Une prof féministe et un trotsko-lamberto ne pouvaient qu’engendrer un monstre : Schiappa !


Une prof féministe et un trotsko-lamberto ne pouvaient qu’engendrer un monstre : Schiappa !

C’est le 8 mars ? C’est la fête aux chiens écrasés, c’est la fête à la Schiappa  ! Au moins ça servira à quelque chose…;

Christine Tasin

Souvent, la vie est faite de hasards. Je m’étais promis de ne rien écrire pour ce 8 mars. Et pourtant, je m’en suis faite, des manifestations féministes, ce jour-là, dans ma vie militante. Mais quand les féministes lesbiennes ont pris le pouvoir dans la mouvance, et se sont mis à défendre le voile islamique tout en pourfendant les hommes, j’ai craqué, et j’ai tout arrêté.

Ce mercredi 7 mars, à la veille de la journée internationale du Droit des Femmes, je vais chez ma coiffeuse préférée. Petit salon, dans un village de campagne, une patronne, la cinquantaine avenante, et une salariée, qui, à l’âge de 30 ans, après ses études, y travaille depuis plus de dix ans. La France profonde, celle du bon sens, consciente, dès qu’on discute, de se faire racketter par l’Etat, au profit de ceux qui glandent et des migrants.

Je m’installe, en attendant mon tour, et tombe sur le journal du coin, Le Bien Public. Et qu’est-ce que je découvre ? Une interview, en pleine page, de la mère de Marlène Schiappa, Catherine Marchi.

http://www.bienpublic.com/edition-dijon-ville/2018/03/07/la-mere-de-marlene-schiappa-je-suis-feministe-depuis-que-j-ai-une-conscience

C’est marrant, parce que, quand je regardais la fiche de la camarade secrétaire d’Etat de l’égalité des femmes et des hommes (sans doute l’ordre alphabétique), j’avais l’impression, sur wikipedia, qu’elle n’avait qu’un père, Jean-Marc Schiappa, et pas de mère !

https://fr.wikipedia.org/wiki/Marl%C3%A8ne_Schiappa

C’est bizarre quand même qu’une féministe, secrétaire d’Etat qui plus est, accepte qu’on donne le nom de son père, avec toutes ses médailles soviétiques, et pas celui de sa mère, résumée à « d’une cheffe (ouf, au féminin) d’établissement scolaire dans le second degré, ancienne militante politique et syndicale ».

Interpellée, je parcours fébrilement la page 10 du journal et découvre donc que la maman Schiappa (bizarre pour une féministe post-soixante-huitarde de porter le nom du père, et même pas un nom composé, voire celui de la mère, comme Caroline Fourest) est proviseur du plus grand lycée public Charles de Gaulle de Dijon, situé dans le quartier branché de la ville.

Mais là n’est pas l’essentiel. J’apprends, avant d’être appelée par ma coiffeuse, que cette femme, qui dirige des établissements scolaires (elle a été proviseur quatre années durant à l’étranger) considère qu’elle a une mission, vis-à-vis de ses élèves. Candide, je me dis qu’elle veut que ses ouailles sachent bien lire, écrire, compter, et disposent d’une bonne culture générale… Pas du tout ! Elle considère qu’elle doit transmettre à ses élèves une « conscience féministe ». Mal pensant, je me dis qu’elle fait passer son militantisme, respectable par ailleurs, avant les devoirs dus à tout enseignant de la fonction publique : la neutralité des enseignants, garant de la laïcité.

Je me fais coiffer, et, impatiente, rentre chez moi, et effectue quelques recherches. Je sens que je vais revenir sur mes engagements, et concocter un petit texte sur la famille Schiappa-Marchi.

Je découvre en effet que le militantisme de la maman Schiappa, proviseur de lycée, n’est pas un vain mot, et que en ce 8 mars, on va laver le cerveau de nos enfants. Pourvu que les mecs ne viennent pas habillés en robe…

http://www.bfc-international.org/DIJON-Spectacle-Femmes-en-luth-Resistances-Vocales-Jeudi-8-mars-2018

https://www.ffpunesco.org/wp-content/uploads/2018/03/Info-journ%C3%A9e-8-mars-FFPU-copie.pdf

Et, quelle surprise, il y a quelque temps, Marlène Schiappa, de passage à Dijon, a trouvé du temps pour répondre aux questions des jeunes du lycée Charles de Gaulle, dirigé par sa maman ! Formidable !

http://www.infos-dijon.com/news/dijon/dijon/dijon-l-interview-de-la-secretaire-d-etat-sera-dans-le-journal-du-lycee-charles-de-gaulle.html

Et maman Schiappa signe, en bonne place, les pétitions impulsées par fifille, pour défendre la laïcité. Quand on sait où elle scolarise ses gosses, il faut oser !

https://www.huffingtonpost.fr/marlene-schiappa-bruguiere/filles-de-1905-laicite_b_9667966.html

Donc, la féministe Marlène est la fille d’une « enseignante syndicaliste, proviseur militante féministe », qui se dit fière de l’oeuvre de sa fille au gouvernement. Autrement dit, vive « Balance ton porc », mais pas touche aux migrants de La Chapelle ! Vive la laïcité, mais pas touche au voile à l’école !

