Mais pourquoi donc les trains ne sont-ils plus à l’heure, à présent ?


Mais pourquoi donc les trains ne sont-ils plus à l’heure, à présent ?

Nous observons actuellement l’offensive macronesque contre la SNCF, initiée par l’Union européenne qui décidément se mêle de tout.

Pour les plus anciens, souvenons-nous que jadis nous pouvions régler notre montre au passage d’un train en connaissant son horaire. Si c’était le train de 18h23 et que nous l’entendions partir, il était assurément et précisément 18h23. Incroyable, non, pour les jeunes générations ?

Pourtant, ce jadis n’est pas si lointain, mais il paraît aussi irréaliste aux jeunes de maintenant que la vie sans attentats ni plan Vigipirate. Bien sûr les montres modernes sont censées se passer de réglage, bien que ce ne soit pas toujours techniquement vrai et qu’il est surtout question de ne pas être à quelques minutes près puisque l’on relativise tout. L’heure du téléphone portable ou de l’ordinateur fait l’affaire, même si elle n’est pas exacte, ou pas moins que les autres de toute façon.

Il est tout de même significatif que les horaires des trains d’autrefois étaient rigoureusement précis, alors que les moyens employés alors ne présentaient pas les performances et le confort qui font norme actuellement. Les locomotives à vapeur exposant leurs équipages à toutes sortes d’agressions que nul n’accepterait plus aujourd’hui étaient sans commune mesure avec les cabines climatisées et insonorisées de maintenant. Pourtant, malgré ces postes de travail confortables et des machines exposant à bien moins d’aléas, les trains sont devenus à horaires aléatoires, ce qui est paradoxal. Assurément, la conscience professionnelle des conducteurs de trains n’est pas en cause, et il existe de nombreux paramètres techniques de surveillance de leur travail pour en être certain.

Mais alors, c’est dû à quoi cette pagaille, ces retards, ces incertitudes d’un Rail français qui autrefois satisfaisait tout le monde et faisait école dans de nombreux pays ?

Cela a commencé il y a longtemps, lorsqu’il fut décidé par l’État -comprenons les politiciens mondialistes- de placer à la tête de la SNCF des individus non plus issus du Rail comme depuis toujours, des ingénieurs, des cadres, des techniciens qui savaient ce qu’étaient un train, une voie ferrée, une gare, un dépôt et un triage, par des énarques, des technocrates issus des grandes écoles mais qui n’avaient pas d’expérience professionnelle ni de titres autres que des diplômes récents et très théoriques, peut-être agrémentés de quelques relations privilégiées. La technocratie supervisée par la politique a ainsi pris la place de l’expérience et de la conscience professionnelles, en vue de remplacer un service public exemplaire par une entreprise gérée pour être rentable. Ceci est une contradiction avec ce qui a fondé la SNCF : le remplacement de compagnies privées par une Société Nationale administrée par l’État afin que celui-ci maîtrise l’aménagement du territoire pour le bien de tous, même si certains services ou lignes présentaient quelques déficits compensés par la masse de la rentabilité des investissements à long terme. Dans le même temps la SNCF s’adressait naturellement à des entreprises françaises pour se fournir : infrastructures et matériels roulants étaient de marques françaises.

Un atout important était l’esprit de corps des cheminots : un savoir-être particulier, une manière de vivre au service du Rail, une haute considération de soi, de ses responsabilités et de son travail. Les avantages particuliers des cheminots sont issus de ce dévouement autant que des conditions particulières de leur travail. La SNCF a par ailleurs dû publier plusieurs démentis à propos de textes mensongers colportés par des irresponsables, faisant état d’avantages extravagants, irréalistes ou disparus dont bénéficieraient les cheminots. Chaque corporation a ses avantages parce que chaque corporation a ses inconvénients, ses contraintes, ses obligations. Depuis Sarkozy au moins, les gouvernements ont bien su dresser les gens les uns contre les autres à propos de ce sujet. Mais ce même Sarkozy qui avait annoncé s’attaquer aux régimes spéciaux de retraite s’est bien gardé de faire de même à propos des avantages surréalistes concédés aux frais du contribuable aux politiciens, les sénateurs en particulier. Cet esprit de corps si précieux pour la qualité du service public autant que pour l’épanouissement individuel est combattu depuis longtemps car il contrarie les visées mondialistes, tout comme le patriotisme -cet esprit de corps national.

