A la place d’El Karoui auprès de Macron il nous faut un apostat de l’islam auprès d’un Bonaparte


A la place d’El Karoui auprès de Macron il nous faut un apostat de l’islam auprès d’un Bonaparte

Les textes, les textes, les textes, rien que les textes, aller à la racine.

Ni le conseiller de M.Macron Hakim El-Karoui, ni M. Mohamed Louïzi, certes menacé par les sinistres Frères Musulmans ( interdits même dans certains pays musulmans) ne remettent nullement en question le socle de cette pensée totalitaire qu’est l’islam par la nature même des textes et ce qu’ils prescrivent.

Il vaudrait mieux pour un exécutif avoir comme conseillers, sous le couvert de l’anonymat si nécessaire, des apostats de l’islam, plutôt que des musulmans dits « modérés » qui ne changeront rien à l’affaire.

Il faudrait un nouveau Bonaparte pour mettre la pression sur l’islam (« en France »et non pas » de France », nuance!) pour qu’il renonce à plus de la moitié de ses textes , usages et prescriptions qui sont en absolue contradiction avec les lois de la République, et du droit français (comme de la majorité des nations d’Europe continentale) comme cela s’est fait pour le judaïsme qui s’y est plié pour jouer le jeu.

Et inviter ceux qui ne veulent pas s’y plier, y compris ceux qui ont obtenu la nationalité française, à se choisir des destinations plus conformes à leurs convictions.
Il ne s’agit pas d’être violents (face à un dogme violent) mais simplement fermes sur le fond, mais comme nous avons choisi de ne pas aller sur ce fond et de transiger nous aurons et la guérilla (au propre comme au figuré dans les domaines idéologiques, juridiques et médiatique) et la partition !

Note de Christine Tasin

Nous avons commencé notre militantisme anti-islam en demandant, naïfs que nous étions, aux musulmans de faire ce qu’ont fait les Juifs en 1807 où en échange de la citoyenneté française, ils ont renoncé à tout ce qui, dans leurs textes sacrés et leur mode de vie, étant en contradiction avec nos lois. Hélas on nous a vite fait savoir que, le Coran étant incréé il n’était pas question d’en retirer le moindre mot… Impensable de leur demander de faire ce que les Juifs ont accepté en 1807. Et Macron se gardera bien d’imiter Napoléon. Pourtant, comme l’explique Sarisse ci-dessus, ce serait la seule solution pour éviter la guerre qui pointe son nez chaque jour davantage.

Les Juifs ont accepté la demande de Napoléon. Et les juifs de France sont français avant toute chose.

Voici les 12 questions qui ont été posées par Napoléon aux notables juifs réunis dans le Grand Sanhédrin :

  1. Est-il licite aux juifs d’épouser plusieurs femmes ?
  2. Le divorce est-il permis par la religion juive ?
  3. Une juive peut-elle se marier avec un chrétien et une chrétienne avec un juif ?
  4. Aux yeux des juifs, les Français sont-ils leurs frères ou sont-ils des étrangers ?
  5. Dans l’un et dans l’autre cas, quels sont les rapports que leur loi leur prescrit avec les Français qui ne sont pas de leur religion ?
  6. Les juifs nés en France et traités par la loi comme citoyens français regardent-ils la France comme leur patrie ? Ont-ils l’obligation de la défendre ? Sont-ils obligés d’obéir aux lois et de suivre les dispositions du Code Civil ?
  7. Qui nomme les rabbins ?
  8. Quelle juridiction de police exercent les rabbins parmi les juifs ? Quelle police judiciaire ?
  9. Ces formes d’élection, cette juridiction de police judiciaires sont-elles voulues par leurs lois ou simplement consacrées par l’usage ?
  10. Est-il des professions que la loi leur défende ?
  11. La loi des juifs leur défend-elle de faire l’usure à leurs frères ?
  12. Leur défend-elle ou leur permet-elle de faire l’usure aux étrangers ?

Voici les réponses du Grand Sanhédrin :

La question la plus épineuse était la troisième, celle qui avait trait aux mariages mixtes. Elle donna lieu à de violentes discussions entre les rabbins et certains laïques et la résolution adoptée fut assez ambiguë.