Et du côté du paternel, Jean-Marc Schiappa, qu’est-ce que cela donne ?

Là, on est dans un autre registre. Né à Rabat, en 1956, il est syndicaliste FO dans la fonction publique, et se spécialise sur Gracchus Babeuf et la théorie des Egaux. Pourquoi pas ? Président de l’Institut de recherche et d’étude de la libre-pensée (IRELP), lié à la Fédération nationale de la libre pensée, il collabore aux publications de cette dernière, le mensuel La Raison et la revue trimestrielle L’Idée libre. Il a par ailleurs édité un recueil d’articles parus dans Informations ouvrières, organe du Parti ouvrier indépendant (POI), avec Daniel Gluckstein.

Bref, on a affaire à un Lamberto de compétition. Pour les profanes, ce groupuscule, qui se dit trotskiste, se distingue par une grande infiltration de FO, de la franc-maçonnerie (GODF) et de la Libre Pensée, qu’elle contrôle totalement. Jean-Christophe Bourseiller leur a consacré un pertinent ouvrage « Cet étrange Monsieur Blondel ». Et Cambadélis, Mélenchon, Corbière et Jospin viennent de là…

https://ripostelaique.com/libre-pensee-a-bas-les-creches-et-la-croix-de-ploermel-vive-les-prieres-de-clichy.html

Son créneau : A bas la calotte, mais pas touche à l’islam, religion des pauvres et des opprimés !

Que pouvait engendrer un tel mélange, entre une féministe et un trotsko-lamberto ? Un monstre, au niveau idéologique, Marlène Schiappa ! Je précise, des fois que Marlène, forte du soutien de l’appareil d’Etat, ait l’intention de me poursuivre devant les tribunaux, comme un vulgaire Cazeneuve ou une Hidalgo, que j’ai fait des recherches, sur le mot « monstre », sur wikipedia.

« Un monstre est un individu ou une créature dont l’apparence, voire le comportement, surprend par son écart avec les normes d’une société ».

https://fr.wikipedia.org/wiki/Monstre

Cette définition me paraît parfaitement correspondre à la secrétaire d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes.

Elle est en effet la parfaite synthèse de son père et de sa mère.

Elle défend le voile à l’école, tout en se disant laïque. Cela c’est le père, et la position classique de la Libre Pensée !

https://ripostelaique.com/marlene-schiappa-vive-le-voile-a-lecole-les-pipes-pour-les-grosses-la-nique-a-la-secu.html

Tout en se disant laïque de chez laïque, elle met ses gamins dans une école privée catholique, au Mans, histoire de les préserver des élèves immigrés qu’elle impose au bas peuple… Mélange du père et de la mère, et de toute la gauche bobo, faites ce que je dis, mais pas ce que je fais…

http://www.medias-presse.info/la-laiciste-marlene-schiappa-egerie-de-la-franc-maconnerie-met-ses-enfants-dans-une-ecole-catholique/84918/

https://ripostelaique.com/la-grosse-schiappa-suce-du-catho.html

Elle veut imposer une loi contre le harcèlement de rue, dans un pays où la police ne peut plus rentrer dans les territoires perdus de la République. Autrement dit, les seules personnes visées seront les mâles gaulois européens, coupables de montrer un intérêt au charme d’une gente dame. Cela c’est la mère !

https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/droit-et-justice/verbaliser-le-harcelement-de-rue-pour-marlene-schiappa-il-y-aura-une-valeur-dexemple-et-pedagogique_2641528.html

Et la grande féministe qu’elle est, dans l’héritage de sa maman, va monologuer sur scène, le 11 mars prochain, avec son vagin, en compagnie de Roselyne Bachelot et de Myriam El-Khomri. Encore la mère !

https://ripostelaique.com/la-secretaire-detat-marlene-schiappa-va-monologuer-avec-son-vagin.html

Elle est, malgré tout, une féministe davantage dans le style de Catherine Millet que de Caroline de Haas, plutôt libertine que coincée du cul, puisqu’elle théorise que les femmes rondes sont des fellatrices hors pair. Là, je ne me prononce pas, entre le père et la mère !

http://www.atlantico.fr/decryptage/filles-bien-avalent-pas-c-est-titre-livres-marlene-schiappabenoit-rayski-3105512.html

