Pourquoi dépenser pour l’immigration au lieu de favoriser notre natalité comme au Japon ?


Pourquoi dépenser pour l’immigration au lieu de favoriser notre natalité comme au Japon ?

A Bruxelles comme à Berlin, on s’arrache les cheveux. Ou plutôt on fait semblant. Depuis des dizaines d’années.

« Les Européens ne font pas assez d’enfants, il n’y aura personne pour payer les retraites des baby-boomers. Il faut une immigration massive. Au moins 50 millions d’immigrés en Europe ».

C’est ce que l’on entendait déjà dans les années 80… et qu’expliquait en 2008 le de Daily express.

https://translate.google.fr/translate?sl=auto&tl=fr&js=y&prev=_t&hl=fr&ie=UTF-8&u=https%3A%2F%2Fwww.express.co.uk%2Fnews%2Fuk%2F65628%2FSecret-plot-to-let-50million-African-workers-into-EU&edit-text=

Depuis ça ne s’est pas arrangé, c’est le moins que l’on puisse dire. L’Allemagne, surtout, est pointée du doigt, ce qui a sans doute concouru à faire accepter aux Allemands la première vague d’un million de « migrants », par-delà la manipulation médiatique à grande échelle.

Dans le même temps, l’Allemagne compte fortement sur l’immigration pour contrer les conséquences néfastes du vieillissement de sa population sur l’économie du pays. «La participation accrue des nationaux sur le marché du travail tout comme l’immigration de main d’œuvre étrangère ont compensé les effets démographiques négatifs», souligne l’Institution national des statistiques allemand (Destatis) dans un rapport publié début janvier. La Bundesbank (banque fédérale allemande) estime en effet que la population apte au travail, c’est-à-dire âgée de 15 à 74 ans, diminuera de 2,5 millions avant 2025.

https://francais.rt.com/international/46983-allemagne-hausse-violences-presque-exclusivement-due-migrants-etude

http://resistancerepublicaine.eu/2018/01/04/les-migrants-sont-les-auteurs-dun-acte-de-violence-sur-8-selon-le-gouvernement-allemand/

 

Or, il se trouve qu’au Japon la démographie est dangereusement basse aussi mais qu’on pense malgré tout à préserver identité, civilisation et sécurité.

Dans la petite ville de Naguicho  qui était en train de mourir, les responsables ont, tout simplement, tout bêtement… pratiqué une politique nataliste. Ils ont donné de l’argent  en échange de naissances, ils ont investi pour proposer des modes de garde… etc.

Les subventions à la parentalité semblent faire merveille.

C’est une mosaïque de maisons quelconques nichées au pied d’une montagne, Nagicho ressemble à une ville japonaise ordinaire. Mais à y regarder de plus près, quelque chose la rend extraordinaire: des bébés. Yuki Fukuda est l’une des nombreuses mères du coin avec trois enfants. La bosse sous son manteau d’hiver indique qu’un autre est en route, un échantillon de l’effet d’aubaine qui a permis au taux de fécondité de la ville de doubler depuis 2005.

Sans surprise les journalistes ont afflué dans ce coin reculé du pays pour voir s’il y avait quelque chose qui favorise la fécondité dans l’eau qui coule du mont Nagi. La cause apparaît pourtant plus prosaïque: l’économie. Alarmé par le manque d’enfants, le gouvernement local a réhaussé les incitations à avoir des bébés. Le taux de fécondité est passé de 1,4 (c’est-à-dire que la femme moyenne aura 1,4 enfant au cours de sa vie, soit à peu près le taux national) à 2,8 en 2014. Les chiffres provisoires suggèrent que le taux est retombé depuis à 1,9, mais même si cela se confirmait, ce taux resterait bien supérieur à la moyenne nationale.

Mme Fukuda recevra un don  » célébration  » de 300.000 yens (2214€) lorsqu’elle aura accouché. Un service de baby-sitting subventionné existe pour seulement 1800 yens par jour (13€), et à côté de ça des sièges de voiture et autres accessoires pour bébés sont également subventionnés. Lorsque ses enfants atteindront l’école secondaire, elle recevra 90.000 yens par an (664€) pour chaque élève. En théorie, cette allocation est destinée à couvrir les coûts de la scolarisation des enfants, en particulier pour ceux qui vivent relativement loin. Et alors qu’au Japon tout le monde (sauf les plus pauvres et les personnes âgées) doit généralement payer 30% de ses factures de santé (le gouvernement national se chargeant du reste), à Nagicho le gouvernement local paie les 30% pour les enfants.

D’autres initiatives sont plus créatives. La ville compte sur un réseau de bénévoles pour l’aider à garder ses deux crèches ouvertes. Les entreprises qui s’installent dans la ville reçoivent des terrains sans loyer – un geste qui a attiré au moins trois entreprises depuis 2014, explique Yoshitaka Kumagai, un officiel du gouvernement local. La ville offre également un ensemble d’appartements rénovés ou nouvellement construits avec des subventions pour la location de maisons.

M. Kumagai insiste sur le fait que toutes ces largesses ont seulement fait passer la part du budget annuel de la ville consacrée à l’augmentation du taux de fécondité de 2% à 3% (4 milliards de yens). Comme des milliers d’autres communautés de plus en plus réduites à travers le Japon, la ville était désespérée, dit-il. Nagicho a perdu un tiers de sa population depuis 1955, et un tiers des 6 100 habitants qui restent ont plus de 65 ans. Nous essayons de maintenir la ligne à 6 000 personnes, dit-il.

Les soucis qu’a connu la ville sont les mêmes dans tout le pays. En 2016 les décès ont dépassé les naissances de 300 000, chiffre record; selon les projections du gouvernement, la population de 127 millions d’habitants pourrait chuter de près d’un tiers au cours des 50 prochaines années. Le premier ministre Shinzo Abe s’est engagé à relever le taux de fécondité à 1,8. À cette fin, une grande partie des fameux  » 2 trillions  » de dépenses publiques supplémentaires approuvées par le Cabinet le mois dernier sera affectée aux services de garde d’enfants.

(…)

The Economist

http://www.fdesouche.com/937753-japon-ville-double-taux-de-fecondite-grace-aux-subventions

 

Simple comme bonjour.

Sauf que, si l’on veut faire exploser les Etats-nation européens, si l’on veut obliger les Européens à renoncer à leur protection sociale, leur retraite à 60 ans, leur smic, leurs 35 heures, la sécu… il faut les rendre minoritaires, en position instable, inquiets de l’avenir… et, surtout, les obliger à tout remettre en cause dans un contexte de chômage fort et de forte concurrence venue de l’étranger.

C’est ce qui se passe en Europe. Il n’est pas de réfugié climatique, économique, de guerre… qui tienne. Il faut que nous disparaissions pour que les multinationales puissent continuer de s’en mettre plein les poches et trouvent des esclaves dociles, peu éduqués, habitués à obéir à leur prophète sans poser de question et consuméristes.

Alors la politique nataliste, surtout pas chez nous. Il vaut mieux convaincre les imbéciles d’accueillir chez eux des mineurs étrangers de 30 ans que de leur donner les moyens et l’envie d’avoir plusieurs enfants.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


22 thoughts on “Pourquoi dépenser pour l’immigration au lieu de favoriser notre natalité comme au Japon ?

  1. 1214-1412

    La démonstration est claire, tout est mis en œuvre pour accomplir le remplacement des peuples de souche européens et détruire leurs droits sociaux, leurs traditions et tout ce qui fait l’âme ou la nature d’un peuple. Pour le capitalisme maintenant mondialisé seuls les taux de profit comptent, tout le reste n’a aucune importance.
    Nous vivons une époque de barbarie économique et par contrecoup culturelle comme il n’en a jamais existé au cours de notre histoire

    1. ,

      HELAS ce n’est pas la seule raison pour laquelle « on » veut détruire les nations européennes, c’est bien plus « délirant que ça »
      Il suffit de taper « mondialisme » et vous aurez des personnes comme Pierre Hillard, Laurent Glauzy, P.PLoncard d’Assac, Lucien Cerise et tant d’autres pour vous éclairer sur ce plan démoniaque.

      Mais nous ferons face, parce que nous sommes attachés à nos origines.

  2. robertr

    la question est très pertinente ,cella fait des années que je ne comprend pas pour quelle raison ,nous empêchons nos femmes (en Europe) de faire des enfants et que nous faisons à grands frais ,venir des enfants et familles pour combler le déficit démographique?