Un autre atout important pour la qualité des services publics est l’ensemble des règles et normalisations que les chemins de fer avaient su développer afin d’être toujours plus interactifs, avec la création de l’UIC : Union Internationale des Chemins de fer, qui a su depuis presque cent ans (1922) unifier tout ce qui peut l’être afin d’harmoniser les matériels, facilitant les opérations et augmentant la sécurité. Évidemment, les technocrates de Bruxelles ont cru bon de se mêler de ces normes alors qu’il n’y connaissent rien. On dirait qu’ils ont tout inventé, même les trains, alors que ceux-ci roulaient en harmonie bien avant eux et, faute grave sans doute, sans avoir besoin d’eux !

Ces technocrates ont littéralement saboté le service public, le service du Bien commun. Ils ont tout fait pour dissoudre l’esprit de corps des cheminots. Ils ont supprimé les trois grands Services de la SNCF -Matériel et Traction, Voies et Bâtiments, Exploitation- pour multiplier des sous-entités surtout théoriques ; ils ont un temps créé RFF (Réseau Ferré de France) ; ils ont exigé de séparer les activités non pas en services techniques, mais en services commerciaux : Voyageurs, Fret, Infrastructures ont ainsi leurs propres matériels roulants. Mais comme les réalités contrarient les théories vaseuses, ils doivent réaliser des opérations comptables pour se « louer » des locomotives ou des wagons entre services, devant pour cela payer des cheminots à faire un travail utile seulement à satisfaire les technocrates. Voici pourquoi, mais ne vous en vexez pas, vous pouvez utiliser un train de voyageurs tiré par une locomotive du service Fret, lequel nom est écrit dessus en gros caractères. Marchandises vous-mêmes, technocrates invertébrés !

À l’heure où il est décidé de vendre tout le patrimoine des Français, de sacrifier le Bien commun, en fait les richesses de la Res Publica au plus offrant, souvent étranger, voici que l’existence même de notre SNCF, longtemps appréciée et enviée, est remise en cause. Car ne nous y trompons pas, nous allons vers un dépeçage, une privatisation larvée de nos chemins de fer. Pourtant, il n’est que de voir le désordre et les déceptions apportées par ce qui reste de plusieurs de nos entreprises d’État passées au privé : une concurrence de façade où l’usager est systématiquement lésé, exploité, grugé. Ah oui, ils ne disent pas « usager », mais « consommateur ». Ben oui, dans « consommation », il y a » con » et « sommation ». Il fallait y penser avant d’aller voter !

Dans un récent article paru sur Résistance républicaine, il a été traité des graves inconvénients, parfois mortels, de la privatisation des chemins de fer telle qu’elle a été faite au Royaume-Uni :

http://resistancerepublicaine.eu/2018/02/27/sncf-30-ans-plus-tard-macron-va-t-il-repeter-les-memes-erreurs-que-les-britanniques/

C’est un vrai retour en arrière, une catastrophe même. Cette privatisation a eu pour effet, par exemple, de séparer entre deux entreprises les rôles de gestion des signaux et des aiguillages, que cent-cinquante ans de chemins de fer avaient unifié dans le même service parce que directement complémentaires, aussi bien techniquement que pour la sécurité. Une décision proprement incroyable pour tout cheminot du Service Voies et Bâtiments. Et qui a fait des morts.

Avec le petit maCrON qui gouverne par ordonnances alors que Marine avait proposé des référendums d’initiatives populaires, ceux qui ont voté pour lui n’ont pas fini de prendre la mesure de leur erreur, et nous tous de subir les inepties d’une politique exactement contraire à l’intérêt de tous, à celui du Bien commun.

Bref, la mondialisation dissout le bien commun…

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Daniel Pollett

Retraité actif et patriote vigilant. Auteur du livre « Citoyens ce roman est le vôtre ». Responsable Résistance républicaine du Languedoc Roussillon


27 thoughts on “Mais pourquoi donc les trains ne sont-ils plus à l’heure, à présent ?