Quand elle compare Wauquiez à sa protégée voilée Mennel ? Les amalgames staliniens du père !

https://ripostelaique.com/elle-compare-wauquiez-a-mennel-schiappa-toujours-aussi-couillonne.html

Quant à Beaucaire, elle veut que le maire, Julien Sanchez, qui ose réintroduire le porc une fois par semaine, remplace l’aliment impur par des œufs durs ? Le père, et la Libre Pensée islamo-fellatrice (si j’ose dire).

https://ripostelaique.com/beaucaire-schiappa-voudrait-que-julien-sanchez-remplacat-le-porc-par-des-oeufs-durs.html

Quand elle parle de ses cunnilingus ? Probablement la mère…

https://ripostelaique.com/marlene-schiappa-et-aurelie-filippetti-nous-racontent-leurs-cunnilingus.html

Quand elle défend le communautarisme musulman, c’est le père tout craché !

https://ripostelaique.com/schiappa-et-autain-deux-feministes-islamo-collabos-qui-trahissent-les-femmes.html

Caricatures des petits-bourgeois de mai 68, les parents de Marlène Schiappa cumulent beaucoup de similitudes, avec une convergence : le militantisme de la maman, comme celui du papa, vont dans la même direction : saper l’édifice de la France, en ne ciblant d’un côté que que les mâles blancs européens, et de l’autre, le seul catholicisme. Mais surtout pas touche aux harceleurs musulmans, ni à l’islam. L’un comme l’autre, par leur action militante sont des fossoyeurs actifs de la France, depuis quarante ans, et incarnent le formidable texte d’Eric Zemmour sur mai-68.

https://ripostelaique.com/formidable-requisitoire-deric-zemmour-contre-mai-68.html

Marlène Schiappa ne saurait être tenue responsable de ce que sont ses parents… sauf si elle répercute, à 35 ans, les pires tares politiques de l’un et de l’autre, ce qui paraît le cas.

Conclusion : le croisement d’une enseignante féministe et d’un historien trotsko-lambertiste ne pouvait qu’engendrer ce monstre : Marlène Schiappa, qu’on va voir pérorer sur tous les plateaux de télévision ce 8 mars !

Finalement, cela m’a fait du bien d’écrire ce papier, j’ai bien fait d’aller chez ma coiffeuse ce jour !

https://ripostelaique.com/une-prof-feministe-et-un-trotsko-lamberto-ne-pouvaient-quengendrer-un-monstre-marlene-schiappa.html

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




8 thoughts on “Une prof féministe et un trotsko-lamberto ne pouvaient qu’engendrer un monstre : Schiappa !

  1. marcello

    Bravo Martine, je voudrais juste rappeler qui était cette ordure de trotsky vénérée par de nombreux politiciens français en rappelant son rôle dans HOLODOMOR et son rôle dans la révolution de 1917 en Russie.

    1. AntiislamAntiislam

      Bonjour,

      Trotsky n’a joué aucun rôle dans l’Holodomor : il a été expulsé d’URSS, par Staline, en 1929.

      L’Holodomor date des années 32-33 …

  2. AntiislamAntiislam

    Bonjour,

    Marrant : dans les années 70, les Lambertistes avaient plutôt l’habitude de « traiter » les groupes féministes d’alors … à coups de barres de fer …

    C’étaient des très violents et le féminisme n’était pas vraiment leur « truc ».

    Les Lambertistes incarnaient le machisme le plus brutal …

  3. clairement

    Merci pour votre article Martine CHAPOUTON et aussi aux autres .
    Eh bien le produit des affects de Catherine et de la parole de Jean Marc ont produit un gros zéro.

  4. jojo ( le plombier )

    Faut il interdire la coiffeuse à Christine Tasin ? c’est la question que pourrait se poser un cardiologue et celle que l’on doit se poser au cabinet de madame S. Qui fidèle à ses principes a du avoir des difficultés à avaler ..l’article. Pour nous la réponse est évidemment Non !car on aime quand ça déménage quand ça monte en régime ! ( à cette occasion dans la profusion des interventions chantant les louanges d’un présidant révolutionnaire en matière d’égalité, peu mais vraiment très peu d’intervention parlant de la place de la femme dans l’Islam. C’est peut être le seul jour où on ne parlera pas d’islam . C’est à ne rien y comprendre non ?

    1. jojo ( le plombier )

      OUPS ! En cette journée de célébrations de droits, les droits d’auteur de Martine Chapouton ont été quelque peu malmenés à cause d’une lecture trop rapide. Désolé Martine et félicitations pour l’article. en déclarant « la fête des femmes c’est tous les jours » Brigitte M. Ne pensait certainement pas à votre article..

Comments are closed.