  3. J

    La Pologne l’a compris aussi et favorise la natalité, comme la Russie. Chez nous, tout est fait pour décourager le Français Blanc à faire des enfants, tandis que les muzz et Noirs sont gavés d’aides sociales. Nous, on favorise la politique de la mort : rien que la polémique sur l’avortement tend à démontrer que le gouvernement veut cesser la natalité. Attention, je ne suis pas contre l’avortement. Mais uniquement dans des cas spéciaux : malformation grave, grossesse à risque très élevé, viol…
    L’avortement pour la conne qui n’a pas voulu prendre sa pilule parce que ça fait grossir, ça non.
    Et pour ma part, en Mai naîtra une nouvelle résistante. Croyez-moi que je vais bien lui inculquer les choses.

  4. DmitriiPetit

    Les mesures citées donneront en France les conséquences complètement opposées. Elles provoqueront surtout la multiplication de naissances chez femmes venues d’immigration. Chez nous il faut :
    – supprimer toutes les allocations familiales
    – ajouter les avantages fiscaux considérables aux parents pour chaque enfant
    – revaloriser la famille traditionnelle

    1. Christine TasinChristine Tasin Post author

      Ces mesures ne sont imaginables que si elles sont réservées aux Français d’où la nécessité de sortir de l’UE

      1. lucide

        ET DONC DE PREPARER LES ESPRITS A SAVOIR VOTER, DES AUJOURD’HUI. Car ce n’est pas à quelques mois des élections que nous sauront voter.

    1. pier

      l ‘ écologie >>> pollution
      plus de population >> plus de pollution >> plus besoin d ‘équipements , de nourriture , de matière premières
      la FRANCE était bien avec 50 millions
      la planète ne peut supporter toute la populace mondiale
      les animaux régulent mieux leur développement

  5. Un wagon pour Treblinka

    Paris la solution…
    Paris est une ville crasseuse, envahie par les rats, les touristes se font détrousser par les hordes de racailles, les stations de métro sont des zones sous la loi des pourritures, que fait la Folle de Chayot ? Elle va organiser un référendum pour interdire les véhicules diésel et essence.
    Paris est devenue une ville de merde avec des habitants de merde qui aiment vivre dans ce magma. Entre les bobos pouilleux, les moulouds qui établissent leur califat, les bamboulas qui reconstituent Bamako/Seine et les clandos porteurs de vermines, reste plus grand monde.

    Un seul traitement prophylactique radical: la vitrification.

    Alors faire des enfants…

  6. claude t.a.l

    Cette histoire de natalité mériterait une très ample discussion.

    La Pologne, la Russie, le Japon, …. l’encouragent en disant :  » ils nous faut des enfants. Que ce soient les nôtres ! « .

    La France, l’ Allemagne, l’ Europe occidentale en général, disent :  » ils nous faut des enfants. Qu’ils viennent de n’importe où, on s’en fout ! « ;

    Bien sûr, je préfère la première proposition . ( j’en ai élevé 3 ! )

    Mais cette histoire de natalité à outrance (  » pour financer les retraites « , pour
     » avoir de nouveaux consommateurs « , …. ) n’est rien d’autre qu’un immense  » système de Ponzi « .

     » Un système de Ponzi est un montage financier frauduleux qui consiste à rémunérer les investissements des clients essentiellement par les fonds procurés par les nouveaux entrants. Si l’escroquerie n’est pas découverte, elle apparaît au grand jour au moment où elle s’écroule, c’est-à-dire quand les sommes procurées par les nouveaux entrants ne suffisent plus  »
    ( wikipedia )

    Il n’est pas, selon moi, souhaitable que la France ait 200, 300, 400…. millions d’habitants.

      1. frejusien

        c’est ça, le système de Ponzi, c’est un système pyramidal, et quand il n’y a plus suffisamment de monde à la base, pour financer les premiers entrants, la pyramide s’effondre

  7. Massilia

    Je suis d’accord simplement les aides distribuées semblent ridicules par rapport aux aides en France et nous ne faisons pas d’enfants alors ? De plus les aides au stade ou nous en sommes devraient être réservées aux petits blancs et ça c’est pas possible donc cette option n’est plus valable en France

