Notre petit génie de l’économie n’a pas réussi à sauver les poulets halal de Doux


Notre petit génie de l’économie n’a pas réussi à sauver les poulets halal de Doux

Emmanuel Macron, ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique, est arrivé au pas de course au siège du groupe Doux, à Châteaulin (29)

J’ai lu un livre de l’insoumis François Ruffin «  un député à la ferme » qui parle de Doux, 3eproducteur mondial de poulets, d’une manière peu claire et j’ai cherché à en savoir plus. J’ai trouvé que l’histoire de cette société  concentrait toute les tares de la mondialisation :

 

1-Naufrage financier :

Le marché Européen étant ouvert, Doux a été sévèrement concurrencé par les importations, surtout venant du Brésil, qui ont pris 50 % du marché Français du poulet et son chiffre d’affaires, actuellement de 475 millions € a été divisé par 3 depuis 2013. Les pertes sont de 35 millions, malgré environ 40 millions de subventions.

Il y a eu un premier redressement judiciaire en 2012 dû à 320 millions de dettes puis une liquidation judiciaire en avril 2018.

Vu ces difficultés, les producteurs sont payés au minimum : 0,17€/ kg, alors que le prix en magasin,  même pour du bas de gamme est de 3€/kg minimum.

2-Gigantisme et pollution :

La recherche d’efficacité a débouché sur le gigantisme : production de 180 millions de poulets dans des bâtiments qui en produisent 1 million chacun. Conséquence : pollution olfactive et auditive, pollution aux nitrates, dégâts dans le paysage de ces immenses bâtiments dont certains suite aux faillites restent abandonnés car inutilisables à cause de l’amiante.

3-Bas de gamme :

Poulets produits en 42 jours en espace confiné, serrés. Conséquence : au cours de contrôles menés en 2012 et 2013, la Commission européenne s’est aperçue que les poulets Doux avaient une teneur en eau supérieure aux normes européennes, ce qui interdit, selon elle, l’accès aux subventions européennes. L’entreprise  doit rembourser 28 millions d’euros de subventions, le tout majoré de pénalités, soit un total de 82 millions d’euros. Et, comme l’entreprise est en liquidation judiciaire, vont-ils rembourser ces dettes ? On peut en douter.

4-Fuite en avant à l’export et course aux subventions :

Concurrencé sur le marché Français par le Brésil, en 2012 Doux annonce la suppression de son « pôle frais » afin de se recentrer sur l’export qui constitue 81 % de son chiffre d’affaires.

Pour exporter, l’entreprise reçoit 0,3 €/ kg de subventions européennes, soit plus que ce qui est payé aux producteurs (0,17 €/kg).

5-Connivence politique :

-De Macron en Janvier 2015

Emmanuel Macron a dit : « L’Etat sera de manière directe à vos côtés »
Il a profité de cette visite pour assurer le Directoire de Doux du total soutien de l’Etat : « Dans quelques semaines, nous serons en mesure de confirmer que l’Etat sera de manière directe à vos côtés. Et la région aussi, notamment sur l’Amont. Le CICE, c’est déjà 2M€ déjà attribués à Doux, et ça va augmenter

-De Le Drian en novembre 2017 :

Le volailler français a bénéficié d’un coup de pouce de haut niveau en la personne de Jean-Yves Le Drian, ancien président du conseil régional de Bretagne et surtout ministre des Affaires étrangères. Le lancement de la gamme Fitlife en Arabie saoudite a en effet été inclus dans le programme du déplacement, les 15 et 16 novembre 2017, du chef de la diplomatie française, au royaume saoudien.

Ces soutiens d’économistes de très haut niveau n’ont pas empêché la liquidation de Doux en Avril 2018.

 

6-Islamisation

Le poids pris par l’export (81% du chiffre d’affaires) en Arabie Saoudite a provoqué une islamisation à deux niveaux :

-Actionnariat

Depuis 2016, le capital de Doux est détenu à 65% par Terso (regroupant Terrena 87,5% et Sofiprotéol 12,5%) et à 35 % par l’actionnaire Saoudien Almunajem.

