Macron arme 170 000 agents de sécurité pendant qu’il désarme les patriotes


Macron arme 170 000 agents de sécurité pendant qu’il désarme les patriotes

Les agents de sécurité privée vont aussi pouvoir être armés et on peut craindre que ce soit l’ouverture de la boîte de Pandore :

« Depuis le 1er janvier, la loi autorise sous des conditions très précises l’armement de certains agents de la sécurité privée qui pourront donc être dotés d’une matraque, une bombe lacrymogène, voire d’une arme à feu…

Pour le Snes, Syndicat national des entreprises de sécurité, qui précise d’emblée ne pas avoir été demandeur de cette évolution vers l’armement, il s’agit « d’un changement culturel et politique extrêmement significatif » pour la profession. Une reconnaissance de « la quatrième force de sécurité générale », avec ses 6 000 entreprises et 170 000 agents. « Sa mise en œuvre nécessite de très fortes garanties d’aptitudes professionnelles et un suivi très précis dans la définition des programmes de contrôles qui devront être réalisés ».

Les autorisations de port d’armes, délivrées par les préfectures, ne seront pas pour autant la norme. « La profession n’est pas non plus chamboulée », nuance Pierre Destandau, directeur d’agence du groupe Sécuritas, à Bordeaux. « Les bases et fondamentaux restent les mêmes. » C’est en effet le Conseil national des activités privées de sécurité (Cnaps), établissement public administratif sous tutelle du ministère de l’Intérieur, qui assure la régulation du secteur par la délivrance, la suspension ou le retrait des autorisations, agréments et cartes professionnelles et la distribution de sanctions disciplinaires en cas de manquements. « La position dissuasive de l’agent et son aptitude à gérer une situation ou à repérer des comportements anormaux restent le gros de son travail », assure Pierre Destandau
(…)
« Certains vont se sentir en sécurité parce qu’ils sont armés, d’autres au contraire en seront stressés », fait valoir le directeur de Sécuritas Bordeaux, qui se demande en outre comment et où seront stockées les armes. « Tout cela requiert un processus de recrutement plus exigeant ». « Or la sélection a déjà été assouplie pour faire face à la demande », regrette Alain Lacrampe, de Prestar services. « Ce serait une erreur d’armer les gens juste parce qu’ils se sentent en danger et non pour accomplir une mission »
(…)
Seuls les agents « exerçant leurs missions dans des circonstances les exposant ou exposant les personnes se trouvant dans les lieux surveillés à un risque exceptionnel d’atteinte à leur vie », et relevant du 1 bis du même article, seront autorisés à porter aussi un revolver calibre 38 spécial ou les armes de poing de calibre 9×19 avec des projectiles expansifs ainsi que des aérosols de plus de 100 ml. L’évaluation du risque et la désignation de ces lieux justifiant une telle surveillance armée incombe aux préfets. Il peut, par exemple, s’agir de sites industriels sensibles ou intéressant la défense nationale ou des OIV, Opérateurs d’importance vitale. Le décret conditionne l’armement des agents de sécurité privée à un important volet formation ».
source : Sud ouest 10/01/2018

Or,
– une application du principe de précaution n’est pas consacrée qui consisterait à empêcher la délivrance d’une arme à un musulman engagé comme vigile ;
– la cour administrative de Nancy vient juste de rendre une décision le 28 décembre défavorable au CNAPS dont il est question dans l’article
https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?idTexte=CETATEXT000036338953&fastReqId=663740520&fastPos=2&oldAction=rechJuriAdmin
La Cour s’est montrée particulièrement exigeante, compte tenu des circonstances pourtant très défavorables à l’intéressé à qui la carte professionnelle avait été retirée. Le CNAPS a été condamné…

