Poitiers, les Identitaires lourdement condamnés pour avoir « porté atteinte à une communauté religieuse »


Poitiers, les Identitaires lourdement condamnés pour avoir « porté atteinte à une communauté religieuse »

Au cas où vous auriez un doute, il y a bien des tribunaux islamiques en France, appliquant la charia avec la résurrection, sur notre sol, du délit de blasphème.

Rappelez-vous, c’était le 20 octobre 2012, un vrai jour de gloire, et de bonheur, merci aux 73 manifestants qui nous ont permis de vivre cela  :

http://resistancerepublicaine.eu/2012/10/20/les-patriotes-occupent-la-mosquee-de-poitiers-bravo-les-identitaires/

Les 5 accusés écopent d’un an de prison avec sursis, de près de 40000 euros à payer, de la privation de leurs droits civiques, civils et de famille ( voir ci-dessous )  pendant 5 ans et d’une mise à l’épreuve (attendons-nous au pire ) pendant 2 ans. 

Article 131-26
 L’interdiction des droits civiques, civils et de famille porte sur :

1° Le droit de vote ;

2° L’éligibilité ;

3° Le droit d’exercer une fonction juridictionnelle ou d’être expert devant une juridiction, de représenter ou d’assister une partie devant la justice ;

4° Le droit de témoigner en justice autrement que pour y faire de simples déclarations ;

5° Le droit d’être tuteur ou curateur ; cette interdiction n’exclut pas le droit, après avis conforme du juge des tutelles, le conseil de famille entendu, d’être tuteur ou curateur de ses propres enfants.

L’interdiction des droits civiques, civils et de famille ne peut excéder une durée de dix ans en cas de condamnation pour crime et une durée de cinq ans en cas de condamnation pour délit.

La juridiction peut prononcer l’interdiction de tout ou partie de ces droits.

L’interdiction du droit de vote ou l’inéligibilité prononcées en application du présent article emportent interdiction ou incapacité d’exercer une fonction publique.

En voilà de dangereux fichés S, de dangereux terroristes prêts à égorger le bon peuple ! On les met en marge de la société, on leur interdit non seulement d’être élus mais de voter et même d’être tuteurs de leurs parents… à cause de l’islam, parce qu’ils ont osé toucher à l’islam.

Tout ça pour avoir grimpé sur le toit d’une mosquée en construction en déployant une banderole évoquant Charles Martel.

C’est que, en France, on n’a pas le droit de ne pas aimer l’islam, de critiquer l’islam, de ne pas vouloir  d’islam. C’est un délit… Le délit de blasphème de retour en France. Délit de blasphème ou carrément la charia imposée à tous ? Entre les 6 mois avec sursis pour des lardons dans une boîte à lettres de mosquée,  les 5  ou 6 mois pour avoir mis une tête de sanglier sur la porte d’une mosquée, et le verdict d’aujourd’hui, la coupe est pleine.

Et le message est clair. Très clair. Touchez pas à l’islam. Vous pouvez caillasser les pompiers et les policiers tant que vous voulez, pas de souci. Vous pouvez même incendier des voitures avec des policiers dedans, pas de problème. Mais un pied sur une mosquée… et la France tout entière entre en convulsions.

Bande de lâches, bande de vendus ! 

Quant aux 24000 euros récupérés par l’UOIF, qui se cache derrière l’association Musulmans de France pour pour quelques vieux tapis de prière qui ont pris la pluie… Un scandale. 

Ne parlons pas du préjudice moral ( on ne rit pas ), qui rapporte 3000 euros à une autre association musulmane de Poitiers. Il est vrai que voir « 732 » sur le toit de la mosquée a dû créer une série de dépressions nerveuses impossibles à soigner chez les membres de l’association… Pensez, le rappel d’une défaite musulmane, et quelle défaite ! sur une mosquée ! 

On n’a pas eu de compensation, nous, quand Barbarin a mis Allah akbar sur la cathédrale de Lyon. Personne n’a pris en compte notre préjudice moral, réel celui-ci, de voir le cri de guerre de l’ennemi historique sur l’une de nos cathédrales. 

