La Cornouaille, petit coin de Bretagne de la France « d’avant »


La Cornouaille, petit coin de Bretagne de la France « d’avant »

Illustration : phare de la Vieille au large de la pointe du Raz

 

Sollicité par les multiples informations déprimantes issues de la presse, de la radio, de la télévision; débordé par les textos, messages, courriels, publicités, il est parfois utile de faire une pause « technologique ».

Les vacances sont donc idéales pour délaisser les médias et abandonner un moment les « TIC » (nouvelles technologies de l’information et de la communication).

Direction la Bretagne et l’extrémité sud du Finistère : la Cornouaille.

Et là, on découvre une région encore bien préservée : une côte sauvage sans bétonisation à outrance, des paysages grandioses, des petits villages aux noms de saints incongrus (St-Vio, St-Tugen, Ste-Evette ou… St-Nic).

Et cerise sur le kouign amann : des bretons accueillants, des commerçants aimables, pas de tags, quelques HLM normaux avec des gens normaux dans des petites villes tranquilles. Bref, une ambiance apaisée, une vie sereine qui vous replongent dans la France des années 60.

Et surtout, surtout… aucune vision oppressante de voilées et de barbus en qamis vous rappelant votre condition de mécréant impur. Aucune « diversité » agressive vous intimant de déguerpir de « leur » territoire.

Et au lieu de vous cracher à la gueule en éructant des « zyva » ; du côté de la baie d’Audierne, on vous dit « bonjour », « merci », « au revoir » et le breton (ou pas) discute avec vous avec politesse, aménité, urbanité, civilité. Cela fait un peu ringard de le constater… mais quel bonheur !

Résistance Républicaine fait la chronique de l’islamisation de la France (superbement ignorée d’ailleurs par Ouest-France ou le Télégramme). Mais à rebours de celle-ci, il existe bien des reliquats territoriaux encore indemnes de métastases islamiques.

Peut-être qu’à l’image des indiens d’Amérique, ces régions formeront les futures « réserves autochtones » d’une Europe vouée au multiculturalisme, au communautarisme, à la charia plus ou moins modérée et au métissage forcé. Il y en a encore du côté des Causses, des marais du Cotentin, du pays d’Othe ou du Saugeais.

Comme dans la Soupe au chou, de gras Émiratis viendront peut-être jeter des cacahouètes au Glaude et au Bombé du coin. Des familles franco-maghrébines enrichies par le commerce (enfin légalisé) du cannabis viendront s’y oxygéner, après un épuisant ramadan, devenu « mois saint national » et inscrit dans la Constitution.

Mais laissons-là notre futur radieux et progressiste pour revenir en Cornouaille. Nostalgique de la « France d’avant », vous y aimerez l’authenticité, la beauté et la sérénité.

Seule ombre au tableau : venant des Hauts-de-France, du Pays basque ou de Nice, il vous faudra affronter les multiples radars fixes, mobiles, mobiles mobiles, discriminants, tronçons, tourelles ou autonomes et les indications de vitesses changeantes oubliées par votre GPS non actualisé. Rouler est devenu un vrai calvaire…

Mais comme le dit la Sécurité routière, c’est bien sûr « pour votre sécurité ».

Et c’est vrai qu’à l’île de Sein, au-delà de la Pointe du Raz et du phare de la Vieille, la mortalité routière est nulle. La circulation automobile étant, il est vrai, interdite (hormis les services municipaux).

Hors saison, il n’ y a pas non plus de racailles, de délinquance, de policiers ni de gendarmes.

Le bonheur vous dis-je !

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




21 thoughts on “La Cornouaille, petit coin de Bretagne de la France « d’avant »

  1. chlomo4"

     » vivons heureux , vivons cachés  »

    proverbe de bon sens …
    surtout merci de ne plus parler de cette région là ( que je connais fort bien ) .
    ce sont n des petits pays préservés quoique ….
    ( à Quimper : 3 mosquées , à Brest l’iman tunisien prêchant des saloperies , Nantes )

    ouest France ou le Télégramme n’en parlent pas : vrai et ce n’est pas de bonne augure .

    le score de Marine Lepen est désespérément bas alors qu’ailleurs elle aurait été élue dés le premier tour …
    les changements sont réels à Quimper : boucheries halal , kébabs dés qu’un pas de porte se libère )

    faut pas rêver

    Chlomo

  2. Jeff

    La Bretagne semble préservée. Est-ce pour cela que le Front National y fait des scores aussi faibles ? Evidemment oui ! Si j’habitais dans cette belle région, je serais autant préoccupé par ce qu’il se passe dans le reste de mon pays et en Europe. Cela s’appelle le bien commun, dont une majorité de Bretons n’ont, semble-t-il, rien à foutre.
    Et je repense à Dan Ar Braz et Alan Stivell, deux artistes que je continue d’admirer, et qui, toute leur vie, ont milité pour la défense de leur culture avec des propos à la limite de l’anti-France.
    Sont-ils devenus muets ? Il semble que ce soit maintenant : courage, fuyons !

