100 vraies femme, dont Deneuve, pour « la liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle »


100 vraies femme, dont Deneuve, pour « la liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle »

Que cela fait du bien ! Une pétition contre les hystéro-dingues, signée par une centaine de femmes, dont Catherine Deneuve, « Nous défendons une liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle »

« la drague insistante ou maladroite n’est pas un délit, ni la galanterie une agression machiste ».

http://www.europe1.fr/societe/tribune-de-femmes-dont-catherine-deneuve-pour-laisser-aux-hommes-la-liberte-dimportuner-3541469

C’est évident, mais cela va mieux en le disant dans notre monde de fous, dans un monde aux mains des tarés en tous genres.

« Haine de la sexualité ». « En tant que femmes, nous ne nous reconnaissons pas dans ce féminisme qui, au-delà de la dénonciation des abus de pouvoir, prend le visage d’une haine des hommes et de la sexualité », poursuivent les signataires de ce texte. « Nous défendons une liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle. Nous sommes aujourd’hui suffisamment averties pour admettre que la pulsion sexuelle est par nature offensive et sauvage, mais nous sommes aussi suffisamment clairvoyantes pour ne pas confondre drague maladroite et agression sexuelle ».`

http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/01/09/nous-defendons-une-liberte-d-importuner-indispensable-a-la-liberte-sexuelle_5239134_3232.html

Catherine Deneuve, une des plus connues des signataires, est évidemment pointée du doigt… C’est une gauchiste, une bobo… et elle se démarque, comme le ferait une vulgaire patriote à la Tasin sur le terrain du harcèlement sexuel. Ils en sont tous baba, et bien embêtés, Europe 1 parle carrément de « légende à contre-courant ».

L’argumentation est remarquable, pointant avec une rare intelligence les dérives des pseudo féministes balançant leur porc : 

Mais cette libération de la parole se retourne aujourd’hui en son contraire : on nous intime de parler comme il faut, de taire ce qui fâche, et celles qui refusent de se plier à de telles injonctions sont regardées comme des traîtresses, des complices !

Or c’est là le propre du puritanisme que d’emprunter, au nom d’un prétendu bien général, les arguments de la protection des femmes et de leur émancipation pour mieux les enchaîner à un statut d’éternelles victimes, de pauvres petites choses sous l’emprise de phallocrates démons, comme au bon vieux temps de la sorcellerie.

La défense des hommes et la dénonciation des effets pervers de la campagne qui battait son plein il y a encore peu :

De fait, #metoo a entraîné dans la presse et sur les réseaux sociaux une campagne de délations et de mises en accusation publiques d’individus qui, sans qu’on leur laisse la possibilité ni de répondre ni de se défendre, ont été mis exactement sur le même plan que des agresseurs sexuels. Cette justice expéditive a déjà ses victimes, des hommes sanctionnés dans l’exercice de leur métier, contraints à la démission, etc., alors qu’ils n’ont eu pour seul tort que d’avoir touché un genou, tenté de voler un baiser, parlé de choses « intimes » lors d’un dîner professionnel ou d’avoir envoyé des messages à connotation sexuelle à une femme chez qui l’attirance n’était pas réciproque.

Cette fièvre à envoyer les « porcs » à l’abattoir, loin d’aider les femmes à s’autonomiser, sert en réalité les intérêts des ennemis de la liberté sexuelle, des extrémistes religieux, des pires réactionnaires et de ceux qui estiment, au nom d’une conception substantielle du bien et de la morale victorienne qui va avec, que les femmes sont des êtres « à part », des enfants à visage d’adulte, réclamant d’être protégées.

La dérive totalitaire est parfaitement décrite :

En face, les hommes sont sommés de battre leur coulpe et de dénicher, au fin fond de leur conscience rétrospective, un « comportement déplacé » qu’ils auraient pu avoir voici dix, vingt ou trente ans, et dont ils devraient se repentir. La confession publique, l’incursion de procureurs autoproclamés dans la sphère privée, voilà qui installe comme un climat de société totalitaire.

La vague purificatoire ne semble connaître aucune limite. Là, on censure un nu d’Egon Schiele sur une affiche ; ici, on appelle au retrait d’un tableau de Balthus d’un musée au motif qu’il serait une apologie de la pédophilie ; dans la confusion de l’homme et de l’œuvre, on demande l’interdiction de la rétrospective Roman Polanski à la Cinémathèque et on obtient le report de celle consacrée à Jean-Claude Brisseau. Une universitaire juge le film Blow-Up, de Michelangelo Antonioni, « misogyne » et « inacceptable ». A la lumière de ce révisionnisme, John Ford (La Prisonnière du désert) et même Nicolas Poussin (L’Enlèvement des Sabines) n’en mènent pas large.

Déjà, des éditeurs ­demandent à certaines d’entre nous de rendre nos personnages masculins moins « sexistes », de parler de sexualité et d’amour avec moins de démesure ou encore de faire en sorte que les « traumatismes subis par les personnages féminins » soient rendus plus évidents ! Au bord du ridicule, un projet de loi en Suède veut imposer un consentement explicitement notifié à tout candidat à un rapport sexuel ! Encore un effort et deux adultes qui auront envie de coucher ensemble devront au préalable cocher via une « appli » de leur téléphone un document dans lequel les pratiques qu’ils acceptent et celles qu’ils refusent seront dûment listées.

