La Chine rouvre des camps pour «rééduquer les musulmans» : en voilà une idée qu’elle est bonne !


La Chine rouvre des camps pour «rééduquer les musulmans» : en voilà une idée qu’elle est bonne !
Voir l’article du Figaro dans l’encadré grisé ci-dessous.
L’islam emmerde tout le monde, sur toute la planète. L’islam complique la vie de tout le monde, sur toute la planète. Il suffit de voir la place qu’il occupe dans les medias, dans les lois, dans les prisons, dans les réunions politiques, sur les réseaux sociaux… pour comprendre l’ampleur du désastre. Quant aux « déséquilibrés », « radicalisés » et autres djihadistes… ils tuent au nom de l’islam et s’en vantent, ils terrorisent le monde entier, et la ré-éducation à la française ne semble pas vraiment efficace… Si peu efficace qu’ils ont cessé d’essayer de dé-radicaliser à coups de stages de tennis, de cinéma, de cours de boxe, j’en passe et des meilleures.
Alors, quoi qu’en dise le Figaro, sous la plume de Cyrille Plumette, qui joue les pucelles effarouchées, instruire, rééduquer, apprendre aux musulmans l’horreur de leur système politico-religieux n’a rien d’horrible, au contraire, il ne peut s’agir que d’une libération. Pour les musulmans et pour les Chinois. D’autant que la Chine est obligée depuis des lustres de se battre contre les attaques des Ouïgours.
Voici  ce que nous écrivions il y a quatre ans :

« La mesure vise la minorité musulmane ouïghoure, responsable de plusieurs attaques contre les autorités »

http://www.i24news.tv/fr/actu/international/asie-pacifique/54221-141212-chine-le-voile-islamique-interdit-dans-la-capitale-du-xinjiang

« Malgré une sécurité maximale, Pékin ne parvient pas à stopper les attaques au Xinjiang. Le gouvernement a annoncé récemment qu’il allait recruter 3 000 anciens militaires pour garder Urumqi, la capitale régionale. Les candidats doivent avoir moins de 30 ans et prouver qu’ils sont « contre le séparatisme ouïghour et les activités religieuses illégales ».

En octobre, un tribunal a condamné à mort douze personnes accusées d’avoir joué un rôle dans une attaque qui avait fait près de cent morts à la fin de juillet au Xinjiang

Le Xinjiang compte quelque dix millions d’Ouïgours, des musulmans turcophones, en partie hostiles à la tutelle de Pékin, et dont une frange radicalisée est, selon les autorités, à l’origine d’attaques meurtrières commises ces derniers mois dans la région et en dehors. »

Simple comme bonjour….
Que faire face à des gens qui attaquent, tuent, terrorisent, refusent les lois et coutumes du pays qui les a accueillis  ?
Se soumettre, emprisonner et tuer, expulser ou ré-éduquer… Il n’y a pas 50 solutions.
Il semble que les Chinois aient choisi la méthode la plus douce, la ré-éducation. Ce n’est pas Macron qui les critiquera, lui qui affirme qu’il faut ré-éduquer les Français qui pensent mal, qui prennent pour argent comptant les « fake news », qui ne comprennent pas les immenses avantages de l’islamisation et de l’immigration…
La Chine rouvre des camps pour «rééduquer les musulmans»ENQUÊTE –
Dans le Xinjiang, des Ouïgours sont internés en masse pour «éradiquer l’extrémisme».
De notre correspondant à Pékin 
C’est un vaste programme d’enfermement et de lavage de cerveau qui rappelle les pires heures du maoïsme. Les autorités chinoises ont mis en place un réseau de camps de «rééducation» idéologique ciblant massivement des musulmans, dans la province du Xinjiang, à l’ouest du pays. L’existence de ce dispositif avait été révélée en septembre 2017 par la radio américaine Radio Free Asia (RFA), puis par d’autres témoignages recueillis par la presse étrangère. Elle est mise en lumière par une nouvelle étude qui réunit des documents émanant des autorités chinoises.
Les données chiffrées sur cette opération menée en secret sont difficiles à établir. Mais le gouvernement a probablement envoyé des centaines de milliers, voire jusqu’à un peu plus d’un million de musulmans dans ces camps depuis 2017, évalue Adrian Zenz, un chercheur allemand, dans un rapport publié mi-mai par la Jamestown Foundation. Se référant à des déclarations d’officiels sur la part de la population locale «posant problème» à leurs yeux, il estime que le taux d’internement des musulmans adultes – Ouïgours et Kazakhs – pourrait s’élever à 10 % dans les villes où ceux-ci sont majoritaires. De multiples informations récoltées «montrent que presque chaque famille ouïgoure a au moins un membre de sa famille ou un proche en camp de rééducation», précise cet universitaire. La région compte quelque 14 millions de musulmans, dont plus de 11 millions de Ouïgours.