  1. Joël

    « Chaque corporation a ses avantages parce que chaque corporation a ses inconvénients, ses contraintes, ses obligations. »
    C’est vrai, mais c’est passé aux oubliettes depuis l’avènement des technocrates et de l’informatique. Ces gens-là raisonnent en « camembert excel » avec pourcentages de rendement et dividendes. Même l’armée en a subi les conséquences et bon nombre de fermetures, et la déflation de personnels qui va avec, ont eu lieu car jugées non rentables. Pareil pour la Poste avec la fermeture de ses bureaux de campagne. En fait tout le service public, dans tous les domaines et dont la vocation n’est pas d’être rentable mais d’assurer un « service » est matraqué depuis des années par des incompétents (dans tous les domaines aussi). Tous, sans exception, issus de l’ENA et autres usines à cons, ont plus ou moins coulé les entreprises dont ils étaient les gérants, qu’elles soient publiques ou privées d’ailleurs. Le pire étant que malgré ces échecs, on les recase sans honte dans d’autres postes avec retraites et parachutes dorés à la clé.

    1. cayssials

      je pense qu’on devrais poser cette question a nos technocrates, l’europe est elle rentable deja avant de s’occuper des autres
      Je suis cheminot a la retraite j’ai etais un des dernier a partir a55ans les autres partent a 57 58 voir pour certains a 60 chez les personnels non roulants.
      Et ces cons de journaleux qui nous traite de privilégiées sauf de parler de certains je veut dire les intouchables députés sénateurs anciens présidents qui conservent leurs aquis a vie.
      Je me souviens du bon temps ou la SNCF etais dirigée par des cheminots pas par des technocrates européistes et mondialistes comme aujourd’huit.
      Ce serais trop long a expliquer pourquoi la sncf et toutes les autres entreprises de l’état air france l’éducation nationnale les hopitaux sont si mal géres aujoud’huit. Cherchez l’érreur on EN VEUT PLUS DE CETTE EUROPE
      qui détruit tout jusqu’a nos vies personnelles

      1. AntiislamAntiislam

        Bonjour,

        Ce qui est terrible, c’est que la nouvelle Gauche ne fait rien.

        Le principe est simple : les mesures de destruction du service public viennent des exigences de l’ U « E ».

        Et les syndicalistes refusent totalement de remettre en cause l’ U « E » au nom de l’internationalisme, voire de la haine de la nation (française) pure et simple.

        Bref, ce qu’ils refusent à Madelin, dans le cadre national, ils l’acceptent de Junker qui n’est qu’un Madelin mais repeint aux couleurs européistes.

        Nous en avons eu un excellent exemple hier avec le syndicaliste Sud et Laurent Berger chez Salamé : refus absolu de remettre en cause l’ U « E ». Ils sont donc prêts à tout avaler en matière d’ ultra-libéralisme, de concurrence etc, etc du moment qu’il y a écrit « Europe » sur les mesures prises ..

  2. Xtemps

    Et bien vous décrivez les mêmes désordres et perturbations en Belgique, venant également des directives de l’Union Européenne de tous nos malheurs.
    Il faut donc penser les mêmes conséquences dans toutes l’Europe et donc ces dysfonctionnements interprétés sont voulus par le système en place.
    Et ici, nous parlons que du chemin de fer, voir les autres services publics, comme la poste, l’armée, les forces de l’ordre et autres en dysfonctionnement voulus exprès par l’Union Européenne.
    Mais nous pouvons constater que les multinationales en Europe, eux bien dans le privé, ceux ci fonctionnent à la minute près comparés, pas de retard comme avec ceux qui travaillent dans les entreprises d’états sont délaissés par les gouvernements fallacieux.

