Vous ne connaissez pas la salle 150 de la fac de lettres d’Orléans ? Vous ne savez pas ce que vous perdez


Vous ne connaissez pas la salle 150 de la fac de lettres d’Orléans ? Vous ne savez pas ce que vous perdez

Encéphalogramme plat…

Il est beau,  » l’avenir du pays « . Elles sont belles  » les futures élites de la nation  » !
Déjà qu’on avait les  » chances pour la France  » !

Des guignols comme celui-ci,

( voir http://resistancerepublicaine.eu/2018/04/11/bebe-gauchiste-de-30-balais-pleure-ils-nous-envoient-la-police-a-la-fac/ )

il y en a malheureusement dans toutes les facs.
Pas beaucoup, mais suffisamment pour emmerder tout le monde.

A la fac de lettres d’ Orléans, ces atrophiés du bulbe ont même créé leur propre zadounette, la salle 150.

 » En salle 150.
Elle se trouve en lettres, langues et sciences humaines (LLSH), au sein de l’université d’Orléans.
Elle est « occupée » depuis lundi 9 avril par le « comité de mobilisation » qui espère la transformer en lieu d’échanges.
La programmation n’est pas arrêtée.
Mais plusieurs interventions devraient porter sur le sexisme, le racisme, sur le mouvement LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et les transgenres)  »

https://www.larep.fr/orleans/social/education/2018/04/10/la-fac-est-morte-l-universite-d-orleans-mobilisee_12807423.html#refresh

( Et la culture des poireaux ? Ils ont oublié de programmer un débat sur la culture du poireau ? )

Ben mon colon !
C’est pas avec de tels  » débats  » que le QI de ces  » étudiants  » risque de mettre en danger celui des huîtres.

Ils ont installé une banderole à l’entrée de la fac :
 » la fac est morte
on bloque les portes « .

Des poètes, en plus : Quel sens de la rime !

Encéphalogramme plat dans les zadounettes.

______

‌Dernières péripéties, salle 150 :

 » ……. la visite « d’une demi-douzaine de personnes cagoulées ou casquées et visiblement armées de bâtons et de barres de fer », dans la nuit de mardi 10 à mercredi 11 avril.
« Ces personnes, selon toute probabilité rattachées à l’extrême droite, étaient venues pour mettre fin à l’occupation (de la salle 150, au sein de l’UFR lettres, langues et sciences humaines (LLSH), NDLR) de manière violente », écrit l’Unef Orléans sur le réseau social.  »

 » C’est quand même très préoccupant « , a déclaré le président de l’université

https://www.larep.fr/orleans/education/faits-divers/2018/04/11/des-personnes-au-visage-masque-ont-effectue-une-visite-nocturne-a-l-universite-d-orleans_12809258.html

Il a raison : c’est très préoccupant.

Si les autorités n’effectuent pas le travail qui est le leur, où que ce soit, il se trouvera forcément des gens violents, malheureusement, pour le faire à leur place.

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




8 thoughts on “Vous ne connaissez pas la salle 150 de la fac de lettres d’Orléans ? Vous ne savez pas ce que vous perdez

  1. Christian Jour

    C’est lamentable et un gouvernement qui laisse faire??. Les gauchos cassent tout et c’est presque normal dans ce pays de merde ou on marche sur la tête. Moi qui aime le calme, l’ordre, la discipline et le travail, j’avoue que je ne comprend pas.

  2. Amélie Poulain

    Cette image que donnent certaines Facultés est bien ancienne…..

    Je l’ai connue à un certain moment, sans jamais comprendre ces gens qui passent leur temps à pourrir la vie des Autres sous prétexte de changer leur vie et le monde, qu’ils jugent insatisfaisants, pas à « leurs » goûts, au lieu de reprendre leur vie et leurs problèmes personnels en main …. Ils savent « mieux » et « pour » les Autres pensent-ils….

    Mais, au nom de quoi et de qui détiendraient-ils la Vérité absolue ? Surtout ceux-là qui ne savent même pas où ils vont….. Ce sont loin d’être des modèles pourtant, ils veulent s’imposer comme tels, et avec des solutions de facilité, sans se remettre en question bien sûr, c’est plus facile.

