Avis aux drogués : en achetant de la drogue, vous financez probablement le djihad


Avis aux drogués : en achetant de la drogue, vous financez probablement le djihad

Drogue et djihad : les liaisons dangereuses 

C’est la conclusion que l’on peut se permettre de tirer de plusieurs affaires qui mettent en évidence les liens étroits entre drogue et djihadisme.

De nature plutôt tolérante, je ne voyais pas d’inconvénient à ce que le cannabis soit dépénalisé, considérant que le tabac et l’alcool font eux aussi des ravages tout en demeurant autorisés.

Cependant, le contexte actuel invite finalement à la plus grande fermeté.

Première affaire : Nice
http://www.nicematin.com/faits-divers/un-snack-halal-de-nice-ferme-pour-trafic-de-drogue-188893
Il existe des soupçons de trafic de drogue à propos d’un snack halal après la saisie d’un important stock de drogue.
Or, un gérant avait été condamné par ailleurs pour des pressions exercées contre un musulman trop peu respectueux de l’islam selon lui.
Selon Larousse, il s’agit de « djihad mineur », quoique, au regard des règles républicaines, il soit plus grave que « le majeur » :
« djihad (arabe djihād, effort, combat sur le chemin de Dieu)
Effort sur soi-même que tout musulman doit accomplir contre ses passions. (Il est considéré par le prophète Muhammad comme le « djihad majeur »)
Combat pour défendre le domaine de l’islam. (Il est qualifié de « djihad mineur ».) »

« Les gérants du Why Not, un snack halal de la rue de Belgique au centre-ville de Nice, est fermé (…). les gérants sont en garde à vue, soupçonnés de trafic de stupéfiants.
430g de cocaïne, 1kg de résine et 2kg d’herbe ont été saisis par les enquêteurs de la brigade des stups de la police judiciaire de Nice et de l’antenne du GIR.
L’un des suspects, qui nie toute participation, n’est pas un inconnu de la justice.
Il avait été condamné pour avoir fait pression sur un boulanger tunisien de la rue Lépante, toujours au centre de Nice, accusé d’être un « mauvais musulman ». Il lui reprochait d’utiliser de l’alcool dans ses préparations pâtissières et la vente de sandwiches au jambon. L’affaire avait défrayé la chronique en décembre 2014.
Le même individu, soupçonné d’être proche des milieux islamistes radicaux, avait également été empêché par la Ville de Nice de se marier.
Onze personnes en tout sont en garde à vue et doivent être présentées à un juge d’instruction aujourd’hui. Neuf d’entre elles auraient reconnu les faits ».
(Nice Matin 1er décembre 2017)

2ème affaire : Vaulx-en-Velin, près de Lyon, quartier de « la Balme ».
La Cour de cassation connaît le 28 novembre 2017 d’une affaire de stupéfiants.

« Lors d’une perquisition 1098 grammes de résine de cannabis, 242 grammes d’herbe de cannabis, 1072 grammes d’héroïne et 134 grammes de cocaïne » sont découverts.
Le procès-verbal de perquisition « rapporte des éléments factuels particulièrement importants relevés lors de missions de sécurité publique et d’opérations de police judiciaire puisqu’il présente le quartier de La Balme à Vaulx-en-Velin comme un quartier dans lequel se déroulent de constants trafics de stupéfiants et dans lequel les risques de dérives communautaires ou de radicalisation sont concrétisés par le fait que des résidentes, vêtues d’un voile ou en burka, interpellent les fonctionnaires de police en leur déclarant qu’elles se moquent des lois républicaines et que seule compte la loi coranique et que certains individus se revendiquant comme faisant partie de mouvements radicaux traitent des fonctionnaires de police secours de  » mécréants  » n’ayant rien à faire dans leur cité, laquelle serait  » terre d’islam » ».
« Des produits stupéfiants, des balances électroniques de précision, un couteau portant des traces de cannabis, des sachets de conditionnement et un document pouvant correspondre à une feuille de comptes ont été découverts ; le même jour, un officier de police judiciaire a établi un procès-verbal sur la situation du quartier  » La Balme  » de Vaux-en-Velin, relatif à un trafic de stupéfiants s’y déroulant, ainsi qu’aux risques de dérives communautaires et de radicalisation dans ce secteur ».

Dans ce contexte, on peut considérer que les liens étroits entre djihad et drogues sont tels que tout consommateur de drogue prend le risque de financer le djihad en achetant de la drogue.
Il serait intéressant que les pouvoirs publics et les médias (de l’audiovisuel public, puisque, après tout, il est chargé d’une mission de service public justifiant le racket fiscal à venir et l’actuelle redevance audiovisuelle se rajoutant aux ressources de la publicité commerciale…) rendent cette situation notoire afin de poursuivre éventuellement pour financement du terrorisme ceux qui persisteraient à consommer de la drogue.
Mais on peut penser que dans la France de Macron, on aurait trop peur de « stigmatiser » la population musulmane en faisant ainsi et que donc ce cercle vicieux a encore de beaux jours devant lui…
Pourtant, ce serait plus urgent et pertinent que les campagnes débiles relatives à l’égalité des sexes, qui ne sont qu’une resucée de ce que la gauche faisait déjà depuis les années 1980, l’écriture inclusive, les toilettes transgenres, etc.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Maxime

Mon avatar est Justinien car c’est son Digeste qui synthétise le meilleur état du droit romain. Redécouvert au Moyen Age à Bologne, il a influencé le droit français dans bien des domaines, notamment le droit civil contenu principalement dans le Code civil actuel.


16 thoughts on “Avis aux drogués : en achetant de la drogue, vous financez probablement le djihad

    1. Fruits

      Oui , et dans la main gauche un distributeur de suppositoire pour le saturnisme .
      Désolé , pas pu m’en empéché , un peu d’humour dans cette période difficile .