Mais nous sommes en 2017, c’est le règne des vendus et des islamo-collabos. Ils attendent que le règne de l’islam arrive…

Intéressant, n’est-ce pas, l’enjeu du procès :

Sur les 73 manifestants présents ce jour-là, 5 étaient appelés à comparaître (l’association était poursuivie comme personne morale) et seulement 2 prévenus s’étaient effectivement présentés devant la justice.
Lors de ce procès, toute la question était de savoir si les membres de l’association d’extrême droite avaient usé de leur liberté d’expression en occupant le toit de la mosquée de Poitiers ou s’ils avaient porté atteinte à une communauté religieuse.

On n’a pas les attendus de la condamnation mais si on en croit France3, ils étaient simplissimes : une banderole sur une mosquée en construction pour dire non à l’islam ou attaque en règle d’une communauté religieuse ?

Communauté religieuse, ça ne vous rappelle rien ? Il ne serait pas question, par hasard, de la OUMMA ? La communauté des musulmans ? 

La Oumma prise en compte dans un pays qui ne connaît que des citoyens, indépendamment de leurs croyances et convictions. 

Voilà ce qui s’est passé aujourd’hui. Il n’y a plus de République française, la Déclaration des Droits de l’HOmme et du Citoyen est bafouée, piétinée, explosée, détruite.

Il n’y a plus que des communautés… Les musulmans, les immigrés, les Black, les homos, les racisés, les Blancs…

Et il est interdit de même critiquer les dites communautés, sauf, naturellement, celle des Blancs, tous coupables, tous voués à payer le prix cher.

Les 5 Identitaires condamnés ont payé le prix fort, parce qu’ils sont blancs, parce qu’ils s’attaquent à l’islam.

La France 58ème pays musulman ? 

Pas tout à fait,  on n’en est pas loin, les Français laisseront-ils faire ?

P.S. On va vous raconter aussi mon procès en appel à Paris cet après-midi… Edifiant.

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


31 thoughts on “Poitiers, les Identitaires lourdement condamnés pour avoir « porté atteinte à une communauté religieuse »

  1. J

    Damien Rieu va faire appel et il a raison. Cependant, il aurait bien besoin de soutien, notamment de la part de la classe politique. C’est quand même impensable qu’en France, on ne puisse pas dire la vérité au sujet d’une doctrine mortifère qui détruit et pourrit tout sur son passage. Pays des Droits de l’Homme ? Laissez-moi rire.

    1. Massilia

      Ben la classe politique organise les procès vous voulez pas qu’ils le défendent ….quoique on est pas a une abjection près

  2. Amélie Poulain

    Ce n’est pas possible que cela continue comme cela. Je suis sidérée de cette injustice. J’espère qu’il pourront faire appel et qu’il y aura des gens forts pour les défendre. Même pour des crimes (pires bien sûr et même pas comparable) je n’ai jamais vu cela.

  3. Machinchose

    je commence a avoir honte de présenter mon passeport chaque fois que je me rends dans un Pays libre

    les « juges » auteurs de ces iniquités, doivent pourtant savoir que leurs coordonnées seront aisément retrouvables le jour ou le vent tournera…..

    et Dieu sait s’ il a souvent tourné, pour les sovietiques aprés 70 ans…..pour le Nazisme aprés 12 ans…..pour les Mollah trés bientot aprés ce coup d’ envoi du match qui devrait voir l’ Imam cachèr fuir vers Babylone 😆

    Aprés 6 ans pour la Collaboration putainiste…..

    et chaque fois avec ses « punis » auxquels la « justice populaire » réglait le compte , pour etre trivial !

    ces semeurs d’ injustices, ces jardiniers d’ iniquités, ces pourfenteurs de Patriotisme, ils ne se disent pas qu un jour, fatalement tout se paye ??

    ils ne leur vient pas a l’ idée qu ils pourraient se retrouver avec un pneu enflammé autour du cou ?? enfin! ils n’ ont pas tous ce formidable sentiment d’ impunité que leur confère leur fonction ??
    y en a qui réfléchissent !! qui se disent: demain, un parti nationaliste sans concessions prend le pouvoir, légalement, parce que les Français n’ en peuvent plus, et là….qu est ce que je deviens ??la tristement célèbre 17 eme chambre correctionnelle, dont je lis les esxploits récurents dans ce domaine, ses juges ….ça ne leur vient jamais a l’idée qu en période « difficile » les protections, l’ ordre établi, les règlements , tout ça devient du pipi de chat ?

    va donc arrêter toi des foules en colère qui surent prendre et abattre une Bastille, liberer Paris, tondre de pauvres filles….

    je viens de rigoler en pensant que les juges anglais y aura pas besoin de les tondre
    juste leur enlever leurs opulentes perruques

    1. Massilia

      un jour tout se paye….mais certains auront honteusement profité et mourront paisiblement dans leur lit…Saloperies

  4. gege34

    Justice de merde, les patriotes doivent fermer leur gueule et subir. Don envoyé a Génération Identitaire. Si 1999 autres patriotes envoient 20 euros, les Identitaires pourront payer cette putain d’amende. Révoltant !

