Importance de Jérusalem : Netanyahu s’adresse aux Ministres européens


Importance de Jérusalem : Netanyahu s’adresse aux Ministres européens

Netanyahu s’adresse aux ministres des Affaires étrangères européens

Sur l’importance de Jérusalem pour le peuple juif et les Israéliens.

20 décembre 2017 par Joseph Puder

Dans le cadre de sa tournée politique en Europe, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, également Ministre des Affaires étrangères d’Israël,  s’est adressé le lundi 11 décembre dernier aux ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne à Bruxelles. Au centre de son intervention était l’appel aux ministres européens de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël. L’annonce historique de cette reconnaissance la semaine dernière par le président américain Donald Trump a encouragé Netanyahu à appeler les Européens à faire de même. En plus de cette reconnaissance par Trump de Jérusalem en tant que capitale d’Israël, il a également rappelé l’intention du déménagement de l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem. La visite au siège de l’UE était la première depuis 22 ans pour un premier ministre israélien.

Netanyahu a exprimé l’importance de Jérusalem pour le peuple juif et pour les Israéliens. Il a déclaré : « Je crois que tous les pays européens, ou la plupart, déploieront leurs ambassades à Jérusalem, reconnaîtront Jérusalem comme capitale d’Israël et s’engageront fermement pour la sécurité, la prospérité et la paix ». Suite à sa rencontre avec les ministres des Affaires étrangères de l’UE, Netanyahu a publié une déclaration disant que « la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël ne nuit pas à la paix, elle rend la paix possible, parce que reconnaître la réalité est la substance de la paix, c’est le fondement de la paix ».

Netanyahu, s’adressant aux ministres des Affaires étrangères de l’UE, leur a rappelé qu’Israël est en première ligne face au terrorisme islamiste. Il a remercié Federica Mogherini, représentante de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, et le gouvernement lituanien de l’avoir invité. « L’Europe et Israël sont des partenaires importants dans trois domaines principaux : la sécurité. la prospérité et la paix ».  « En matière de sécurité, les services de renseignement israëliens ont empêché des douzaines d’attentats terroristes, dont beaucoup sur le sol européen, et je pense que d’innombrables vies ont été sauvées grâce à cette coopération bien connue des services de sécurité de nombreux gouvernements européens ».

« Nous continuerons d’agir ainsi dans le cadre de notre combat commun contre le terrorisme. De même, je pense que le plus grand problème auquel l’Europe est confrontée est le flux de personnes qui fuient les zones déchirées par la guerre au Moyen-Orient, et le Moyen-Orient est menacé à la fois par ISIS, l’islam militant de la variété sunnite et l’islam militant de la variété chiite dirigé par l’Iran. Israël est la plus grande puissance du Moyen-Orient, qui empêche la propagation de l’Islam militant, empêchant non seulement des attaques d’ISIS en Europe, mais empêchant également l’effondrement de nombreuses parties du Moyen-Orient adjacentes à Israël qui seraient autrement prises en charge par ces militants islamistes, lesquels envoient beaucoup, beaucoup, beaucoup de millions de migrants en Europe. Bien évidemment, nous le faisons pour nous protéger mais, ce faisant, je crois qu’Israël remplit une fonction de sécurité très importante pour les citoyens européens, d’une manière qui n’est pas toujours comprise, mais qui est de plus en plus appréciée par les gouvernements concernés ».

Lors de sa visite en Israël, le ministre allemand des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel, a insisté sur une rencontre provocatrice avec le groupe anti-FDI (les forces de défense d’Israël). La réunion prévue entre Netanyahou et le ministre allemand a été annulée. Sigmar Gabriel s’est de nouveau absenté des réunions des ministres des Affaires étrangères avec Netanyahu, à Bruxelles. Son cabinet a annoncé qu’il était « malade ». Les ministres des affaires étrangères du Danemark et du Luxembourg étaient également absents de la réunion. Le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson, était en visite en Iran, et le chancelier autrichien Sebastian Kurz, nouvellement élu, qui tente de former un gouvernement de coalition, était également absent.

Netanyahu, qui a inauguré la notion de « pivot vers l’Asie » comme la nouvelle direction de la politique étrangère d’Israël, a eu des succès limités de la part des Européens qui continuent à se plier au monde musulman et aux Arabes palestiniens. Il a néanmoins fait remarquer aux ministres des affaires étrangères qu’ « Israël tend la main à nos voisins palestiniens depuis 100 ans, bien avant qu’il y ait un État d’Israël et ensuite après sa création. Et depuis 50 ans, avant qu’il y ait un seul règlement ou une seule question de territoire, nous sommes constamment attaqués ».

