Revenir sur le  » classement PIRLS  » de la France est une nécessité


Revenir sur le  » classement PIRLS  » de la France est une nécessité

Le  » classement PIRLS  » de la France explique bien des choses .

‌Revenir sur le  » classement PIRLS  » de la France est est une nécessité , et aide à la compréhension de la situation actuelle.

http://resistancerepublicaine.eu/2017/12/14/papa-cest-ou-lalsace-pourquoi-les-petits-francais-sont-ils-34eme-au-classement-pirls/

Le  » classement PIRLS  » :
 » Le PIRLS (Progress in International Reading Literacy – Programme international de recherche en lecture scolaire)  »

La France y est en perdition, comparée aux pays européens.
Même le ministère de l’ Education Nationale le reconnaît :

http://www.education.gouv.fr/cid21049/pirls-2016-evaluation-internationale-des-eleves-de-cm1-en-comprehension-de-l-ecrit-evolution-des-performances-sur-quinze-ans.html

Le  » classement PIRLS  » évalue, en gros , 4 critères , à propos de la lecture. :
les niveaux :

1 – savoir lire
2- être capable de dire, avec d’autres mots, ce qu’on a lu
3 – comprendre ce qu’on a lu, et dit avec d’autres mots
4- le niveau le plus élevé : percevoir ce qui n’est pas écrit mais est impliqué dans le texte lu.

Le niveau de la France ( et surtout de la jeunesse ) ?
Regardez autour de vous !

Les niveaux 1, 2, ou 3 …… même dans les facs :

 » Une rallonge demandée à l’État pour l’université d’Orléans …..
pour le dispositif permettant d’accueillir les néo-bacheliers ne satisfaisant pas l’ensemble des attendus dans le cadre de la réforme de l’accès à l’université ».

http://www.larep.fr/orleans/education/2017/12/15/une-rallonge-demandee-a-l-etat-pour-l-universite-d-orleans_12670903.html

Le niveau 4, combien de gens l’ont , maintenant ?

Et pourtant ….

C’est l’explication , dans l’actualité ,  » en même temps « ,
– des avanies subies par Ménard pour son affiche ( qu’on peut aimer ou pas ) et par Tex ( pour une blague connue de tous )
– de l’article de  » le monde  » : « En France, une politique migratoire d’une dureté sans précédent »

Le but de tout ça, qui est capable de le voir, maintenant ?

Grâce à  » l’Education Nationale  » !
…. pour qui les maîtres-mots sont uniquement :  » bienveillance  » et  » empathie  » !

Avec ça, on fabrique des cons !

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Articles du même thême

16 thoughts on “Revenir sur le  » classement PIRLS  » de la France est une nécessité

  1. MaximeMaxime

    Ce que je remarque pour ma part, c’est que sur l’image d’illustration, l’enseignant a laissé les fautes d’orthographe sans les corriger…
    Qu’on ne s’étonne pas du niveau d’orthographe des élèves s’il se contente d’un « vu » dans la marge, alors que j’ai repéré trois fautes.

    1. Frontalier74

      Je l’ai remarqué, oui ! La maîtresse de mon fils ne corrige pas ses fautes.

      Il y a deux ans, une autre maîtresse faisait passer la Volga à Moscou… J’avais précisé que c’était la Moskova mais elle n’avait pas voulu rectifier (soupirs).

  2. Machinchose

    « La France, seul pays avec les Pays-Bas à régresser en quinze ans
    Les écoliers français se classent 34e sur 50 en compréhension en lecture, avec 511 points. Ils sauvent tout juste l’honneur, en dépassant de peu le dernier pays européen, la Belgique francophone (497 points). L’étude Pirls existe depuis 2001, et en quinze ans, avec les Pays-Bas, la France est le seul pays qui a régressé dans ce classement. »

    au moins, on est en tête dans la régression! c’est toujours flatteur
    et depuis les années 2000…curieusement au plus fort des années d’ immigration…….il en est né des Montaigne et des Hugo depuis………surtout dans certaines zones…..
    vous savez, dans ces familles ou Maman habitue l’ oreille de ses enfançons en leur lisant les contes de Perrault (sauf l’ histoire du Petit Chaperon rouge, a cause de la phrase « tire la chevillette et la bobinette cherra », parce qu ‘ aujourd’ hui les portes sont blindées… 😆 ) ou encore les Fables du Coran…zut, !! les Fables de La Fontaine….

    pauvres mômes qui n’ entendent chez eux que ce parler rocailleux, voire racailleux, fait de dialectes arabo-berbéro ou quelques centaines de mots de vocabulaires suffisent pour assurer un minimum de communication vitale

    comment voulez vous que le niveau ne chute pas aussi considérablement?

    quans au pays de Rembrandt..si vous avez besoin de quoi que ce soit , il suffit de savoir s’ exprimer en Arabe, n’ importe ou dans Amster ou Rotter et vous etes servis… 😆

  3. Christian Jour

    Quand mon petit fils était en 6 ième il faisait une faute à chaque mot, quand son père est allé voir le prof de français, le profs lui a dit que cela viendrait avec le temps. C’est été c’est moi son grand père et son père qui lui avons appris toutes les règles, il n’en savait aucune. Aujourd’hui il est en 5 ième et il fait beaucoup moins de fautes et les notes remontent. Il ne connaissait aucune table de multiplication et là aussi nous avons dû nous en occuper. Mais il apprend qui est mahomet qui passe pour un grand homme.

    1. Amélie Poulain

      Eh oui la base du savoir…. c’est une évidence.

      « 4- le niveau le plus élevé : percevoir ce qui n’est pas écrit mais est impliqué dans le texte lu. »

      Je rajoute que c’est très difficile pour des gens d’une autre culture car on est au niveau des subtilités de la Langue du pays, il faut donc, en plus du recul nécessaire permis par la maîtrise, être aussi affectivement impliqué.

    2. Marie

      Nous avons accès à un cahier de textes numérique, nous vérifions donc les devoirs et nous sommes atterrés de voir le nombre de fautes des profs en quelques lignes, le plus désespérant c’est la prof de français qui fait même des fautes d’accords et la prof de maths qui en fait même sur la malheureuse phrase qu’elle écrit sur le bulletin.

      1. Claire

        Pas étonnant, quand on sait que, faute de candidats au concours du CAPES, on recrute des enseignants par annonce sur le Bon Coin! D’autres sont recrutés avec de vagues diplômes niveau licence, qui ne correspondent pas à grand-chose à l’heure actuelle. Beaucoup sont eux-mêmes issus de la « diversité » et ne maîtrisent le français que de façon très approximative (tout cela m’a été narré par une amie qui enseigne dans uncollège de banlieue).
        Par ailleurs, mettre de bons enseignants dans certaines classes où les élèves ne parlent même pas le français, et où les professeurs se font insulter à longueur de journée, est-ce bien indispensable?

  4. Laurence-Antigone

    Eh oui.
    Je ne sais par où commencer. Ni si je vais parvenir à être claire, concise et logique. Vous m’en excuserez. Allez hop je balance:

Comments are closed.