Je cite :
« pour justifier le retrait de la carte professionnelle de M. D…, le Conseil national des activités privées de sécurité s’est prévalu devant le tribunal administratif de Strasbourg d’une  » note blanche  » du 21 mars 2016 de la Direction générale de la sécurité intérieure selon laquelle l’intéressé aurait  » participé en 2014 à des entraînements au djihad dispensés dans les parcs strasbourgeois par Farid B.  » ; qu’en appel, le Conseil national des activités privées de sécurité produit une seconde  » note blanche  » du 10 janvier 2017, précisant que M. D… aurait participé, dans la soirée du 13 octobre 2014,  » à un entraînement au close combat avec des armes factices sur la voie publique au sein d’un groupe d’individus, sous la direction de Farid B., actuellement mis en examen et écroué pour participation à une association de malfaiteurs dans un but terroriste  » ; que selon cette même note, alors que Farid B. invectivait les policiers, tous les membres du groupe, dont M. D…, auraient refusé de décliner leur identité et se seraient alignés et agenouillés derrière leur chef en signe d’allégeance ; que M. D…conteste toutefois fermement ces mentions, soutenant ne pas connaître M. B. et expliquant sa présence dans ce parc, par le fait qu’il s’y était rendu avec un ami pour y pratiquer comme à son habitude, eu égard à son activité professionnelle, des exercices physiques, n’ayant été que fortuitement spectateur de l’entraînement du groupe à proximité duquel il se trouvait ; qu’il produit à cet effet l’attestation de son ami lequel a reconnu avoir été à l’initiative de leur séance commune d’exercice physique le 13 octobre 2014 dans ce parc ; que M. D…soutient n’avoir été témoin du comportement insultant que de l’un des protagonistes à l’égard des forces de l’ordre ; qu’au vu de ces explications et alors que le Conseil national des activités privées de sécurité n’a, en dépit des demandes qui lui ont été adressées par le greffe de la cour, produit aucun élément de preuve permettant notamment de corroborer l’existence d’un lien entre M. D…et ceux des individus qui, dans la suite des investigations menées après cet évènement, ont fait l’objet d’une condamnation pénale, l’appartenance de l’intéressé à ce groupe ou plus largement à la mouvance islamiste radicale ne peut être regardée comme établie alors d’ailleurs qu’il n’est pas contesté que M. D… n’a lui-même fait l’objet d’aucune poursuite pénale à raison de ces faits et qu’il n’apparaît pas dans le système de traitement des antécédents judiciaires ; que dans ces conditions, le Conseil national des activités privées de sécurité n’est pas fondé à soutenir que c’est à tort que le tribunal administratif a, pour annuler la décision contestée, estimé que les faits sur lesquels la commission nationale d’agrément et de contrôle s’est fondée pour rejeter le recours administratif préalable obligatoire de M. D…contre le retrait de sa carte professionnelle d’agent de sécurité n’étaient pas suffisamment établis ».

Bref, pour les juges, pas de principe de précaution, c’est par le pur effet du hasard que l’intéressé faisait des entraînements à proximité du groupe de djihadistes ! Certes, le hasard fait parfois mal les choses, mais quand même…
Dans ces conditions, on peut se demander si ce n’est pas l’ouverture de la boîte de Pandore…

A noter aussi, toujours dans la rubrique judiciaire, la décision rendue à Paris le lendemain par une autre cour, qui oblige, concrètement, les autorités à fournir des renseignements secrets pour refuser l’accès à une centrale nucléaire à un musulman investi dans la gestion d’une association musulmane qui avait attiré l’attention des renseignements.

Là encore, les juges ne donnent aucune portée au principe de précaution malgré les forts doutes entourant ce dossier.
https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&idTexte=CETATEXT000036378334&fastReqId=2051273398&fastPos=1

Il était en effet question d’informations « sensibles » concernant le « fonctionnement de l’association » musulmane… ce qui suggère clairement la piste terroriste :
 » le ministre a indiqué que M. B…était  » cité dans le cadre de luttes d’influences entre individus au sein de l’Association Musulmane du Littoral (AML) gestionnaire de la mosquée de la Grande Synthe  » et expliqué qu’il ne pouvait communiquer d’autres informations sous peine de compromettre les sources à l’origine des renseignements ou de révéler les moyens d’investigation et de recherche dont usent les services de renseignement territoriaux, en précisant que  » le document évoquant M. B…rendait compte d’informations sensibles concernant le fonctionnement d’une association religieuse, et qui plus est, il mentionnait l’identité de plusieurs individus  » ; qu’en l’absence du moindre élément plus précis, ni en première instance ni en appel, sur les finalités des traitements dans lesquels les informations concernant M. B…étaient contenues et sur les menaces pour la sécurité publique que les  » luttes d’influence  » citées par le ministre sont susceptibles d’entraîner, le ministre ne peut être regardé comme justifiant que la communication des éléments concernant l’intéressé contenus dans ces traitements sont de nature à compromettre leur finalité ».

 

Note de Christine Tasin

Eu égard à l’origine étrangère de la majeure partie des agents de sécurité, cette décision éclaire les noirs desseins de Macron.

Il prépare la guerre en armant nos ennemis, tout simplement.