« Nous sommes attaqués non pas à cause de tel ou tel territoire, mais pour la notion de n’importe quel territoire, la notion qu’il y aurait un État juif, un État-nation pour le peuple juif dans n’importe quelle limite ; cette notion est rejetée par nos voisins. C’est ce qui a conduit au conflit, et c’est ce qui continue ce conflit. Voyez cela comme un déni continu, malheureusement, par les Palestiniens, du droit d’Israël d’exister en tant qu’État juif, et du déni de notre histoire ».

« Depuis 3 000 ans, Jérusalem est la capitale du peuple juif, depuis l’époque du roi David, histoire bien documentée dans la Bible et après, lorsque les Juifs des ghettos d’Europe murmuraient : « L’année prochaine à Jérusalem, l’année prochaine à Jérusalem ». Nous n’avons jamais perdu cette connexion. Pourtant, cette connexion est niée dans les forums de l’ONU, à l’UNESCO, dans des décisions risibles qui cherchent à nier l’histoire et à chercher à nier la vérité historique. Jérusalem est la capitale d’Israël depuis 70 ans. Je pense que ce qu’a fait le président Trump, n’a été que reconnaître la réalité. La paix s’appuie sur la réalité. La paix s’appuie sur la reconnaissance de la réalité, et je pense que le fait que Jérusalem soit la capitale d’Israël est clairement évident pour tous ceux qui visitent notre pays ; c’est là que se trouve le siège de notre parlement, le Knesset, notre gouvernement, le bureau du président, la Cour suprême. Jérusalem est bel et bien la capitale d’Israël ».

Netanyahu a eu un avant-goût du mode d’apaisement européen lors de sa rencontre avec le président français Emanuel Macron dimanche, avant la réunion de Bruxelles. Selon le Guardian, Macron a déclaré à Netanyahu que « la déclaration de Trump sur Jérusalem est une menace pour la paix et nous sommes contre ». Il a également suggéré que « le gel des colonies israéliennes serait un geste important, montrant Israël engagé vers la paix ».

Netanyahu a gardé son calme face à Macron, conscient de l’hypocrisie des Européens. A son départ d’Israël samedi, il avait déclaré : « Si je respecte l’Europe, je ne suis pas prêt à accepter un double standard. J’entends des voix d’Europe condamnant la déclaration historique du président Trump, mais je n’ai pas entendu de condamnations sur les roquettes tirées sur Israël ni sur la terrible incitation à la violence. Je ne suis pas prêt à accepter l’hypocrisie ».

Le président français Macron et ses collègues européens de l’Europe de l’Ouest veulent certainement autant la paix que les Israéliens. Un Israël prospère a besoin et veut la paix avant tout. Il est donc temps de demander aux Européens de rendre les Palestiniens responsables et d’aborder leur comportement du refus. De même, l’UE devrait enquêter sur l’incitation à la haine de l’Autorité palestinienne (AP) et sur son système éducatif. L’AP enseigne à ses étudiants de rejeter le droit d’exister d’Israël ainsi que la haine envers Israël et les Juifs ; l’AP est énormément aidée financièrement par l’UE. Si l’UE veut se montrer un pacificateur, il est temps de mettre de côté son antisémitisme latent et de faire pression sur les Palestiniens pour qu’ils se fassent à la réalité d’Israël.

Le président Trump a exposé l’hypocrisie européenne face au statut de Jérusalem, et la visite de Netanyahu en Europe, bien que nécessaire sur le plan économique et politique, ne fait que réaffirmer que l’UE est au mieux une « amie d’Israël par beau temps ».

https://www.frontpagemag.com/fpm/268766/netanyahu-addresses-eu-foreign-ministers-joseph-puder

Traduction pour Résistance républicaine par Jack

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Jack

Résistance républicaine Etats-Unis “Those who surrender freedom for security will not have, nor do they deserve, either one.” « Ceux qui sacrifient la liberté pour la sécurité n'obtiendront, ni ne méritent, ni l'une ni l'autre » Benjamin Franklin


14 thoughts on “Importance de Jérusalem : Netanyahu s’adresse aux Ministres européens

  1. Machinchose

    je crois que c’est là une harangue inutile…totalement!

    l’ UE s’es enfoncée dans une arabophilie et une palestinolâtrie qui ne sont pas prés de disparaitre

    explication parmi d’ autres a cette invasion de migrants musulmans, noirs, blancs,orientaux,africains

    il suffit de constater les comportement infâmants de la dame Mogherini envers Israel et tout ce qui s’ y rapporte

    alors , a mon sens, laisser pisser la mère Nonosse, et pendant que la caravane israélienne avance les chiens européens et autres aboient…faut dire , avec moins de conviction depuis que Mr Trump donne du gros bâton …

    1. JackJack

      « harangue inutile » peut-être, mais Natanyahu a 100 fois raison de faire cette harangue et de la répéter sans fin à l’avenir pour que cela entre bien dans la tête de tous ces idiots utiles qui dirigent l’Europe.