  1. Conan

    La drogue rapporte énormément d’argent et elle leur permet de faire d’une pierre, au moins trois coups :
    1/ Le financement du terrorisme permettant l’achat d’armement, la réalisation de voyages, de planques etc…
    2/ La corruption d’élus et/ou autres personnages-clefs qui permettront l’infiltration et le noyautage,
    3 / La neutralisation de notre jeunesse dont un fort % est en situation de dépendance et donc à l’état d’esclaves vis à vis de ces pourritures …

    Tout cela est fort bien joué et ne semble pas inquiéter nos encocardés, l’épiscopat, le pape, les journalopes, les parents d’élèves, les démagos islamo-trotskistes et j’en passe …

    1. Olivia BlancheOlivia Blanche

      Je partage tout à fait votre analyse. Il s’agit d’un complot de longue date pour anéantir notre jeunesse ! Et ceux-ci foncent dedans avec enthousiasme. Si on fait le compte : le tabac, l’alcool et la drogue pour les jeunes, les musulmans ont beau jeu de claironner que « Nous sommes malades » – Et le pire c’est qu’ils ont raison…

      Certes, il ne faut pas généraliser et je veux croire qu’une partie de la jeunesse est encore saine et clairvoyante…

  2. hathoriti

    vous pourrez dire ce que vous voulez aux drogués, ils ne vous écouteront pas, ne vous entendrons même pas ! Soit ils planent, soit ils sont en manque et alors, plus rien ne compte pour eux, que de se procurer leur poison ! Peu leur importe le financement de l’E.I ou autres horreurs ! Ce qu’il faudrait, c’est frapper à la tête ! Taper là où ça fait mal…

  3. Frontalier74

    Maroc : principal producteur de cannabis pour l’Europe qui est de longue date l’un des plus gros marchés au monde pour la consommation de cannabis (lien entre avec l’immigration marocaine).

    Afghanistan : principal producteur d’héroïne (futur boom en Europe avec les « migrants » afghans ?)

    Colombie, Vénézuéla : principaux producteurs de cocaïne, en lien avec la Camora, la N’drangheta, la mafia…

    Pays-bas, Belgique : principaux producteurs d’amphétamines, e

  4. palimola

    La plupart de ces « snacks » sont la plupart du temps vides , leur véritable rôle c’est de blanchir ……….

  5. Olivia BlancheOlivia Blanche

    Maxime, pour répondre à votre appel aux drogués, je me permets de vous donner mon avis : les drogués sont dans l’incapacité d’avoir un quelconque sursaut : « ils se foutent de tout »… C’est bien là le drame et le noeud du problème et il est impossible de ne pas voir dans cette tragique évolution de notre société une action réfléchie pour nuire aux peuples occidentaux…

  6. GAVIVA

    pour que votre article ai un impact quelconque sur ces putains de drogués il faudrait qu’ils s’intéressent a autre chose que leur dose de came. J’ai vu l’emission enquête exclusive sur la politique de Duterte. Bernard de la villardiere a bien changé depuis le reportage sur l’islam, il a eut peur de perdre son taf et les avantages qui vont avec vu que hélas trois fois hélas Marine n’a pas été élue. On y voyait un dealer qui avait le bonnet musulman bien posé sur la cagoule qui lui cachait le visage expliquer que s’il ne vendait pas de drogue sa famille mourrait de faim. Et ils avaient le culot de montrer un gars, pas musulman, aller porter des caisses sur un marché de nuit pour nourrir sa famille avec moins que le prix d’une dose de drogue. Pauvres drogués de merde, là bas ils font oeuvre de salubrité publique en les éliminant ( il a quand même été fait mention de l’ouverture de centre de désintox par le gouvernement), malgré les gauchiasses qu’il y a aussi sur place alors qu’ici on leur ouvre des salles de shoot ce qui en permet même pas de débarrasser les caniveaux. Bien sûr que le muzz du reportage n’a pas précisé que l’argent de la drogue sert a financer leur djihad, raté cela dit grâce a Duterte et son armée

  7. bm77

    Un maximum de consommateurs sont de gauche, ce qui explique peut-être leur soi-disant anti-racisme qui est lié au fait que ceux qui les fournissent sont pour la plupart Sub- sahariens ou du Maghreb. Donc aussi majoritairement musulmans!
    Cet argent circulant sans aucun contrôle peut permettre d’acheter des armes en toute discrétion.
    Par contre une autre source de profit d’argent sale a fait réagir notre gauche bien pensante, c’est la prostitution.
    Alors là haro sur le client sur lequel on met toutes les fautes de la terre!
    Car ceux qui sont visés sont ces types de plus de cinquante ans du « balance ton porc ».
    Je ne suis pas pour la traite d’êtres humains mais je vois bien le deux poids deux mesures
    Il y a tout le relativisme propre à cette gauche et son hypocrisie qui aime bien s’accommoder d’explications faciles.
    Hors dans le cas de la prostitution comme celle du trafic de drogue ce flux d’argent qui doit être absolument blanchi est un danger pour la démocratie.
    Car il eut servir à corrompre à créer des zones de non droit à racketté et la désinhibition lié à la prise de drogue permet le passage à l’acte et les agressions.

    1. Amélie Poulain

      Et bien sûr, personne n’est responsable…. surtout pas ceux qui pratiquent car sans eux, il n’y aurait pas de trafics ou d’exploitation quand même. Ce sont des réseaux c’est tout, à la fois de consommation et de distribution.

  8. patito

    pour oublier que Mahomet était un voleur , assassin , violeur , pédophile il faut fumer plus que du cannabis : au moins de la moquette épaisse !

Comments are closed.