  3. Xtemps

    Je suis tombé sur un lecteur Belge sur Facebook écrivant un message pour les avocats et magistrats de la Belgique, pas mal exprimé, je cite :
    -Une loi qui ne sert pas le peuple n’a aucune base juridique et encore moins constitutionnel !!!.
    En clair, une loi votée par nos représentants dans l’unique but de se protéger de leurs forfaitures, de leurs magouilles et de leurs abus de biens sociaux n’a aucune valeur au regard de la constitution!!!.
    Alors messieurs les avocats, veuillez faire votre travail au lieu de copiner avec ces malfrats!!!.
    Et vous, messieurs les juges veuillez rendre des jugements dignes du Peuple et de veuillez poursuivre ces escrocs de haut vole!!!.
    Le peuple ne va plus tolérer encore longtemps toutes ces entorses à la constitution!!!.-

  4. Olivia BlancheOlivia Blanche

    Excellentes explications pour les néophytes comme moi. Car, entre ce que nous avons connu et ce qui existe aujourd’hui, il y a un monde ! Et les jeunes générations ne connaissent que la pagaille organisée !

    Or, ce sont elles, aujourd’hui, qui nous accusent de leur donner un monde pourri ! Il suffit de se rendre sur les sites traitant de l’augmentation de la CSG pour les retraités, pour s’apercevoir que les plus jeunes – et à n’en pas douter – les quinquas, se réjouissent de la décision de l’Etat de nous rendre corvéables à merci…

    Ils sont ravis que nous soyons punis et au lieu d’avoir HONTE qu’on pique dans la poche de leurs grands parents pour leur donner un « meilleur pouvoir d’achat » ils nous poussent à continuer à bosser pour combler le déficit de la retraite ! En effet, c’est ce qu’on peut lire sur RL !

    Macron savait que les plus jeunes approuveraient sans détour sa décision de faire payer les vieux pour leur permettre de s’acheter le dernier smartphone, eu égard à l’absence de respect qui domine dans la tête des jeunes qui n’ont reçu aucun sens des valeurs !

    Je ne veux pas faire une généralité. Mais, quand leur tour viendra, pour ceux-là qui se félicitent que les séniors payent pour eux, je souhaite qu’ils rament pour leur survie et tout prouve que cela sera, eu égard à l’absence d’éducation, d’esprit de solidarité et de la compassion, qui furent pour les générations passées, inscrits dans notre ADN.

  5. claude t.a.l

    Réforme de la SNCF, réforme des retraites, réforme de…, de ….
    Réformer, réformer, réformer, ….

    Comme des cons, tout le monde ne s’attache qu’à la première définition du mot  » réforme  » :
     » Changement de caractère profond, radical apporté à quelque chose, en particulier à une institution, et visant à améliorer son fonctionnement « .

    En réalité, c’est l’autre définition de ce mot qui est mise en oeuvre :
     » Classement hors service des matériels « , ce qui entraîne leur destruction .

     » Réformer la France « , dans la bouche de Macron, signifie : la détruire .

  6. Charles Martel02

    Quel texte réaliste.. Mon cousin était jadis conducteur de train, il a d’ailleurs participé au fameux record de vitesse de la BB 9004.. Une fois à la retraite il prenait le train, bien sûr, et déjà il était fou de rage quand le train avait une minute de retard… Je pense souvent à lui quand je vois à quel point c’est devenu le bordel à la SNCF… Usager régulier du train pour aller bosser je subis chaque jour le démantèlement organisé de ce qui était un joyau français. Le nombre d’incidents, de retards, de suppression de trains, de pannes ne cesse d’augmenter laissant quotidiennement les gens qui bossent sur le carreau sans aucune explication, ni excuses, ni scrupules. Souvent même le numéro de quai de départ du train ne correspond pas à ce qui est affiché bref une pagaille innommable.. Mais j’ai encore pire, début décembre 2017 en attendant mon train pour aller bosser je remarque q’un boulon de fixation sur un rail n’y est plus,laissant l’attache élastique (pièce de métal) libre. Bien sûr il n’y a aucun risque de voir le rail foutre le camp mais il y a une pièce métallique libre qui peut gicler au passage d’un train et entrainer je ne sais quels dégâts (rupture de circuit électrique sur le train ou sur la voie, expulsion a grande vitesse sur un passager qui attend le train sur le quai, bref on peut tout imaginer). Donc en bon citoyen et comme il est indiqué aux abords des voies, je vais signaler ce problème au personnel SNCF présent sur le quai.. Ils me me répondent que oui, ils sont au courant et qu’ils ont signalé l’anomalie à la hiérarchie. Bon me voila rassuré et je me dis que ce problème va être réglé rapidement…; Hé bien voilà bientôt 4 mois que j’ai signalé le problème mais chaque matin quand je viens prendre mon train je ne peux que constater que RIEN n’ a été fait… Je ne souhaite certes pas qu’un accident arrive mais faudra-t-il qu’une catastrophe arrive pour que l’on se décide à remettre le boulon manquant??? La bande de connards de « décideurs » à la SNCF a-t-elle déjà oublié Brétigny sur Orge? Tout ça est purement lamentable et ce n’est pas avec les conneries de Maconnard 1er que les choses vont s’améliorer.