  5. Franck

    Ils leurs incombent, à ces valeureux Français, de faire appel de cette décision. Souvent les juges de première instance ont un rôle symbolique, sachant que les peines fondent en appel, pour disparaître en cassation et anéanti lors du second appel.
    En tout cas, comme toujours j’adore votre argumentation sur le délit de blasphème.
    Salutations

  6. Glazik

    C’est un procès politique, avec un jugement en guise d’avertissement pour tous patriotes qui aurait des velléités de protestation ou manifestation.
    Les femens peuvent se foutre à poil dans une église, pisser dedans, les antifas bouffer du flic, tout casser, sans trop de soucis, ils sont du bon côté !

  7. restif89

    Ces tribunaux sont les équivalents des sections spéciales de Vichy qui condamnaient les résistants ! A notre tour de tenir les listes de ces magistrats en espérant pas qu’ils ne n’échapperont pas à l’épuration contre leur prédécesseurs en 1944!

  8. durandurand

    C’est ce que je me tue à répéter , la chasse aux Patriotes s’amplifie , pour le moment les juges cocos ne font que toucher aux porte-monnaies , prison avec sursis avec perte des droits civiques ,et je vous fiche mon billet que l’année prochaine les sanctions vont s’alourdir avec de la prison ferme et peut-être bien confiscation des biens aux titres de dédommagements , car avec ces pourris de juges corrompus et lâches , dhimmis et traîtres rien ne leur est impossible. Ils emploieront et utiliseront tout l’arsenal juridique et anti-français à leur dispositions .Le mot d’ordre casser du Patriote , tout le reste n’est que futilité !

  9. Céquiça

    Devant un tel jugement, est-ce qu’il ne faut pas déposer plainte contre le juge au lieu d’aller en appel?

  10. Cril17

    Sauf erreur de manipulation ou de mon navigateur voici ce que j’ai constaté à l’instant :
    * aucune info sur La Croix et sur l’E-monde !
    * Pour le Fig il faut chercher avec le moteur de recherches interne pour trouver un écho …
    Très curieux :! Est-ce que certains dirigeants du pouvoir médiatique dominant commenceraient à avoir honte devant le scandale de ce jugement ? …
    Ou bien craindraient-ils quelque chose – du style d’un début profond et grave de processus de rupture entre le pays légal et le pays réel ? … – face à l’Henaurmité de la contradiction existante entre ce jugement et tout ce qu’on sait par ailleurs ? …

  11. Joël

    « pour pour quelques vieux tapis de prière qui ont pris la pluie »
    Mais que faisaient ces tapis sur un chantier interdit au public ?
    La secte avait donc pris possession des lieux avant la fin des travaux et la remise des clés ? Avant le passage de la commission de sécurité et de conformité des locaux ?
    Peut-être que les Identitaires n’avaient rien à y faire au regard de la loi mais dans ce cas, les muzzs non plus puisque c’est une construction en cours et non un lieu de culte terminé au moment des faits.
    Il ne peut donc y avoir atteinte à une communauté religieuse sur un bâtiment qui ne l’est pas encore.

    1. frejusien

      Puisqu’on te dit qu’ils ont tous les droits, occuper un chantier en construction est bien sûr interdit, ne serait-ce que parce que l’assurance ne les couvre pas en cas d’accident,
      Le chef de chantier pourrait également porter plainte contre les occupants

  12. myrtille

    C’est clair; le gouvernement collaborationniste interdit de défier les « autorités d’occupation », comme on disait pendant les « heures le plus sombres de notre histoire »

  13. Ami de la France

    Ils peuvent aller en exil, com Boris le Lay, au Japon. Que je sache, la France a eu deux exilés politiques ces dernières années. 5 de plus peut-être que la communauté internationale verra bien que la France glisse vers la dictature.

