Rappels de notre histoire et notre grandeur : Amsterdam, Londres et New York à la conquête du monde


Rappels de notre histoire et notre grandeur : Amsterdam, Londres et New York à la conquête du monde

Les Américains ont fait un formidable cadeau au monde entier en élisant Trump à la tête de leur pays. C’est d’autant plus remarquable que les Etats-Unis se sont constitués à partir de vagues d’immigration et d’un mélange de populations. Cependant, il s’agissait alors de construire un monde sans islam, puisque cette immigration n’était pas musulmane.

Arte propose un superbe documentaire, sans propagande, pour une fois, à ce sujet, qui peut être vu en ligne pendant encore un mois. Il est en quatre parties d’une heure :
https://www.arte.tv/fr/videos/069809-001-A/trois-villes-a-la-conquete-du-monde-amsterdam-londres-new-york-1-4/

C’est l’occasion de redécouvrir l’histoire de l’Europe et des Etats-Unis d’Amérique, les relations privilégiées mais aussi d’hostilité entre Amsterdam, Londres et New York, et de rappeler que contrairement à ce que prétendent certains falsificateurs de l’histoire, ces pays ne se sont pas construits en pillant des colonies mais en entreprenant et en innovant.

Ces quatre heures de documentaires permettent de constater tout ce que ces nations européennes, occidentales, ont su concevoir et d’expliquer en partie l’inégalité des civilisations. Ces innovations ne sont pas nées ex nihilo. Elles ont été encouragées par un environnement culturel propre à l’Occident, la liberté d’entreprendre, liberté de l’individu par rapport au groupe initiée très tôt dans le monde anglo-saxon avec les proclamations de droits du XVIIème siècle (Habeas corpus, révolution anglaise), les chartes des villes organisées en républiques, en Europe centrale et en Italie. Cela a encouragé des innovations dont furent incapables des peuples plus indolents et moins libres, peut-être ce que Trump appellerait des « pays de merde » si l’on transpose.

Autrefois, on n’hésitait pas à mettre en évidence les particularités des « peuples du Nord », comme le montre « L’Esprit des lois » de Montesquieu qui insistait sur le rôle du climat dans le développement des nations.
Aujourd’hui, la bien pensance attaque ces analyses et pourtant, le bon sens comme l’observation de l’histoire peuvent conduire à se demander si ce n’est pas artifice et esprit politiquement correct qui conduisent certains à remettre en cause ces intuitions de Montesquieu à propos des « peuples du Nord ».
https://www.cairn.info/revue-du-nord-2005-2-page-565.htm
« Pourquoi les peuples du Nord ont-ils vaincu Rome et remplacé le despotisme par la liberté des assemblées délibérantes s’imposant à des rois au pouvoir temporaire, seulement lié à la guerre ? Parce que ces peuples, originaires de régions froides et peu fertiles, étaient barbares certes, mais purs, virils, pauvres et surtout fondamentalement épris de liberté, ce qui contrastait avec les Romains et les peuples du Midi en général, amollis par la chaleur et le luxe et de ce fait tombés dans la débauche et la servitude. Tel est le tableau inlassablement brossé entre le xvie et le xixe siècle. Il y a chez Montesquieu de multiples notations à ce sujet, dans son étude sur le rapport des lois avec la nature du climat (L’Esprit des lois, troisième partie, livre XIV) ».
On ne peut s’empêcher de penser quand même que des conflits sanglants en Europe auraient pu être évités et ont constitué un gâchis, par exemple les guerres de religion entre protestants et catholiques. C’était un manque de tolérance car ces doctrines n’étaient pas dangereuse pour la coexistence pacifique des peuples, elles ne comportait pas de violence intrinsèque.

C’est grâce aux progrès de la raison, des droits de l’homme et de la tolérance dans les nations européennes qu’un esprit plus pacifique s’y est développé et c’est bien pour pouvoir préserver la liberté de l’Occident que Donald Trump témoigne d’une audace politique remarquable.