    1. Yann Kempenich Post author

      Idem pour moi vis-à-vis des artistes que vous citez. Un peu comme ce Cazeneuve signant la pétition contre « le nouvel antisémitisme » tout en faisant des procès aux patriotes qui luttent contre l’islamisation de la société française. Ils ne sont pas cohérents.

      1. Jeff

        Je suis étonné car je ne le savais pas. Si sa condamnation est ferme et sans équivoque, c’est courageux et cohérent; Pourrais-je avoir un lien ou des précisions ?

  3. Machinchose

    et a tous nos amis patriote, encore un coin de notre Patrie trés haute:

    les Cévennes

    je vous recommande Moissac Vallée Française, délicieux petit , tout petit pays au bord d’ un Gardon et dans un cadre de premier matin du monde….

    1. Yann Kempenich Post author

      J’ai une préférence pour Meyrues et le Causse Méjean, où nous plantions nos tentes pour admirer un magnifique coucher de soleil…

  4. J

    Vous mettez le doigt sur un gros dilemme : effectivement, c’est un coin de France préservé. C’es justement pour ça que là-bas, les gens votent à gauche massivement, sourds et aveugles aux problèmes de la France entière. Là où il y a peu de muzz se trouve en majorité les votes les plus bisounours.

  5. Marie

    Je ne pense pas que ça restera un paradis très longtemps vue la proximité de Quimper et Brest. On en a la triste expérience dans le coin, il y a eu un déferlement d’africains à Rennes surtout après l’arrivée de hollande et comme les municipalités alentours construisent des lotissements à tout va, on commence à voir débarquer des bâchées et des mamadou dans des villages épargnés jusqu’à maintenant. Pourtant il n’y a pas si longtemps à Rennes on voyait les étrangers en zup sud, au blosne et ils s’aventuraient à peine jusqu’au centre ville, je crois que les bretons n’ont pas encore pris conscience de ce qui va leur tomber sur le nez très vite, ils ont voté macron dans des proportions qu’on trouve uniquement dans les pays où la démocratie n’existe pas.

  6. bon sens

    ça donne envie d’aller y vivre … pourquoi pas finalement !
    l’ambiance des années 60 !
    vous me faites rêver là

  7. Sylvie

    Je pars en Bretagne du 23 au 29 juillet 2018 pour y effectuer un pélerinage religieux traditionnel, avec un de mes amis. Nous dormirons le soir au prieuré de Lanvallay puis le lendemain un car vient nous prendre avec nos affaires de camping et de cantines pour Quimper.
    Nous fferons plus de cent kilomètres sur cinq jours jusqu’à Saint-Pol-de-Léon et traverserons les Monts d’Arrée à pied. Tout cela sur des parcours de 15 à 30 kilomètres, histoire de carburer et de découvrir une autre Bretagne où la foi religieuse y est prépondérante.
    Nous irons visiter des églises, des chapelles, des châteaux et respirer un autre air différent de celui que l’on vit.
    Nous serons un petit groupe d’au moins cinquante à soixante personnes, déterminés à se faire connaître auprès du public breton. Nous sommes lefébvristes et fiers de l’être, et on marchera aux chants des Salvé Régina, Nous voulons Dieu, Pitié mon Dieu, chez nous soyez reine, etc….
    Ce pélerinage c’est le Tro Breiz
    Le vrai celui qui marque les esprits et qui marche pour les 7 Saints de la Bretagne.

  8. robertr

    il y à encore, des tout petit coins de France(mais très petit) ou il fait à peu près bon vivre , mais il faut ne rien vouloir du monde moderne(pas de réseau, pas ou peu de routes, pas de toubib,50 km pour un hosto ,une station service idem, mais même dans ces coins les choses se compliquent,

  9. Eozen

    St Nic, où j’aimerais habité, est un peu plus haut, du coté de Crozon.
    Bretagne et Cévennes : mes deux régions favorites!
    Je signale qu’à Douarnenez, des bretons se baignent en burkinis et autres, et que même le bermuda est obligatoire.
    (Maintenant, je demande aux villes où je séjourne quelle est la réglementation vestimentaire, issue de la charia, comme dans le Sud, et qu’applique de plus en plus des communes du Finistère, alors que même Marseille le bermuda n’est plus obligatoire…
    En effet, vers montpellier, le short masculin est interdit même dans les dunes littorales…)

  10. Sylvie

    A Maxime :

    Il y a deux Tro Breiz : le premier c’est le traditionnel celui de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X ( et c’est celui-ci que je fréquente). Il part de Quimper à destination de Saint-Pol-de-Léon.
    On est moins nombreux que celui des modernistes.
    Le second Tro Breiz, celui des modernistes partira de Tréguier…
    On ne suit pas les mêmes programmes.

    Le repas chez les modernistes est payant.

    Chez les tradis tout est réglé depuis le début et les repas sont offerts par l’organisation.

    Le coucher sous la toile de tente soit sur des stades de foot ou chez des particuliers (religieux compris).

Comments are closed.