«Guerre contre la religion»

Apportant des preuves supplémentaires du développement, des larges capacités d’accueil et de la densité du maillage de ces infrastructures, Adrian Zenz a analysé de nombreuses annonces de recrutement ainsi que 73 appels d’offres liés à la création de camps de rééducation. Lancés par des gouvernements locaux entre 2016 et 2018, beaucoup d’entre eux rendent obligatoires des équipements de sécurité (murs d’enceinte, clôtures, fil de fer barbelé, systèmes de surveillance, portes et fenêtres renforcées, miradors…).
D’une durée de quinze jours à plusieurs mois et décidé en dehors de toute procédure légale, l‘internement vise à remodeler les idées politiques des détenus et à les inciter à renoncer à leur foi musulmane et à leur culture. La «guerre du peuple contre le terrorisme» déclarée par l’État «se transforme de plus en plus en une guerre contre la religion, les langues et d’autres expressions de l’identité ethnique», résume le chercheur allemand. Il s’agit même de la campagne de transformation sociale par la coercition «la plus intense depuis la fin de la Révolution culturelle», poursuit-il, se référant à cette période chaotique du règne de Mao Tsé-toung . La République populaire a une longue tradition dans ce domaine: créés dans les années 1950, les camps de «rééducation par le travail» n’ont été officiellement abolis qu’en 2013.
Au bout de vingt jours dans un camp de rééducation, cet homme de 42 ans a envisagé de se suicider. Aujourd’hui, il dit ne pas pouvoir dormir la nuit, tant il est hanté par ses souvenirs.

Témoignage dOmir Bekali, Kazakh musulman qui a vécu ces camps «de rééducation»

Aujourd’hui, le gouvernement chinois élude les questions sur les nouvelles installations dans le Xinjiang. Mais le procureur en chef, Zhang Jun, a incité fin mars les autorités à lancer à grande échelle «la transformation par l’éducation» destinée à combattre l’«extrémisme» et le «séparatisme» dans cette région. Ce nouveau concept est apparu au début des années 2000: appliqué d’abord aux membres du mouvement religieux Falun Gong, il cible désormais surtout le Xinjiang.
Le témoignage d’Omir Bekali, un Kazakh musulman qui s’est confié à l’agence de presse américaine Associated Press (AP), offre un éclairage glaçant sur les méthodes utilisées. Au bout de vingt jours dans un camp de rééducation, cet homme de 42 ans a envisagé de se suicider. Aujourd’hui, il dit ne pas pouvoir dormir la nuit, tant il est hanté par ses souvenirs.
Né en Chine, Omir Bekali a émigré au Kazakhstan en 2006 et obtenu la citoyenneté de ce pays. Il a été arrêté par la police en mars 2017, alors qu’il rendait visite à ses parents dans le Xinjiang. Incarcéré à Karamay, au nord de la province, il a été torturé et interrogé pendant plusieurs jours sur son travail pour une agence de tourisme proposant aux Chinois des visas touristiques kazakhs. Libéré au bout de sept mois, sans charge contre lui, il a été transféré dans un site clôturé des environs où plus d’un millier de personnes étaient enfermées. C’est là qu’a commencé son stage d’endoctrinement.
Les prisonniers étaient obligés de répéter en boucle pendant des heures leur opposition à l’«extrémisme», au «séparatisme», et au «terrorisme» et de s’autodénigrer devant le reste du groupe. Une véritable torture psychologique. «Ils m’ont forcé à dire que je n’aurais pas dû croire en l’islam mais au Parti communiste» et «fait promettre que je n’irai pas à la mosquée le vendredi et que je n’assisterai pas à des funérailles islamiques», se souvient Omir Bekali.
Ils étudiaient aussi la langue et l’histoire chinoise. Mais sous un angle particulier : on leur martelait à quel point leur culture traditionnelle était arriérée, et le Parti, moderne
Le reformatage des esprits commençait très tôt. Réveillés avant l’aube, les internés devaient chanter l’hymne national, puis hisser le drapeau du pays. Avant le déjeuner, ils entonnaient des chants pour remercier le Parti, la mère patrie et le président Xi Jinping. Ils étudiaient aussi la langue et l’histoire chinoise. Mais sous un angle particulier: on leur martelait à quel point leur culture traditionnelle était arriérée, et le Parti, moderne. Les instructeurs sermonnaient longuement les internés sur les dangers de l’islam, puis les harcelaient de questions. Ceux qui ne répondaient pas «correctement» étaient sévèrement punis.
Omir Bekali a été placé pendant une semaine 24 heures sur 24 avec huit autres détenus, puis à l’isolement, où il a été privé de nourriture pendant une journée. Kayrat Samarkan, un Chinois de l’ethnie kazakhe sorti d’un autre camp, raconte que les éléments récalcitrants pouvaient être attachés à une «chaise du tigre», qui enserrait leurs poignets et leurs chevilles. Plusieurs cas de décès pendant ou peu après ces périodes d’internement ont été rapportés par la radio RFA.
Le gouvernement dit faire face à une menace croissante de l’islam radical au Xinjiang, qui a connu des attaques meurtrières ces dernières années. Si certaines ont été commanditées par des cellules organisées, une grande partie semble avoir été menée par des jeunes désespérés par la discrimination et la surveillance constante, selon certains experts. Le dispositif sécuritaire a été considérablement renforcé depuis 2016, avec la nomination à la tête de la province de Chen Quanguo, qui applique les méthodes inflexibles inaugurées dans la région autonome du Tibet.
Deviennent suspectes – et donc susceptibles d’être «rééduquées» – les personnes qui voyagent à l’étranger, ont une pratique religieuse intense ou téléchargent sur leur téléphone portable des contenus censés présenter un risque d’«instabilité» politique, souligne Human Rights Watch (HRW). Ce qui, selon l’ONG, peut concerner n’importe quel Ouïgour qui exprime «son identité religieuse et culturelle».
Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