-Halal

On peut d’autre part lire sur le site du groupe Doux :

« L’entreprise pratique l’abattage rituel halal depuis plus de 50 ans pour les marques export, notamment la marque Doux, dont les produits sont exclusivement halal. Chaque production est certifiée reconnaissant le respect de toutes les étapes et exigences du rite halal.

Placée sous le contrôle d’un certificateur halal indépendant, l’application du rite halal est assurée par une trentaine de « sacrificateurs rituels ». L’organisme de contrôle halal est chargé de s’assurer que toutes les étapes de l’abattage rituel sont respectées. »

                                                           Le Drian à Ryad pour parler de Doux

Sources : François Ruffin : Un député à la ferme/le Figaro/ le Télégramme de Bretagne/Ouest France/Wikipedia/Groupe Doux/observations personnelles et Canard Enchaîné

Doux, suite et fin :

Le consortium emmené par le leader de la volaille LDC, avec Terrena, actuel actionnaire de Doux, mais aussi le groupe de distribution saoudien Al-Munajem, a été choisi par le tribunal de commerce de Rennes vendredi pour la reprise du Groupe Doux en difficulté. La région Bretagne accompagne le Consortium et va engager 20 millions d’euros sur le projet y compris dans la filière des producteurs. C’est la première fois, depuis les récentes lois de décentralisation, qu’une région entre au capital d’une entreprise.

http://www.lepoint.fr/societe/le-consortium-emmene-par-ldc-choisi-pour-reprendre-le-groupe-doux-18-05-2018-2219637_23.php

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




18 thoughts on “Notre petit génie de l’économie n’a pas réussi à sauver les poulets halal de Doux

  1. Alain Bobo

    Il suffisait de distribuer tous les 2 jours un poulet halal à chaque migrant qui entre en France et se tourner vers l’état qui paye, pour ne pas tomber dans cette situation difficile. Ils n’ont pas du y penser !

  2. Machinchose

    les poulets de « Doux » c’est exactement le film avec De Funès qui tombe dans la cuve a pate verte qui sert a fabriquer la volaille

    une horreur infecte et absolue

    que voulez vous d’ autre a 3 euros le kilog….productions trés prisées des boucheries hallal, cause clientèle pauvre et n’ imaginant jamais ce que sont ces
    saloperies

    1. Hal

      N’y aurait-il pas, cher ami, confusion, à propos de l’inoubliable De Funès, concernant le film mentionné ? Il s’agit je pense de sa chute dans la cuve de pâte à chewing-gum du film Rabbi Jacob et non d’une scène de L’aile ou la cuisse.

      1. Machinchose

        Exact

        je ne me souviens plus de ce film qui dénonçait les pratiques du nommé Borel , il y a quelque 30 ou 40 ans et ses pratiques dans la restauration ou il se fabriquait des poulets avec je ne sais quel immonde magma

        exactement ce que produit DOUX…………..

        1. Yann Kempenich

          Bonjour Machinchose

          C’était « L’aile ou la cuisse » avec De Funès, Coluche et Julien Guiomar (« Tricatel »)

  3. Celtillos

    honnêtement je ne vais pas pleurer sur le sort de doux, mais je compatis avec ses employés qui eux n’ont hélas pas trop de choix d’emploi. faire du halal en France est un délit normalement, au fait une question: madame Bardot qui fait la guerre a la maltraitance animal, qu’en dit elle du halal et que fait elle contre ce traitement atroce?

    je rêve que tout ce qui est halal fasse faillite, disparaisse et soit remplacé par des produits du terroir, de qualité et a l’ancienne.