Mais à la quatrième question, tous les députés furent unanimes à répondre : « La France est notre patrie, les Français sont nos frères« . Et à la question 6, sans s’être concertés, ils répondirent tous d’une seule voix, qu’ils étaient prêts à défendre la France jusqu’à la mort. En réponse à la dixième question, ils rappelèrent que, non seulement la Loi juive n’interdisait aucune profession, mais que, selon le Talmud, le père de famille qui n’enseigne aucun métier à son fils est considéré comme l’ayant préparé à la vie des brigands.
En ce qui concerne l’usure, l’assemblée n’eut pas de peine à démontrer que la loi juive ne la tolère pas et que c’est par une confusion voulue qu’on attribue le sens d’usure au mot qui veut dire « intérêts ».

[…]
4. Décisions du Grand Sanhédrin.

Puis il donna lecture des décisions doctrinales prises par l’Assemblée :

Le rabbin David Sintzheim, Chef (Nassi) du Sanhédrin

Article 1er. – Polygamie.

Il est défendu à tous les Israélites de tous les Etats où la polygamie est prohibée par les lois civiles, et en particulier à ceux de l’Empire de France et du Royaume d’Italie, d’épouser une seconde femme du vivant de la première, à moins qu’un divorce avec celle-ci, prononcé conformément, aux dispositions du Code Civil et suivi du divorce religieux, ne les ait affranchis des liens du mariage.
Art. 2. – Répudiation.
Nulle répudiation ou divorce ne pourra être fait selon les formes établies par la loi de Moïse, qu’après que le mariage aura été déclaré dissous par les tribunaux compétents (civils). En conséquence, il est défendu à tout rabbin… de prêter son ministère dans aucun acte de répudiation ou de divorce, sans que le jugement civil qui le prononce lui ait été exhibé en bonne forme…
Art. 3. – Mariage.
Il est défendu à tout rabbin ou autre personne de prêter leur ministère à l’acte religieux du mariage, sans qu’il leur ait apparu auparavant de l’acte des conjoints devant l’office civil.
Le grand Sanhédrin déclare, en outre, que les mariages entre israélites et chrétiens, contractés conformément aux lois du Code Civil, sont obligatoires et valables et que bien qu’ils ne soient pas susceptibles d’être revêtus de formes religieuses, ils n’entraîneront aucun anathème.
Art. 4. – Fraternité.
En vertu de la Loi donnée par Moïse aux enfants d’Israël…, qui nous ordonne d’aimer notre semblable comme nous-mêmes… et de ne faire à autrui que ce que nous voudrions qu’il nous fût fait, il serait contraire à ces maximes sacrées de ne pas regarder nos concitoyens, Français et Italiens, comme nos frères.
Art.5. – Rapports moraux.
Le grand Sanhédrin prescrit à tous les israélites, comme devoirs essentiellement religieux et inhérents à leur croyance, la pratique habituelle et constante, envers tous les hommes reconnaissant Dieu créateur du ciel et de la terre, quelque religion qu’ils professent, des actes de justice et de charité dont les Saints Livres leur prescrivent l’accomplissement.
Art. 6. – Rapports civils et politiques.
Un israélite né et élevé en France et dans le royaume d’Italie et traité par les lois des deux Etats comme citoyen, est obligé, religieusement, de les regarder comme sa patrie, de les servir, de les défendre, d’obéir aux lois, et de se conformer, dans toutes ses transactions aux dispositions du Code Civil.
En outre… tout israélite appelé au service militaire est dispensé par la loi, pendant la durée du service, de toutes les obligations religieuses qui ne peuvent se concilier avec lui.
Art 7. – Professions utiles.
Considérant… qu’il résulte de la lettre et de l’esprit de la loi mosaïque que les travaux corporels étaient en honneur parmi les enfants d’Israël, et qu’il n’est aucun art mécanique qui leur soit nominativement interdit, puisque la Sainte Ecriture les invite et leur commande de s’y livrer… et que cette doctrine est confirmée par le Talmud, le grand Sanhédrin ordonne à tous les israélites, et en particulier à ceux de France et du royaume d’Italie, qui jouissent maintenant des droits civils et politiques, de rechercher et d’adopter les moyens les plus propres à inspirer à la jeunesse l’amour du travail, et à la diriger vers l’exercice des arts et métiers ainsi que des professions libérales… Invite, en outre, les Israélites… à acquérir des propriétés foncières, comme un moyen de s’attacher davantage à leur patrie; à renoncer à des occupations qui rendent les hommes odieux ou méprisables aux yeux de leurs concitoyens, et à faire tout ce qui dépendra de nous pour acquérir leur estime et leur bienveillance.
Art. 8. – Prêt entre Israélites.
Le mot Nésche’h, que l’on a traduit par celui d’usure, a été mal interprété ; il n’exprime, dans la langue hébraïque, qu’un intérêt quelconque et non un intérêt usuraire… En conséquence, le grand Sanhédrin ordonne à tous les Israélites… de n’exiger aucun intérêt de leurs coreligionnaires, toutes les fois qu’il s’agira d’aider le père de famille dans le besoin, par un prêt officieux; statue, en outre, que le profit légitime du prêt entre coreligionnaires n’est religieusement permis que dans le cas de spéculations commerciales, qui font courir un risque au prêteur… selon le taux fixé par la loi de l’Etat.
Art. 9. – Prêt entre Israélites et non-Israélites.
Le mot No’hri ne s’applique qu’aux individus des nations étrangères et non à des concitoyens, que nous regardons comme nos frères. (Mais) même à l’égard des nations étrangères, l’Ecriture Sainte, en permettant de prendre d’elles un intérêt, n’entend point parler d’un profit excessif et ruineux…
En conséquence, le grand Sanhédrin ordonne de ne faire aucune distinction, à l’avenir, en matière de prêt, entre concitoyens et coreligionnaires;
Déclare que toute usure est indistinctement défendue, non seulement d’Hébreu à Hébreu et d’Hébreu à concitoyen d’une autre religion, mais encore avec les étrangers de toutes les nations, regardant cette pratique comme une iniquité abominable aux yeux du Seigneur.

La rédaction de l’article 3 donna lieu à une discussion serrée. Napoléon ne prétendait rien moins que de voir les rabbins bénir les unions mixtes et les recommander « comme moyen de protection et de convenance pour le peuple juif ». Il voulait que, dans chaque département, sur trois mariages, on n’en autorisât que deux entre juifs et juives et que l’autre fût obligatoirement un mariage mixte.
Pas plus que l’Assemblée des Notables, le grand Sanhédrin ne voulut accepter cette atteinte à la liberté religieuse d’Israël et il opposa une résistance acharnée aux prétentions de l’empereur.
Celui-ci dut se contenter du compromis que nous avons énoncé plus haut.

http://judaisme.sdv.fr/histoire/historiq/consisto/berman.htm

Complément d’information sur la Constitution du Grand Sanhédrin, mêmes sources que ci-dessus :

II. Le Grand Sanhédrin.

1. Origine de la convocation du Grand Sanhédrin. – 2. Sa constitution. – 3. Discrimination entre les dispositions religieuses et les dispositions politiques de la loi juive. – 4. Décisions du Grand Sanhédrin.

1. Origine de la convocation du Grand Sanhédrin.
 

Les réponses des notables ne pouvaient que donner satisfaction à l’Empereur. Mais celui-ci n’eut pas de peine à se rendre compte que rien ne lui garantissait l’application de mesures prises par des députés qui ne représentaient pas l’opinion juive, puisqu’ils avaient été nommés par les préfets, et qui ne jouissaient d’aucune autorité, aux yeux de la loi juive. pour imposer à leurs congénères la moindre modification aux usages en vigueur. Seul, lui dit-on, un Sanhédrin (Tribunal) réunissant des rabbins d’une autorité religieuse incontestée, avait le droit de prononcer sur de semblables matières. Séduit par l’idée de faire donner une consécration religieuse et légale à ses volontés et d’étonner le monde en jouant le rôle d’un nouveau Moïse, c’est-à-dire d’un nouveau législateur du Judaïsme, il décida de convoquer un grand Sanhédrin qui entérinerait solennellement les décisions prises par l’Assemblée des Notables.

Il était convaincu que les mesures édictées par une telle Assemblée prendraient force de Loi aux yeux du judaïsme universel, au même titre que le Schul’han Aruch. le Code rituel en usage depuis le 16ème siècle.

2. Sa Constitution.

Ce grand Sanhédrin devait compter 71 membres, dont au moins deux tiers, soit 45, en possession du diplôme rabbinique.
Autant la réunion de l’Assemblée des notables avait été improvisée, autant celle du Sanhédrin fut l’objet d’une préparation minutieuse. Les Commissaires de l’Empereur allèrent jusqu’à demander à collaborer à la rédaction de la prière d’inauguration ainsi qu’au programme de la cérémonie.