 Que d’expressions claires et crues qui font du bien pour dire l’infinie liberté dont nous avons besoin, pour dire l’infinie complexité  des rapports entre hommes et femmes, l’infini bonheur de séduire, être séduit, jouer à tous les jeux… Pas d’interdit en amour.

une femme peut, dans la même journée, diriger une équipe professionnelle et jouir d’être l’objet sexuel d’un homme, sans être une « salope » ni une vile complice du patriarcat.

 

nous ne nous reconnaissons pas dans ce féminisme qui, au-delà de la dénonciation des abus de pouvoir, prend le visage d’une haine des hommes et de la sexualité. Nous pensons que la liberté de dire non à une proposition sexuelle ne va pas sans la liberté d’importuner.

 

Et une belle conclusion :

Les accidents qui peuvent toucher le corps d’une femme n’atteignent pas nécessairement sa dignité et ne doivent pas, si durs soient-ils parfois, nécessairement faire d’elle une victime perpétuelle. Car nous ne sommes pas réductibles à notre corps. Notre liberté intérieure est inviolable. Et cette liberté que nous chérissons ne va pas sans risques ni sans responsabilités.

 

Ce sont néanmoins bien des bobos gauchistes qui, à propos des frotteurs évoquent un « non évènement » mais aussi la possibilité de plaindre le frotteur qui serait en pleine misère sexuelle ( sic ! ). On ne se refait pas… Mais on leur pardonnera pour l’heure, la claque qu’elles donnent aux Schiappa et compagnie est tellement gigantesque que ces dernières ne s’en remettront pas. Ridiculisées… à mort.

 

La pétition  : 

Les rédacteurs de la pétition sont  : Sarah Chiche (écrivain, psychologue clinicien et psychanalyste), Catherine Millet (critique d’art, écrivain), Catherine Robbe-Grillet (comédienne et écrivain), Peggy Sastre (auteur, journaliste et traductrice), Abnousse Shalmani (écrivain et journaliste).

Adhèrent également à cette tribune : Kathy Alliou (curatrice), Marie-Laure Bernadac (conservateur général honoraire), Stéphanie Blake (auteur de livres pour enfants), Ingrid Caven (actrice et chanteuse), Catherine Deneuve (actrice), Gloria Friedmann (artiste plasticienne), Cécile Guilbert (écrivain), Brigitte Jaques-Wajeman (metteur en scène), Claudine Junien (généticienne), Brigitte Lahaie (actrice et présentatrice radio), Elisabeth Lévy (directrice de la rédaction de Causeur), Joëlle Losfeld (éditrice), Sophie de Menthon (présidente du mouvement ETHIC), Marie Sellier (auteur, présidente de la Société des gens de lettres).

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/01/09/nous-defendons-une-liberte-d-importuner-indispensable-a-la-liberte-sexuelle_5239134_3232.html#SDECmHwA4Eb7gZh2.99

Liste des signataires :

Les plus connues sont Catherine Deneuve, Elisabeth Lévy, Catherine Millet…

Et les autres sont d’illustres inconnues ou presque. Le show biz ne se précipite pas pour 

On trouve, quand même un certain nombre de journalistes en sus d’Elisabeth Lévy mais pas les plus en vue ( Alexandra Alévêque, Ariane Buissou, Nathalie Dray, Nouad Fathi, Sophie Gaillard, Anne-Elisabeth Moutet, Brigitte Lahaie, Karine Papillaud, Peggy Sastre ), beaucoup de de femmes du milieu artistique, cinéma, producteur, des écrivains… 

Pas d’ouvrières, de commerçante… mais c’est sans doute que les initiateurs de la pétition sont dans l’entre-soi et n’ont prévenu et sollicité que ceux et celles qu’ils côtoient et connaissent… 

On trouve  des médecins, gynécologues et autres sexologues, tous gens qui, sur le terrain, savent les dangers des interdits et des inhibitions stupides…

Quant aux ahuries qu’on voit et entend sur tous les plateaux depuis que Macron a été élu, les Obono et autres Schiappa, elles se gardent bien de se mêler à ces femmes politiquement incorrectes ! On attend avec un certain plaisir leurs réactions…

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


63 thoughts on “100 vraies femme, dont Deneuve, pour « la liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle »

  1. Olivia BlancheOlivia Blanche

    Christine, puis-je me permettre de vous demander si vous signerez cette pétition ? Sachant que vous êtes « contre » les pétitions…

    Avant de lire votre article j’avais entendu parler de Catherine Deneuve et de sa signature à cette pétition, pas plus tard que ce matin, sur France-Inter. Je n’ai pas retenu le nom de l’invitée de Léa Salamé, invitée qui était opposée à cette pétition et surprise de la participation de C. Deneuve.

    Reply
    1. Christine TasinChristine Tasin Post author

      je suis contre les pétitions en effet, qui ne servent à rien. Le seul intérêt de signer celle-ci, en prenant soin de ne pas laisser son courriel pour ne pas faire partie du fichier qu’elle va générer serait l’acte symbolique, est-ce nécessaire ? je n’ai pas encore tranché . Vous pourriez nous faire un petit article sur l’émission de ce matinn et les réaction s de Salamé

      Reply
    2. EVAEVA

      Vous remarquerez, chère Olivia, que les signataires de cette pétition sont des personnes instruites, avec des métiers qui les exposent moins aux agressions sexuelles ou au mépris que subissent les femmes qui vivent dans les banlieues mal-famées et gagnent mal leur vie.
      Bien sûr que les hommes ne doivent pas être inhibés par la peur quand ils veulent aborder des femmes, mais nous sommes aujourd’hui dans une situation où la drague, chez certaines populations (suivez mon regard), ressemble plus à de l’agression, verbale et parfois physique.

