Italie : qui a arrêté le débarquements des migrants et les fera reprendre après les élections ?


Italie : qui a arrêté le débarquements des migrants  et les fera reprendre après les élections ?

 » Les débarquements s’arrêtent pour les élections »

La révélation de l’ex Général.

Vincenzo SANTO écrit sur ReportDéfense : «  Ne serait-ce pas que quelqu’un d’ici réussit à diriger ce trafic et qu’après le 4 mars il fera reprendre ces voyages de l’espérance ? Ne jamais dire jamais.

Gabrielle Bertocchi.

 

L’ex général du Corps d’Armée Vincenzo SANTO , Chef d’Etat Major des Forces de l’Otan en Afghanistana un gros doute :

 » Depuis quelques jours, on ne parle plus de gens qui débarquent sur nos côtes, ou de pauvres malheureux  désespérés qu’on vient amener dans nos ports. Il n’y a pas d’immigrés.

Ne serait-ce pas quelqu’un d’ici qui réussit à diriger ce trafic et qui après le 4 mars, fera reprendre ces voyages  » de l’espérance   » ?

 

La théorie du militaire :

Il ne le dit pas en murmurant , il ne le dit pas de façon anonyme. Il l’écrit en toutes lettres dans ReportDéfense, journal de géopolitique et sécurité comme le rapporte Libero.

Le militaire soutient que dernièrement plus personne ne part du Nord de l’Afrique.

Pourtant, il y a beaucoup de navires au large qui attendent avec une couverture et du thé chaud… Et les  bateaux ne voyagent plus sur les voies maritimes poursuit Santo.

Peut être parce que nous sommes tous occupés avec les élections ? C’est un doute qui le tenaille et qui est légitime.

De fait, comme le souligne le quotidien dirigé par Vittorio Feltri sur Canale di Sicilia, les routes maritimes où naviguent les bateaux de migrants, le Siroco est parfait et la mer est calme.

Pas trace de neige comme celle qui paralyse l’Italie.

Et pourtant, personne n’arrive sur les côtes italiennes. Même pas une barque des ONG. Détail qui fait craindre

à Salvo que quelqu’un n’ait en mains les rênes de l’immigration…

Le relativisme dominant, dit l’ex chef d’Etat Majo,r nous dit d’être contents du fait que le nombre de débarquements diminue.

Le vrai problème est que les arrivées illégales doivent cesser complètement et que l’immigration doit être contrôlée et gérée avec un plus grand sens de l’Etat, et surtout faire écrouler l’idée qu’ils veulent nous inculquer en disant que c’est un phénomène inéluctable et que l’on ne peut l’arrêter.

Il ajoute : l’Italie n’a pas de  stratégie, on parle d’intégration comme un raccourci alternatif à l’assimilation et il y a une forte suspicion que même chez nous quelqu’un souhaite le Grand Remplacement.

Une intégration qui pourtant doit passer par les élections.

Et comme le dit Santo, le fait est que pour le moment les débarquements sont à l’arrêt…

Traduction pour Résistance républicaine par Valkyrie

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




11 thoughts on “Italie : qui a arrêté le débarquements des migrants et les fera reprendre après les élections ?

  1. Sitting bull

    et si la marine italienne coulait les bateaux ONG de George soros …l invasion s arrêterai peut être

  2. Xtemps

    Ce ex-Générale a raison, rien ne vaut que l’esprit stratège du militaire dans notre cas, ce qu’il identifie là, c’est des ennemis d’intérieurs en Europe même, qui dirigent les opérations d’immigration vers l’Europe et qui donnent le feu vert aux moments opportuns à ceux de l’extérieur.
    Ce qui implique que les militaires qui veulent protéger leurs peuples doivent opérer avec des ennemis d’intérieurs qui sabotent de l’intérieur, voir même dans leurs propres rangs supérieurs et autres, qui obéissent à ces ennemis d’intérieurs.
    Qui n’est pas une guerre conventionnel habituel d’un face à face avec un ennemi bien connu, mais des ennemis qui ne sont pas désignés clairement, ce qui la rend la tache plus difficile de savoir avec qui faire confiance.
    Il faut penser stratégie à la fois avec ces ennemis d’intérieurs qui font la courte échelle aux ennemis extérieurs, ceux qui ouvrent les portes de l’Europe qui piègent de l’intérieur et agissent contre les peuples européens en même temps, en plus d’être aux commandes des états européens.
    C’est par les attaques contre les peuples européens que nous reconnaissons nos ennemis, ce qui est le cas de nos dirigeants imposteurs.
    Et nos dirigeants ne désignent pas clairement nos ennemis, une guerre sans ennemis n’existe pas et des gouvernements qui ne désignent pas clairement les ennemis des peuples européens, sont eux mêmes leurs ennemis.
    Et des ennemis d’intérieurs qui avancent leurs pions au fur et à mesure à l’ insu des peuples européens, avec tous les chefs d’états européens qui sont coordonnés et noyautés par ces mêmes ennemis où les directives viennent d’un pouvoir central qui coordonne toutes les opérations en Europe et dans le monde entier.

  3. frejusien

    Quels sont les deux pays qui subissent et acceptent l’INVASION ?

    l’Italie et la Grèce,

    Quels sont les deux pays qui étaient en ruine économique avant le débarquement ?
    Les deux pays qui avaient du mal avec Bruxelles, car beaucoup trop endettés ?

    On leur a proposé un marché, qu’ils ont été obligés d’accepter ; recevoir les envoyés d’Afrique et on éponge leur dette, et en plus on les inonde de pognon pour acheter les bateaux, construire les centres d’accueil, acheter vêtements et chaussures, renforcer leur marine nationale, offrir un minimum alimentaire aux arrivants, etc…

    Si les bateaux ne partent plus des côtes libyennes, cela prouve par a + b qu’il y a une organisation bien montée et performante, une communication constante entre les organisateurs de Libye et les politiciens italiens,

    cela prouve aussi que les fameux passeurs, s’ils obéissent aux directives venues d’Italie, ne sont pas les passeurs que l’on veut nous faire croire

  4. Anne

    Pourquoi notre gouvernement laisse la petite île de Mayotte être envahie par les comoriens?

    AFP, publié le mercredi 07 mars 2018 à 11h42

    En première ligne de la manifestation, qui se déroulait sans débordement, se trouvaient de nombreux élus mahorais derrière une grande banderole sur laquelle on pouvait lire: « Terroristes, coupeurs de route, voleurs, violeurs, cambrioleurs, occupants illégaux de terre, trafiquants, faussaires. Toutes les formes de violences. Subir et se taire! Non, Kari pvendzé (on ne veut pas) ».

    Dans un communiqué commun mardi, les parlementaires, les maires et les élus départementaux de Mayotte ont indiqué rejoindre le mouvement « contre l’insécurité et pour le développement de Mayotte », et ont annoncé que « les collectivités locales seront fermées jusqu’à nouvel ordre ».
    ……..
    Dans la manifestation, beaucoup de drapeaux français flottaient, préférés aux drapeaux des syndicats. Les participants ont également entonné une « Marseillaise », ainsi que des « shengue » (chants traditionnels mahorais).

Comments are closed.