Y a-t-il un lien entre Olivier Corel, l’émir blanc, et l’attentat de Trèbes ?


Y a-t-il un lien entre Olivier Corel, l’émir blanc, et l’attentat de Trèbes ?

Olivier Corel, l’attentat de Trèbes et les filières djihadistes en Occitanie…

 Surnommé « L’Émir Blanc », Olivier Corel est un prédicateur connu pour sa pratique de l’islam radical. Né en 1946 en Syrie, il fut emprisonné dans son pays d’origine en raison de son appartenance à la confrérie des Frères Musulmans. Arrivé en France en 1973, il fut le Président de l’association des étudiants islamiques de France. En 1987, il fonde la communauté islamique de l’Artigat, nom d’un petit village situé en Ariège où il est toujours domicilié à ce jour.

Olivier Corel est suspecté d’avoir encouragé de jeunes djihadistes français à commettre des attentats sur le territoire national ou à partir rejoindre Daesh en Syrie. Véritable gourou, « L’Emir Blanc » a rassemblé autour de lui une nébuleuse de délinquants terroristes, de Mohamed Mérah à Fabien Clain, le porte-parole de l’Etat islamique qui a revendiqué les attentats de Paris du 13 novembre 2015 dans un enregistrement audio.

A plusieurs reprises, Olivier Corel a été interpellé par la Police notamment pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste » mais il fut chaque fois relaxé par la justice française. En 2014, il est placé en garde à vue dans l’affaire Mérah mais il ressort libre et sans aucune condamnation car il affirme ne pas avoir eu connaissances des intentions meurtrières de l’assassin. Après les attentats de Paris, la maison ariégeoise d’Olivier Corel fit l’objet de perquisitions approfondies avec pour seule condamnation, la détention illégale d’un fusil de chasse.

Véritable mentor, Olivier Corel vit toujours dans le village de l’Artigat avec une assignation résidence aux frais du contribuable français. Rappelons que ce village ariégeois est situé non loin de la ville de Trèbes, à quelques kilomètres de Carcassonne, où Arnaud Beltrame et trois autres personnes ont perdu la vie il y a quelques jours dans l’attaque terroriste perpétrée par Radouane Lakdim.

Artigat, Carcassonne, Lunel, Toulouse sont autant de foyers de radicalisation implantés sur notre territoire national. L’Occitanie est l’une des régions de France où le salafisme s’est le mieux implanté, la seconde région après l’Ile-de-France. Le 5 avril 2018, s’ouvrira à Paris le procès de la filière djihadiste de Lunel avec une vingtaine de jeunes de cette cité camarguaise qui ont pris le chemin de la Syrie, ces dernières années. Une audience qui devrait permettre de mieux comprendre l’organigramme de cette filière qui a permis un tel exil.

Après l’attentat de Trèbes dans laquelle un héros national a sacrifié sa vie en échange d’un otage, il serait temps que le gouvernement prenne la mesure de l’influence de ces prêcheurs islamistes radicaux qui sévissent dans cette région de France. Depuis 1995, Midi-Pyrénées et Languedoc Roussillon sont les « bases arrières » de mouvements salafistes extrêmement dangereux. Notre colère s’exprime aujourd’hui face à la menace que représente Olivier Corel sur notre territoire français depuis plus de vingt ans, sans jamais être inquiété par la justice française.

 Les filières djihadistes en Occitanie :

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




16 thoughts on “Y a-t-il un lien entre Olivier Corel, l’émir blanc, et l’attentat de Trèbes ?

  1. Machinchose

    «  » »Olivier Corel (de son vrai nom Abdel Ilat Al-Dandachi), surnommé « l’Émir blanc » ou Abdulilah Qorel, né le 29 novembre 1946 à Homs en Syrie, » » »

    le bougre a même teint sa barbe au hénné, suivant en celà les coquetteries de son prophète Momo, qui passait sa barbe au henné , pour des raisons de prophylaxie; le hénné étant censé éloigner les puces…

    il y en a un autre qui a change en « européanisant » son blaze de Mouloud: c’est le bonhomme, Mathieu Guidère !! en réalité Tunisien musulman , taupe de l’islam qui se fait appeler Matthieu Guidère (un musulman d’origine tunisienne dont le vrai nom est Moez Gouider), qui fut le précepteur du fils de l’Emir du Qatar, et qui a gardé des liens avec cette famille, a osé comparer les jihadistes de l’Etat Islamique aux légionnaires

    «  » » » »

    le maléfique Syrien d’ Artigat pour etre ni expulsé, ni emprisonné, il doit surement être « coopératif » avec les « services » Français

    il m’ a toujours fait penser au chef du Parti Islamique Israélien (si! si ! ça existe) le nommé Raedh Salah qui vit en Israel a Oum el Fahm!
    il collabore surement avec le chabak, aussi pour dissiper les soupçons, les israéliens l’ envoient faire un petit stage en prison, une sorte de douche pour le « blanchir »

    1. AntiislamAntiislam

      Bonjour,

      Oui, machinchose, mais on ne peut pas reprocher à la fois aux musulmans de prendre un prénom français et d’autre part leur reprocher de ne pas le faire.

