Tout ça pour ça ? Afghanistan : «Les talibans sont bien plus forts qu’avant l’intervention américaine»


Tout ça pour ça ? Afghanistan : «Les talibans sont bien plus forts qu’avant l’intervention américaine»

Tout çà pour çà ! Pour quoi somme-nous allés guerroyer en Afghanistan ?
On parlait alors de croiser le fer avec les Talibans !

Comment se fait-il qu’après pratiquement deux décennies, ces fous d’Allah répugnants représentent 44% , voire pour certains les 2/3 de la population ?! Infos entendue sur une télé étrangère ce jour et que j’ai pris soin de vérifier.

J’ai trouvé cet article sur le Figaro qui date du 11/03/2018

Alors pourquoi va-ton sur ces terres ? Qu’y fait-on ?

On peut aussi se poser des questions sur la politique criminelle étrangère menée par la France et l’UE au Proche et moyen Orient ; criminelle pour les populations de ces pays que nous allons sauver… de quoi ? Et auxquelles nous ouvrons sans contrôle aucun, sans limite aucune TOUTES NOS FRONTIÈRES

Comment espérer que nous retrouvions demain la paix et la tranquillité le plaisir de vivre dans nos pays ?

Le résultats et là et les faits nous le prouvent : « non ! » ce ne sera pas possible même si nous nous soumettions à l’islam. Et j’entends certains de nos zélites qui osent nous dire qu’il nous faudra être patients, forts et courageux pendant au moins 30 ans. Mais comment osent-ils nous dire cela quand ils nous ont imposé cette situation. Cela veut dire qu’au mieux, trois générations minimum sont sacrifiées. Mais nous savons nous à RR que même dans trente ans, même la génération future d’alors qui sera musulmane, ne connaîtra pas la paix, la joie, la liberté, l’épanouissement, l’évolution ; les faits sont là, nous le prouvent : ces terres sur lesquelles dominent les Talibans, l’EI, ISIS, Daesch… sont-elles des terres évoluées, où il fait bon vivre ? Non ! c’est tout comme au VIIème siècle ; cela revient à dire qu’il ne faudra pas aux générations françaises à venir trente ans de patience, de force, de courage ; bandes de menteurs ! Non ! ce sera l’éternité de soumission à des hommes, à une iéologie totalitaire où la seule espérance sera de passer un jour sans coups mais toujours avec la peur au ventre de faire quelquechose qui défriserait une folle ou un fou d’allah !

Tout ce que l’on nous dit est donc un mensonge par lequel on nous entraîne à l’esclavage, à la soumission à l’islam par l’invasion des aboyeurs coranistes.

Afghanistan : «Les talibans sont bien plus forts qu’avant l’intervention américaine»

VIDEO : Conversation avec Gérard Chaliand sur les conflits au Moyen-Orient et les enjeux du Kurdistan irakien

INTERVIEW – Les attentats sanglants rythment le quotidien des Afghans. Karim Pakzad, chercheur à l’Iris et spécialiste du pays, estime que les talibans ont radicalisé leurs méthodes à cause de la concurrence imposée par Daech.

LE FIGARO. – Pendant longtemps, les talibans avaient pour coutume de cesser les combats pendant l’hiver et de déclencher, entre mars et avril, une traditionnelle «offensive de printemps». Cela sera-t-il encore le cas cette année?

Karim PAKZAD. – Dans certaines parties d’Afghanistan, l’hiver est rude. Il y neige abondamment. Lorsque l’influence des talibans étaient limitées à ces zones, il était impossible pour eux de braver les éléments. Leur action militaire devait attendre les bons jours. Cette offensive de printemps, telle qu’elle était pratiquée, n’a plus lieu: les talibans se sont considérablement renforcés. Ils contrôlent aujourd’hui 40% du territoire afghan, agissent en plusieurs entités parfois indépendantes et recrutent au-delà de la seule ethnie pachtoune, qui composait traditionnellement leurs troupes. Ils sont capable de lancer des offensives à n’importe quel moment de l’année.

Les talibans sont aujourd’hui bien plus puissants qu’il y a 17 ans, au début de l’intervention américaine. À l’époque, ils se sont réfugiés dans leurs bases après avoir été chassés de Kaboul. Il a fallu attendre un à deux ans pour qu’ils puissent mettre en place leur guérilla. Et encore, les Occidentaux expliquaient au même moment que Kaboul était la ville la plus sûre du monde. Aujourd’hui, à cause des attaques, les habitants de la capitale ne savent pas s’ils vont rentrer vivants chez eux à chaque fois qu’ils sortent.

Outre la multiplication des attaques au cours de l’année, les méthodes des talibans ont changé. Il y a quelques années, ils prenaient pour cible les forces armées étrangères ou les positions du gouvernement afghan. Aujourd’hui, leurs attentats font des centaines de morts dans la population civile. Faut-il y voir l’influence de Daech?

