit d’asile, n’ont-ils pas vocation un jour de rentrer chez eux? Mais derrière cette question, on sent bien qu’il n’y a plus en Europe de «chez nous» pour personne sinon le monde entier, dans la tête des idéologues sans frontières, et que le mot «hôte» justifie plus que jamais son double sens absurde.

Le second obstacle découle du premier. Mais il est de l’ordre de la psychologie et de la morale collective. Ainsi, il existe en Europe, et notamment en France, des gens, peu nombreux mais puissants médiatiquement et socialement qui refusent sans le dire ouvertement le respect des lois migratoires précisément dans le même cadre métapolitique que l’Open Society mondialiste de George Soros et de bien d’autres ONG.

Il leur arrive parfois de l’avouer par mégarde puis de le regretter. C‘est ainsi par exemple que j’ai réussi à faire dire à Iann Brossat, future tête de liste du Parti Communiste aux élections européennes et surtout adjoint au logement de Madame Hidalgo, qu’il ne saurait être question de reconduire les personnes déboutées de leur revendication au droit d’asile (RMC).

Dès lors, que penser de la politique de la mairie de Paris qui, le lundi matin, joue à guichets ouverts l’accueil bruyant et entraînant de tous les migrants et, le mardi soir, se lamente de l’indignité de leur situation et incrimine la carence d’état?

Dans ce cadre rien moins que sincère et rationnel, les ennemis déclarés de l’Europe des frontières continuent d’user de leur arme favorite: l’antinazisme fantasmé.

C’est ainsi par exemple que l’ineffable mais combien populaire à Cannes et dans les médias, Cédric Herrou a twitté ainsi cette obscénité: «Quand Éric Ciotti dit en 2018 «mettons les migrants en Libye» il dirait en 1940 mettons-les dans des chambres à gaz». Bref l’utilisation nauséabonde d’un gaz incapacitant par voie de gazouillis écoeurant.

Mais ces petits maîtres-chanteurs de Nuremberg et de l’antinazisme devenu fou ont, pour cause d’avoir trop crié au retour du loup, une voix enrouée qui porte désormais moins loin.

Tout cela marche moins bien et les peuples ne marchent plus du tout. De l’Italie jusqu’en Autriche en passant par l’Allemagne. Et même en Israël. La semaine dernière, un tabou jusque-là entretenu avec une vigilance obsessionnelle autant que névrotique a été levé. Le chancelier autrichien Sébastien Kurz, pourtant allié à la droite dure, s’est rendu en Israël. Accompagné d’un ministre israélien, il s’est rendu au mémorial de Yad va Shem pour s’incliner devant les victimes de la Shoah. Il venait de décider d’expulser des imams islamistes radicaux inféodés à Erdogan. Il va être très difficile, malgré tous les efforts, de le faire passer pour un nazi antisémite, quand bien même il se montrera attaché au sort de ses compatriotes germaniques.

Vous verrez que bientôt les populistes passeront pour plus intelligents et même plus généreux que les fausses élites aux cœurs artificiels.

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2018/06/18/31003-20180618ARTFIG00121-goldnadel-quelques-questions-au-sujet-de-l-aquarius.php

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


11 thoughts on “56% des Français ne voudraient pas devenir le nouveau Lampedusa : vraiment ?

  1. Alexcendre 62

    56 % chez un peuple labouré et manipulés tous les jours par les médias pro-migrants ce n’est pas si mal , le jour où l’on dira la vérité aux gens cela sera 80 % , cela prouve aussi que l’on peut trahir son pays avec un bon système de communication aux mains d’une clique méprisable .

    1. pauledesbaux

      dailleurs pour qu’ils comprennent ils doivent en prendre de nombreux chez eux et les recevoir comme des invités de marque……draps blancs, salle de bain privée, serviette de toilette blanches etc…apéro, saucisson (hallal biensur) et se laisser gâter par eux qui ont passer des jours et jours sans niq…..à la vôtre mesdames les hôtesses et des paires de cornes à vos jules…….

  2. Olivia BlancheOlivia Blanche

    A un Téléphone Sonne récent consacré à l’Aquarius et aux migrants, une psychologue travaillant sur Marseille, à l’accueil des migrants, est intervenue et sa déclaration avait un caractère inédit autant que surprenant. En effet, elle a déclaré que nombre de migrants ne souhaitent pas venir en Europe, qu’ils souhaitent plutôt rester dans un pays limitrophe du leur mais que des « passeurs » les obligent à embarquer. Soit ils obtempèrent soit ils sont abattus sur place… Elle demandait par conséquent que l’Europe intervienne contre cette mafia des passeurs.