Un New-Yorkais dirige désormais les Etats-Unis, mais toute l’histoire commence à Amsterdam. L’histoire du développement urbain de cette ville marécageuse est remarquable, car le sol se prêtait peu à une telle expansion urbaine. Peu importe, les Hollandais ont su innover pour vaincre les obstacles de la géologie. Capacité d’innovation qui n’est pas universellement partagée, notamment quand des obstacles idéologiques interdisent d’innover…

« En 1594, Amsterdam, capitale des Provinces-Unies, n’est qu’une prospère petite ville de moins de 30 000 habitants qui s’apprête à braver le monopole portugais sur le commerce des épices asiatiques. L’esprit d’entreprise de ses marchands et la liberté politique dont ils jouissent, alors exceptionnelle en Europe, vont leur permettre de créer en 1602, avec la Compagnie des Indes orientales, la première multinationale au monde. Quatre cents ans plus tard, ce geste fondateur, qui inaugure une compétition sans répit pour contrôler le commerce mondial, aura donné naissance à un nouveau modèle de villes.
Première bourse aux actions, naissance du bureau, invention de l’ascenseur, aménagement des transports, construction des gratte-ciel… : Amsterdam, sa grande rivale Londres, puis New York, à l’origine un simple comptoir de commerce hollandais fondé en 1624, vont se trouver au cœur d’innovations cruciales, suscitant des formes urbaines et architecturales novatrices (…).
À la fin du XVIe siècle, alors qu’on y invente la société par actions, la bourse des valeurs et la production en série de navires de commerce, Amsterdam se développe autour d’un plan d’urbanisme ordonné – une première en Europe. La ville bâtit sa prospérité sur le commerce des épices avec l’Asie et met un pied en Amérique, avec l’expédition de Henry Hudson, un Anglais parti conquérir le monde sous la bannière des Provinces-Unies. Quant à Londres, entre révolution, guerre civile et restauration, elle pose les fondations d’une prospérité économique qui lui permettra, au siècle suivant, de prendre le dessus sur sa rivale hollandaise ».

https://www.arte.tv/fr/videos/069809-002-A/trois-villes-a-la-conquete-du-monde-amsterdam-londres-new-york-2-4/

https://www.arte.tv/fr/videos/069809-003-A/trois-villes-a-la-conquete-du-monde-amsterdam-londres-new-york-3-4/

https://www.arte.tv/fr/videos/069809-004-A/trois-villes-a-la-conquete-du-monde-amsterdam-londres-new-york-4-4/

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Maxime

Mon avatar est Justinien car c’est son Digeste qui synthétise le meilleur état du droit romain. Redécouvert au Moyen Age à Bologne, il a influencé le droit français dans bien des domaines, notamment le droit civil contenu principalement dans le Code civil actuel.


6 thoughts on “Rappels de notre histoire et notre grandeur : Amsterdam, Londres et New York à la conquête du monde

  1. Oncle Bob

    Oui, c’était très étonnant de la part de ARTE . F5 aussi, les deux docs sur la gauche collabo et l’extrême droite résistante.

  2. Machinchose

    New York, à l’origine un simple comptoir de commerce hollandais fondé en 1624,

    tiens ,pour le rappel je vais fumer une « Peter Stuyvesant » 😆

    j

  3. NICOLAS F

    La théorie des climats,Montesquieu, faisait partie du programme section A,Bac A .
    Aujourd’hui aux oubliettes.J’ai visité 10 fois le chateau de la Brède ,à qqs kilomètres de Bordeaux .Quelle intelligence et quelle intuition avaient les précurseurs,au siècle des lumières ,de la science et de la philosophie modernes.
    Aux oubliettes tout cela.
    Merci pour ce beau rappel.On a soudain la sensation de respirer de l’air frais.

    1. pierre17430pierre17430

      bonsoir nicolas F,

      j’ai vécu 16 ans à Bordeaux et visité 3 fois le château de La Brède ( Montesquieu), en effet un lieu où souffle l’esprit , où dans la fameuse bibliothèque, on ne peut être qu’admiratif et réfléchir intensément à ce que nous sommes devenus aujourd’hui, nous les Français ( je parle des simples Français, des vrais, quoi ).
      Déjà, si on dit qu’il a écrit « l’esprit des lois »…. quelles réponses on va avoir, je préfère ne pas y penser !!!

      1. pierre17430pierre17430

        Oh pardon, « l’esprit des lois » c’est de Montesquieu !
        Mais le château de LA BREDE près de BORDEAUX, c’est celui de MONTAIGNE  » les essais ».

        1. AntiislamAntiislam

          Bonjour,

          Ah, non !

          Le château de la Brède, c’est bien le château de Montesquieu : fort joli d’ailleurs …

          La tour de la librairie de Montaigne est d’ailleurs en Dordogne et pas en Gironde …

Comments are closed.