Les cons ça ose tout : le raciste Thuram fustige un prétendu racisme occidental


Les cons ça ose tout : le raciste Thuram fustige un prétendu racisme occidental

Si on voulait se mettre au niveau de Thuram, on dirait comme les gosses  » c’est celui qui le dit qui y est ».

« Un soir de 12 juillet 98, on a la coupe, on est en train de faire des photos entre nous (…). Et là j’entends Lilian Thuram, et je ne suis pas le seul, Frank Leboeuf aussi, dire allez les Blacks on fait une photo tous ensemble ».
Une parole étonnante, en contraste avait ce qu’aurait été un engagement antiraciste sincère, et qui, en réalité, se révèle comme purement communautariste. Une erreur de jeunesse si lointaine ? Pas vraiment. En janvier 2010, le donneur de leçons Thuram récidivait avec un livre de football au titre évocateur : Mes étoiles noires. Encore une fois, la distinction est faite. »
« En 2009, l’ancien tricolore auteur du doublé en demi-finale contre la Croatie était invité par le Conseil Régional d’Alsace à venir témoigner devant des lycéens à l’occasion de la clôture du Mois de l’Autre. Une conférence d’une heure trente sur le thème du racisme pour laquelle l’ancien international tricolore avait alors demandé pas moins de… 20 000 euros !
Autant dire que cela fait cher le discours. Trop cher pour Adrien Zeller, président du Conseil Régional, qui n’avait pu aligner « que » 1 500 euros. Pas assez pour le bon Lilian qui a donc décliné l’offre avec une suffisance révoltante. « On ne vit hélas pas dans le même monde » avait conclu M. Zeller, dépité. Cette fois, le constat est sans équivoque : c’est bien l’argent et non la sincérité qui motive Lilian Thuram. »

Ceci est la conclusion d’un magnifique article de Danielle Moulins consacré à l’imposteur Thuram qui réécrit l’histoire et l’histoire de l’art en interprétant selon son schéma racialiste et raciste l’oeuvre de Delacroix. Thuram raciste, manipulateur et en plus d’une inculture crasse. Ça fait beaucoup pour un homme qui se fait payer 20000 euros la conférence.

Je vous invite à déguster :

Devant les oeuvres de Delacroix, Thuram fait sa propagande anti-occidentale

Nous vivons vraiment une époque formidable ! Grâce à la petite lucarne orwellienne, aux radios et aux journaux de notre Meilleur des Mondes, nous avons pris l’habitude de voir et d’entendre les doctes péroraisons d’historiens confirmés tels que Djamel Debbouze sur la présence tri millénaire de l’islam en France ou les propos d’experts es morale de toute une flopée d’histrions plus ou moins frais en mal de notoriété, brutalement choqués par un petit cadavre habilement mis en scène sur une plage, tous ordonnant l’accueil inconditionnel de tous les criquets de la terre, tous luttant bien sûr contre le retour des heures les plus sombres de notre histoire :

https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/migrants/migrants-des-artistes-francais-se-mobilisent_1072315.html

Nous les avons vus se mobiliser pour les péripéties rectales du pauvre Théo :

http://www.lefigaro.fr/culture/2017/02/15/03004-20170215ARTFIG00301-youssoupha-omar-sy-et-mathieu-kassovitz-ils-s-engagent-pour-theo.php

Nous avons vu les mêmes ou d’autres rendre publique leur émotion à la découverte de l’esclavage en Libye, en évitant soigneusement d’en nommer les responsables :

https://www.ouest-france.fr/monde/libye/esclavage-en-libye-qu-est-ce-que-vous-attendez-pour-reagir-5393029

Nous avions déjà apprécié la mobilisation de Lilian Thuram, footballeur retraité et militant de l’anti-racisme, pour les clandestins soudanais de Calais. Nous connaissions la prospérité de sa petite entreprise nommée Fondation Lilian Thuram – Education contre le racisme, forte de subventions confortables, et sa prétention à des honoraires à la hauteur de sa notoriété : 20.000 euros pour une conférence d’une heure et demie !

https://www.ouest-france.fr/sport/football/football-lilian-thuram-joue-un-match-avec-des-migrants-soudanais-4670961

 http://www.leparisien.fr/melun-77000/l-aide-a-la-fondation-thuram-jugee-trop-importante-03-05-2011-1432528.php

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/lilian-thuram-l-escroquerie-93514

Je pensais alors, loin des tumultes et de la propagande des médias, trouver un havre de paix dans la contemplation des peintures du charmant Musée national Eugène Delacroix, lieu de beauté et de sérénité, à l’ombre de l’église de Saint-Germain des Prés ! Que nenni, Lilian Thuram, toujours au taquet pour une « bonne action » n’a pas su résister à l’opportunité offerte par le musée, avec la très recommandable Françoise Vergès, de « concevoir une exposition qui examine de façon particulière les œuvres de la collection du musée », et construire « un discours nouveau à l’intention de tous les publics, » exposition intitulée « Imaginaires et Représentations de l’Orient« .

Un tel guide ne pouvait décevoir, surtout si l’on envisage la passion de l’anti-racismecomme un sésame indispensable à la lecture et l’analyse des peintures de Delacroix et de ses pairs… Hélas, dès les premiers jours toutes les dates des conférences du footballeur étaient déjà retenues, me privant d’une expérience certainement inoubliable. On imagine que quelques professeurs du 93 ont ainsi trouvé l’appât Thuram pour pouvoir traîner au musée des classes d’habitude peu motivées par la peinture française romantique. J’ai donc visité seule l’exposition et j’ai pu profiter des cartouches portant les doctes commentaires du célèbre footeux auprès des œuvres exposées…

Et heureusement pour notre édification la presse s’est largement mobilisée autour d’un tel événement culturel :

Arte, bien sûr, pour qui Thuram est un « guide de choix » !

https://www.arte.tv/fr/videos/080589-000-A/lilian-thuram-guide-de-choix-au-musee-delacroix/

Europe 1.fr a eu le bonheur de couvrir la première visite et nous dévoile les commentaires éclairés de l’infatigable promoteur du vivre-ensemble. Savourons quelques extraits de l’article : « pour éveiller les jeunes à ces toiles de Delacroix sur l’Orient, il veut essayer de conserver un lien avec notre époque, notamment en évoquant le football. C’est ainsi que le portrait présumé du chanteur Baroilh en costume oriental, une œuvre de 1834, est prétexte à une évocation de la polémique autour du déguisement d’Antoine Griezmann, apparu grimé en basketteur noir, la peau teinte de la tête aux pieds, sur les réseaux sociaux.

Le blackface de Griezmann. « Je suis un homme marron foncé, mais ça n’est pas un déguisement, donc si vous voulez vous déguiser en joueur de foot, je pense qu’un maillot et un short ça suffit », explique Lilian Thuram devant la toile. « L’histoire du déguisement raconte aussi une histoire de rapports de domination entre les personnes ».

« On ne naît pas raciste. Dans nos sociétés, de façon inconsciente, il y a des personnes qui reproduisent les schémas de domination, mais il ne faut pas avoir peur d’affronter ces questionnements. Encore une fois, nos cultures se sont construites sur le racisme, comme elles se sont construites sur le sexisme », soutient notamment le joueur le plus sélectionné de l’histoire des Bleus. » Voilà de quoi, on s’en doute, faciliter l’assimilation de certains « jeunes » issus des quartiers « populaires » toujours prêts à cracher sur la France !

Devant le tableau de Fantin-Latour, copie des Femmes d’Alger de Delacroix, Thuram n’hésite pas à tordre le cou aux représentations pour bien éviter l’écueil de l’évocation du harem et «  va mettre l’accent sur leur tenue sans voile, décolletées et bras nus. » «  C’est un choc pour les Occidentaux qui vont en Orient, parce qu’à l’époque, la femme n’est pas aussi libre vestimentairement en Occident. »

Mensonge, dissimulation, torsion de la réalité pour nourrir sa propagande ! Comment Thuram peut-il ici éluder le voile intégral qui cachait obligatoirement ces femmes dès qu’elles sortaient du harem, alors qu’en 1830 les élégantes européennes découvraient largement leurs épaules, leur gorge et leurs bras, le corset consenti avec coquetterie pour mettre encore leurs appas en valeur ? Et comment peut-il ne pas parler de la polygamie et de la situation d’enfermement de ces femmes car, même si ce tableau ne peut être que la vision du peintre, il traite d’une réalité. Et la servante noire à droite, n’est-elle pas aussi une esclave de son maître musulman ? Thuram se garde bien d’en parler, probablement fidèle aux propos de Madame Taubira :

Quant au magnifique tableau La lionne prête à s’élancer , voici ce qu’il inspire au « conférencier » et au journaliste convaincu : « Et devant la Lionne de Delacroix, il pense au lion de l’Atlas. « Je pourrais faire le lien, pour les enfants qui aiment le foot, avec le Maroc dont il est l’emblème de l’équipe », explique l’ancien Bleu. Rien de tel donc que Lilian Thuram pour faire venir les jeunes au musée. »

http://www.europe1.fr/culture/au-musee-delacroix-lilian-thuram-simprovise-guide-contre-le-racisme-3543257

https://www.dailymotion.com/video/x6cy8ca

Cet autre article édifiant de 20minutes.fr rend brillamment compte des commentaires pertinents que l’œuvre de Delacroix inspire à Thuram :

http://www.20minutes.fr/culture/2202091-20180115-exposition-suivi-visite-guidee-lilian-thuram-musee-delacroix

C’est que nous avons affaire à un esprit contestataire qui se pose plein de questions : « Qui décide où se situent l’Orient et l’Occident ? Ne sommes-nous pas l’Orient des Etats-Unis, par exemple ? » Et le journal de souligner à quel point il se révèle bon pédagogue : « Attentif aux réactions de son public, Lilian Thuram vérifie régulièrement que ses pensées ont bien été comprises par les visiteurs ».

En effet, je pense avoir très bien compris…

https://www.dailymotion.com/video/x6cy8ca

Francetvinfo.fr n’est pas en reste pour promouvoir la prestation de Thuram dont le but serait d’ « amener les visiteurs, petits et grands, à s’interroger sur ce qu’ils vont découvrir. » A croire qu’on l’attendait pour enfin décrypter l’œuvre de Delacroix ! Delacroix qui, bien malgré lui, se trouve entraîné vers les abysses idéologiques du donneur de leçon ! Delacroix bafoué sans vergogne en compagnie de Lord Byron par une lecture mensongère et tendancieuse de cette lithographie « Le combat du Giaour et du Pacha » :

Pour Thuram il s’agit simplement d’une représentation de « la puissance et de la domination » et d’ajouter doctement : « On voit bien qu’il y a un rapport de domination. Le personnage sur le cheval, ce serait l’Occidental, qui met à terre le Pacha, lui, de l’Orient. Ça raconte une histoire. »Et ça raconte surtout une grosse manipulation ! Car « giaour »en turc signifie « koufar », mécréant ! Car cette scène s’inspire d’un poème de Lord Byron qui raconte la vengeance d’un jeune Vénitien, amoureux de Leila, prisonnière dans le harem du Pacha ; le Pacha, ulcéré par la fuite de Leila trucide cette dernière à la mode musulmane, cousue dans un sac et noyée ! Vous la voyez où, vous, la domination, probablement esclavagiste, pré ou post coloniale et raciste, selon le professeur Thuram, de l’Occidental sur l’Oriental ? Moi je vois une juste vengeance et une preuve de plus de l’obscurantisme et de la cruauté musulmane, et surtout un prétexte à une série d’œuvres d’une grande virtuosité, mais cela ne rentre pas dans le logiciel de la Fondation Laveuse de Jeunes Cerveaux.

Une autre version peinte du même sujet : 

https://www.francetvinfo.fr/culture/expos/lilian-thuram-guide-contre-le-racisme-au-musee-eugene-delacroix_2556429.html

Ne reculant devant rien pour caser aux forceps ses délires idéologiques, Thuram nous donne une lecture ahurissante de cette litho représentant un « homme noir à cheval »:

Pauvre Delacroix qui doit se retourner dans sa tombe !

Encore quelques cartouches qu’il est inutile de commenter tant y est visible le déni de Thuram sur les tragiques méfaits de l’islamisation, hier comme aujourd’hui, alors que ces œuvres orientalistes regorgent de preuves des violences esclavagistes commises par ses protégés, les mêmes qui, pourtant n’ont jamais cessé d’humilier, violenter et trucider ses frères de couleur. Mais le fonds de commerce du footeux c’est d’accabler l’occidental, l’européen, le blanc forcément dominateur, négrier et colonialiste :

 Amen!

Allez, pour remettre les choses en place, voici quelques témoignages iconographiques où Lilian Thuram pourra chercher aisément des traces de « domination occidentale » ; il y trouvera également la photo d’un grand esclavagiste, Tippo Tib, dont la particularité était de vendre activement ses propres frères :

    

Le grand esclavagiste Tippo Tip

Déconstruction de l’enseignement, interdiction de la transmission des savoirs, ruine de l’école, matraquage de l’idéologie du vivre-ensemble, anti-racisme officinal, relativisme destructeur, toutes ces tares se retrouvent maintenant au musée. En cherchant à racoler une certaine jeune clientèle, le Musée Eugène Delacroix a accepté de cautionner l’indigence et la malhonnêteté des commentaires ineptes de Thuram, commentaires de fait scandaleusement racistes, puisque ces jeunes de banlieue n’auraient droit qu’à cette sous-culture en guise d’ouverture à l’art, scandaleux gloubi-boulga fétide qui, sous prétexte de promotion du « vivre-ensemble » ne sert qu’à les conforter dans l’ignorance de notre Culture et la haine de notre Nation.

Danielle Moulins

Quelques liens et éclairages supplémentaires :

http://www.thuram.org/site/

http://www.petitpalais.paris.fr/oeuvre/combat-du-giaour-et-du-pacha

Le Combat du Giaour et du Pacha, peint par Delacroix en 1835 s’inspire d’un passage des contes orientaux de Byron publiées en 1814 sous le titre The Giaour, a fragment of a turkish tale.

« La mort d’Hassan fait délibérément écho à la lutte des Grecs pour leur indépendance menée avec l’aide de la France, de l’Angleterre et de la Russie de 1820 à 1830. Alors que le poème de Byron met en scène deux troupes animées d’une même fureur, Delacroix choisit d’isoler les deux rivaux pour les représenter dans un duel dont la violence reste fidèle au récit.  Delacroix s’est également servi de ses souvenirs de voyage au Maroc. Les détails des costumes et des harnachements conservés dans ses carnets de croquis et repris pour la scène du combat mettent en valeur la richesse de sa palette rouge et or. Delacroix excelle à dépeindre un corps à corps d’une grande intensité visuelle où l’homme et l’animal sont étroitement associés. »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Giaour

https://www.histoire-image.org/etudes/femmes-alger-leur-appartement-delacroix

En 1832, Eugène Delacroix fait un unique voyage au Maroc et en Algérie. Il y accompagne le comte de Mornay, envoyé spécial de Louis-Philippe auprès du sultan Moulay Abd el-Rahman. Il en rapporte des livrets de croquis et d’aquarelles qu’il exploite longtemps. À Alger, il est autorisé à visiter le harem d’un corsaire turc, une révélation qui lui inspire Femmes d’Alger dans leur appartement, chef-d’œuvre qu’il expose au Salon de 1834. D’autres sources contestent cette version et disent que Delacroix n’a pu voir que des femmes juives.

Avec Scène des massacres de Scio, que Delacroix présente en 1824 au Salon Officiel, comme avec La Grèce sur les ruines de Missolonghi deux ans plus tard, Delacroix participe au mouvement philhellène. Il obtient la médaille de seconde classe et l’État l’achète 6 000 francs, pour l’exposer ensuite au musée du Luxembourg55. La toile s’inspire d’un fait d’actualité : le massacre de la population de l’Île de Chio par les Turcs, survenu en avril 1822.

Au sujet de la traite interne à l’Afrique :

« La compromission des élites noires islamisées dans ce commerce était par ailleurs extrêmement répandue, du fait des bénéfices monétaires afférents. Sonni Ali (1464-1492), brillant chef musulman de l’empire du Songhaï (Afrique de l’Ouest), n’hésite pas à mener régulièrement des raids ravageurs contre les tribus voisines islamisées. Plus tard, Tippo Tib (1837-1905) incarnera la pire des figures : celle du négrier noir ayant fait fortune par le commerce de ses propres frères de couleur, sans scrupule ni remords. »

Danielle Moulins

https://ripostelaique.com/devant-les-oeuvres-de-delacroix-thuram-fait-sa-propagande-anti-occidentale.html

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


11 thoughts on “Les cons ça ose tout : le raciste Thuram fustige un prétendu racisme occidental

  1. Marcher sur des oeufsMarcher sur des oeufs

    Bonjour à tous et bonne année !

    L’affaire n’est pas gagnée ! Beaucoup de savon sur la planche. Le négationisme, le révisionisme ne concerneraient-ils que la question de la Shoah ? Si même les pouvoirs, les cerveaux de la sphère bien-pensante collaboratrice souffrent d’éborgnement en la matière, nous ayons non seulement l’oeil, mais les deux yeux bien ouverts afin que la vérité, avant nous ne périsse. Amis, plus que jamais à vos plumes !

    Un article repéré sur : alterinfo.net en date de ce 23 janvier 2018 de Cheems Baalouche ; plus fort que Thuram !
    __________________________________
    ARTICLE : L’expansion de l’islam par l’épée ? Mythe ou réalité ?
    URL : http://www.sarrazins.fr/lexpansion-de-lislam-par-lepee-mythe-ou-realite/
    DATE : 23/01/2018
    AUTEUR : Cheems Baalouche

    Certains négateurs de notre époque prétendent que l’islam se serait répandu par l’épée, le sang, suivi de massacres, persécutions et de conversions forcées. Est-ce réellement ce que l’histoire nous enseigne ? L’image du soldat musulman avançant avec une épée dans une main et le Coran dans l’autre est-elle plus proche de la réalité ou du mythe ? L’Islam a t-il eu pour but d’effacer les populations autochtones des territoires conquis afin d’imposer sa politique ? Si les réponses abondent dans le corpus de textes historiques et théologiques islamiques, il est aussi très intéressant de se pencher sur ce que l’inteligencia occidentale a pu produire en la matière. Habitués à n’entendre qu’un son de cloche sur cette thématique, les ouvrages défendant l’opinion adverse sont pourtant nombreux.

    Nous allons ainsi tenter ici de répondre à ces allégations de la manière la plus explicite possible à travers les propos de certains des plus grands spécialistes occidentaux en la matière, sources à l’appui.

    Ce que l’Histoire, et ceux qui l’ont mise par écrit, nous dicte.
    …/…

    1. Christine TasinChristine Tasin Post author

      Ravie de vous retrouver ici chère Marcher sur des oeufs, avec un lien hilarant, enfin du moins c’est ainsi que je veux le prendre… A garder pour le premier avril peut-être ? Amitiés et bonne année à vous

      1. Marcher sur des oeufsMarcher sur des oeufs

        Bonsoir @Madame Tasin ;

        Merci pour votre accueil.

        Quant à l’article « L’expansion de l’islam par l’épée ? Mythe ou réalité ? » ; ben ce sera sans doute le 1er avril toute l’année ! et dire que ce n’est même pas du saumon, tout juste la sardine de Marseille !

  2. hathoriti

    ils ne sont pas racistes aux Antilles ? Ah bon ! Quant à thuram, je ne crois pas qu’il ait brillé par son intelligence…

  3. ,

    UN CONSEIL A MR THURAM :
    si vous n’êtes pas allé sur les bancs de l’Université, inscrivez-vous le plus vite possible. Car on y apprend que plus on en sait, moins l’on en sait.

    Et peut-être que vous apprendrez que devenir « critique d’art » n’est pas l’art d’influencer politiquement la jeunesse.

    Je vous plains Monsieur d’avoir une vision aussi réductrice de l’humanité occidentale. Car si certains occidentaux ont fauté, vous semblez vouloir culpabiliser tout l’occident qui est peuplé de gens simples, honnêtes, travailleurs et pas si racistes que ça, car qui a accueilli autant de gens dans l’histoire de l’humanité?

  4. La moutarde me monte au nez

    Je n’oublierai jamais la réponse que ce connard de Noha a fait au journaliste qui l’interwieuvait au soir de sa victoire à Roland Garos en 82 où 83.
    c’etait sur la 1 ère ou 2 eme chaîne qui doivent toujours avoir les archives.
    Le journaliste: “ Yanick quel effet cela vous fait d’avoir remporté le trophée Roland Garos pour la France? »
    Noah: « la France, j’en ai rien à foutre, je suis camerounais,moi »

Comments are closed.