    Personne ne doit oublier que ces migrations deviennent une source de fortune pour nombre de très sales individus. Et beaucoup de ceux qui cautionnent le transport des migrants peuvent être englobés dans ce réseau mafieux.

  3. suzanne94

    Ce qui veut dire que dans notre pays, il y a 44% de cons ‘(désolée) pour la grossièreté, qui seraient prêts à subir cette immigration non voulue?Moi, je propose ceci: aux associations et manifestants pro-migrants; que chaque manifestant en prenne au moins un chez lui avant de traiter les autres d’égoïste, d’individualiste, c’est être vraiment dans le déni total, on peut pas mélanger dans une bouteille l’eau et l’huile!!!!!!!!!!!!!

  4. Dany BARTHOUIL

    Le sondage est peut-être faux mais il est sûr, et je le constate très souvent, que ceux qui vivent dans une région calme, en dehors des grandes villes , ne s’informent pas …ne regardent que les infos TV…..ne vont pas sur les réseaux sociaux….donc ignorent les vérités !
    Et quand j’essaie de les informer je passe pour une excitée qui voit le mal partout!!

    1. frejusien

      idem ! ceux qui vivent loin des grandes agglomérations ne comprennent pas la situation, ce sont ceux-là qui sont visés par l’intoxication merdiatique

  5. Christian Jour

    Encore quelques millions de parasites de plus et les 44% nous rejoindrons, mais là il sera peut être trop tard. A Aiguillon Lot et Garonne dans la rue de chez mon père (91ans) ou il est le seul Français, un voisin musuls vient d’acheter la maisons qu’il habitait (60 000 euros) et pourtant personne travaille.

  6. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    On est des sauvages ?
    _________________________________
    La Ligue est en hausse dans les sondages, surtout après l’Aquarius
    ::: https://francais.rt.com/international/51793-tour-vis-sur-immigration-italiens-plebiscitent-gouvernement-ligue
    21 juin 2018

    IMG : Le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, sur le plateau de l’émission «Porta a Porta» à Rome le 20 juin 2018
    ::: https://cdni.rt.com/french/images/2018.06/article/5b2b40dc09fac2447a8b4567.jpg

    Tour de vis sur l’immigration : les Italiens plébiscitent leur gouvernement et la Ligue

    Alors que l’actualité politique italienne est dominée par la crise migratoire, comme en témoigne l’épisode du bateau de sauvetage de migrants Aquarius, le parti de droite populiste du ministre de l’Intérieur s’envole dans les sondages.

    Matteo Salvini, chef de file de la Ligue et omniprésent ministre italien de l’Intérieur depuis sa prise de fonction le 1er juin, s’est retrouvé une nouvelle fois au centre de l’actualité politique italienne après une déclaration choc. Il a en effet annoncé ce 18 juin le prochain recensement des populations Roms d’Italie dans le but éventuel d’expulser ceux de nationalité étrangère et de «malheureusement» garder ceux de nationalité italienne, selon ses propres termes.

    Une semaine avant, le ministre avait fait montre d’une position très ferme en refusant de voir accoster dans un port italien le navire Aquarius avec plus de 600 migrants à son bord, provoquant l’indignation de nombreux commentateurs, notamment à l’étranger. Pour autant, le gouvernement italien et le parti de Matteo Salvini pâtissent-ils de ces prises de position strictes auprès de l’opinion publique ?

    ****La Ligue est en hausse dans les sondages, surtout après l’Aquarius****

    Plusieurs sondages montrent que la ligne politique migratoire suivie – et annoncée pendant la campagne électorale de mai dernier par le natif de Milan – est jugée sous un jour favorable par une majorité d’Italiens. La Ligue (ex-Ligue du Nord), que Matteo Salvini a refondé fin 2017 afin de lui donner une portée nationale, effectue même un bond remarquable, selon un sondage réalisé entre le 13 et 18 juin par l’institut Politic APP auprès de 1 500 personnes représentatives de la population italienne. A la question «si vous deviez voter aujourd’hui, pour lequel des partis suivants voteriez-vous ?», la Ligue est désignée par 29,2% des personnes en âge de voter interrogées.

