Macron mérite sifflets et soufflets des agriculteurs, mais pas pour le glyphosate


Macron mérite sifflets et soufflets des agriculteurs, mais pas pour le glyphosate

Que Micron se reçoive quelques soufflons, logique, mais pour ma part je souhaite que ce soit par ceux qui ont des raisons de lui refiler…

Le glyphosate, les pesticides nous empoisonnent… et font la richesse des grosses multinationales de l’industrie chimique… Oui le glyphosate doit être interdit.

Rien ne dit qu’il le sera malgré les paroles doucereuses de Macron, puisque Hulot prévoit déjà des exceptions…

http://resistancerepublicaine.eu/2016/06/09/les-etats-disent-non-au-roundup-cuisante-defaite-pour-monsanto-et-bruxelles-qui-veut-passer-outre/

http://resistancerepublicaine.eu/2016/06/28/monsanto-la-commission-europeenne-napplique-pas-linterdiction-du-glyphosate-sous-pretexte-de-brexit/

http://resistancerepublicaine.eu/2017/10/20/vous-avez-aime-le-glyphosate-vous-adorerez-le-dicamba/

http://resistancerepublicaine.eu/2017/08/13/plus-dabeilles-dans-nos-campagnes-mais-bruxelles-sen-fout-limportant-cest-les-lobbies/

Parlons plutôt de ces paysans qui gagnent parfois moins de 300€ par mois, qui vivent sur le salaire de leur femme (pardon pour le sexisme, mais merci à ces femmes pour l’acceptation de cette situation, encore qu’il y ait de plus en plus de femmes qui soient à la tête d’une entreprise agricole).

Parlons de ces accords qui ruinent l’agriculture française en laissant entrer, en Europe bien sûr, mais surtout en France, des produits qui ne remplissent pas les conditions sanitaires ni de l’UE, ni encore moins de la France ! (A remarquer aussi les accords et le système européen, qui ont contribué à ruiner l’agriculture africaine…)

Parlons de ces écoles dans le Médoc contaminées par les pesticides… Dans le Médoc, mais sûrement ailleurs…
http://infomedocpesticides.fr/

Parlons de ces paysans qui se suicident… L’agriculture est un des secteurs les plus touchés (certes chaque secteur a tendance à faire dans la victimisation, mais les chiffres sont là)…
https://www.senat.fr/questions/base/2017/qSEQ170124706.html

Quant à la prévention du suicide (réponse ministérielle), c’est comme la prévention pour empêcher les jeunes de se radicaliser…

Sifflez, sifflez… Macron, tant que vous voulez et pouvez, mais pas pour le Glyphosate.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Résistance républicaine Aquitaine


15 thoughts on “Macron mérite sifflets et soufflets des agriculteurs, mais pas pour le glyphosate

  1. Marcher sur des oeufsMarcher sur des oeufs

    Allez, courage ! Même si la justice ne s’appliquera certainement pas pour eux, au moins ces évènements montreront aux français ce que sont les personnes qu’ils ont crédulement installées sur les sièges de l’Assemblée, su Sénat et à des hauts postes de la fonction publique.

    Sachez que Hollande est en danger, Le Drian aussi et voilà la miss qui a tellement embêté le patriotes, notamment ceux de RR et RL. Chacun son tour Carabosse !

    ______________________________________
    Une série d’événements politiques et juridiques imprévus est venue mettre en grande difficulté le maire de Paris. En vue d’une réélection en 2020, ses soutiens s’activent déjà, sans encore parvenir à définir une stratégie claire pour contrer LREM.

    ::: https://francais.rt.com/france/48302-couacs-juridiques-ambitions-macronistes-division-gauche-hidalgo-serieusement-menacee-paris

    Il y a encore deux ans, Anne Hidalgo semblait encore indétrônable : confortablement élue en 2014 face à une droite affaiblie et divisée, elle était parvenue à reconduire l’alliance mise en place par Bertrand Delanoë depuis 2001, aux côtés des écologistes et des communistes. Mais le raz-de-marée macroniste qui a déferlé sur Paris en 2017 et les récents déboires juridiques de la majorité municipale, aux conséquences aussi bien financières que symboliques, font peser une sérieuse menace sur une éventuelle réélection d’Anne Hidalgo en 2020 – un risque que la gauche parisienne prend au sérieux, en se mettant d’ores et déjà en ordre de bataille.

    …/…

  2. Claire

    En attendant que l’on ait trouvé un produit moins nocif que le glyphosate, que font les agriculteurs traditionnels? Tous ne peuvent pas se reconvertir dans le bio. Alors? Ils laissent leurs récoltes bouffées par les insectes? Ils embauchent des milliers de migrants pour désherber les champs à la binette??
    Nous pouvons peut-être aussi faire un effort en achetant à l’agriculture raisonnée ou bio, pour ceux qui le peuvent financièrement, ou en lavant bien les fruits et légumes que l’on ne peut pas éplucher, et en épluchant les autres. Certes ce n’est pas une garantie absolue d’innocuité, mais c’est mieux que rien.
    En France on veut toujours tout supprimer avant d’avoir mis en place des solutions de rechange. CF Hidalgo qui veut interdire les voitures à Paris, alors que les transports en commun sont dans un état de saturation et de délabrement indescriptible.

    1. Jean-Paul Saint-Marc Post author

      J’ose dire que l’on a supprimé l’agriculture traditionnelle pour mettre en place une agriculture industrielle sans avoir réfléchi !
      Et tous ces exploitants agricoles qui ont été poussés aussi à vendre leurs terres, à les brader, qui n’ont trouvé d’emploi ailleurs et qui sont allés au chômage ! C’est fou ce que notre société y a gagné !

    2. France-Line

      Le problème n’est pas simple et la suppression du glyphosate va dans le bon sens. Mr Macron n’a pas tort de prendre le sujet au sérieux, mais les exigences doivent être aussi pour les produits de l’étrangers. Les agriculteurs doivent être soutenus, mais ne doivent pas se tirer de balle dans le pied.
      Cet article soulève bien le problème.
      SOUTIEN A NOS AGRICULTEURS

    3. Sektor

      Merci pour l’un des rares avis sensés que j’ai lu, sérieusement c’est rarissime!
      Le pire c’est que le produit en question existe probablement déjà (je ne connais pas le cout du produit ni les cout induits notamment en chaulage), mais il n’a pas d’autorisation de mise sur le marché pour les utilisations les plus courantes.

    4. bm77

      Je suis complètement d’accord avec vous Claire on met souvent la charrue avant les bœufs, des villes ont poussé comme des champignons avant d’avoir même un école à disposition et des infrastructures dignes de ce nom.
      Je suis pour un retour à l’agriculture de proximité avec des produits de qualité et une utilisation raisonnée des pesticides avant de trouver un nouveau système de distribution pour que le résultat de cela atterrisse enfin dans notre assiette. Après ces années de « grosse » bouffe où pour certains il fallait une entrecôte de bœuf par jour je souhaiterais une alimentation de meilleur qualité peut-être un peu plus chère mais dans une relation apaisée avec la nourriture. Avant on se contentait d’un poulet ou un roti de bœuf le dimanche!
      On variait plus car la grande distribution ne régissait pas nos habitudes alimentaires. La charcuterie ne devrait pas être un aliment quotidien et le poisson doit aussi avoir sa place une fois par semaine. C’est une chance d’avoir désormais certains légumes comme les tomates toute l’année mais elles sont cultivées hors sol et même en été les étals de la grande distribution ne présentent plus que des fruit hors sol et non plus ceux de saison qui réclament plus de manipulation et donc sont plus couteuses.
      Des réseaux de commercialisation plus courts et moins couteux que ceux de la grande distribution pourraient être mis en place . Les supermarchés prennent trop de marge parce que leur logique commerciale est lourde et couteuse par la mise en valeur du produit vendu. Ils sont contraint de créer une impression de profusion qui créé par cela même un gâchis qui peut être évalué à plus de 30% des produits périssables en particulier les fruits et légumes. Ce même gâchis se retrouve dans le frigo du surconsommateur qui jette lui aussi 30 % de ce qu’il achète. Le cout du produit est surmultiplié aussi par les emballages hypersophistiqués qui participent complètement à l’attrait de celui-ci, la publicité, la gestion des magasins, salaires, sécurité, investissement dans l’automatisation, le cout des moyens d’affichages et campagnes de promotion etc font que les acheteurs tirent au maximum es prix vers le bas et ne rétribuent plus les producteurs. C’est une logique qui s’est imposée, le détaillant s’étant raréfié et les coopératives travaillant de plus en plus exclusivement pour les grandes surfaces. Il faut créé de nouvelles façons de distribuer et de nouveaux circuits, certains existants mais au stade embryonnaire pour une population avertie.
      Il faut que la bonne « bouffe » redevienne accessible au plus grand nombre cela sera bon pour notre santé et aussi notre porte feuille et bon pour nos fermiers et mettra en valeur leur savoir faire et toute la richesse des variétés et diversités céréales fruits et légumes et animales qui ne doivent pas disparaître au même titre que notre patrimoine culturel . C’est le fait d’être dans une certaine excellence qui nous permettra de ne pas nous retrouver en concurrence déloyale pour nous avec des produits dépendants d’une agriculture intensive. Je pense que par la diversité de ses modes de culture et par la diversité des produits les régions ont a les moyens de répondre à ce défit à la différence de la standardisation imposée par le mondialisme.
      Le plus dur sera la transition qui n’éliminera pas immédiatement le recours au phytosanitaire mais permettra d’aller dans une logique d’élimination de celui ci ou sa raréfaction. On peut rêver!

  3. Alix

    Je suis d’accord avec vous, d’ailleurs je l’avais mis en com dans l’article précédent… Quand on sait qu’il y a de plus en plus de cancers liés à ces pesticides, il faut passer à une autre agriculture.

  4. guiĺlotin

    Je ne dit pas pauvre agriculteur
    Avec la fnscea et Macron il vont ce faire
    Rouler puisque c’est l europe qui le veut! Mais je pense qu il aime ça
    Macron en sortant du salon à dû bien rire et les traiter de gros ploucs

    1. Sektor

      Qu’on aime ou pas, ça ne change rien, ont est 500 000 au plus, c’est un électorat négligeable. Les gens ont voté macron, il on voté l’ue donc contre le système agricole actuel et familial.

      Je vais m’agrandir autant que possible, parce-que l’électeur l’a voulu même s’il prétend l’inverse, c’est ma meilleure chance de prospérer, je me moque éperdument que l’électeur dise que c’est mal, vous faire plaisir ne nous sauvera pas.

    2. Joël

      Macron = UE. UE = CETA. CETA = TAFTA. TAFTA = Monsanto. La boucle est bouclée. Les petits agriculteurs ne font pas le poids et ce n’est pas le banquier mondialiste de l’Élysée qui va les défendre.

  5. FantomasFantomas

    Vive le glyphosate libre ! Sortez donc de vos villes de bobos et venez donc dans mon parc retirer à la main les mauvaises herbes… Vous adorerez le glyphosate très rapidement.

  6. bm77

    Je ne sais pas si c’est de cause à effet avec des produits phytosanitaires autorisés par l’UE mais depuis quelques années je constate la présence d’une couche de végétaux assez épaisse se formant à la surface de nombreux étangs pendant l’été ! Phénomène qui n’existait pas avant.

Comments are closed.