      Reply
      1. Amélie Poulain

        « mais nous sommes aujourd’hui dans une situation où la drague, chez certaines populations (suivez mon regard), ressemble plus à de l’agression, verbale et parfois physique. »

        Oui d’accord avec vous EVA mais il faudrait justement nommer précisément d’où vient le problème au lieu de généraliser afin de le contourner.

        Reply
        1. EVAEVA

          Justement, Amélie: Madame Deneuve et ses copines bobo qui ont signé la pétition se gardent bien de dire d’où vient le problème précisément.
          Donc leur « droit d’importuner les femmes » reste valable pour tous les hommes, y compris ceux qui agressent les femmes qui refusent de se laisser importuner.

          Reply
          1. Amélie Poulain

            Oui toujours cette peur de nommer et des retombées inévitables que cela suscite mais tant que les gens réagiront comme cela, rien ne changera. Mais je reconnais qu’il faut être fort et courageux face à cette vague malsaine du politiquement correct.

            Personnellement, les dragues très lourdes me font rire, je plains les auteurs, il me font pitié plus qu’autre chose et je ne me sens pas concernée.

  2. Juste de Sainte-Preuve

    La Liste de Pinder!
    (ou l’état des lieux de Micron Circus en tournée)
    alors les franchouillons, il est pas beau le pays de la Liberté pour le Micron et ses copains?
    – leur liberté de piquer dans la poche des pauvre pour filer aux riches
    – leur liberté de t’empécher de fumer alors que ça se pasait bien depuis 400 ans
    – leur liberté de fêter la fin du ramadan des muztafioles en mairie avec tes sous
    – leur liberté de foutre tes santons et tes crêches au feu
    – leur liberté de te faire trainer a 80km/h avec 100 chevaux
    – leur liberté de te faire croire à la laïcité avec des repas spéciaux cantine
    – leur liberté d’installer des salles prières dans des entreprise censées produire
    – leur liberté de laisser revenir des tueurs et des tueuses aguerris de syrie
    – leur liberté de surveiller tes paroles, pour voir si t’es pas un peu raciste avant qu’on t’égorge chez toi
    – leur liberté de faire péter plus d’impôts sur les retraités afin qu’ils ne puissent plus aider leurs gosses, mais redistribuer cela aux splendides migrants qui nous apportent tant et tant (de criminalité)
    – leur liberté de baisser yeux et culottes devant les zones de non-droit financées de trafics et d’aides sociales sur ta gueule
    – leur liberté de te faire subir par ordonnances la mixité des plans de dégraissage sans préavis (paskeu t’as plus de 50 balais et que t’es autochtone)
    – leur liberté de faire de l’embauche à moindre qualification chaperonnée par des tests de discriminations
    – leur liberté de faire pousser des mosquées comme des pisse-en-lits et te foutre en cabane si tu n’es pas d’accord
    – leur liberté de modifier l’Histoire de ton pays afin de ne pas choquer les muz, et te faire occulter que depuis le 7e siecles ces derniers n’ont jamais eu d’autre projet de t’égorger toi et ton pays PAR TOUS LES MOYENS
    etc etc etc
    moi ce que j’aime chez les franchouillons, c’est l’inertie et le masochisme, avec lesquels ils s’habillent de Lâcheté, Inégalité, Fondamentalité.

    Reply
    1. Fomalo

      Juste@, j’adore la liste de Pinder,( d’autant que ça fait des semaines que je qualifie ainsi les vestes/redingotes à boutons dorés de la bri-bri, et que l’imaginant en shako assorti, j’entends la musique du cirque!).cela dit, après un grand bravo pour le pointage, il est ici question de graduer les dragues lourdingues, les agressions au premier degré (les « frotteurs »), les agressions sexuelles forcément violentes, et les viols (crimes). De la part des muztaf…les, le regard fixe non sollicité( par des oeillades dont se servent si bien leurs mousmés ensachées) est déjà de trop.C’est à rappeler pour protéger les féministes de France.

      Reply
  3. Celtillos

    madame Deneuve est une grande dame, elle a raison mais hélas c’est dans l’ordre des choses quant il y a un excès quelque part des qu’on y met fin on retrouve l’excès inverse,
    c’est un peut comme un balancier qui d’un coté opposé ne peut revenir seulement au juste milieu mais repart avec élan dans le coté opposé avant de se stabiliser au centre, la société est pareil a un excès correspond un excès inverse et ca c’est imparable…

    Reply
  4. Rabarabé

    Je pense néanmoins que ces dames ne fréquentent pas les transports en commun parisiens. Parce que ne pas différencier la façon de draguer des français avec celle, agressive, des importés (dont les frotteurs) c’est anormal. Un non évènement, elles y vont fort…. Avec moi c’est une baffe assurée! Sur ce point et sur les style « baiser volé » je ne suis pas non plus d’accord.
    La parade amoureuse humaine accepte les regards, l’homme qui fait le fier et madame qui rougit mais il n’est pas du tout question que monsieur se jette sur madame sans préavis ni autorisation!