21 thoughts on “La Chine rouvre des camps pour «rééduquer les musulmans» : en voilà une idée qu’elle est bonne !

  1. Armand LanlignelArmand Lanlignel

    Il est bien difficile de se libérer de ses conditionnements. Encore faut-il en avoir envie … Là est une des difficultés de la déradicalisation: cela ne peut se faire que si les personnes à l’esprit empoisonné ont envie de changer.

    Toute idéologie, si imbécile ou même absurde soit-elle, a toujours des adeptes et des opposants (dans la mouvance pseudo-chrétienne, les spécialistes ont dénombré plus de dix mille sectes (d’après Odon Valet)
    créées par un ou une illuminé depuis qu’il n’y a plus d’inquisition). En islam, les opposants doivent se taire et jouer aux hypocrites, sinon ils sont dits hérétiques, accusés de blasphème, et immédiatement condamnés à mort. Les non-musulmans n’ont peut-être pas le choix pour déradicaliser et seront amenés à utiliser des méthodes semblables. C’est un peu comme jadis lorsqu’une personne était atteinte de la rage, il fallait la tuer pour éviter le contagion et quand on ne trouvait personne d’assez courageux pour accomplir cet assassinat, on emprisonnait le malade en l’abandonnant à un sort très cruel. Un fondamentaliste musulman convaincu qu’il doit tuer les non-musulmans est-il équivalent à un enragé ? A-t-on trouvé une méthode pour le rendre inoffensif ?

    La protection de l’ensemble de la société passe avant celle des individus égarés dangereux. Les Droits de l’Homme, c’est uniquement pour les hommes honnêtes non dangereux et respectueux des différences.

    Reply
    1. BobbyFR94

      Mais nous connaissons tous la « bonne » méthode !!

      Une déradication au plomb dans la gueule, ou au fer, toujours dans la gueule, 100% de réussite et ..GARANTI !!

      Reply
  2. Celtillos

    c’est peine perdue, ils ne sont pas ré-éducables, pour cela il faut un cerveau et eux n’en ont pas, ce ne sont même pas des animaux car ils sont plus incurablement cons que des lombrics, ils ont des spermatozoïdes a la place de l’intelligence…..

    Reply
  3. palimola

    Je crois aussi que convaincre une personne conditionnée , formatée , endoctrinée depuis sa naissance doit être difficilement récupérable . J’ai personnellement connu des musulmans nés en France ayant fait des études assez poussées , ces gens sont donc théoriquement supposés être des personnes équilibrées , intelligentes et réalistes puisque ils sont instruits……et bien ….non ! ils sont musulmans avant tout avec le cortège d’ineptie et d’obscurantisme que cela amène !

    Reply
  4. durandurand

    Ha ces dhimmis de journasalopes européens qui chialent sur les pauvres Ouïgours ,enfermés , malmenés , rééduqués dans tout les sens du terme , par contre ces salopards de journaleux ne se sont pas beaucoup ému et épancher sur les Chrétiens d’Orient quand ils ont été massacrer par les assassins muzz de l’état islamique ou d’ al-qaida ou d’al nostra etc. etc. salopards de dhimmis qu’ils sont ces scribouillards de torchons .

    Reply
  5. zipo

    De toute manière cela finira dans un bain de sang car les musulmans en ont après le monde entier qui ne soumet pas a ses dictates (la charia)n’oublions pas que leur prophète a régné par la terreur et son activité principale attaquer les caravanes et les piller il a d’ailleurs commis nombre de massacres retracés dans les écrits
    Alors se ne sont surement pas des enfants de coeur car ils sont programmés dés 3 ans pour accomplir l’oeuvre du prophète asservir la terre entière!

    Reply
  6. conan

    Tout à fait d’accord avec les chinois, et avec les présents commentaires, mais vous verrez que cette mesure donnera un prétexte à nos « responsables » politiques d’octroyer un droit d’asile aux « frères » désireux de quitter ces camps pour la France….
    Terra Nova doit déjà étudier la chose !!!…..

    Reply
  7. Alain GREGOIRE

    C’est vraiment extra que la chine rejette l’Islam , L’islam est la plus monstrueuse
    des religions, L’Islam est déjà trop implantée en France, avec trop d’islamisés d’origine du Maghreb. Mais quand les élus les députés et le Mac-rouille le Lèche
    Cul , menteur qui chouchoute la Mama Makrel et les bienfaits des décisions de la Communauté Européenne, il sera trop tard, il est même déjà trop tard.
    Il va bien falloir se soumettre.Le gouvernement, les gouvernements nous ont
    TRAHI .
    Il n’y auras pas de sursaut Républicains . Nous sommes de braves moutons
    paré pour la fête du sacrifice de l’Aïd el- Kebir.

    Reply
  8. Dorylée

    Il y a l’exemple flagrant de ce médecin dans le livre  » JAMAIS SANS MA FILLE  »
    Le muzz est un taré indécrottable : si le camp de rééducation n’atteint pas le résultat espéré, il a au moins le mérite de soustraire le nuisible pendant la durée d’internement. Quant au pauvre mahométan qui ne peut plus dormir, lui est en vie ! Les victimes du Bataclan,elles, n’ont plus de problème d’insomnie…

    Reply
  9. Machinchose

     » Réveillés avant l’aube, les internés devaient chanter l’hymne national, puis hisser le drapeau du pays.  »

    notre Père, qui parait il est aux cieux..fais, s’ il te plait, qu avant d’ etre admis a ta droite (déconne pas! j’ y tiens !!) qu’ avant je sois témoin de cette rédemption fans la cour de Fleury Mérogis, Fresnes, Bois d’ Arcy et tant d’ autres cages dorées 5 étoiles de France!

    fais également,je t ‘en conjure et implore qu on ne distribue plus d’eau ( sauf aux malades incarcérés) aux réfectoires, mais un picrate honorable ( bien évidemment « coupé » -humour – ! )
    et, pour tous, le ouiquende, grillades exclusivement a base de cochon !
    les refuzniks étant condamnés a jeuner tout le reste de la semaine entière

    je me demande ce que vous attendez pour porter a la magistrature suprême de notre pays un type comme moi !!

    Reply
  10. patito

    les Chinois se compliquent un peu la vie ; ils pourraient tout simplement déclarer l’islam incompatible avec les principes républicains qui régissent le pays et le déclarer illégal
    ils ont la chance de pouvoir le faire en se moquant des cris d’orfraie des mefias ( contraction de médias et mafias )

    Reply
  11. henri smeyers

    On arrive à la solution qui évite une dicture de la pensée. Les chinois sont doux, persuasifs et conciliants quand on a de bonnes intentions même quand cela ne correspond pas à leur intérêt. Mais les muzz « au dessus de tous » et leur intransigeance? en chine c’est stop ! ! !! Cette annonce me ait sourire, c’est LA SOLUTION unique ! ! !

    Reply
  12. SarisseSarisse

    Les Han sont l’ethnie ultra-dominante en Chine, plus de 95% de presqu’un milliard et demi d’habitants, ils ne sont pas prêts de s’en laisser conter par quelque Hui ou Ouighours fanatisés.
    Son autre grand voisin l’Inde avec 9/ 10 ème d’hindous après la partition ( qui a vu sortir le Pakistan et le Bangladesh) , souffre encore de 10 % de musulmans qui ne cessent de poser des problèmes à l’instigatio du Pakistan.
    La Chine malgré une société peu démocratique est tout de même un pays surinformé de la menace que représent l’islam.
    Ils rendent à l’islam la monnaie de ses sourates, les chinois sont durs avec leurs ennemis.
    Ils sont un peu comme les russes et les indiens, ils ont gardé la mémoire des périodes les plus difficiles de leurs histoire, des invasions et des massacre.
    Que les européens en prennent de la graine!

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *