Stage interdit aux Blancs : plainte classée sans suite, la faute au Procureur ou à Blanquer ?


Stage interdit aux Blancs : plainte classée sans suite, la faute au Procureur ou à Blanquer ?

La moindre plainte de la Licra, de la LDH, du CCIF, SOS Racisme, Mrap et compagnie est immédiatement instruite. Même quand elle est rédigée n’importe comment ( et j’en ai des preuves que je sortirai le jour dit ).

Rappel des faits :

Le syndicat enseignant Sud Education avait organisé un stage de professeurs… interdit aux Blancs.

70 professeurs étaient inscrits, et devaient, pour y participer, obtenir une autorisation d’absence de leur chef d’établissement… Autorisation de droit selon le syndicat.

http://resistancerepublicaine.eu/2017/11/19/laisserez-vous-70-profs-participer-au-stage-interdit-aux-blancs-organise-par-sud-education/

Devant les réactions sur les réseaux sociaux, Blanquer avait vu rouge ( ou fait semblant ) et fait des déclarations offensives, annonçant qu’il portait plainte.

Il a bien déposé plainte… pour diffamation ! Parce que le stage proposait  une « analyse du racisme d’Etat dans la société et en particulier dans l’Education nationale ». Et la plainte a été déposée contre le syndicat et non contre son représentant. Plainte irrecevable, a dit le Procureur….

 En portant plainte contre Sud-Education 93, le ministre a commis une boulette juridique : le droit français ne permet pas de poursuivre une personne morale – en l’occurrence un syndicat – pour diffamation ou injures, comme l’avait alors rappelé le Monde. Il faut, dans ce cas, poursuivre le représentant légal de l’organisation. Or, le cabinet de Jean-Michel Blanquer n’a visiblement pas pris cette peine, puisqu’il renvoie la balle au procureur de la République : « Le parquet n’a pas fait les investigations qui auraient permis d’identifier les personnes physiques concernées. »

https://www.marianne.net/politique/racisme-d-etat-la-plainte-de-jean-michel-blanquer-contre-sud-education-93-classee-sans

On voudrait nous faire croire que les services de Blanquer seraient suffisamment nuls pour avoir déposé une plainte qui ne respecterait pas les canons du genre ? Il y a, forcément, dans chaque Ministère, un ou plusieurs juristes à demeure pour réagir au quart de tour à tout évènement nécessitant le recours à la loi… 

Cette histoire est plus que bizarre…

D’abord, on ne sait pas si le stage a néanmoins eu lieu, si Blanquer a usé d’autorité pour que soient refusées les autorisations d’absence…

Ensuite, pas de plainte pour incitation à la haine contre le syndicat ? Pas de haine pour racisme ? D’aucune officine dite anti-raciste, bien entendu, mais pas de Blanquer non plus ? 

La main de Macron est forcément là, une fois de plus. Surtout avoir l’air courroucé, dénoncer… et laisser faire, laisser se développer une société communautariste, laisser se développer la condamnation et l’exclusion des Blancs, avatar des Français d’origine.

La preuve ? C’est que Sud Education, depuis, a récidivé, avec un stage interdit… aux hommes, cette fois :

http://resistancerepublicaine.eu/2018/01/28/sud-education-recidive-stage-interdit-aux-hommes-la-cgt-va-t-elle-encore-applaudir/

Pas de procès, pas de dissolution d’association… Ils peuvent continuer, les doigts dans le nez.

 

C’est pourquoi je soupçonne fortement Blanquer d’avoir organisé toute la mise en scène de ses protestations, de sa colère… pour la montre. Encore une histoire de communication montée par les bébés Macron.

On pourrait me dire que le Procureur n’a peut-être pas fait beaucoup d’efforts non plus et aurait plus facilement identifier et requalifier la diffamation… On va demander à notre juriste Maxime son avis.

Mais tout cela sent la manipulation. Une fois de plus Macron et ses sbires ont pris les Français pour des cons. Et ils continuent.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


11 thoughts on “Stage interdit aux Blancs : plainte classée sans suite, la faute au Procureur ou à Blanquer ?

  1. jojo ( le plombier )

    C’est l’application à la lettre des consignes de son maitre. ce que les journalistes vendus à la cause appellent le « fondement de la pensée Macronienne » à savoir le fameux  » et en même temps » que d’autres plus rustres ou moins acquis à la cause Microbienne traduisent « et en même temps je t’embrouille » tandis que dans des lieux ou les bonnes manières ont définitivement déserté, tant la coupe est pleine, et l’exaspération grande, on traduira sans filtre par un « et en même temps je t’ en…… t e prend pour une buse » vive les élections qui nous le rendent bien en nous donnant des zelus et des gouvernants de cette qualité et surtout de cette honnêteté intellectuelle

  2. claude t.a.l

    “Stage interdit aux Blancs  »

    Dehors, chez moi, tout est tout blanc, partout, les toits, les routes, les champs, et ça blanchit de plus en plus . ( la neige en hiver ! c’est pourtant un réel scandale ! )

    Et je n’entends ni le PIR, ni les  » indigènes de la république « , ni le CRAN, ni sud éducation, ni l’ UNEF, ni ……

    Ben ‘lors, y sont en hibernation, ou quoi ?

    1. claude t.a.l

       » ou alors, ils se sont  » déradicalisés  » « , me souffle à l’instant une amie de passage ( malgré la neige ).

  3. Vent d'Est, Vent d'Ouest

    Le ministre aurait fait une boulette, entouré comme il devrait l’être de juristes censés connaître les procédures à ester en justice ? Permettez-moi d’en douter, c’était un artifice pour faire croire qu’il agissait, point barre.

  4. frejusien

    D’après ce que vous écrivez, un individu ne peut porter plainte contre une association, un syndicat ou une entreprise, alors que la réciproque n’est pas vraie ,
    je ne savais pas, n’y a-t-il pas déjà eu des plaintes contre personne morale ?

    1. Christine TasinChristine Tasin Post author

      il faut porter plainte contre le responsable. par exemple les plaintes contre des articles de Riposte ou de Résistance sont faites contre le Directeur de publication pas contre l’association elle-meême

  5. edgar

    Bravo les services juridiques du Ministère de l’Education nationale ! Cela en dit long sur l’incompétence de cette bureaucratie !

Comments are closed.