  14. bm77

    Ce n’est plus les droits de l’homme c’est le droit d’installer la charia!
    Et quand la charia sera installée fini les droits de l’homme et le tour est joué!!!

  15. bm77

    Je me pose la question des pourparlers et discussions qu’il y a eu récemment au Qatar et auparavant en Algérie entre Macron et ses interlocuteurs avec des contrats importants pour notre économie à la clé.
    La discrétion est de mise sur la teneur des engagements mais je ne suis pas d’accord avec ce qui est présenté comme une évidence surtout en temps de guerre contre le terrorisme car cela ne devrait pas l’être dans un pays démocratique De ce côté encore les journalistes ne cherchent pas beaucoup. Après on peut accuser les populistes d’entretenir le culte du complot. Mais qui l’entretient?
    Car il y a des faits, les pays du moyen orient ont financé le terrorisme, l’Algérie a fait des concessions énormes avec les islamistes, des terroristes à double nationalité étaient issus de ce pays
    A partir de tout cela, que s’est-il négocié sur le dos de la France que l’on ne puisse savoir?

    Est-ce l’engagement de faire plus de place à l’Islam par tous les moyens en l’échange de gros contrats?
    Est ce plus d’argent mais moins de France?

  16. siropdérable 77

    Le jour ou quelques juges se seront fait enlever avec leurs familles et abattus par des opposants n’est peut-être pas loin …Tous les Français ne sont pas des lâches ,et beaucoup savent comment s’organise la Résistance …La dernière guerre a beaucoup appris aux plus jeunes quine l’ont pas faite ni subie!

  17. frejusien

    Cette condamnation ne repose sur rien, soit les avocats ont été plus que nuls, soit les juges sont de belles pourritures,