David Sintzheim, rabbin de Strasbourg, fut nommé Chef du Sanhédrin (Nassi), Benoît Sauveur Segré, rabbin de Verceil (Piémont), premier assesseur (Ab Beth Din) et Abraham Cologna, rabbin de Mantoue, second assesseur, (Ha’ham), Furtado et le rabbin Cracovia, rapporteurs, Michel Berr, secrétaire.

La première réunion solennelle eut lieu à l’Hôtel de Ville de Paris, le 9 février, après une imposante cérémonie à la synagogue de la rue Sainte Avoye. Le 16 février, les membres du Sanhédrin se finirent d’accord pour adopter un costume officiel, comprenant pour les membres laïcs, le port de l’épée.

Le grand Sanhédrin tint huit séances entre le 4 février et le 9 mars 1807. Ses membres, choisis comme ceux de l’Assemblée des notables, avec un soin tout particulier par les préfets, parmi les rabbins ou les laïcs jugés bien disposés en faveur de la doctrine napoléonienne, savaient ce qu’on attendait d’eux : la consécration des décisions de l’Assemblée des Notables. D’ailleurs, pour éviter toute équivoque à ce sujet, le 16 février, Napoléon envoya aux Chefs de Sanhédrin, par l’intermédiaire de ses commissaires, des directives très nettes et bien détaillées.

3. Discrimination entre les dispositions religieuses et les dispositions politiques de la Loi juive.

Au cours de la séance solennelle de clôture, le 9 mars, le rabbin David Sintzheim, Chef du Grand Sanhédrin, lut une importante déclaration, dans laquelle il résumait les travaux de l’Assemblée.

…Nous nous sommes constitués, dit-il, en Grand Sanhédrin, afin de trouver en nous le moyen et la force de rendre des ordonnances religieuses conformes aux principes de nos saintes lois… Les ordonnances apprendront aux nations que nos dogmes se concilient avec les lois civiles sur lesquelles nous vivons, et ne nous séparent pas de la Société des hommes.
En conséquence, nous déclarons : que la loi divine contient des dispositions religieuses et des dispositions politiques ; que les dispositions religieuses sont, par leur nature, absolues et indépendantes des circonstances et des temps ; qu’il n’en est pas de même des dispositions politiques (lesquelles) ne sauraient être applicables depuis qu’il (le peuple juif) ne forme plus un corps de nation…

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




14 thoughts on “A la place d’El Karoui auprès de Macron il nous faut un apostat de l’islam auprès d’un Bonaparte

  1. clairement

    Les versets abrogés du Coran ( le principe de l’abrogation dans le Coran chemine toujours du plus doux au plus dur qui succède au précédent ) rendent son Corpus caduque du fait qu’il s’agirait de paroles incrées (ce qui consacre une désinformation criminelle de l’Islam qui appelle au meurtre)

    ( cf : sourate  » fleur d’islam  » paragraphe 33 )

    Le verset 106 de la sourate 2 énonce :

     » Si nous abrogeons un verset quelconque ou que nous le fassions oublier, nous en apportons un meilleur, ou un semblable. Ne sais-tu pas qu’Allah est Omnipotent? »
    On peut commenter que si la parole est soit disant incréé les hommes bricolent tout de même les sourates.

    Tout ça e n’est que de l’enfumage de musulman. REMIGRATION !

    1. Piche, Nicole Piche.

      Vous avez raison.
      Le Père Boulad avait fait une vidéo à ce sujet.
      On doit très certainement encore la trouver sur Youtubes.
      L’idée était:
      celui qu’ils appellent leur prophète est partit a la mecque avec des idées Judéo-chrétienne.
      Enfin, avec certaines de ces idées, dont beaucoup, mal comprise, mais avec des idées de tolérance, de fraternité etc.
      Sauf que ça marche pas du tout, il ne trouve pas d’échos dans les tribus disparates et guerrières et qu’il se fait même virer manu militari de la mecque.
      Il va donc se réfugier a médine, là il change de discours et devient intransigeant et guerrier, et ça marche, on connait la suite.
      Les derniers propos (médine) abroge de fait les méquois.
      Aujourd’hui les musulmans te sortent des versets de tolérances en prenant bien soin de ne pas te dire qu’ils ont été abrogés et sont donc caducs.
      C’est là l’application naturelle de la takya. (j’ai le droit de te mentir et de te tromper, c’est hallal, parce que cela sert la cause de l’islam).
      L’islam n’est pas réformable, quoi qu’en disent les menteurs.
      Il non pas le niveau de conscience nécessaire a ce jour, et vu le degré d’an alphabétisation et d’instruction général des pays musulmans; c’est pas demain la veille.
      Je suis donc bien en accord avec Clairement.
      Cassez vous !!!