    Reply
  5. J

    Pour ma part, je dénonce cette accusation des hommes à outrance, surtout qu’elle ne s’adresse pas à ceux qui font le véritable mal. Mettre sur un même plan un dragueur un peu lourd et les hyènes migrantes qui violent les femmes, c’est de la c*nnerie.
    Evidemment, on a toujours le même problème des bobos qui protègent leurs chouchous (les racailles immigrées) et descendent leur ennemi ultime (le mâle blanc occidental).
    Et puis, ces jérémiades de la part des néo-féministes (les vraies connes qui ne se battent pas pour les femmes mais leur font honte, genre Femen). Une femme n’est donc pas capable, si confrontée à un frotteur, de se tourner et de lui virer une gifle ou un bon coup de pied bien placé ? Surtout que si elle se met ensuite à l’accuser, il y aura des bonnes âmes masculines qui auront tôt fait de faire une grosse tête ensuite au frotteur. Pour ces fausses féministes, la femme est donc une pauvre petite chose fragile à qui il faut tout donner et tout de suite, sans qu’elle ne fasse d’effort, juste parce que c’est une femme. Si j’obtiens quelque chose juste par ma condition de femme et non pas pour mes aptitudes, ça me vexerait plus qu’autre chose.

    Reply
  6. Xtemps

    Et bien la Catherine De Neuve a bien tapé là où il faut, mais en faite c’est tout simplement- l’homme propose et la femme dispose en toute liberté-
    La femme est assez grande pour accepter ou pas les avances d’un homme qui a des attirances pour elle et l’homme de respecter le refus sans harcèlement avec le savoir vivre, que nous connaissons très bien en Europe Occidental.
    Comme vous l’avez déjà bien écrit Madame Tasin, il y a quelque chose de pourri au Royaux de France, mais alors sa pue la dictature à tout va vraiment là.
    C’est vraiment une dictature qui s’est installé en France et en Europe, car si ces lois pervers prennent en France, ces lois liberticides vont suivre dans les autres pays européens.
    Ces gens aux pouvoirs ont vraiment des idées tordues aux cerveaux, ils font pire que bien, et il est grand temps de retirer le pouvoir hors des mains très vite de ces gens là.
    Nous devons plus jamais laisser une minorité décider leurs idéaux totalitaires aux détriments de tout un peuple comme la France et de tous les peuples européens qui en subissent les conséquences les plus délirantes et gravissimes, qui ont pris des proportions démesurés, les dégâts Sont considérables.
    Les peuples européens doivent intervenir avec les consultations populaires par référendums pour contrer ces fous aux pouvoirs, de se mettre du côté des conseilles de transition Nationale pour chaque pays européens et agir en même temps, pour ne pas laisser une seul chance à tous ces escrocs criminels pour l’instant aux pouvoirs,cela suffit!, cela va trop loin.
    Bravos! à Catherine De Neuve et honte! aux pouvoirs.

    Reply
  7. Marie

    Déjà à l’école j’avais pratiquement que des copains tellement je trouvais les filles chiantes et surtout très pestes, j’aimais mieux les relations moins hypocrites avec les garçons, mais maintenant les féministes ça bat des records de connerie et c’est aussi très sectaire. En ce moment même sur la 5 c dans l’air, ils démontent la tribune de Deneuve et ses copines, aucune contradiction que des féministes hystériques et 2 hommes soumis. Mais ces féministes elles balancent les porcs, leur maman ne leur a jamais appris à se défendre, à mettre une claque à un lourdeau ? Décidément quelle époque de merde, je ne sens pas féministe, je’ai déjà mis des claques à des sales types, envoyé bouler un crétin à un entretien d’embauche dont les idées étaient claires, prévenu mes parents à 15 ans quand un tonton a essayé de me coincer, par contre c’est dommage de se priver des compliments des hommes, pas étonnant que tant de monde se bouscule aux portes de meetic et autres sites de rencontres.

    Reply
  8. Agnes

    Je ne suis pas d’accord avec les excès de celles qui veulent empêcher les compliments mais je ne suis pas d’accord avec ces dames qui veulent sauvegarder la « liberté d’importuner  » car être importunée, ce n’est pas drôle. Bien que je ne sois ni allumeuse, ni aguicheuse, ni habillée de manière provocante, j’ai toujours été importunée par des types qui se croient irrésistibles, qui sont lourdingues de lourdingues. J’ai parfois été obligée de me priver d’activités que j’aimais pour éviter de les rencontrer parce que je n’en pouvais plus. Au début, j’essaie de faire comprendre courtoisement que je ne suis pas intéressée mais ils ne veulent rien admettre. Ensuite je deviens plus dure, je leur dis vertement ma façon de penser. Mais cela ne change rien. C’est insupportable d’être ainsi considérée comme une proie. Il m’arrivait quand j’étais plus jeune de m’enfermer pour pleurer tellement je souffrais de cette situation. Alors que des personnes célèbres se servent de leur notoriété pour donner raison à des sales types qui empoisonnent la vie de femmes qui ne demandent qu’une chose : la paix, je ne peux pas l’approuver. Quand j’étais étudiante, j’ai dû supporter d’être importunée pendant six ans par les mêmes cretins. Je ne vois pourquoi la liberté des importuns doit être supérieure à celle des femmes.

