Italie, les marchés jouent au con… Rien ne va plus, faites vos jeux !


Italie, les marchés jouent au con… Rien ne va plus, faites vos jeux !

Nous évoquions  avant-hier la scandaleuse phrase du Commissaire européen au budget : les marchés vont apprendre aux Italiens comment voter.

http://resistancerepublicaine.com/2018/05/29/les-italiens-vont-ils-laisser-bruxelles-et-les-marches-leur-apprendre-comment-voter/

Petite phrase qui a déclenché un tsunami de protestations et l’affolement des dits marchés au moment même où l’homme de Bruxelles, Cotarelli choisissait les membres de son futur gouvernement :

Mardi en fin d’après-midi, Cottarelli était revenu au Quirinal pour présenter sa liste de ministres, onze ou douze, tous issus de l’Establishment et de la société civile, sans aucune ambition de se présenter aux élections. Ils étaient en cours de discussion quand le chef de l’État a reçu un coup de téléphone l’informant de la situation sur les marchés. Une flambée de spéculation venait de porter le «spread» (différentiel entre taux d’intérêt sur titres italiens et allemands) – baromètre de la confiance sur l’État italien – à des sommets vertigineux. Le spectre de la tempête monétaire de septembre 2011 qui avait coûté son poste de président du Conseil à Silvio Berlusconi ressurgissait.

http://www.lefigaro.fr/international/2018/05/30/01003-20180530ARTFIG00326-la-comedie-politique-romaine-affole-l-italie.php

Sauve qui peut. On arrête tout. Le Président de la République, Mattarella, fait machine arrière et repousse au lendemain la nomination du nouveau gouvernement et Cottarelli attend que les discussions reprennent  et qu’une solutions soit trouvée.

Pendant ce temps, ça négocie ferme entre Salvini ( Ligue ),  Di Maio ( Mouvement 5 Etoiles ) et Mattarella  : ce dernier voudrait avoir l’engagement que le prochaine Ministre des finances n’entamera pas une sortie de l’euro, Di Maio, lui,  a proposé de garder Paolo Savona, eu égard à ses énormes compétences, mais à un autre poste que celui de Ministre des finances et nommer à sa place une personnalité « de la même envergure. Di Maio affirme ne pas vouloir sortir de l’euro tandis que Salvini martèle que l’euro plombe le système, sans parler nettement pour autant d’en sortir.

Si les discussions échouent, le gouvernement Cottarelli sera mis en place mais comme aucun des grands partis ne veut lui voter la confiance… sa durée de vie sera plus que limitée et il faudra très vite de nouvelles élections.

Réussiront-ils à faire peur aux Italiens et à faire reculer le vote populiste ou bien, au contraire, les Italiens donneront-ils un coup de pied dans la fourmilière ?

Dans ce cas, la presse italienne se perd en conjectures sur la date des prochaines élections : le 29 juillet ou 5 août pour faire au plus vite ? Ou alors en septembre ou en octobre, au risque de ne pas laisser à la prochaine majorité le temps d’adopter le budget 2019 ? Pour l’instant, seule la Ligue semble avoir vraiment intérêt à ce retour aux urnes : après avoir obtenu 17 % des voix en mars, la formation de Matteo Salvini était à 23 % d’intentions de vote dans la moyenne des sondages de la semaine dernière et continuait de monter, tandis que tous les autres stagnent ou baissent.

http://www.lepoint.fr/europe/l-italie-se-cherche-toujours-un-gouvernement-31-05-2018-2223023_2626.php

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


6 thoughts on “Italie, les marchés jouent au con… Rien ne va plus, faites vos jeux !

  1. AvatarXtemps

    Et oui, l’Empire cleptomane tien leur armada de cartel de banques crapules, de multinationales sur tous les pays européens et dans le monde et aux USA que Trump est en train de se débarrasser, comme Le président Orban de la Hongrie l’avait fait pour les Rothschild.
    La plupart des banques mondiales appartiennent aux Rothschild qui ont placé le macron au pouvoir, les votes sont truqués par ceux de l’Empire.
    Cet Empire cleptomane qui menace avec son armada et ses cartels placés comme des chevales de Troie dans tous les pays européens et du monde qui n’acceptent pas leurs conditions et quatre volontés.
    C’est à dire l’islamisation, immigration et autres décisions de force avec menaces de s’attaquer aux vrais tissus économique des pays européens et du monde.
    C’est encore l’Empire avec son armada qui fait toutes les concurrences déloyales et surexploitation des pays du Tiers monde et vendre les produits dans les pays dites richesses pour la marche importante bénéficiaire, qui exploite les hommes, femmes et même des enfants à des prix dérisoires comme des bêtes.
    L’empire représente les treize familles les plus puissantes du monde et leurs trois cent marionnettes dans la plupart des postes clés des gouvernements du monde, ainsi que les pays musulmans et africains.
    C’est l’Empire qui contrôle et instrumentalise l’islam derrière.
    Dwight Eisenhower disait que jamais l’état américain couche avec le complexe militaro industriel, car industrie plus état égale Fascisme.
    Nous y sommes dans l’état Fasciste mondial depuis un bon moment.
    Renseignez vous auprès d’ Orban pour faire comme lui et s’attaquer à l’armada de l’Empire pour déjà sauver l’Europe, le reste du monde suivra.
    Peuple du monde tous ensemble contre l’Empire cleptomane mondial.

    1. Avatardurandurand

      Exact si tous les peuples se mobilisaient pour cravater tous cette saloperie d’oligarchie mondialiste , et dans le meilleur des cas les foutent en taule et dans le pire des cas les passés par les armes pour trahison et corruption , l’ordre des choses changerait de lui même , mais comme les peuples les laissent faire , c’est pour cette raison que cette oligarchie se croit intouchable et puissante . Que feront ils le jours ou 98.5% des peuples se bougeront pour cravater 1.5% des riches de l’oligarchie , rien ils se terrons comme des rats qu’ils sont craignant pour leurs vie de salops .

  2. Jean-Paul Saint-MarcJean-Paul Saint-Marc

    Dans un premier temps, assainir la situation interne de l’Italie.
    Mettre fin à l’immigration.
    Renvoyer les profiteurs, les faux demandeurs d’asile, les délinquants…
    Redévelopper les entreprises locales et réduire la dépendance à la mondialisation.

  3. AvatarJoël

    « les marchés vont apprendre aux Italiens comment voter. »
    Et comment croyez-vous que ça marche en France avec l’UE depuis le début, si ce n’est par les menaces et les pénalités ?
    Quand je parle de la mafia de Bruxelles, je sais bien de quoi je parle. Et encore, on en sait qu’un petit bout, tout petit.

  4. AvatarJoël

    L’affaire est réglée à cette heure semble-t-il :
    Après négociations, Giuseppe Conte est de nouveau nommé Premier Ministre et nomme :
    – Luigi Di Maio (Mouvement 5 Etoiles) Ministre Développement Economique
    – Matteo Salvini (Ligue, parti anti-immigration) Ministre de l’Intérieur (lol)
    – Paolo Savona (eurosceptique) Ministre des Affaires Européennes
    La composition du gouvernement a cette fois été validée par le Président Sergio Mattarella.
    – Euronews, 1er juin 2018, 00h01
    http://www.fdesouche.com/1015643-italie-les-chefs-de-file-du-m5s-et-de-la-ligue-annoncent-un-nouvel-accord

Comments are closed.