      1. SarisseSarisse

        Le fondateur de ce culte au risque d’une comparaison provocante me fait penser à un certain Adolf Hitler, le prophète mecquois essaie de se concilier les grâces des chrétiens et surtout des juifs qui se moquent des incohérences de son message, il revient quelques années plus tard en prophète médinois ivre de rage et de revanche sur ces mêmes chrétiens, juifs ou autres mecquois qui s’étaient moqués de lui.
        Un peintre au talent médiocre Schiklegrüber (Hitler) ne parvient pas à vendre ses toiles, notamment auprès de marchands de tableaux viennois très souvent juifs…on connaît la suite qui se lit dans son « Mein Kampf ».
        Que de jalousie, de colère, de rage , de désir de revanche et de fanatisme dans des idéologies forgées par des esprits aigris et contrariés!
        Il y a une fabrique aux tyrans et celà tient peut être à si peu pour que cela se traduise par des millions de victimes, dans l’enfance ou non.

    2. lucide

      @ Clairement. Merci pour ces informations.
      Mais c’est incroyable la naïveté du monde musulman qui ne pense pas une seconde que leurs Califes ont tricoté et détricoté sans arrêt les textes de l’Islam.

      D’autre part on s’aperçoit que des textes coraniques ressemblent étrangement à des textes talmudiques .Comme un copié-collé.
      Comme si, ainsi que le dit Mr Sami Aldeeb Expert en droit musulman, les califes avaient probablement fait appel à des « rabbins défroqués » pour « enrichir » le Coran.

      Les musulmans peuvent-ils avoir encore confiance en leurs Califes?

      Maintenant, les liens financiers qui unissent nos gouvernements aux mécènes arabo-musulmans empêchent ce qu’a pu réaliser NAPOLEON en son temps avec le monde juif..Ah! la puissance de l’argent!!!
      TRISTE EPOQUE. une des plus laides, je pense, en ce qui concerne les « faiblesses de nos politiques, faiblesses qui « démolissent la France ».
      Viendra peut-être le temps des apostats au gouvernement, mais sûrement pas dans celui élu par 15% environ de la population..

      1. AntiislamAntiislam

        Bonjour,

        Si le Coran donnait la même formation que le Talmud alors tous les prix Nobel de physique seraient musulmans !

  2. Machinchose

    excellente idée que ce rappel de 1807

    et a propos de

    « Dans l’un et dans l’autre cas, quels sont les rapports que leur loi leur prescrit avec les Français qui ne sont pas de leur religion ? »

    je vais rigoler en rappelant la trouvaille que Wauquiez avait sortie en attribuant aux musulmans en France, le commandement fait de tous temps aux juifs:

    Dine ha Malkouta, Dine na

    la Loi du Pays qui nous accueille est Notre Loi

    et a laquelle RR avait publié ma réaction a ce sujet 😆

    et, soyons fous!!!, pourquoi ces conditions ne seraient pas applicables aux Musulmans, aux Boudhistes qui veulent vivre en France ?

    les juifs eurent un Sanhédrin, les musulmans ils devraient aussi avoir une instance unique, qui les représente TOUS, et marre avec ces CCIF, ces UOIF ,ces CFCM
    j’ sais pas moi, j’ ai pensé a Conseil Représentatif de l ‘Islam en France

    CRIF … ah non zut! c’est déjà pris….

    mais pas grave, les Juifs ne sont pas trop chieux, ils n’ auront qu a adopter Conseil Représentatif des Juifs de France (et puis, « israélite » c’est fini ce mot qui fut inventé au 19 eme siècle, et qui aujourd’ hui est rejeté par 95% du judaisme Français)

    c’est pas mal CRJF

    je crois que je viens de dire des âneries, parce que c’est pour les juifs, le terme « Comité Représentatif des Institutions Juives de France »

    PS: j’ ai croisé hier Rachid Nekkaz…..sur les Champs Arabisés…suivi d’ une sorte de garde du corps, toujours un vilain nez gonflé