    Reply
      1. Agnes

        La main dans la figure, on ne l’utilise que si des gestes déplacés ont lieu pour se défendre mais il y a des mots qui peuvent être aussi odieux. Quant à ridiculiser l’importun, je l’ai fait aussi mais sans succès. J’avais même des copains qui me disaient que, eux, si je les avais traités comme je traitais ces indésirables, ils auraient compris et ne seraient pas revenus à la charge. Mais je puis vous assurer, Christine, qu’il existe des gens tellement bornés et insistants que la fuite est la seule échappatoire en dehors de la violence. Et si on utilise cette dernière, on se retrouve devant les tribunaux qui condamne les personnes qui se défendent et non celles qui les dérangent en prétendant qu’elles pouvaient aller demander justice plutôt que d’utiliser la violence. Mais quand vous demandez justice contre ce genre de comportement, c’est vous qui êtes l’objet des sarcasmes : la justice dit que ce n’est que de la drague et des femmes lui donnent raison comme les signataires de la pétition.

        Reply
    1. EVAEVA

      Merci Agnès pour votre témoignage.
      Je n’aime pas les dragueurs lourds non plus.
      Je déplore que des femmes qui vivent dans les beaux quartiers et ne prennent jamais les transports en commun se permettant de minimiser l’impact des dragueurs de type harceleur sur nos vies.
      Madame Deneuve, que j’ai parfois croisée à Paris, vit dans le 6ème arrondissement, du côté de la très chic Place Saint-Sulpice.
      Pas beaucoup de danger d’être importunée lourdement dans un quartier où le prix du mètre carré bat des records, et où des voitures de police sont constamment en circulation, y compris tard la nuit.

      Il ne s’agit pas d’inhiber les hommes, mais draguer est une chose, importuner en est une autre.

      Reply
  9. claude t.a.l

    Avec les taré-e-s ,
    Léo Ferré n’aurait plus le droit de chanter :

    –  » Nous aurons du pain
    Doré comme les filles
    Nous aurons des lits
    Creusés comme des filles  » (  » l’âge d’or  » )

    –  » Cette blessure
    Où va ma lèvre à l’aube de l’amour
    Où bat ta fièvre un peu comme un tambour
    D’où part ta vigne en y pressant des doigts
    D’où vient le cri le même chaque fois  » (  » cette blessure  » )

    –  » Ton Style c’est ton cul c’est ton cul c’est ton cul
    Ton Style c’est ta loi quand je m’y plie salope!
    C’est ta plaie c’est mon sang c’est ma cendre à tes clopes  » (  » ton style  » – la fin étant :  » ton style, c’est ton coeur  » )

    etc…..

    Honte aux schiappesques
    Bravo à Catherine Deneuve et aux autres

    Reply
  10. Machinchose

    Heureux qui (1), comme Machinchose, a fait un long voyage,

    Et puis est retourné, plein d’usage (3) et raison,

    Vivre entre ses parents le reste de son âge !………………………..

    si je devais donner un conseil de séduction a mes amis patriotes, le premier serait de leur rappeler qu il faut écouter une femme avant de parler, et ensuite l’ intéresser et surtout la faire RIRE …..la surprendre en permanence…vous y gagnerez en plus l’ art d’ etre un authentique galopin septuagénaire adulé de ses petits enfants

    qui ont grandi en n’ oubliant pas toutes les conneries qu ils ont pu faire ensemble…et qui continuent a partager bien des choses un peu plus raisonables

    Reply
    1. Victoire de Tourtour

      Machinchose
      « Femme qui rit,
      Femme à moitié au lit. »

      Reste encore la moitié du chemin à faire, en utilisant les armes diverses et variées de la séduction.

      Reply
  11. PUGNACITE

    Que culture ,intelligence et réflexion éclairée soient le moteur de la gente féminine Française.
    Telle devrait être là ligne directrice qui guide les choix électoraux.
    Or les influences ridicules et néfastes prédominent actuellement et nuisent à la crédibilité des femmes qui sont les égales des hommes tout en se revendiquant victimes à protèger( les promotions canapé consenties notamment)

    Reply
  12. Jean LafitteJean Lafitte

    Je pense au contraire – clin d’œîl – qu’il faut retirer de toutes les bibliothèques et bruler tous les livres traitant du 1er des Troubadours, Guillaume IX comte de Poitiers et duc d’Aquitaine (1071-1027), grand-père d’Aliénor d’Aquitaine, qui a écrit une « Chanson… convenable » : entretenant ses compagnons, pendant sept couplets de trois vers, sur ses deux chevaux d’exception, il les prie à la fin de l’aider à se décider, leur révélant enfin le nom de ces montures :
    VIII. – Chevaliers, conseillez-moi dans mon doute ; jamais choix ne me causa plus d’embarras : je ne sais à laquelle je dois m’en tenir, d’Agnès ou d’Arsen.
    … où l’on comprend que ce sont deux femmes qu’il « monte » avec un égal plaisir.

    Le même sort dot être réservé au troubadour provençal Raimbaut de Vaqueiras (1165-1207) qui dans un « tenson » dialogue avec une Génoise mariée, qui refuse sans ménagement ses avances. Il achève sa cour par un couplet de six vers seulement, dont voici les quatre derniers, selon ma traduction :
    Mais encore je vous prierai
    que vous vouliez que je vous essaie
    comme le fait un Provençal
    quand il est monté

    La Dame le comprit fort bien, puisqu’elle lui répliqua qu’il vaudrait mieux qu’il s’adressât au sire Opetin qui lui donnerait peut-être une rosse puisqu’il n’est qu’un bouffon.