    1. Christine TasinChristine Tasin

      terrible témoignage mais pas de souci pendant ce temps la tête gagne des millions à discuter dans les bureaux

      1. Charles Martel02

        Oui c’est terrible, de l’argent il y en a pour engraisser des abrutis d’énarques incompétents et pour faire du vent mais pour le reste le « sans dents » peut crever. J’ai pris une photo de la voie et du boulon manquant j’attends quelques mois encore et si, comme je le pense, rien n’est fait dans quelques mois, je me fendrai d’un courrier à la SNCF avec copie au président du conseil régional vu que c’est une ligne TER et que c’est la région (donc nous) qui payons.

        1. Christine TasinChristine Tasin

          faut pas attendre des mois il faut le faire tout de suite avec recommandé qu’il y ait une trace

    2. claude t.a.l

      Dans notre pays, tout part à à vau-l’eau …
       » à voleur  » serait plus juste :
      tout part aux voleurs !

  7. Delcroix

    Les Trains ne sont plus à l’heure parce que les voies sont bordées de camps de roms et de « migrants ». Il n’y a pratiquement plus une journée sans que le trafic soit interrompu en raison de gens sur les voies. Il y a quelques semaines, j’ai été immobilisé dans mon RER. Lorsque le train a pu se remettre en route, j’ai compté le nombre de trains bloqués entre les seules gares de Saint-Denis et de Pierrefitte-Stains : deux RER, un Transilien, un TER, un Intercité, quatre TGV. Rien que cela représente quelques milliers de voyageurs. Ajoutez à cela le recours de plus en plus fréquent au signal d’alarme, le nombre toujours croissants de voyageurs faisant un « malaise », le nombre croissant également « d’accidents de voyageurs », les portes dont on empêche la fermeture…

  8. Charles Martel 02

    Mon fils, du fait de son travail, prend régulièrement des trains en Suisse, en Allemagne, aux Pays Bas. Il me dit que dans ces pays les trains sont propres, à l’heure, que les retards sont chose exceptionnelle, mais il me dit que dès arrive en France les trains c’est le vrai bordel, trains pourris, retards quasi systématiques bref le foutoir complet.. Lors d’un de ses déplacements il m’a envoyé une photo du train allemand et une photo du train français qu’il avait pris lors de son voyage: le train allemand était nickel, le train français était couvert de tags, bref carrément dégueulasse (hé oui nos racailles doivent s’exprimer nous dira-t-on)… ça se passait de commentaire…Là on mesure à que point notre France, livrée à la mahométisation et à l’africanisation galopantes, se transforme peu à peu en pays sous-développé

  9. frejusien

    Belle constatation de la décadence orchestrée et on dira, c’était à prévoir,

    incompétence, main-mise de Bruxelles sur un ancien fleuron du savoir-faire français, décisions arbitraires prises par les nouveaux PDG qui ne sont pas de la partie, laisser-aller et incurie, irresponsabilité notoire, manque d’entretien, influence de l’arrivée massive de populations non-civilisées, inadaptées à notre environnement, imposées par Bruxelles, etc…

    La SNCF doit être réformée, à condition que ce soit dans la bonne direction,

  10. Machinchose

    laisse moi punir les « taggeurs »
    j’ ai mon idée, avec une lime a ongles et un pinceau de manucure
    il y passera une vie….peut etre deux, mais là ça ne dépend plus de moi

    je fourmille d’ idées les unes plus lumineuses que les autres pour remettre de l’ ordre dans ce pays….