  3. Christian Jour

    Vous dite qu’Il faudrait un nouveau Bonaparte pour mettre la pression sur l’islam, mais aux dernières élections ce n’était pas un Bonaparte qui voulait mettre la pression sur l’islam, qui voulait sortir de l’Union Européenne, fermer les frontières, Virer les migrants et les Français de papier, non ce n’était pas Napoléon c’était Marine Le Pen. La seule qui voulait lutter contre l’insécurité toujours croissante, mais voilà la majorité des Français n’en ont pas voulu « tout sauf le FN « qu’ils disaient et ont préféré mettre un macron arrogant incapable de faire un discours compréhensible et qui a insulté les Français. Ce qui nous arrive les Français l’ont bien chercher. C’était plus qu’un vote politique, c’était un vote civilisationnel et ont est passé à côté. Désolé, si je suis un peu amer mais c’est se que je pense. Je ne parle pas des Français patriotes qui ont soutenu Marine. Eux y ont cru jusqu’au bout.

    1. Christine TasinChristine Tasin

      On est bien d’accord Christian… les veaux ont voté ou se sont abstenus de voter ce qui revient au même, votants pour Macron et abstentionnistes sont tous aussi responsables les uns que les autres

      1. BobbyFR94

        Christian, Christine, à la décharge des veautants, le fait qu’il y a eu – et qu’il y a TOUJOURS – une PROPAGANDE stalinienne, qu’écris-je, digne de GOEBBELS, et même PIRE que ça, martelée en PERMANENCE par les MERDIAS aux ordres a pas mal influencé les masses en question !!!

        De plus, nous savons tous les 3 que les élections ont été truquées, que le CHAPON – coq à qui on les lui a coupé – a été mis en place, tel le PANTIN qu’il est, par les MONDIALISTES !!!

        INDIVIDUALISER, DIVISER, voilà une partie de la « recette » de ces ORDURES de politiques, achetés par le FRIC des émirs – des MONDIALISTES aussi ceux-là, il faut le savoir !! – payés pour accompagner la mise en oeuvre du projet EURABIA depuis le 07 juin 1975 !!!

        Alain WAGNER expliquait au micro de Henri DUBOS que ce sont les politiques qui ont demandé l’INVASION, entre autres le « grand patronat », pour de basses considérations économiques avant tout…

        J’avais expliqué il y a déjà quelques années que les se(r)vices publiques « DEVAIENT » disparaître, nous y sommes !!!

        Toutes ces explications n’exonèrent pas le veau(tant) de francaouis du fait qu’il est en partie responsable, par sa non-réflexion, son égoïsme, de la détérioration des conditions de vie dans son pays…

        C’est pourquoi, je le répète, car seule la répétition finit par rentrer dans les cervelles, SEULES la guerre OFFICIELLE avec le NAZISLAM (suite à un MEGA-ATTENTAT), l’EFFONDREMENT économique – qui arriveront quasi-simultanément – nous « sauveront » !!!

        Le prix à payer c’est des MILLIONS de morts rien qu’en France, rien de moins, et un pays qui sera en ruine !!! et pas seulement sur le plan territorial, mais sur le plan économique – les comptes des Français PILLES !!! – sociétal – ABRUTISSEMENT des masses oblige – car il faudra remettre en place tout un système de rééducation, l’amour de sa Patrie en premier dans la tête des dernières générations, enfin pour une partie d’entre-elles !!!

        Ce sera alors le « chant du cygne » pour le NAZISLAM, parce que, là, il ne sera plus possible de cacher la VERITE sur cet « outil » de DESTRUCTION utilisé par les MONDIALISTES, d’ailleurs ça aussi, il ne sera plus possible de le cacher aux peuples d’Europe !!!

         » On n’a JAMAIS été aussi près, tout en étant aussi peu PRÊTS » !!! désarmés – et dans TOUS les sens du terme – par les TRAÎTRES successivement élus à la tête du pays …

        Je reste persuadé que l’INSTINCT de SURVIE n’a pas disparu parmi nos compatriotes…

        Et qu’ils vont – par la force des choses – redevenir « la guerre », et vu le contentieux, la HAINE qui s’accumule depuis des décennies de TRAHISONS, de JUSTICE – envers eux – INIQUES, de PAUPERISATION, la force avec laquelle le ressort de cette HAINE va se détendre d’un seul coup, là, on peut dire que ça va vraiment faire « très très mal » !!! dans un second temps !!!

