Des dizaines d’islamistes travaillent dans le nucléaire en France, tout va bien


Des dizaines d’islamistes travaillent dans le nucléaire en France, tout va bien

Selon un recensement de 2017 de l’Etat-major opérationnel de prévention du terrorisme, qui contrôle le suivi des personnes radicalisées, cité par Mediapart, 59 islamistes radicaux travaillaient cette année ou ont travaillé dans le nucléaire.

Les chiffres font l’effet d’une déflagration : selon l’Etat-major opérationnel de prévention du terrorisme (EMOPT), organisation chargée de contrôler le suivi des personnes radicalisées, 59 islamistes radicaux travaillant ou ayant travaillé dans la filière nucléaire ont été recensés en 2017.

Mediapart, qui a révélé cette information troublante le 6 février 2018, a précisé où ces individus étaient employés. Une vingtaine de sites appartenant à EDF et à ses sous-traitants, des prestataires d’Areva, le CERN (l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire) et l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) seraient touchés. Le journaliste auteur de l’enquête précise qu’une quinzaine de personnes ayant accès à des sites dits sensibles, ainsi qu’une dizaine d’ingénieurs et de chercheurs faisaient partie de ces islamistes.

Interrogé sur le sujet par Mediapart, un «grand ponte des services de renseignement» a minimisé la menace que pourraient faire peser ces islamistes. «Les métiers liés au nucléaire ne sont pas une préoccupation majeure. Bien sûr, nous surveillons cela mais nous n’avons pas détecté d’individus extrêmement dangereux. Et au moindre doute, les habilitations sont retirées», tempère l’intéressé.

Ces 59 islamistes radicaux ont été épinglés pour des faits de prosélytisme ou des comportements communautaristes et, dans certains cas, pour «apologie» ou «indiscrétions professionnelles», selon le site d’investigation.

Créé en juin 2015, l’EMOPT est directement rattaché au cabinet du ministre de l’Intérieur. Il a pour rôle de coordonner, d’animer et de contrôler à l’échelon central le suivi des personnes radicalisées pour s’assurer que celui-ci est bien effectif. Il rassemble des représentants de tous les services impliqués dans la lutte contre le terrorisme.

https://francais.rt.com/france/47971-59-islamistes-radicaux-travaillent-dans-la-filiere-nucleaire

 

Contrairement à ce que laissent entendre les belles paroles de ce fameux « ponte » des Renseignements, il y a tout lieu d’être inquiet de cette menace. Si les individus ainsi détectés ne passent pas eux-mêmes directement à l’acte, ils pourraient tout aussi bien fournir à d’autres soldats de l’islam les indications utiles pour viser les sites sensibles.

Va-t-on enfin comprendre que la frontière islam/islamisme n’existe que dans la tête de quelques bien-pensants, dont l’ignorance crasse le dispute à la lâcheté? Devra-t-on supporter encore longtemps ce risque insensé que l’on fait planer sur nos têtes, acceptant sous sourciller la présence et le déploiement, sur notre sol, de notre ennemi juré, qui n’a jamais cessé la guerre qu’il nous a déclarée il y a 1400 ans?

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




13 thoughts on “Des dizaines d’islamistes travaillent dans le nucléaire en France, tout va bien

  1. caiusbonus

    Ils nous foncent dessus avec des camions et on est assez cons pour leur donner les clés des camions! ça finira très mal.

  2. claude t.a.l

    Ne stigmatisons pas l’industrie nucléaire !

    Il y a autant d’islamistes dans les aéroports, autant dans l’armée, autant dans la police.

    Par exemple, un article du  » parisien « , ce matin :

    http://www.leparisien.fr/faits-divers/seine-saint-denis-une-policiere-ecrouee-pour-vols-d-armes-13-02-2018-7556247.php

    et bien d’autres exemples précédemment.

    En vérité, il y a des islamistes partout : sociétés de surveillance, administration, éducation nationale ……

    Il serait particulièrement injuste que l’industrie nucléaire ne bénéficie pas de cette chance.
    Et nous avec !

    Pas de quoi s’inquiéter.
    Belloubet, ministre de la justice, va nous annoncer qu’il y a un  » suivi « .
    Et elle s’y connaît en  » suivi  » !
    ( http://resistancerepublicaine.eu/2018/02/11/pourquoi-macron-veut-il-lacher-dans-la-nature-les-57-terroristes-qui-seront-libres-avant-2020/ )

  3. Nagau06

    C’est sûr qu’il vaut mieux attendre un attentat et pleins de morts pour réaliser que finalement ils étaient dangereux..oups !!!