    1. myrtille

      1) Le problème du halal n’est pas seulement le type d’abattage subi. C’est aussi et surtout les TAXES SUR CES VIANDES QUI PARTENT DIRECTEMENT DANS LA POCHE DES IMAMS CERTIFICATEURS et à quelle fin ? C’est également l’embauche de personnels EXCLUSIVEMENT MUSULMANS pour ce qui concerne l’abattage. Alors, cette RESTRICTION A L’EMBAUCHE POUR RAISONS CONFESSIONNELLES qui s’applique au personnel d’abattoir est-elle légale ?
      2) Le second problème du halal est que les non musulmans n’ont pas d’autre choix qu’en consommer puisque la viande HALAL A LE DROIT D’ËTRE VENDUE SANS CERTIFICATION. D’autre part, la certification « NON HALAL » n’existe pas. Seule parade : « suivezlecoq » de Vigilance Halal mais c’est compliqué.

      1. Amélie Poulain

        Tout à fait, et je rajoute, les risques au niveau santé.

        Dans un pays comme la France qui se met en avant pour l’adoption de réglementations diverses choisissant le plus souvent les plus dures, c’est étonnant que cet aspect sanitaire ne soit pas pris en compte et ignoré.

  4. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    VIDEO : Traités de libre-échange : une menace majeure pour nos agriculteurs !
    URL : https://www.youtube.com/watch?v=2mqf6iw4mtE
    DURÉE : 1h031’04s
    CHAÎNE : ENL France
    ::: https://www.youtube.com/channel/UCFqgJ8H7wXC9e5wI2Rw656w
    DATE : Ajoutée le 18 mai 2018

    THÉME : Conférence du 15 mai 2018 à Bruxelles
    PARTICIPANTS : Jacques Colombier et Philippe Loiseau, députés français au Parlement européen et membres de la ComAgri ; et Louis Aliot, député des Pyrénées Orientales à l’Assemblée Nationale.


    … c’est la raison pour laquelle aujourd’hui vous savez de nombreux acteurs se suicide le chiffre officiel de la MSA en 2016 ce sont 730 de suicides d’agriculteurs en france ; ce sont 90 mille exploitations qui ont disparu ; c’est à dire un agriculteur sur cinq qui a cessé son activité en france quelle que soit la production toutes productions confondues bien sûr.

    1. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

      A visionner impérativement ; toute la stratégie de minage de notre agriculture dénoncée et expliquée. Jusqu’à celle de la stratégie qui a consisté à détruire ungrand nombre d’oliveraies italiennes pour favoriser l’import e 70 000 tonnes d’huile ‘olive TUNISIENNE.

      Le TAFTA, le CEA ?! mais aussi TOUT LE RESTE ; des traités de libre échange avec presque 200 pays.

      On nous annonce la fin de l’aloyau, du beefsteak français…

      OUI ! une guerre a été déclarée à la France par le moyen de son agriculture.

      Souvenons nous des mots qu’aimait à répéter Sully, l’ami et le ministre du roi Henri IV. – (1560-1641)
      -« Labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France ».

  5. patrice

    il y a aussi le laboureur et ses enfants, à part que maintenant ils peuvent labourer longtemps pour transformer le fruit de leurs travail en trésor, cette récitation que l’ont apprenez par cœur à l’école maintenant n’a plus aucun sens et plus de morale à donner à nos jeunes.

  6. Fruits

    Il ne faut pas affamé ceux qui nous nourissent
    C’est ce que j’ai déclaré à une grosse con—-e de la DDPP fonctionnaire qui vient faire ch–r les petits producteurs .
    Le monde marche sur la tête , quand est ce qu’on prend les armes ?
    Désolé très malpoli ce soir .

  7. dahier

    oui, quand est-ce qu’on prend les armes ? contre cette invasion qui visite jusqu’au contenu de nos assiettes, contre ces truands qui ont réussi à s’élever aux plus hauts postes de la France, contre tous ces profiteurs qui nous ont vendu comme du bétail… Il y a du boulot ! Pire qu’en 1789 !!!

Comments are closed.