    Reply
  13. Anonyme Averti

    Pourquoi avons nous une ministre Schiappa, car avec elle, à terme lorsqu’un homme voudra parler à une femme, même de la pluie et du beau temps, il sera condamné pour agression sexuelle.

    Je suis halluciné des conneries que cette ministre sort à la minute. Je pense qu’elle n’a jamais été dragué dans sa vie.. elle a encore à découvrir ce qu’est l’amour sur terre… et surtout une bonne nuit avec un amant … cela aurait un impact sur son ministère…

    Reply
  14. Anonyme Averti

    Macron veut mettre en avant pour son quinquennat l’égalité des hommes et des femmes. On se demande quelle égalité veut-il obtenir ? Car une femme ne sera jamais un homme et vice vers ça. Les hommes ne porteront jamais les enfants, et les femmes n’auront jamais à descendre dans les mines, à construire les routes, les autoroutes, les voies ferrées, les immeubles, maisons, bâtiments …. comme les hommes ont eu à le faire au cours de ces 150 dernières années….
    Macron devrait plutôt faire un ministère de l’égalité des riches et des pauvres …. Là il y aurait vraiment du boulot….

    Reply
    1. Christine TasinChristine Tasin Post author

      vous avez une vision des hommes et des femmes quelque peu dépassée relisez Zola… il y a 150 ans les femmes descendaient dans les mines et il y en a partout dans le monde qui font des métiers, si on peut appeler ça comme ça abominables

      Reply
      1. Anonyme Averti

        Votre réaction me donne l’impression que je heurte votre besoin personnel de valoriser les femmes…

        Ma vision des hommes et des femmes n’est en aucun cas dépassée… au contraire….

        Reply
        1. Christine TasinChristine Tasin Post author

          Je me moque de valoriser ou pas les femmes, je tiens une de mes lignes de conduite des anciens Grecs, de la mesure… non à la démesure.

          Reply
          1. Anonyme Averti

            Christine, tu parles à un convaincu, mais complètement convaincu… Je ne voulais pas te heurter… Je te laisserai tranquille dorénavant … avec mes commentaires dépassés.. car en général ils font avancer et pas reculer….

            On pourra peut-être tomber d’accord que le ministère le plus important que chaque pays au monde devrait avoir et qui n’existe nulle part, c’est le ministère de l’égalité des riches et des pauvres..

            Et aussi les hommes ont tout à apprendre des femmes mais aussi les femmes ont encore tout à apprendre des hommes, car jusqu’à présent leurs relations n’étaient que sexuelles et de pouvoir l’un sur l’autre… C’est pourquoi il y tant de violence sur Terre, qu’il existe des religions absurdes, violentes et criminelles….

            Et bravo pour les anciens Grecs, heureusement qu’ils ont existés

          2. Christine TasinChristine Tasin Post author

            Pas de souci il est possible que l’un de nous deux ( ou les deux ) n’ait pas compris l’autre, tout va trop vite, n’en parlons plus.

  15. Agnes

    http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/brigitte-lahaie-indigne-caroline-de-haas-en-declarant-qu-on-peut-jouir-lors-d-un-viol-1022005.html?campaign_id=A100
    Brigitte Lahaie, signataire de la pétition, a prétendu que la jouissance sexuelle était possible pendant un viol . Toutes ces dames privilégiées et nanties vivant dans des quartiers protégés , ne prenant pas les transports en commun sont en train de préparer les esprits à de futurs Cologne français. Les françaises sont prévenues : personne ne les défendra quand il y aura des viols en masse. Les esprits sont formatés pour minimiser les agressions et pour rejeter la faute sur les victimes : elles l’auront cherché, c’est dans la culture des agresseurs comme le badinage est dans la culture gauloise sauf que là, il ne s’agit plus de simples compliments mais d’agressions, de viols et également de manque de respect fut-il seulement verbal de la liberté de l’autre, en l’occurrence la femme. Je connais un avocat qui accepte systématiquement les femmes dans les jurys d’Assises quand il défend un violeur car elles sont plus indulgentes : elles se disent qu’elles auraient bien aimé être à la place de la victime, qu’elles n’auraient pas porté plainte…. Les victimes n’auront jamais la vraie reconnaissance de leurs droits tant que des célébrités privilégiées prendront la défense de leurs agresseurs et des importuns et que d’autres femmes les encourageront.

    Reply
    1. Christine TasinChristine Tasin Post author

      Agnès on ne peut pas faire dire à un avocat que les femmes auraient aimé être violées c’est stupide et monstrueux. Si vraiment ce monsieur le dit c’est un taré inutile de rapporter des horreurs pareilles.

      Reply
      1. Agnes

        Non il n’a pas dit qu’elles auraient aimées être violées, il a dit qu’elles n’auraient pas porté plainte contre lui car, pour elles, cela n’aurait pas été un viol et elles ne comprenaient pas que la victime puisse qualifier cela de viol. Elles ne considéraient pas ça comme un viol et le violeur était systématiquement acquitté.

        Reply
        1. Amélie Poulain

          Il est vrai que maintenant, pour la Justice, la notion de viol est assez ambigüe…. Rien à voir avec le sauvage qui se jette sur une femme pour consommer….