  2. POLLETT DANIELPOLLETT DANIEL

    Macron avait déjà tenu des propos insultants et déplacés lors de la visite du Président Poutine, il a fait de même avec le Premier ministre Netanyahu. Poutine avait poliment évité de trop répondre, Netanahu est plus virulent. Dans les deux cas, Macron s’est occupé de ce qui ne le regarde pas et a l’indignation sélective. Honte à ceux qui ont voté pour lui !

    1. Alain Bobo

      Les propos insultants de Macron viennent de son sentiment d’être supérieur, donneur de leçons, il se croit encore représenter la France d’antan !
      Natanyahou n’était pas virulent, il a seulement mis les choses au point, a expliqué les vérités, celles que le porte parole des pays arabes ne peut se permettre de l’accepter !

    2. durandurand

      Ceux qui dirigent ou semble diriger la France , ferait mieux de balayer devant leurs portes avant de faire la morale au Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahu . Quelle arrogance et quel prétentieux notre macro-con .

  3. Claude LaurentClaude Laurent

    EXTRAIT du lien… en fin de commentaire:

    Et bien, en tant que journaliste arabe Américain qui s’est forgé une connaissance approfondie de la situation au Moyen-Orient, à force de commenter jets de pierres et tirs de mortiers, je peux aujourd’hui vous assurer que la justification de la violence et des émeutes ne trouve pas son origine dans la simple revendication palestinienne à une patrie, ni dans la volonté des Musulmans de contrôler des sites qu’ils considèrent sacrés.

    Comment expliquer qu’avant la guerre des Six-Jours en 1967, il n’y eut aucun mouvement sérieux de revendication d’indépendance palestinienne?
    « Avant 1967? » me direz-vous, « les Israéliens n’occupaient pas la Cisjordanie et la vieille ville de Jérusalem.  » C’est vrai.

    Mais durant la guerre des Six-Jours, ce n’est pas des mains des Palestiniens, ni de Yasser Arafat qu’Israël conquît la Judée , la Samarie et Jérusalem Est.

    Ces territoires étaient de fait occupés par le Roi Hussein de Jordanie depuis 1948.
    A-t-on une seule fois demandé au souverain Hachémite de restituer ces territoires aux Palestiniens?
    Est-ce qu’une seule résolution de l’ONU à vue le jour à ce sujet? Non et non.
    Ne vous demandez-vous pas alors pourquoi tous ces Palestiniens ont soudainement découvert leur identité nationale après qu’Israël ait gagné cette guerre?

    La vérité est que la Palestine est un mythe.

    Le nom Palestine est utilisé pour la première fois en l’an 135 de l’ère actuelle par l’empereur romain Hadrien, qui, non content d’avoir éradiqué la présence juive en Judée (une présence qui durait depuis plus de 1000 ans), non content d’avoir détruit leur Temple à Jérusalem, non content d’avoir interdit l’accès du pays aux derniers Juifs, se persuada qu’il fallait annihiler toute trace de civilisation juive dans le pays en le débaptisant au profit d’un nom dérivé des Philistins. Les Philistins étant ce peuple auquel appartenait Goliath et que les Hébreux parvinrent à vaincre des siècles plus tôt. Ce baptême était pour les Romains une façon d’ajouter l’insulte à la blessure. Ils essayèrent également de changer le nom de Jérusalem en « Alea Capitolina », mais cela ne rencontra pas le même succès.
    (…)
    https://www.pasteurweb.org/Etudes/Israel/LeMythePalestinien.htm

  4. frejusien

    Netanyahu nous met en garde, ce sont les groupements islamistes qui nous envoient des millions et des millions de migrants, MUSULMANS,

    nous nous dirigeons tranquillement vers la submersion, sous la houlette bienveillante des commissaires socialopes,
    aucun de ces abrutis congénitaux ne prêtera une oreille attentive à cette mise en garde

  5. frejusien

    Minimac a su bien manœuvrer pour se faire élire, et il s’imagine en bon louis XIV que tous les autres ne sont que des vassaux, mais il n’arrive pas à la cheville d’une personnalité comme Netanyahu,
    il a beau faire ses caprices, ça ne marche pas à tous les coups

  6. Désespoir 50

    Les trois grands Hommes de la planète, Poutine, Trump, Netanyahu, savent très bien que le trouduc Français n’est qu’un mulet incompétent, attaché à un chariot, guidé par les mafieux soros et compagnie.
    Les gauchiasses collabos se suivent et se ressemblent dans la médiocrité, le ridicule, l’incompétence, l’inutilité et la honte.

Comments are closed.