    faudrait que je sois élu Dictateur, oui! mais attention! au sens Romain du terme! pour sauver le Pays…..mon « personna grata » étant Lucius Qintus Cincinnatus, je suis convaincu que le Sénat (au sens romain toujours, rien a voir avec notre maison de retraite) m’ accorderait une seconde dictature, comme a lui

    et peut être bien, une Dictature a vie… pour le bien de notre Pays 😆

  11. Joël

    Vous voulez une rame-test ? Prenez la ligne 4 Mulhouse-Paris qui cumule tout :
    pas électrifiée donc diesel et l’odeur qui va avec, pannes à répétition car les locos normalement dévolues au frêt ont au moins 30 ans, voie tellement délabrée qu’on croirait passer sur des nids de poule, des kilomètres de voie limitées à 80 à cause de ça, WC condamnés avec du fil de fer parce que bouchés la nuit par des squatters au garage de Mulhouse, poignées de porte intouchables sauf à se mettre du cambouis sur les mains (toujours le diesel).
    Le train le plus facile à trouver à la gare de l’Est, simple vous cherchez le plus crado de la SNCF.

  12. bm77

    Quelle bel hommage Daniel Pollett aux cheminots et au delà à l’esprit de corps d’une profession;
    Comme vous le soulignez les corporations professionnelles ne sont pas que des secteurs où les gens s’octroient des privilèges comme les technocrates
    ont bien voulus les représenter au yeux de l’opinion
    La notion d’appartenance à ces corps de métiers était une responsabilité librement consentie pour celui qui en était partie prenante.
    C’était un état d’esprit plus qu’un simple boulot avec ses rites ses astreintes presque un sacerdoce tout cela pour le bien commun .
    Les cheminots se faisait un devoir et même une fierté de faire fonctionner ce merveilleux joyau qu’était le réseau ferroviaire .
    Les gens ne peuvent comprendre de l’extérieur ce qui liait les cheminot entre eux et à leur profession.
    les corporatismes sont devenus des termes péjoratifs à partir du moment où les technocrates ont voulu leur part du gâteau en s’attribuant les prérogatives qui étaient celles des travailleurs du rail.
    Ils en ont profité lorsque l’informatique a créé de nouvelles compétences qui auraient pu moyennant formation revenir aux principaux intéressés.
    Quelque chose leur échappait qui suscitait une sorte de jalousie pour des professions qui se passaient plutôt pas mal de leur compétences!
    Les corporations par ce dévouement qui dépasse même la simple notion de service publique ne sont pas sans rappeler par cette vieille tradition des compagnons et plus loin encore celle des bâtisseurs d’églises et cette quasi mystique qui les transcendaient .
    Macron qui est l’incarnation des technocrates qui est pressé de faire table rase de notre passé s’attaque à gros car ce n’est plus la restructuration de n’importe quelle entreprise . C’est une de celle qui a fourni le plus grand nombre de résistants à la dernière guerre!
    Ce qui sera intéressant de voir lors du bras de fer entre les partenaires sociaux ,ce sera la stratégie de la CGT et de Martinez.
    Thibault a assuré sa légitimité lors des grandes grèves de 1995. Depuis le mondialisme et le renoncement à combattre les directives de Bruxelles par des syndicats de plus en plus dépendants des subsides de l’Etat sont passés par là. Les ouvriers qui se sont abstenus ou ont voté massivement pour Marine savent trop bien que cette situation les fragilisent obligatoirement.
    Ce conflit risque d’être un révélateur!

  13. PJP

    Les syndicats signerons puisque l’état est le banquier , quand au petit peuple contestataire du terrain SNCF, n’aurons plus qu’a ralé en famille a leurs retour de manifs , a moins que ?

  14. PJP

    L’intersyndicale par la voix de Laurent berger ; nous appelons a faire greve 2 jours sur 5 a compter du 3 AVRIL , nous promettons un conflit intensif sur une longue période, soit 3 mois de galere pour les usagers.

  15. reuri

    On retrouve toujours les mêmes , guillaume pépy ou autre technocrate interchangeable , déplacé d’un poste à l’autre , jamais responsable jamais coupable.
    Il suffit d’avoir les relations utiles.

Comments are closed.