L’avocat Bourdon veut que nous ayons pour voisines les femmes djihadistes


L’avocat Bourdon veut que nous ayons pour voisines les femmes djihadistes

CHRONIQUES QUOTIDIENNES DE L’ISLAMISATION N°24

 

Des ténors du Barreau en France prennent fait et cause pour la défense des islamistes. C’est le cas de Frank Berton qui fut l’avocat de Salah Abdeslam au lendemain des attentats du Bataclan. C’est également le cas de Eric Dupond-Moretti, avocat de renom qui a transformé la salle d’audience en grande messe médiatique lors du procès du frère de Mohamed Mérah.

Depuis l’annonce du retour des djihadistes en France par le Président Macron et son gouvernement, d’autres avocats rejoignent le mouvement pour prendre la défense de ces individus « égarés ». C’est le cas de William Bourdon qui, dans une récente interview donnée sur TF1 a tenu des propos hallucinants sur les femmes djihadistes affirmant que « ces Françaises qui ont fait l’erreur absolue de rejoindre Daesh ont vocation à être demain nos voisines sur le territoire français. ». Selon cet avocat, le fait de laisser ces personnes être jugées en Syrie reviendrait à rompre avec nos traditions républicaines françaises et à envoyer un message catastrophique à ces jeunes radicalisés.

Vidéo :

 

En réalité, tous ces avocats pro-islam contribuent, aux côtés des juges de la République, à donner une image désastreuse de la justice française, considérée à la fois comme trop laxiste et permissive à l’égard des menaces que représente l’islam en France. Des tribunaux français qui semblent craindre tous ces caïds islamiques, à tel point qu’une rupture de confiance s’installe progressivement parmi le peuple français vis-à-vis de la justice de notre pays. Des procès ubuesques qui acquittent ou réduisent les peines d’emprisonnement à l’égard d’individus dangereux et multirécidivistes, ce qui laisse à penser qu’il s’agit déjà de tribunaux islamistes, de tribunaux de charia avec un véritable djihad qui sévit au sein de nos juridictions françaises.

Si vous souhaitez exprimer, courtoisement et poliment, votre mécontentement à l’égard de la prise de position de Maître William Bourdon en faveur du retour des djihadistes en France, voici ses coordonnées :

Maître William Bourdon

Avocat à la Cour

156, rue de Rivoli 75001 Paris

Tel : 01 42 60 32 60

Email : w.bourdon@bourdon-associes.com

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Articles du même thême

11 thoughts on “L’avocat Bourdon veut que nous ayons pour voisines les femmes djihadistes

  1. Joël

    Ces « hommes de robe » (le terme m’a toujours fait hurler de rire, « en » robe convient mieux) sont bien les mêmes pourris partout. Si ces gens-là jugent ou défendent en leur âme et conscience, elle doit être bien noire. Une affaire à suivre quant aux sanctions (si elles viennent un jour) :
    Allemagne : scandale à l’office chargé des réfugiés, le droit d’asile a été accordé à plus de 3 000 migrants non-éligibles, un système organisé avec la complicité d’avocats pro-migrants.
    http://www.fdesouche.com/1007639-allemagne-scandale-a-loffice-charge-des-refugies-le-droit-dasile-a-ete-accorde-a-3-000-migrants-non-eligibles-un-systeme-organise-avec-la-complicite-davocats-pro-migrants

  2. laurent plaurent p

    > Si vous souhaitez exprimer votre mécontentement à l’égard de la prise de position de Maître William Bourdon en faveur du retour des djihadistes en France…
    …le plus simple est d’imprimer le présent article, et c’est très simple :
    Cliquer sur la barre verte « Print Friendly » en bas à gauche de l’article.
    Dans la fenêtre d’impression qui s’ouvre, choisir la taille de texte 90% et la taille d’image 25%
    Cliquer sur l’icône PDF.
    Choisir la taille de page « A4 » (« Letter » est le format américain) puis cliquer sur « Téléchargez votre PDF » et enregistrer le PDF sur votre ordinateur.
    Désormais vous pouvez imprimer l’article dans sa version « véritable lettre », en imprimant la pleine page de la version PDF que vous venez de créer (en une seule feuille imprimée recto seulement).
    Optionnellement, vous pouvez personnaliser ce courrier en signant de votre prénom et ville au dos (inutile de risquer des représailles en indiquant naïvement vos coordonnées complètes).
    Il ne vous reste plus qu’à plier ce courrier, le mettre dans une enveloppe, fermer l’enveloppe, écrire l’adresse (qui figure au bas de l’article lui-même), timbrer et poster.
    C’est au nombre de courriers qu’il recevra que ce collabo mesurera le danger qui plane sur sa tête à vouloir rapatrier un ramassis de gibier de potence.

  3. Xtemps

    Et encore un escroc imposteurs du système corrompu, qui inverse les rôles des victimes aux criminels, comme nos dirigeants le font tous aussi bien.
    Ils obéissent tous aux même système totalement corrompu.

  4. Machinchose

    « ont vocation à être demain nos voisines sur le territoire français. ».

    Ah! oui , bien sur

    et il va donner l’ exemple en se cotisant avec les robins comme lui en l’ acceptant comme voisine de palier avec ses 5 chiards et ses « visiteurs »

  5. frejusien

    Le bellatar s’est vanté d’avoir conseillé micmac, ce soir chez ardisson,

    il a comparé les djihadistes à des enfants turbulents que les parents ne peuvent abandonner,
    France ! va donc récupérer tes enfants, tueurs et musulmans, dignes fils de la patrie !

  6. clairement

    Encore un ON . les avocats ne sont pas des lumières de la pensée malgré le verbiage de sophiste dans lequel ils enveloppent leur auditoire…

  7. durandurand

    Encore un baveux gauchiotte qui n’a rien compris , les pauvres femelles qui sont parties en Syrie sous la contrainte , et ta sœur elle bat le beurre pauvre con !

  8. MAQUIGNON

    hum, çà sent la bonne sou soupe ! Ces ténors du barreau sont des barytons de la bonne foi et des sopranos du portefeuille. Pour cent balles, sont capable de te convaincre que LANDRU n’a jamais été foutu de comprendre le mode d’emploi d’une boîte d’allumette … et pour deux cents balles qu’il n’a jamais possédé un fourneau. Je comprends qu’un avocat défende l’indéfendable lors d’un procès – Mais hors de ce contexte, bon sang : QU’IL FERME SA GUEULE.

Comments are closed.