Toulouse : les enseignants repartent le doigt dans le fion, leur souffrance a été entendue.


Toulouse : les enseignants repartent le doigt dans le fion, leur souffrance a été entendue.

Toulouse :
https://www.ladepeche.fr/article/2018/01/18/2724113-crise-lycee-gallieni-rectorat-entend-souffrance-enseignants.html
Les choses s’améliorent, quelques jours avant c’était 200 « élèves » « très difficiles » qui posaient problème, maintenant c’est 150 !

Commentaires : « très difficiles » une euphémisme comme d’hab. pour ne pas dire racailles !

Et les enseignants repartent le doigt dans le fion avec l’assertion du rectorat qu’il « reconnaît leur souffrance » , une sacrée dépense en vaseline qu’ils devraient apprécier à sa juste valeur !

Les solutions, une feuille de route (!), à 8 postes d’AED demandés -comme si cela était la solution*- le rectorat en donne 2… à rajouter les mesures genre « partenariat avec la police (qui se fait agresser elle-aussi), la justice (qui excuse tout, elle-même subit les outrages dont elle a favorisé l’apparition) », un accompagnement par des psychologues scolaires pour les personnels fragilisés -donc la faute aux enseignants malades mentaux, une équipe mobile de laïcité (la laïcité très mobile, a quitté ce lieu depuis !), un accès à la formation ==> vous êtes nuls, vous ne savez pas vous y prendre avec les élèves…
* : genre certainement « grands frères »
Et pour leur mettre bien profonde (l’olive, c’est le nouveau jeu dans nos lycées en France), « M. Caillaut annonce aussi l’installation d’un comité de suivi pour Galliéni  », traduire : sachez bien que l’on vous a à l’œil !
Que du bonheur vous dis-je !

Pour ceux qui n’auraient pas suivi… Petit rappel. L’établissement Galliéni et ses professeurs qui n’en peuvent plus :

 

Toulouse. Au lycée Galliéni, les professeurs lassés des violences poursuivent leur mobilisation

À Toulouse, les professeurs du lycée Galliéni poursuivent leur mobilisation lancée mardi 9 janvier 2018 pour dénoncer les faits de violence répétés au sein de l’établissement.

https://actu.fr/occitanie/toulouse_31555/toulouse-lycee-gallieni-professeurs-lasses-violences-poursuivent-mobilisation_15072138.html

 

Affaire du lycée de l’enfer de Toulouse (Gallieni) : quelles réflexions en tirer ?

Les sources nous rapportent les violences et agressions quotidiennes au sein du bahut Gallieni. Insultes, vols, trafics, bagarres générales, début d’incendie volontaire à la cafétéria, armes blanches qui circulent… tous les ingrédients des structures « ghettos » sont présentes. La nouveauté, époque oblige, est la présence d’élèves munis d’un bracelet électronique (!). Pas d’indications de la police, une enseignante qui demandait des explications s’est vue retournée l’argument suivant : « mieux vaut que vous ne sachiez pas pourquoi il a été condamné... », pas terrible dans le cadre de la lutte contre le stress au travail.

Autre innovation, la présence d’élèves « fichés S », dont on ignore le suivi.

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/affaire-du-lycee-de-l-enfer-de-200752

 

PS : A mes ex-collègues du lycée Gallièni. car aujourd’hui à la retraite, ex-PCET (cela remonte à la préhistoire en bref) puis PLP, avant de m’extrader en Lycée général et technologique.
Si je m’exprime avec une certaine « impertinence », sachez que comme vous, si ce n ‘est cependant sans violence physique, j’ai eu droit au même mépris de la hiérarchie de l’EN pour qui il faut tout écraser, et surtout le prof !
L’histoire s’est terminée, si j’ose dire, par une lettre ouverte au recteur de Bordeaux, diffusée aussi auprès du cabinet du ministre, d’un représentant de chaque groupe parlementaire de l’assemblée ou du sénat, sans qu’il y ait eu d’écho. Voilà qui montre la considération dont les enseignants font l’objet, sans prétendre que je fus un enseignant plus important que les autres qui aurait du avoir une traitement plus favorable.
Pour ma part je n’oublierai jamais, je ne pardonnerai jamais, j’emporterai ma colère dans la tombe …
Pour mémoire : http://h16free.com/2009/12/03/1017-education-nationale-un-temoignage-qui-derange

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Résistance républicaine Aquitaine


15 thoughts on “Toulouse : les enseignants repartent le doigt dans le fion, leur souffrance a été entendue.