      Je ne connais pas du tout les positions de Guidère, mais ce n’est pas ce que je lui reprocherai a priori …

      1. SarisseSarisse

        Et il y a aussi des chrétiens d’Orient avec des prénoms et noms arabes, comme le père Mansour Labaky par exemple qui est un curé.
        Mieux vaut savoir d’où parle quelqu’un que de juger sur une apparence.
        Mansour, Farid , Aziz, trois chréyiens maronites que j’ai croisé au Liban, il n’y avait pas que des Michel ou des Elie.En revanche, Mohamed, Hussein, Ali, ont bienpeu de chance d’être chrétiens au Liban ausdi.

  2. Christian Jour

    Et il est toujours en vie sur notre territoire, c’est une honte. En France tout , absolument tout est fait pour faire progresser l’islam. Nos dirigeants ont tous du sang sur les mains.

    1. frejusien

      MERCI@Machinchose pour ces précisions, d’après le nom je croyais que c’était un converti, en fait c’est un taqqyeur

  3. Machinchose

    le premier, c’est clair et net: il a changé de nom pour ne pas attirrer l’ attention sur ses activités plus que douteuses
    c’est pour lui plus un paratonnerre qu une volonté de la moindre intégration….il est le plus que Gourou de tout ce que la France exporte ou importe d’ islamistes forcenés

    le second, Moèz Kouider (Kouider: le petit Kader) est plus « fin »
    il semble avoir des titres universitaires pas bidon…mais en tant que Franco -encore- Tunisien, il est honoré en Tunisie en tant que Mizilmon ayant « réussi » en France
    a mon avis il a surtout réussi a berner:

    et quand il descend de l’ avion, en provenance de Paris…il présente quoi comme passeport a la police et douane tunisienne ??

    a mon humble avis, le joli passeport Tunisien, comme je l’ ai vu faire de mes yeux a Orly dans un avion pour Djerba
    le bi-national a présenté son passeport français/européen et a l’ arrivée il a sorti son passeport vert celui écrit en arabe « joumhouriya Tounnsiya » et « Jaouèze es safir « en bas

    et qui s’ ouvre a la dernière page en allant de la gauche vers la droite

    alors, que ce type ait pris une identité de façade française, ça me dérange énormément!!

    je ne leur ai jamais reproché de conserver leurs blazes; au contraire , ce serait périlleux pour nous s’ ils le faisaient…qu ils continuent , ça nous permet de les repérer..
    vous imaginez un Recteur de la Grande Mosquée de Paris nommé Gontran Jolivet …………….. 😆

  4. bronson

    comment un enculé pareil né en syrie vient vivre en France? ça rime à quoi ?
    comme je sui un grand naif de plus de 40 ans expliquez moi?
    à part pour vivre de nos celèbres allocs et foutre la merde ; alors que tout les français revent d’habiter au soleil !!

  5. myrtille

    @Bronson : Je rappelle le devoir de tout musulman d’islamiser les terres non encore conquises. Et c’est un but qui leur est particulièrement cher.
    @Machin Chose : Bravo pour votre mise a point sur deux sinistres individus à savoir : Matthieu Guidère et Olivier Corel. Certains de nos lecteurs commentateurs, angéliques, ont du mal à saisir toute la fourberie de la takkiya.
    A vivre avec les musulmans, on finit par comprendre et lâcher le masque de l’angélisme.

  6. Anne

    Louise Langlois, j’ai trouvé la suite de l’histoire du gourou islamiste Olivier Corel. Ili ne sera jamais inquiété d’après LIBERATION du 23 novembre 2015

    Voici la fin du reportage de Jean-Manuel Escarnot

    «Rien pour l’accrocher»

    L’intervention américaine en Irak, en 2003, donne l’occasion au groupe Clain-Essid de s’engager en 2006 dans le jihad armé. Les policiers des RG toulousains qui les écoutent se «monter le bourrichon» les arrêtent début 2007, avant qu’ils aient mis un pied en Irak. Interceptés près d’Alep par la police syrienne, Barnouin et Essid seront expulsés en France deux mois plus tard. Fabien Clain, alors en Egypte, se présente libre au procès du groupe, en 2009 à Paris, où il écope d’une peine de cinq ans de prison. Mis en examen, Olivier Corel, qui refusera de condamner ses disciples, obtiendra un non-lieu. «Au cours des auditions, les membres du groupe le présentaient comme un savant ne sachant rien de leur projet. Son influence était indéniable, mais nous n’avions rien de tangible pour l’accrocher», se souvient un enquêteur. En 2014, Corel sortira libre de son audition dans le cadre de l’affaire Merah. Il refusera de condamner le tueur au scooter, affirmant l’avoir rencontré dix jours avant son premier attentat pour une «question liée au divorce dans l’islam».

    Sorti de prison en 2012, le groupe Clain-Essid fait profil bas. Ses membres, qui préparent leur départ en Syrie, prennent soin de dissimuler leurs contacts avec Corel. Peu de temps avant leur disparition, ils laisseront entendre, comme pour le dédouaner à nouveau, que leur ancien mentor «avait beaucoup vieilli».
    Jean-Manuel Escarnot Envoyé spécial à Artigat

  7. Amélie Poulain

    J’ai entendu hier à la TV par je ne sais plus qui, il y avait tellement de choses de dites avec des noms pas connus, que beaucoup de ces gens-là (je ne sais pas bien sûr pour celui-là) étaient utiles aux Services de Renseignements, un peu le contexte que l’on retrouve avec la Police dans les banlieues ou autres lieux, avec les adeptes de la drogue.

Comments are closed.