Il avait clairement dit, pendant la campagne, que les patriotes seraient une cible et qu’il ne leur ferait pas de cadeaux. C’est pire encore. Il donne la possibilité  à 170000 agents de sécurité de pouvoir renforcer leurs frères émeutiers…

On se souviendra que nous réclamons depuis le Bataclan au moins le droit pour les policiers de porter en permanence leurs armes de service, le droit pour les tireurs sportifs de longue date de l’être également… et ce droit échoit à ceux dont on ne peut pas être sûrs. Non pas qu’il n’y ait pas, fort heureusement, d’agents de sécurité sérieux, patriotes, du côté de la France. Mais le souci est que les djihadistes et émeutiers ont la même origine, comment les différencier, comment ne pas prendre le risque d’armer l’un des leurs ?

Ils ont bien été capables d’engager des fichés S par centaines dans les aéroports et autres RATP…

Le loup est dans la bergerie et on lui apporte, directement, sur un plat d’argent, le mouton qu’il va égorger et manger.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Maxime

"On ne peut vivre agréablement si l'on ne vit avec prudence, honnêteté et justice" (Epicure). La France ne pourra retrouver la jeunesse de Bacchus peinte par Bouguereau qu'en renforçant le principe de précaution.


15 thoughts on “Macron arme 170 000 agents de sécurité pendant qu’il désarme les patriotes

  1. Machinchose

    que d’ enculages de mouches scatophages!

    si les flics avaient, comme aux USA, les droits et prérogatives liés a leur métier, jamais, au grand jamais nous n’ aurions du même entendre parler de ces trouvailles farfelues

    un flic, il a le droit absolu de flinguer celui qui le menace! les « zones dites de non-droit » tu les redresse en donnant l’ armée, les CRS, les gardes-mobiles, la gendarmerie…perquisitions, fouilles, arrestations et détention dans de vrais pénitenciers
    en attendant Cayenne , ça les changera de la Porsche du même nom….

    je n’ ai jamais compris la discrétion des « autorités » devant l’ ostentation des racailles a rouler en Ferrari , en Bugati et autres Buzzati …tu prétends location ? 0K, a 1000 euros la journée, tu m’ explique ou tu les trouve sans bosser
    comment ? ma matraque t’ a fait trés mal au front ? désolé, tes histoires a la mords moi le caoutchouc l’ ont énnervée, hé que veux tu! c’est une matraque déséquilibrée depuis qu on m’ a interdit les boules de plomb au bout

    allez, embarquez moi ce glaviot
    la bagnole sera mise en vente par les Domaines..
    le glaviot s’ expliquera avec son « loueur »

  2. Frontalier74

    Il suffit de voir les agents de sécurité recrutés dans les centres commerciaux ou les universités (Le Mirail par exemple) : tous issus de la diversité et souvent… barbus ! Alors, s’ils sont armés, j’ai vraiment peur pour l’avenir…

    Quand je pense à la sélection et à la formation rigoureuse pour avoir le droit de porter une arme dans les forces de l’ordre, aux conditions et aux procédures de sécurité. Qu’en sera-t-il pour eux ?

    L’État se défausse encore de ses obligations régaliennes.

  3. La moutarde me monte au nez

    Ils sont partout,dans le gouvernement, dans les grandes écoles, dans l’armée, dans la police, chez les vigiles ils n’y a presque plus qu’eux( comme au far west quand les villageois embauchaient des gâchettes pour les protéger des hors la loi) dans l’enseignement et dans les cours d’écoles.
    On ne peut plus les arrêter.
    Le seul espoir c’est d’arriver à obtenir la réforme de l’islam afin de rendre illégale ses manifestations dans la sphère publique et son prosélytismes.

    1. Tapis Rouge

      Des dizaines d’articles , des centaines de blogueurs ont expliqué que la  » réforme de l’Islam  » était impossible , changer une virgule du  » noble Coran  » vous conduit tout droit vers des tribunaux de shari’ah et à la potence .
      50 pays sont musulmans et tous ,pratiquement , font une chasse sans répit aux chrétiens . Raphaël Delpard qui honore parfois le site de sa signature a passé une longue partie de sa vie ( pour d’autres nobles causes aussi cela va de soi le chrétien doit -être considéré comme un homme comme tout le monde et sa vie doit être respecté ) à tenter de comprendre pourquoi le monde musulman avait une telle aversion du monde judéo – chrétien et comment il s’y prenait pour humilier et asservir les Gens du Livre , Ahl al Kitab , juifs et chrétiens et les autres . Pourquoi là où ils dirigent ne laissent -ils pas les chrétiens libres de croire ou ne pas croire et pourquoi une fois en France ils ne feraient pas la même chose .