  1. Massilia

    Je ne plaindrai jamais les enseignants, ils sont responsables de ce qui leur arrive. Ils n’ont qu’à être un peu pédagogues hihiii. Un élève avec un bracelet électronique on le respecte et on baisse la tête, c’est un caïd dominante

  2. ,

    Ces chers professeurs toujours prêts à répandre la propagande bien pensante. Toujours prompts à juger ceux qui émettaient des critiques envers le programme imigrationiste. Bref, ils commencent à ne plus vouloir subir.

    Maintenant, ces élèves n’agissent qu’en fonction de ce qu’on leur a appris : detester la france et tous ceux qui la représentent et qui ne leur indiquent pas les limites
    Que ce soit à l’école, au lycée, à la maison ou dans le quartier. NO LIMITES.

    Ce qui fait qu’un jour, la prison tant rêvée par Mr DUPONT-AIGNAN, aux KERGUELEN verra le jour. Certains pensent que ce serait mieux en Terre Adélie. Et je souhaite que personne ne s’occupe d’eux. Qu’ils vivent en autonomie. SANS SERVITEURS, excepté les gardiens. Ils verront ce que c’est de s’assumer dans un univers hostile. Ils regretteront de ne plus être « chouchoutés » par des profs gentiment cons.

  3. Dany BARTHOUIL

    Je ne comprends pas où est le problème! Dans une école, collège ou Lycée, il y a des règles…et si elles ne sont pas respectées , expulsion ! Cela a toujours été appliqué ….pourquoi plus maintenant? Le Directeur reçoit l’élève, lui explique les griefs, et lui annonce qu’il est expulsé .
    Point final.
    Quand il s’agit d’un petit français, c’est ainsi que ça marche.
    On est en France, donc les mêmes règles pour tous les élèves.
    Avec, si violences, appel de la police …on le sort !

    1. Christine TasinChristine Tasin

      c’était avant
      c’est très mal vu de la hiérarchie de faire des conseils de discipline et d’expulser un élève, et si ça se fait il faut lui retrouver un autre établissement et, en échange, accepter un élève ingérable venant d’un établissement qui ne veut pas de lui… Voilà où on en est

      1. Zablou

        Exact. Cependant l’élève récupéré après expulsion s’est, en général, bien calmé. Il n’a plus ses copains et son temps de parcours pour aller dans son nouvel établissement s’est allongé.

        1. Christine TasinChristine Tasin

          en général… et peu à peu il crée un nouveau groupe et fiche à nouveau le bordel. Le minimum serait que les parents se débrouillent pour trouver un établissement et soient responsabilisés, c’est trop facile

          1. Zablou

            Tout à fait d’accord avec vous pour responsabiliser la famille, chère Christine.
            Ce que je voulais dire dans le commentaire précédent, c’est qu’il fallait mieux exclure les emmerdeurs, ce qui relève de l’exploit quand on y arrive, que ne rien faire du tout. Vous avez des collègues gauchistes qui sont contre les expulsions en prétextant que cela ne sert à rien puisqu’on en récupère un autre.

  4. Le Libre Panzer

    Début de la guerre civile …
    A Rennes, un car pris en embuscade pendant 3 heures par 50 personnes encagoulées qui tentent d’y mettre le feu
    Dimanche matin à 07.45, une cinquantaine d’hommes au visage masqué par des cagoules et des capuches immobilise un car affrété par les Associations Familiales Catholiques en provenance de Vannes (56) et passant par Rennes pour embarquer une quinzaine de passagers supplémentaires qui se rendaient tous à la Marche pour la Vie tenue à Paris dimanche 21 janvier 2018.
    Les manifestants posent immédiatement des barrières à l’avant et à l’arrière du car pour le bloquer. L’un d’eux jette un fumigène à l’intérieur du car. La fusée incandescente rebondit sur une vitre et atterrit sur un siège occupé par un homme. Celui-ci parvient à se dégager mais son manteau est brûlé. Le pull-over d’une jeune femme est également brûlé tout comme le siège, très endommagé.
    http://www.letelegramme.fr/ille-et-vilaine/rennes/marche-pour-la-vie-le-car-pris-en-embuscade-a-rennes-21-01-2018-11821522.php

    Ça c’est Paris!
    Racaille dressée en beauté…
    https://youtu.be/yDZ7kEql5g0

  5. frejusien

    Comme les enseignants ont été parmi les premiers à encourager ce genre de comportement, et à voter toujours socialo ou coco, je ne vois pas de quoi ils se plaignent,
    S’ils avaient fait leur travail correctement, et avaient voté contre l’immigration, ils n’en seraient pas là,
    L’enseignement gauchiste, c’est  » laisser les élèves s’exprimer « , ne rien leur apprendre, et les voir s’épanouir,

    Qu’ils en profitent maintenant, ils ont obtenu ce qu’ils cherchaient

Comments are closed.