          Pour ma part, j’ai toujours trouvé que les interprétations allaient un peu trop loin et donnait la part belle aux femmes souvent infantilisées voire dans certains cas, injustement déresponsabilisées, dans l’ensemble de ce que j’ai pu constater du moins sans généralisation bien sûr.

          C’est grave car il y a quand même la case prison parfois même en préventive bien avant le jugement pour des situations qui sont plus que douteuses et c’est l’homme qui paye car après, ce qui m’a toujours étonnée, pas de plainte de l’injustement mis en cause pour rétablir la situation.

          Reply
  16. Armorique

    Franchement , je ne suis pas trés pétitionneuse , et la cela fait un peu guéguerre entre femmes , les plus ..les moins ..

    Quand j ‘étais plus jeune , et que nous sortions , une remarque , un sifflement
    un compliment même osé de la part d ‘un mec cela n’ à jamais été pris

    comme une insulte , ou un viol de la part d ‘un homme ,… une main aux fesses!!!!! … à nous de fixer la barriére ..

    Et puis nous les filles nous avons des maniéres pour remettre les trop collants dans le rang ..

    J’ aime les vers que cite Monsieur Jean Lafitte plus haut
    quelle classe ..

    kénavo

    Reply
    1. Jean LafitteJean Lafitte

      Merci Madame pour le compliment ! Mais la « classe » n’est pas mienne ! Elle est celle de es ancêtres, et le rôle d’Aliénor, duchesse d’Aquitaine et reine d’Angleterre montre que les femmes savaient se faire respecter !

      J’ai fait en janvier 2015 une étude sur un couplet gascon mis par Raimbaut de Vaqueiras dans un très célèbre « descort » (cf. http://www.larousse.fr/encyclopedie/musdico/descort/167192) où j’ai trouvé une signification très « cochonne » !
      Je vous la communiquerai si vous me la demandez après avoir obtenu de Christine mon adresse courriel.
      Kenavo !

      Reply
      1. EVAEVA

        Amélie, vous avez raison, mais quand les importuns sont plusieurs à vous importuner, comme c’est le cas dans certains quartiers où Madame Deneuve et ses copines bobo ne mettent jamais les pieds, les limites que vous mettez ne seront pas respectées.

        Reply
        1. Amélie Poulain

          Oui cela ne m’est jamais arrivé mais j’imagine que cela doit être insupportable EVA, tel que vous le dites.

          D’où la nécessité de nommer précisément car c’est quand même un problème que l’on ne vivait pas à ce point-là auparavant, les tentatives lourdaudes qui faisaient partie de la vie étant faciles à canaliser.

          Reply
          1. EVAEVA

            Chère Amélie, avez-vous vu la campagne d’affiches incitant à respecter les femmes ? Par exemple: « Quand je dis non, ça ne veut pas dire oui, ça veut dire non ». Et des niaiseries genre: « Si tu m’aimes, respecte-moi. »

            En bref, on pense éduquer par le biais d’affiches des débiles misogynes qui ont grandi dans des familles où les femmes sont systématiquement méprisées.
            Et comme vous le dites, ce problème n’a surgi en France que lorsque certaines populations d’une certaine religion y ont été admises.

          2. Amélie Poulain

            Oui chère EVA vous avez raison on se demande à quel niveau on s’adresse par ces affiches que je n’ai jamais vues.

            Cette position infantilisante et débile de toute façon on la retrouve partout et implicitement on voit bien à quel public cela s’adresse.

            Mais bon, quel est le niveau aussi de ceux qui élaborent ces affiches se voulant moralisantes ?

            Quelle naïveté de croire, d’accord avec vous, qu’en s’adressant à des gens qui ont autant de problème avec le rapport hommes/femmes pourraient changer leur comportement à la lecture de ce affiches….. En plus, quant on sait ce que ce genre de communications coûtent ! Que d’argent gaspillé à refuser de regarder les problèmes en face….. Et il n’y a pas que dans ce domaine, je peux vous l’assurer !

  17. stendek

    « vraies femmes » dites vous ? Agents de chaos oui ! tout est voulu tout est calculé et arrive comme par hasard a point nommé pour formater geometriquement l’opinion du peuple dindon ! Il fallait bien entendu s’attendre avec une telle proportion de serpillières que tout ce cirque de récupération serve a justifier les soit disant « consentements » pour les viols des envahisseurs muzmigr !quant a l’interprète de PEAN D ANE la princesse qui fume des clopes il faut se souvenir que dans une interview en NB en 1970 elle disait de l’inceste du film en ricanant sur le plateau que « c’était un film pour enfants » (video INA) les accusations de complotisme c’est pour ceux qui ne comprennent pas encore comment fonctionnent les principes du petit livre jaune numéro 5
    https://www.lexpress.fr/actualite/medias/on-peut-jouir-lors-d-un-viol-je-vous-signale-brigitte-lahaie-choque-sur-bfmtv_1975107.html
    https://www.youtube.com/watch?v=A7l2GyD8O6A

    Reply
  18. Purfruit De La Fraise

    L’anti-racisme primaire empêche de faire la différence entre un français qui drague et une racaille de cité qui harcèle. C’est cette cécité qui a conduit la Suède à interdire les hommes lors d’un festival.