      C’est un débat que le Gouvernement doit ouvrir à la télévision , dans les écoles , les Universités etc… puisqu’ils parlent de nous tuer .
      Islamologie ne veut pas dire islamophobie ( peu nous chaut , non seulement le meurtre est recommandé , mais c’est de nous qu’ils parlent ) .
      L’Etat nous met en danger .
      Réformer l’Islam , vaut mieux commencer à résoudre la quadrature du cercle , ce sera plus facile . N’oubliez pas le verbe dont nous parlons depuis toujours Katilu ( tuez ) hum eux , ceux qui associent un fils à Dieu ( vous en connaissez beaucoup des gens qui associent un Fils à Dieu ! ) .
      blob:FB569A6D-E533-4D2F-A08C-71C061247859

  4. ALPHA ... OMEGA .

    Et dans ces 170.000 agents de sécurité , combien de musulmans ? Combien de musulmans susceptibles de se radicaliser ? Puis ensuite de tirer dans le dos de leurs collègues occidentaux ?
    N’oubliez pas ceci : « Chassez le naturel , il reviendra au galop . »

  5. jpass60

    Le citoyen de base ne peut pas assurer sa (légitime) défense le cas échéant. Pendant ce temps-là, à défaut d’assurer la sécurité arme des « agents de sécurités » au service d’intérêts privés qui réprimeront le cas échéant les citoyens qui se révolteraient contre le système imposée à marche forcée avec l’aide des forces de l’ordre des pays voisins le cas échéant comme cela a été prévu. Où allons-nous ? Un exemple du « nouveau monde » sans doute…

  6. Joly Rodgers

    c’est une très mauvaise idée que d’armés des agents de sécurités (j’ai moi même travaillé là dedans , j’ en est étais dégouté ) . 1) les » métiers » de la sécurités sont des secteurs islamisés . 2) les agents de sécurités (même français) , sont pour la pluparts d’entre eux issus du luppen prolétariat .
    voilà pourquoi j’ai arrêté de bossé dans ce domaine , (a là base ce n’est pas mon métier , c’était alimentaire , mais je préfère encore me serrer la ceinture que de  »travailler » avec de tel cas .)
    armé de tel individus risque d’être plus nuisible qu’autre choses . n’oublions pas que les pires SA et autres Garde Rouges étaient jadis recrutaient dans le sous prolétariat . on connais le résultat .

  7. SVEN 1er

    Et quand on est agent de sécurité et patriote comment fait on ??
    Meilleurs vœux aux défenseurs de notre civilisation….

  8. durandurand

    Le gouvernement macronite vient de donner un blanc seing aux agents de sécurité issue de la diversité heureuse , que de bavures, je dirai d’assassinats légalisés en perspective , ces corrompus et traîtres du micro-con de son gouvernement aux députailles et les salopards de sénateurs qui ont acceptés et validés cette putain de loi assassine ,Ils sont tous devenus cinglés nos politichiards .

  9. chrsitiane W

    suis tres curieuse de savoir sur quels critères on va recruter ceux qui auront le droit de ..s’armer !! !!! ….

  10. Purfruit De La Fraise

    Quand on voit le niveau intellectuel des agents de sécurité, on peut s’inquiéter. Bien souvent ils sont recrutés parmi ceux qui n’ont pas les capacités d’intégrer les forces de l’ordre. Les policiers et gendarmes sont armés à la suite d’une formation sérieuse et sensibilisés sur l’usage de l’arme à travers l’étude de textes de lois. On peut penser, sur un coup de colère, qu’ils n’en font pas assez l’usage, mais cela reste un gage de sécurité. Si les policiers se mettaient à tirer à tout va, ce serait plus inquiétant. L’agent de sécurité est un videur sans cervelle. Lui mettre une arme entre les mains représente un danger, surtout lorsqu’il peut rabaisser un français avec une bonne tête d’occidental. N’oublions pas que nous sommes en plein dans une période d’auto-flagellation post-colonialiste.

  11. zipo

    De toute manière il nous reste les chasseurs qui vont collaborer avec la police ,j’espère que l’on va aussi les armer et faire comme au texas autoriser tout ceux qui ont un casier judiciaire vierge a détenir une arme comme en Suisse ,comme cela ce sera plus simple!

  12. FantomasFantomas

    Si le port d’arme était permis par tout individu en France, cela poserait moins de problème. Seuls les gens honnêtes doivent se taper les dossier de demande de détention. LA racaille elle achète des armes illégales

  13. Colérix

    macron , macron encore , macron toujours ! Je ne voudrai pas être son avocat au jour du jugement dernier !

Comments are closed.