L’implantation de Daech est récente en Afghanistan. Elle date de décembre 2014, et leur action a réellement commencé en 2015. Il y a une concurrence entre les deux groupes. Il y a eu des combats très violents entre eux. Quand Daech a coupé des têtes de talibans, ces derniers se sont mis à faire la même chose et à les aligner au bord des routes. La rivalité a radicalisé les talibans qui, aujourd’hui, ne se soucient plus des pertes civiles et que l’on peine parfois à distinguer le commanditaire de tel ou tel attentat.

Il existe cependant toujours une différence importante entre les deux. Si les talibans sont des extrémistes religieux, leur lutte comporte une dimension nationaliste: il s’agit à leurs yeux de lutter contre une invasion étrangère. À l’inverse, la stratégie de Daech est internationaliste. Le groupe ne souhaite s’implanter dans le pays que pour en faire une base arrière afin de s’en prendre à d’autres régions du monde. Son but est de provoquer une guerre civile interreligieuse et interethnique. Il prend donc pour cible des mosquées et des lieux de prière chiites.

Une conférence pour la paix réunissant une vingtaine de pays et d’organisations internationales s’est déroulée la semaine passée à Kaboul. Le président afghan, Ashraf Ghani, a proposé de reconnaître les talibans comme une force politique en échange d’une reconnaissance de la Constitution par ces derniers. L’offre a été déclinée, au motif qu’elle s’apparentait à une reddition. Cette conférence n’aura-t-elle donc servi à rien?

Elle aura au moins permis aux pays présents de discuter de l’ensemble des problématiques. Mais cette conférence s’est déroulée dans un moment assez délicat pour le gouvernement afghan. Face à des talibans plus que jamais actifs, un durcissement avait été annoncé: il n’y aurait plus de trêve avec l’ennemi, la paix irait se chercher sur les champs de bataille. Seulement, lors de la conférence, il a bien fallu annoncer quelque chose. Le Président a fait mine de lancer une proposition aux talibans. Ces derniers, qui contrôlent presque la moitié du pays, qui ne reconnaissent pas le pouvoir de Kaboul, qui ne souhaitent que discuter avec les Américains, ne pouvaient que décliner cette offre.

Où en est l’Afghanistan finalement?

Le pays est dans une impasse militaire. Aucune partie n’arrive à l’emporter sur l’autre. Le gouvernement est incapable d’assurer la sécurité, notamment dans les rues de Kaboul. Les talibans, eux, n’arrivent qu’à contrôler des petites villes, mais pas les grandes. Ces deux parties devront finir par se parler. Encore faudrait-il qu’elles se reconnaissent un jour.

http://www.lefigaro.fr/international/2018/03/10/01003-20180310ARTFIG00008-afghanistan-les-talibans-sont-bien-plus-forts-qu-avant-l-intervention-americaine.php
Journaliste Figaro Julien Licourt

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Marcher sur des oeufs

Au crépuscule de ma vie, je flâne sur les chemins de la connaissance qui me ravit. Musique, histoire, religion, tout ce qui fait l'homme et tout ce que fait l'homme me passionne.


8 thoughts on “Tout ça pour ça ? Afghanistan : «Les talibans sont bien plus forts qu’avant l’intervention américaine»

  1. Xtemps

    Et oui, c’est à croire que nos dirigeants font tout pour que les conflits se perpétuent dans le monde et n’aiment que çà, des conflits, ils ne savent pas gérer la situation dans le monde sans faire des conflits, en plus ils nous les importent en Europe, s’il vous plait.
    Au lieu déjà de protéger les populations européennes de cette saloperie d’Islam en Europe, pour ne pas avoir ce genre de situation, non! ces connards là doivent encore jouer aux grands Monarques moi je sait tout et ils forcent encore plus les dangers en Europe avec cette merde d’islam et l’invasion musulmane, encore plus con que çà tu meurt, pour pas changer!, c’est le cas de le dire.
    Et nous les peuples européens, nous faisons quoi avec cet saloperie d’Islam en Europe, que nous n’avons pas demander d’avoir çà chez nous, nous devons encore plier aux exigences de nos lulus aux pouvoirs de comiques.
    Vont ils encore nous mentir et nous manipuler encore longtemps avec leurs âneries, en plus d’appauvrir toute l’Europe, avec 123 millions de pauvres déjà dénoncer par O.X.F.A.M et 45 millions de chômeurs, les agressions, les violes, les attentats et autres conneries qui ne cessent de s’agrandir.
    Il est plus que grand temps de retirer le pouvoir à tous ces tordus aux pouvoirs de fous dangereux, qui ne foutent la merde partout en Europe et dans le monde entier, et Nuremberg pour ces ordure et tout leur confisquer pour payer les dégâts énormes causés qu’ils ont déjà fait.