  4. hathoriti

    « L’EMOPT est directement rattaché au cabinet du ministre de l’intérieur… » Il contrôle le suivi des radicalisés pour s’assurer que…bla bla bla… Euh…rappelez-moi…QUI est le sinistre ministre de l’intérieur ? ce serait pas, des fois, un débris cacochyme qui est aussi efficace que quand on pisse dans un violon ?

  5. paul

    il faudrait plutôt comptabiliser les muz qui travaillent sur ces sites, je pense que le chiffre serait plus grand, mais bon….sont pas bien dangereux de toute manière

  6. YKempenich

    Pour le CERN, dans les années 2010, il y a eu l’affaire du physicien islamiste Adlène Hicheur.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Adl%C3%A8ne_Hicheur

    Beaucoup de ses collègues et une partie du personnel avaient pétitionné pour soutenir le type en relation avec un chef d’Al-Qaeda qui préparait des attentats en France. Il a été condamné à 5 ans de prison (il en a fait 3).

    Et en 2016, des scientifiques du CERN le soutiennent encore :

    https://lundi.am/En-soutien-a-leur-collegue-assigne-a-residence-en-France-30-physiciens-du-CERN

    Quelle crédulité ou naïveté ou inconscience !

    Pour la radioactivité du coin, les douaniers prélevaient tous les jours un échantillon (filtre) qu’ils adressaient aux autorités de surveillance. En 1986, lors du passage du nuage de Tchernobyl, il n’y eu aucun retour, aucune alerte ni information de ces dernières… Le nuage s’était sans doute arrêté à la frontière.

  7. fanch

    Bien sûr, nous surveillons cela mais nous n’avons pas détecté d’individus extrêmement dangereux. Et au moindre doute, les habilitations sont retirées», tempère l’intéressé.
    Et la marmotte met le chocolat dans le papier alu
    Le meurtrier du Père Hamel était sous contrôle électronique et un( des) rapport(s) avait été adressé à l’autorité supérieur pour signaler son intention de passer à l’acte Alors ????

  8. frejusien

    Tu imagines le temps que ça prend de supprimer une habilitation, et à quel moment vont-ils juger que le type devient dangereux ?

    Un radicalisé n’est-il pas assez dangereux ?
    qu’est-ce qu’il leur faut de plus ?
    Je crois qu’ils attendent que le type dise qu’il va passer à l’action,
    mais je crois que l’égorgeur du père Hamel avait prévenu de ce qu’il comptait faire,
    donc, quand le type dit qu’il va passer à l’action, il faut encore attendre que toutes les informations transitent par différents services, bloquées de temps à autre par des congés ou des jours fériés,
    y a pas à dire, on est bien protégés ,

    Le risque nucléaire est plus grand que n’importe quel autre attentat, car il peut toucher la totalité du pays et les pays limitrophes, et les conséquences s’étalent sur des décennies et deux générations

  9. Dorylée

    « …nous n’avons pas détecté d’individus extrêmement dangereux. Et au moindre doute, les habilitations sont retirées», tempère l’intéressé… » Nous avons vu l’extrême efficacité du suivi des salopards de terroristes musulmans dans les attentats de Charlie, du Bataclan, des terrasses parisiennes et de Nice. De savoir que de telles ordures attendent leur heure, tapies au sein de nos aéroports, notre Police/Gendarmerie, nos sites nucléaires sensibles, nos hôpitaux, nos services des eaux, à de quoi inquiéter plus d’un Français conscient des risques… Et pendant de temps là, Litelassol et son muzz préféré songent à la construction de mosquées cathédrales….

  10. Grain de riz

    Oui,ce qui est dit est inquiétant,de potentiels terroristes qui travaillent dans l’industrie nucléaire,et pourraient faire plein de mauvaises choses.Mais à cela s’ajoutent les menaces extérieures,c’est à dire par des gens qui ne travaillent pas dans ces centrales.Des écologistes ont bien montre à plusieurs reprises que l’on pouvait facilement entrer dans certains endroits sensibles malgré les mesures de sécurité.Il y a les possibilités d’attentats par avions sur les centrales.Il y a les possibilités d’actes de malveillance par des drones.Les possibilités sont multiples.Je pense qu’il est vraiment temps d’arrêter cette énergie,elle nous a bien rendu service pendant longtemps,mais à présent,cela devient vraiment trop dangereux.

  11. Anne

    J’ai lu le livre de Pierre Martinet: DGSE « Service Action ». D’après lui, des filatures et des planques, ils en font pas mal mais pour avoir l’ordre de « traiter » le barbu », ça c’est autre chose
    Je vous recommande ce livre édifiant sur les services secrets avec des hommes qui se posent à peu près les mêmes questions que nous, du genre: « Mais pourquoi on ne l’a pas dégommé avant? »

Comments are closed.