        Nous sommes et vivons surtout une période historique EXCEPTIONELLE, mais seuls les Patriotes en ont conscience pour le moment, ainsi que les personnes qui ré-informent, tant bien que mal, ou tente de le faire les gens autour d’eux …

    2. Piche, Nicole Piche.

      Cher Monsieur,
      Je pense qu’il y a erreur sur la personne.
      Ce que vous croyez qu’elle aurait pu faire est une vue de l’esprit rien de plus.
      Elle ne veut pas sortir de l’UE, de l’OTAN, de l’€, donc elle aurait appliquée même a contrecœur les GOPE.
      Les américains l’auraient bien ramené au pieds.
      De plus elle n’est pas fiable, même son elle a trahit.
      Elle nous a enfumée avec sa renégociation, foutage de gu…le.
      Un seul qui aurait peut être pu essayé quelque chose, à bien entendu été le plus minoré et le plus ridiculisé par ce que connaissant la nature exacte des dossiers.
      Vous souvenez du grand débat ??
      Comment il a de fait, fait fermer leurs bouches à tous ces menteurs professionnels ?
      Elle a fait comme a fait le FN depuis au moins 10 suffrages, soit faire voter n’importe quoi contre le lui même.
      Auriez vous des problèmes de cécité ou d’Alzheimer comme apparemment la majorité des Français ????
      Les trous du c.l qui crachent dans la soupe mais qui avait peur de perdre leur petit Livret, que de toute façon ils vont se faire embourber, en n’osant pas sortir de l’€.
      Cette masse critique de la population est finalement a vomir.

  4. Piche, Nicole Piche.

    Pour ce qui regarde la troisième réponse (à la question trois donc).
    Je ne vois pas l’ambiguïté que vous y voyez, vous.
    Car chez nous aussi je ne vois pas pourquoi des non croyants, ( ce qui est leur droit le plus inaliénable et le plus légitime).
    Seraient mariés à l’église, ce n’est que du bon sens.
    Tu te marie à la mairie (au civil) mais pas au religieux, puisque tu ne crois pas.
    Sarisse je ne comprends pas, vous pouvez peut être développer ce point ?

  5. frejusien

    Tout ceci est bien beau, mais rien ne pourra se passer de la sorte avec les c..lles molles qu’on a actuellement, on peut tous les passer en revue, rien qui sorte du lot,

    On avait quelque espoir avec Marine, mais elle a retourné sa veste peu de temps avant les élections, bizarre, mais c’est le cas,

    Donc, à moins d’un Napoléon sorti tout droit d’un chapeau de magicien, il ne reste RIEN,

    L’ensemble du monde politique français, les administrations, les tribunaux les service sociaux,les mass-merdias,l’UE, sont TOUS inféodés, corrompus, vendus, hypnotisés, HS, ramollis du bulbe, vampirisés, acquis à la cause islamique, perdus pour la république,
    Quelques attentats, et on a 60 millions de dhimmis prêts à lever leur cul vers allchiasse

  6. SarisseSarisse

    Napoléon était à la fois un jacobin, un révolutionnaire puis un conservateur ,un pragmatique, un soldat (pas Marine Le Pen) , un législateur( là on a pas vu Madame Le Pen pourtant avocate pénaliste qui est allée s’emmêler les pinceaux en parlant économie avec un banquier), Napoléon était de la trempe des Thémistocle, mais aussi des de Gaulle, des Churchill, mais aussi de quelques femmes du même métal que ces grands hommes, de Catherine de Russie à Margaret Thatcher( cf. : guerre des Malouine).
    C’est là tout ce qui fait la différence face aux animalcules de droite et de gauche qui trompent les citoyens.

    Voilà justement où le bât blesse, il n’y a rien de tout cela pour le moment.
    Ou alors faudra-t-il que des circonstances encore plus dramatiques que jamais fassent surgir cette homme ou cette femme-là.
    Il faut relire les classiques, remonter aux grecs, aux romains au grans moments de notre histoire peut-être, pour apprendre à détecter celui ou celle qui incarnera ce sursaut.
    Le pain n’est pas encore assez noir pour le moment, c’est ce que je pense, alors surveillons de loin certaines personnes qui semblent s’être mises en retrait du service ou de la politique ( Général démissionnaire de Villiers? Marion le Pen?) et semblent s’être mis dans la réserve ( Bonaparte et de Gaulle ont connu cela eux aussi).
    Nous verrons ce qui va sortir, avec la souffrance des français.

Comments are closed.