  2. Conan

    C’est dans l’espoir d’une politique de repli sur soi que je voyais avec bonheur l’arrivée de Trump dont il semblait que cela devait être l’axe de son action à venir.
    Au risque de me répéter, je suis personnellement convaincu que les français étaient finalement autrement plus heureux derrière leurs frontières, avec des douaniers et des droits de douane, et, avec une armée efficace.
    Nous n’avons absolument rien à voir avec le Mali, la Tunisie, le Niger, l’Afghanistan, la Syrie etc…
    Qu’ils se dém….. tous autant qu’ils sont et récupérons nos gars qui versent leur sang dans le sable des déserts, tandis tous ces allocgènes passent leur temps à faire n’gourounn n’gourounn dans les logements sociaux interdits à nos enfants !!!………

  3. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    De quoi se mêle la France ; est le droit de non ingérence ?

    On pourrait dire « que nous n’aimerions pas qu’un pays étranger vienne nous dicter notre politique ; que c’est notre droit et que c’est ce qui est prôné par l’ONU » ! Mais c’est vrai qu’en France, nous ne sommes plus chez-nous non plus politiquement parlant puisque ce sont d’autres qui gèrent notre pays pour nous ! Alors !!!

    Oui ! Mais ce n’est pas parce que nos dirigeants successifs nous ont vendus, la France avec ou l’inverse, que nous avons à faire la politique dans les autres pays ! Commençons par nous occuper de bien peler nos oignons ; occupons nous sérieusement de la France et laissons les autres tranquilles écider de par eux-mêmes des stratégies qui SERVENT LEURS intérêts comme nous devrions le faire nous, pour nous-mêmes.

    Et la France, de tambouriner qu’elle domine en Syrie et qu’elle décide de la politique intérieure de ce pays, de la géopolitique de ce pays, de qui doit être là où pas, et de qui doit être où. Le peuple Syrien lui crie à la face, fout nous la paix, « on est chez-nous » oiseau de malheur casse-toi ! Mais rien n’ y fait.

    Pour installer « sa démocratie, dont nous en goûtons l’âpreté au quotidien » la France avec Macron Pusilli à sa tête, ou Nez Rond à ses heures, Il a son mot à dire, son feu d’artifice à allumer, son pays à incendier. Il persiste et signe ; il joue sa scénette historique macabre.

    Finira-t-il en Nez Rond comme le fit cet autre incendiaire en l’an 64 de notre ère ? qui acculé, bouffé par la trouille, abandonné de tous, forcé à la démission entendant
    « le galop des coursiers, des cavaliers venus se saisir de lui » préféra se poignarder à la gorge.
    ___________________________
    Syrie : la France souhaite-t-elle le départ d’Assad… ou seulement «l’éradication de Daesh» ?
    :::

    1. Merlin

      oui la question est bien lancé
      De quoi se mêle x,y,z: Ces pays muzz et ses habitants ne savent déjà pas pourquoi ils se tapent dessus…..il en sera ainsi

      – ce n’est même pas:
      ami de mon ami =mon ami
      ami de mon ennemi=mon ennemi
      ennemi de mon ami=mon ennemi
      ennemi de mon ennemi=mon ami

      et si c’était pour écouler les armes ou leur technologie: sous un drapeau du grand chevalier défenseur du BIEN contre le MAL : Mostrueux ! pas possible c’est vrai creusons encore…………..

  4. frejusien

    « Le gouvernement de Kaboul est incapable d’assurer la sécurité, ne serait-ce que dans les rues de la capitale »

    C’est bien ce qui nous pend au nez, ou plutôt, nous y sommes déjà , dans n’importe quel endroit de France, chaque fois que l’islam frappe, on s’aperçoit que le gouvernement est incapable d’assurer la sécurité,
    Alors, que sera-ce quand ils seront deux fois, trois fois plus nombreux ?

    Que nous importe que ce soit les talibans, daesh, l’ EI, Al qaida, ce sont tous des musulmans avides de sang et de querelles qui dégénèrent en tueries,

    Ils s’échauffent, s’excitent, gesticulent, hurlent et appellent au meurtre,
    Le mieux que nous puissions faire, c’est de les tenir à l’écart et les laisser régler leurs conflits entre eux,

    Cela ne convient pas au lobby de l’armement, principalement américain mais probablement européen également, il lui faut des guerres pour emmagasiner le plus de pognon, pour expérimenter les nouvelles armes, les technologies de pointe meurtrières, il faut bien les tester in vivo,

    Quoi de mieux que d’utiliser ces muzz impulsifs et violents, qui s’embrasent au moindre souffle de vent

  5. reuri

    Les intentions de la « communauté internationale » ne sont pas de lutter contre la pieuvre musulmane, au contraire . Quand on voit que la Turquie ou l’Arabie Saoudite sont considérés comme nos « alliés », et que ce globaliste de deubeuliou bush a déclaré que l’islam est la paix tout de suite après le 11 sept, on voit bien que la lutte contre la secte à momo n’est pas à l’ordre du jour.
    L’embuscade d’Uzbin :
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2014/03/20/l-embuscade-six-ans-apres-uzbin-des-soldats-rescapes-temoignent.html

Comments are closed.