    #INTENZIONIDIVOTO#SWG – #Aquarius e #stadioRoma portano la #Lega al sorpassohttps://t.co/GRTXLRG1gdpic.twitter.com/Mdy1BcMFRg— PoliticAPP (@SWGpoliticAPP) 19 juin 2018

    Pour rappel, le parti a recueilli 17,4% des suffrages le 4 mars 2018 lors des élections générales. Dans le détail, la formation politique qui prône une ligne ferme en matière d’immigration était créditée de 27% dans un précédent sondage effectué au lendemain de l’annonce le 10 juin par Matteo Salvini du refus d’accueillir sur les côtés italiennes le navire de migrants Aquarius.

    «L’Italie ne veut plus être complice du business de l’immigration clandestine», faisait-il alors savoir, estimant : «Si quelqu’un en Europe pense que l’Italie doit continuer à être un camp de réfugiés, il se trompe. L’Italie ne veut aider que les Italiens.» Dans le même temps, le partenaire de coalition de la Ligue, le Mouvement 5 étoiles (M5S), est passé de 32,7% des suffrages aux élections à respectivement 31,5% et 29% dans les deux dernières moutures des intentions de vote.

    «  » » » L’Italie ne veut plus être complice du business de l’immigration clandestine «  » » »

    Ainsi, le parti de Matteo Salvini passe pour la première fois devant le M5S dans les sondages. Une autre étude d’opinion concernant l’accueil de bateaux de migrants sur les côtes du pays de Dante vient confirmer l’approbation par une majorité d’Italiens de l’action de Matteo Salvini. 64% d’entre eux seraient opposés à l’accueil des embarcations de migrants, un chiffre qui monte à 93% chez les sympathisants de la Ligue et à 75% chez ceux du M5S. En comparaison, à la même question, les Français seraient 58% à refuser d’accueillir les migrants arrivant sur les côtes italiennes et grecques et 64% à refuser précisément de voir l’Aquarius accoster en France, selon un sondage Atlantico- Ifop.

    Matteo Salvini sort ainsi renforcé de cette séquence. Et bien qu’un navire des gardes-côtes italiens soit arrivé ce 20 juin dans le port de Pozzallo (pointe sud de la Sicile) où il devait débarquer plus de 500 migrants, l’homme fort du gouvernement italien a suggéré le même jour à Madrid d’accueillir les passagers des quatre prochains bateaux secourus au large de la Libye. Il a également annoncé qu’il se rendrait dans le pays d’où partent la plupart des migrants qui débarquent en Italie «dans les prochains jours».
    ______________________________________________
    Pour complément sur les allégations de la supposée inhumanité de Matteo Salvini, de la ligue voir la vidéo sur TVLibertés de l’entrevue faite avec Jacques Sapir.

    VIDEO : Le Samedi Politique – L’Italie : nouveau cauchemar de Bruxelles ? avec Jacques Sapir
    ::: https://www.youtube.com/watch?v=D8cF_jrX-sY
    CHAÎNE : TVL 1
    ::: https://www.youtube.com/channel/UCfbOZCly1x8UEBMgyat9Pvg
    DATE : 16/06/2018
    DURÉE : 46’39s

  7. maury

    Je ne sais pas si c’est faux ou vrai mais j’ai lu dans un commentaire sur « LES OBSERVATEURS CH » que les « naufragés » de l’aquarius ont balancé des femmes et des enfants par dessus bord ce qui expliquerait le nombre infime à l’arrivée(pas la première fois)

  8. jojo ( le plombier )

    Je ne sais pas si c’est vrai mais il se dit que macron pense faire installer une piscine à Brégançon pour donner des cours de natation aux futurs candidats naufragés.( Il est si doué en tout et si bon) . En tout cas ce qui est vérifiable c’est qu’il fait et fera tout pour expliquer aux français que leur avenir passe par l’accueil des migrants quel que soit leur nombre, leur motif, leur intention, et qu’il nous faudra faire en sorte que cet accueil soit décent. Les musulmans en ont rêvé, les mondialistes idem, macron le fait et le fera..et ces statistiques s’inverseront puisque macron le veut ! sauf à ce que quelqu’une ou quelqu’un siffle la fin de la partie.

Comments are closed.