    Reply
    1. Amélie Poulain

      « L’anti-racisme primaire empêche de faire la différence entre un français qui drague et une racaille de cité qui harcèle »

      Tout à fait d’accord avec vous.

      Reply
  19. Diogène

    « la drague insistante ou maladroite n’est pas un délit, ni la galanterie une agression machiste ».

    Ouh ! Que ça fait du bien d’entendre ces propos.
    Stop à la « castration des mâles » !

    Il serait plus courageux de dénoncer et s’attaquer au « mal absolu » (la secte des fous-furieux) tapi dans l’ombre( cet enfer de lâcheté !) prêt à nous fondre dessus !

    Reply
  20. Fallaci

    Personne n’a perçu les aspects négatifs et dangereux de cette « liberté d’importuner ».
    Certes, les Hommes normaux, qui ne voient qu’une atteinte à leur virilité, l’approuvent, alors que les victimes d’attouchements, de viols et de mal traitance la réprouvent à juste titre.

    Je ne suis pas une féministe, juste une vraie femme qui sait différencier la drague (même pesante) de l’agression.

    Je dis non à ces merdes de féministes bobogocho qui œuvrent dans un esprit désordonné et destructeur, sans séparer le bon grain de l’ivraie, en minimisant les vrais dangers qui guettent les femmes de tout âge livrées à l’envahisseur et à tous les détraqués, jusqu.à prétendre que la femme jouie durant son viol… la connerie et l’horreur sont innommables.

    Reply
  21. lucide

    Ma génération a eu beaucoup de chance. Toutes ces questions ne se posaient pas.
    Nos parents nous avaient éduqués à respecter l’autre. Il y avait une approche pudique, presque timide de la part des hommes. Nous étions précieuses à leurs yeux. Et puis la pillule étant venue assez tard, ils n’étaient pas pressés de « goûter au fruit défendu », car il savaient que cela les précipiteraient dans une situation qu’ils n’étaient pas tout de suite capables d’accepter. Ils savaient qu’il fallait être en état « adulte ».

    Alors la romance existait, la tendresse, la sensualité nous rendaient follement amoureuses, mais vigilantes. On pouvait encore danser des slows sans malaise.

    J’ai pris des milliers et des milliers de fois le métro sans qu’une main ou un geste malsain ne vienne gêner ma quiétude.

    Une seule fois, alors que j’avais atteint la quarantaine et que je rentrais tard d’une invitation au resto, deux individus se sont précipités sur moi. Ils m’ont entendu « hurler comme un bébé ». ET ILS ONT FUIT. Ils devaient encore avoir une part d’humanité pour avoir abandonné leur projet prédateur et me laissait la paix. Ce qui ne serait peut-être pas le cas aujourd’hui, tant la réalisation des pulsions est encouragée.

    Reply
  22. frejusien

    Brigitte Lahaie a longtemps été une actrice du porno, très cotée, avant de se lancer comme animatrice radio des cœurs brisés ou conseillère en affaires de cul

    Reply
  23. frejusien

    Parler des « frotteurs » comme d’un non-événement, c’est que ces femmes n’ont jamais pris les transports en commun, réservé au commun des mortelles : lycéennes, étudiantes, vendeuses , secrétaires, et cela démontre une fois de plus la pensée bobo-gauchiasse du tout est permis pour une certaine catégorie d’individus,
    Elles confondent les avances polies des studios de télé ou des plateaux de tournage avec ce que subissent les autres , non privilégiées;

    Reply
  24. frejusien

     » la liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle »

    La pire connerie que j’aie jamais entendue !

    Cela sous-entend que la femme a besoin d’être importunée pour se libérer sexuellement, comme si les femmes n’étaient pas capables de draguer librement , de s’exprimer et de se réaliser en tant qu’individu et non pas en tant qu’objet qui répond à un stimuli agressif masculin,

    Cela répand un relent nauséabond d’une époque révolue,
    Les types collants et lourdingues n’ont jamais attiré les vraies femmes, car les vraies femmes veulent garder leur liberté de choix,

    J’ai l’impression que la signature de Deneuve correspond à la pince du crabe appelant, un peu cruel sans doute…..

    Reply
  25. Fallaci

    Bonsoir Lucide,

    Oui, quelle belle époque de bien être et de douceur, nous étions comblées par leurs comportements « chevaleresque »..

    Aujourd’hui, les collabos cherchent à castrer nos Hommes « blanc », les efféminer, les culpabiliser tout en encourageant vicieusement par laxisme et cruauté les pulsions sexuelles de nos envahisseurs biberonnés à la haine des femmes, surtout lorsque elles sont « blanche ».

    La « liberté d’importuner » est une arnaque, une porte ouverte à tous les excès pour femmes hystériques ou hommes vauriens et l’amalgame entre la drague et l’agression sexuelle n’est pas seulement hypocrite, il est surtout dangereux dans un pays envahi de sauvages qui auraient le droit d’importuner jusqu’au viol.

    Reply
  26. Amélie Poulain

    « Aujourd’hui, les collabos cherchent à castrer nos Hommes « blanc », les efféminer, les culpabiliser »

    A relier avec cette mentalité que l’on veut imposer : tout se vaut, pas de nuances pas de différences (culturelles, de sexes ou autres)…Le nivellement, le refus du sujet, le refus de la Vie tout simplement en ce qu’elle a de part humaine et incertaine.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *