Arras : bel hommage à Napoléon, second empereur des Français après Charlemagne


Arras : bel hommage à Napoléon, second empereur des Français après Charlemagne

Trop de hâte nous avait fait titrer « Napoléon, premier empereur des Français », pour le distinguer de Napoléon III, oubliant le grand et incomparable Charlemagne. Merci à l’un de nos lecteurs qui nous a fait remarquer la bourde, nous corrigeons.

L’Exposition « Napoléon, Images de la Légende » au Musée des Beaux-Arts d’Arras

 Jusqu’au mois de novembre 2018, se tient au Musée des Beaux-Arts d’Arras une exposition majestueuse sur Napoléon Ier.

Napoléon Ier est l’un des personnages les plus importants de l’histoire de France. Premier Empereur des Français, Napoléon fut un brillant stratège militaire et politique qui doit sa très grande notoriété à son parcours exceptionnel récompensé par de nombreuses victoires.

L’exposition restitue le destin prestigieux de Napoléon Ier à travers 161 œuvres, notamment les célèbres tableaux du grand homme au Pont d’Arcole, au Col du Grand Saint-Bernard et le Sacre de l’Empereur par le peintre Jacques-Louis David.

La rétrospective proposée par le Musée des Beaux-Arts d’Arras évoque également les grandes réformes menées par Napoléon Ier et qui imprègnent encore notre société contemporaine : La promulgation du Code Civil et du Code Pénal, la fondation des grandes institutions actuelles comme les universités, les préfets, la légion d’honneur, l’école polytechnique et la Banque de France, les édifications architecturales et monuments comme l’Arc de Triomphe, l’obélisque de la Concorde, l’église de la Madeleine et la Bourse de Paris.

Par son génie, Napoléon Ier a porté très haut le destin de la France, il a répandu les idées du siècle des lumières à travers toute l’Europe. C’était un grand homme qui nous a laissé un héritage exceptionnel en assurant la stabilité institutionnelle de la France, de nos libertés, de notre identité et de notre démocratie. C’est cet héritage Napoléonien qui est aujourd’hui menacé par nos élites qui s’emploient à détruire les fondations de la France pour livrer notre pays et toute l’Europe à l’islam.

Il faut pourtant rappeler les derniers mots de Napoléon Ier rédigés dans son testament : « Je désire que mes cendres restent sur les bords de la Seine au milieu de ce peuple français que j’ai tant aimé ».

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




10 thoughts on “Arras : bel hommage à Napoléon, second empereur des Français après Charlemagne

  1. Celtillos

    enfin quelqu’un qui rend justice a l’Empereur, Napoléon n’a rien a voir avec le « boucher » qu’on essais de nous vendre….
    Bonaparte a fait beaucoup pour la France et Napoléon a fait encore plus, n’oublions pas que beaucoup de ses réalisations sont encore d’actualités de nos jours…

    Vive l’Empereur!

    1. Celtillos

      oserais je suggérer que Charlemagne fut Empereur des Francs et que sa capitale Aix la Chapelle n’est pas en France, il était Empereur d’occident si je me souviens bien pas des Francais, vu que la France n’existait pas encore mais que c’était le royaume Franc ou Francie…

      1. André DIDIER

        De même en France sous l’Empire, Napoléon Ier régnait au-dessus des rois qu’il avait placés dans les États satellites de l’empire (royaumes d’Italie, d’Espagne, etc.). (Source Wiki). Mais bon, j’dis çà …..

  2. MaximeMaxime

    Il est difficile d’évaluer le vrai héritage de Napoléon.
    Napoléon a beaucoup « récupéré » : son Code civil notamment puise largement dans le droit romain qui n’était plus forcément en adéquation avec les idéaux révolutionnaires, malgré sa qualité technique.
    C’est la qualité technique de la législation de Justinien qui la rend admirable, en particulier dans sa réglementation du droit des biens ou encore du droit des obligations. Dans certains domaines, elle ne contrarie en rien les idéaux révolutionnaires ; dans d’autres, c’est plus discutable.
    Il aurait pu davantage revendiquer l’héritage de 1789, mais peut-être était-ce trop tôt dans ce siècle marqué de nombreuses hésitations politiques dont Victor Hugo peut sembler un symbole : d’abord royaliste, puis passionnément républicain.
    Certaines « inventions » n’en sont pas vraiment : des universités existaient dès le 13ème siècle en France. Nous avons une tradition scientifique et savante sérieuse.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_des_universit%C3%A9s_fran%C3%A7aises#Les_universit%C3%A9s_de_l%E2%80%99Ancien_r%C3%A9gime
    Quant aux universités telles qu’on les connaît aujourd’hui, avec un grand afflux d’étudiants, venus de tous les pays, en particulier d’Afrique (davantage que de l’UE), elles ont tout au plus un demi-siècle d’âge.
    Au début du XXème siècle, le nombre total des étudiants en France équivalait au nombre actuel d’étudiants en droit de Toulouse.
    L’équivalent des préfets existait aussi un millénaire avant Napoléon au moins : les missi dominici.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Missi_dominici
    La modernité de Napoléon réside peut-être aussi et surtout dans la volonté de séparer les sphères civile et religieuse, si l’on considère qu’il anticipe ainsi sur la séparation des Eglises et de l’Etat du siècle suivant, en évitant cependant les horreurs sanglantes de la période révolutionnaire.
    Ainsi, la loi de 1905 serait davantage héritière de Napoléon que de l’histoire révolutionnaire, tout en étant dans la logique de la Déclaration de 1789.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9christianisation_(R%C3%A9volution_fran%C3%A7aise)
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Napol%C3%A9on_et_l%27%C3%89glise_catholique
    L’idée de contrôler les autorités dites religieuses marque la suprématie de la défense des objectifs d’intérêt général.
    Cependant, le pouvoir actuel est peu ambitieux dans ce domaine.
    Il ne semble pas mener une politique de contrôle systématique, fermant telle mosquée pour 6 mois seulement, rouvrant telle autre sur la foi d’un changement d’équipe de direction qui peut n’être que purement apparent.
    http://resistancerepublicaine.eu/2018/01/19/la-loi-leur-interdirait-de-fermer-les-mosquees-plus-de-6-mois-a-dautres/
    http://www.parismatch.com/Actu/Societe/Seine-et-Marne-fermee-sous-l-etat-d-urgence-la-mosquee-de-Torcy-a-rouvert-1442579
    On ne sait pas vraiment sur quelles bases les signalements sont réalisés, pourquoi une mosquée un jour intouchable se révèle en réalité un nid de djihadistes le lendemain…
    L’on se contente d’assigner à résidence pendant quelques mois, avec des obligations très légères ; on expulse des imams étrangers prêchant la haine, mais comme leur progéniture reste en France, l’article 8 de la CEDH oblige à les y maintenir s’ils doivent en être séparés, etc. Napoléon n’aurait sûrement pas accepté de donner une telle ampleur aux « droits de l’homme » au détriment des intérêts de la collectivité.
    Cela conduit à se demander plus généralement quelle réaction aurait eue Napoléon face à l’islam, qui n’était pas présent alors en France. En effet, la France n’avait pas de territoire ou de population musulmans à cette époque qui précédait l’arrivée en Algérie en 1830 pour mettre fin aux razzias. Aucun Français n’aurait songé à devenir musulman car ce n’était pas dans les moeurs et le contrôle de la société sur l’individu était plus fort que de nos jours.
    Aurait-il créé un CFCM ou une Fondation pour l’islam, ou préféré interdire l’islam ?
    Aurait-il toléré la présence de Milli Gorus sur le sol français ; ce mouvement ayant toujours droit de cité en France à ce jour et même des adeptes sur Facebook qui n’ont toujours pas été exclus du réseau social, alors que des patriotes disent en avoir été bannis ?
    http://resistancerepublicaine.eu/2017/06/18/lorganisation-turque-milli-gorus-est-toujours-active-bien-que-reconnue-comme-fondamentaliste/
    Il est difficile de savoir car Napoléon n’avait pas d’idéologie cohérente. Il récupérait à droite et à gauche tout ce qui pouvait être utile à sa politique impérialiste. Dans ce contexte, j’ai du mal à comprendre que certains puissent se dire « bonapartiste » car cela ne voulait pas dire grand chose en réalité…

    1. Christine TasinChristine Tasin

      Le bonapartisme est simple, c’est, comme l’a fait Bonaparte, l’arrivée d’un homme au moment où tout va mal et où cet homme remet le pays sur les rails, on a désespérément besoin d’un Bonaparte….

  3. Olivia BlancheOlivia Blanche

    Je constate que mon msg n’a pas été validé… Est-ce à dire qu’il faut être d’accord avec toutes vos idées ?

    1. Christine TasinChristine Tasin

      Notre association défend les fondements de nos lois, de la République, de 1789 et de toute la révolution. On ne valide pas ce qui les attaque, point barre.

Comments are closed.