    Je pense que l’on commence à découvrir ce que c’est que le fin fond de la France depuis plusieurs années avec ce laxisme et assistanat généralisés que l’on peut,avec des nuances quand même, constater dans tous les domaines, au nom de cette sacro-sainte « liberté individuelle à respecter », sans se rendre compte que le sentiment de liberté est avant tout intérieur à soi.

    Le problème depuis ce fameux 1968 où le rapport à l’Autorité et aux règles a été investi comme un leitmotiv à suivre absolument (« Il est interdit d’interdire »…) : quand le « Cadre » n’a plus de « sens » les gens projettent leurs errances personnelles sur l’extérieur, donc la Société et les Autres…, incapables de les assumer.

    Ce qui se passe actuellement au niveau et avec ce qui est étranger à notre Culture, n’est que le résultat de cette déstructuration progressive de notre Société qui a commencé depuis bien longtemps, ce n’est que la partie émergée de l’iceberg.. et beaucoup, qui se révoltent aujourd’hui sur la déliquescence de notre Société, y ont bien participé.

    Il faut que les Français se posent les bonnes questions. Comment une Société qui est elle-même divisée (les « pour » et les « contre » notre Histoire et nos racines) pourrait-elle avancer sereinement et de façon constructive ?

    Il y a des limites aliénantes, mais d’autres sont constructives (seulement ça peut faire du bruit qu’il faut assumer), et permettent à l’Individu de se construire et de se trouver dans ce rapport au lieu et à la Culture dans lesquels il vit.

  3. claude t.a.l

    Je me permets de donner un conseil à « ces personnes, selon toute probabilité rattachées à l’extrême droite, venues pour mettre fin à l’occupation de manière violente » , afin de leur éviter d’infliger des blessures graves aux occupants.

    Evitez de les frapper ou, vraiment au pire, ne les frappez que sur la tête :
    ils ne risquent pas le traumatisme cérébral.
    Il y a longtemps que le cerveau est parti ailleurs, pour peu qu’il y en eût un, un jour. 😉

  4. Nadine

    Concernant la scolarité de nos enfants, une école (maternelle et primaire) hors contrat dans la Loire s’exprime dans les colonnes de POM et je pense que les principes fondateurs plairaient à certains ici : « Si vous avez étourdiment commis des enfants, et que vous reculiez soudain d’effroi devant l’usine scolaire à laquelle vous êtes sommés de livrer la chair de votre chair, dès l’âge de trois ans, sachez qu’une merveilleuse échappatoire vient de s’ouvrir. (..) une école coopérative, laïque – sans lien contractuel avec l’Etat – et qui vise à donner à ses élèves ce que l’Education Nationale ne leur donne plus depuis des décennies : la maîtrise des savoir-faire fondamentaux (lire, écrire, compter, calculer). C’est-à-dire les moyens d’apprendre et d’apprendre à apprendre, dans une ambiance heureuse, attentive et ouverte aux divers apprentissages (musique, dessin, travaux manuels, etc). » et je précise aussi sans informatique ! à lire sur ce site « présentation de l’école des Collines Bleues et appel à soutien moral et financier » :
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=1029

  5. J

    La génération SJW, « digne » représentante des « Etudiants de 68 ».
    Il y a trois jours, j’ai vu une vidéo portant traitant des « fiancées les plus dangereuses dans l’animation japonaise ». Dans l’une d’elles, une fille est amoureuse de son frère (sujet assez récurrent dans les fictions japonaises). La voix fait un commentaire du genre « allez vomir puis revenez ». Evidemment, dans les commentaires, une SJW qui vient prêcher la paroisse avec l’ultime argument du « S’ils s’aiment, qu’est-ce que ça peut faire qu’ils soient frère et sœur ? Vous n’avez pas honte de faire de telles remarques ? ça stigmatise ces personnes qui n’ont pas choisi de qui tomber amoureux ».
    Quand vous voyez ce genre de con défendre l’inceste en osant dire que ce n’est pas grave même s’ils ont des enfants parce que les tares génétiques n’apparaissent pas tout le temps, ou bien parce que ça a toujours existé, et parce que ce sont des adultes, et enfin qu’il faut avoir l’esprit ouvert et ne pas être haineux… Voilà le ravage dans les cerveaux de tous ces courants qui ont poussé le ‘il est interdit d’interdire », la tolérance jusqu’au laxisme et la jouissance sans retenue. Résultat : la morale, la capacité à distinguer ce qui est bien de ce qui est mal, est en passe de disparaître.

Comments are closed.