  8. Fomalo

    Après l’annonce du lundi 22 janvier sur la refonte des retraites en un seul régime, prenant effet en 2019,je me dis que le but du maqueron et consorts est devenu complètement transparent. Finis les partenaires « sociaux », des fonctionnaires ad-hoc gèreront totalement les retraites, réajustables à merci, en fonction de l’économie mondialiste. Ce qui signifie une fois de plus un nivellement par le lambda. Au vu de la natalité déficiente, les formations et aides diverses iront de plus en plus aux immigrés , pour leur faire atteindre le seuil lambda: théorie des vases communiquant.. Pour les pauvres, inféconds et trop vieux, ce sera l’euthanasie envisagée avec soulagement (à la chaîne). Pour les autres, un peu plus nantis, ils paieront très cher, et devront se dépêcher de postuler en banquant au concours du haut-clergé des zélites , histoire de justifier le « ruissellement » national. En 2020 ce sera alors une crise française,européenne, et mondiale. Et l’Europe infiltrée sera toujours debout, comme « le veau d’or » rapiécé, ayant formé ses bataillons sous l’égide de l’OTAN pour s’attaquer à la Chine, la Russie ou d’autres ??? « ‘Debout les murs couverts de viandes inutiles…. »

  9. Grain de riz

    Moi,je trouve inutile d’être trop nombreux,en France on vivait bien mieux il y a 40 ans,l’immobilier était bien moins cher,il y avait beaucoup moins de pollution,moins de fous dans les rues,etc.. Quand on entend dire que en Europe,c’est inquiétant,la population vieillit,que il faut encourager la natalité ou bien faire venir en France des populations étrangères, car sinon les retraites ne seront pas payées,on a l’impression que la population serait un troupeau d’animaux qui doivent rapporter de l’argent à certains. En fait,il y a plusieurs acteurs à l’œuvre: Il y a des lobi financiers,qui veulent toujours plus de population,par exemple le béton,il y a aussi des lobis idéologiques et religieux pro natalistes,qui eux mêmes proviennent,à l’origine,de lobis financiers qui se sont introduits dans les religions au cours des siècles.Mais tous ces bons orateurs,eux,ne vivent pas entassés les uns sur les autres,souvent n’ont eux mêmes pas d’enfants.Un qui m’a énerve il y a peu,c’est Christophe Barbier,à l’émission C dans l’air,qui a dit que la population française vieillissait,et qu’on ne pouvait pas éviter une immigration car on en avait besoin.J’aurais été sur le plateau,je lui aurais dit,si la population française ne vous plaît pas,eh bien allez ailleurs,et puis il faudrait qu’elle augmente jusqu’à combien de millions?

  10. Conan

    Avec la réforme législative imposé sous Valls visant à faciliter et accélérer la procédure de naturalisation + le torrent migratoire continu, on sait à qui profite les allocations, dont, en outre, l’octroi est hiérarchisé en fonction des revenus…
    Tout a été pensé et mis au point avec méthode pour aider au grand remplacement …

  11. Dédéquinembrouillepas

    Content de voir que vous faites ici, enfin, un article sur cette évidence.
    Mieux vaut tard que jamais, comme on dit.
    Allez à Moscou et vous verrez dans les métros des tas d’affiches avec homme et femme et …3 enfants : de la pub pour relancer la natalité, cela existe depuis au moins 2008 là bas (ça a duré des années je revoyais ces pubs très souvent un peu partout après

  12. frejusien

    En fait, il y a eu deux théories opposées concernant la natalité,:

    Celle des « économistes », si on peut les appeler ainsi, car à mon avis, ce sont de très mauvais économistes, qui sont dans le camp des gros capitalistes, et pour qui la devise est : « produire toujours plus pour gagner plus, » mais seuls les pdg engrangent le bénéfice de cette super production, donc, c’est plutôt la devise des affairistes cupides et irresponsables

    Puis la deuxième théorie, plus pragmatique et raisonnable, qui tient compte de l’épuisement des ressources de la planète annoncée apr les scientifiques,
    car nous vivons à crédit, de même que la France est endettée, la planète est surexploitée, et à compter du mois d’aout de chaque année , on vit sur les ressources de l’année suivante,

    Les peuples civilisés se sont donc mis à faire moins d’enfants, conscients que les futurs humains auraient de sacrés problèmes à résoudre,

    La politique actuelle dirigée par les trusts tout-puissants, a choisi la première théorie et va l’appliquer, coute que coute,
    càd : vous ne voulez pas d’une démographie galopante, on va vous remplacer et vous amener des pondeuses en quantités, pour eux l’individu est un objet négligeable, ils ne tiennent compte que des » masses » significatives, en matière de sources exploitables sur le marché de l’emploi et sur le marché consommateur de produits

Comments are closed.