  18. MaximeMaxime

    Le journal « Centre presse » du 15 décembre nous apprend que « les musulmans de Poitiers s’associent à la cause palestinienne » en ces termes : « A l’issue de la prière de vendredi à la mosquée, certains participants ont manifesté leur hostilité à la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale de l’état d’Israël ».
    Cette déclaration intervient quelques jours seulement après l’arrêt rendu contre les membres de Génération identitaire, dont j’espère que le recours aboutira, dans l’affaire de la mosquée de Poitiers.
    Le journaliste de « Centre presse » commence par écrire que « l’annonce par Donald Trump du prochain transfert de l’ambassade des Etats-Unis en Israël de Tel Aviv à Jérusalem a produit une onde de choc qui a atteint aujourd’hui la ville de Poitiers ». Rien de normal dans cette situation, mais cela devient de plus en plus courant : dans une France « mondialisée », les problématiques étrangères deviennent prépondérantes dans la vie politique et le débat public.
    Est-ce normal de s’occuper autant des affaires des autres, alors que nous avons déjà des problèmes nationaux importants à régler ? Le journaliste posera justement la question à l’imam Boubaker El Hadj Amor, qui condamne le « cautionnement de la colonisation israélienne de la Palestine ».
    « Comprenez-vous que ceux des Français qui ne sont ni juifs ni musulmans s’inquiètent de voir ces querelles entre communautés religieuses venir s’installer dans le débat national ? » demande M. Lavaud. Réponse de l’intéressé : « la France est le pays des Droits de l’Homme. Il est de notre devoir de dire: « Attention, la France doit être à l’avant-garde pour défendre les droits des peuples. »
    Bref, il botte en touche… et pourtant, la France est d’abord le pays des droits du citoyen. Le texte constitutionnel fondateur, dont la valeur symbolique dépasse celle de tous les autres de notre corpus juridique, la Déclaration de 1789, a été instituée afin de fonder « les réclamations des citoyens » selon son préambule. En tant que citoyen français qui ne suis ni juif ni musulman, je suis choqué de voir que le terrorisme s’alimente sur notre sol de problématiques étrangères pour frapper des innocents quels que soient le contenu et la légitimité de leurs opinions à ce sujet.
    Il convient de rappeler d’abord que Jérusalem est historiquement une ville juive et qu’elle a été conquise par des musulmans à la suite de divers sièges. Historiquement, il est donc difficile de parler de lieu saint musulman et d’inviter à la paix quand on sait que dès l’origine, la conquête de la ville a été tout sauf pacifique. La violence est-elle vraiment un mode légitime de conquête ? On peut se le de-mander… Certes, les Gaulois ont aussi été conquis, mais ils ont fini par accepter cette conquête pour devenir les Français. Pourtant, l’imam, selon l’article de Centre presse, « a conclu son intervention par un appel à la fraternité et à la paix entre les hommes ». Suffit-il de le dire pour être crédible ?
    Dans le contexte actuel, qu’un imam, dont la parole est censée faire autorité chez les musulmans, prenne parti, en France, dans ce débat contre la décision du président des Etats-Unis d’Amérique est-il vraiment sans danger ?
    On pourra citer, parmi de nombreuses affaires, celle jugée par le Conseil d’Etat les 7 août et 31 octobre derniers. https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&idTexte=CETATEXT000035397193&fastReqId=240169236&fastPos=2
    Monsieur A a été assigné à résidence sur le territoire des communes de Deuil-la-Barre (Val-d’Oise) et d’Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis).
    Le Conseil d’Etat indique que :
    – « Il avait « apostrophé trois militaires en faction devant l’école juive Beth Israël de Montmagny en proférant les propos et menaces suivants  » Vous êtes morts « ,  » Allahou Akbar « ,  » La Syrie est grande  » et  » Vive la Palestine  » ;
    – après avoir été difficilement maîtrisé, et après qu’un couteau a été retrouvé sur lui, il a été conduit au poste de police où il a déclaré aux fonctionnaires de police qu’il avait l’intention de se rendre en Syrie pour faire le jihad ;
    – placé en garde à vue pour menaces de mort à l’encontre de dépositaires de l’autorité publique, rébellion et port sans motif légitime d’une arme blanche, il a été déféré au tribunal de grande instance de Pontoise le 19 mars 2015 ;
    – M. A…a fait l’objet d’une interdiction administrative de sortie du territoire français le 1er juin 2015, renouvelée les 6 janvier et 11 août 2016 puis le 22 mai 2017 ; qu’en octobre 2015, il est apparu sur le réseau social Facebook, sous le nom de D…, où il se présentait comme un  » moudjahid  » au service d’Allah ;
    – l’intéressé a manifesté une sympathie à l’égard des thèses jihadistes, ainsi qu’en témoignerait le résultat de l’exploitation des données de son téléphone portable à la suite de la perquisition administrative opérée au domicile familial en octobre 2016 ; que le ministre fait ainsi état de la diffusion entre le 22 juillet et le 17 octobre 2016 sur les réseaux sociaux, d’une photographie où l’intéressé apparaît en tenue traditionnelle et index levé vers le ciel, geste aujourd’hui fréquemment utilisé comme un signe d’allégeance à l’organisation terroriste dite  » Etat islamique  » et le téléchargement de documents provenant de cette organisation intitulés  » est-il permis d’attaquer les mécréants ‘  » et « guide pour lion solitaire  » qui visent notamment à légitimer les attaques terroristes en France ; que la décision se fonde également sur un contact avec un individu impliqué dans la mouvance jihadiste ainsi que sur des relations, en novembre 2016, avec un autre individu impliqué dans la même mouvance lors de leurs pointages respectifs au commissariat de police ;
    Finalement, il a été mis sous contrôle judiciaire avec interdiction de sortie du territoire national avant d’être condamné pour ces faits à 6 mois de prison avec sursis et deux années de mise à l’épreuve ».
    Cette sanction est à comparer avec les sanctions subies par « nos » identitaires, qui, eux, ne réalisent aucune action violente contre les être humains : « les 5 accusés écopent d’un an de prison avec sursis, de près de 40000 euros à payer, de la privation de leurs droits civiques, civils et de famille ( voir ci-dessous ) pendant 5 ans et d’une mise à l’épreuve (attendons-nous au pire ) pendant 2 ans » selon Christine Tasin (http://resistancerepublicaine.eu/2017/12/07/poitier-identitaires-lourdement-condamnes-pour-avoir-porte-atteinte-a-communaute-religieuse/).
    Dans ce contexte, on peut penser que l’imam de Poitiers aurait dû faire preuve de plus de discrétion afin d’éviter que sa parole n’influence des « déséquilibrés », selon la formule désormais consacrée pour désigner en réalité ce qu’on appelle aussi des « fous d’Allah ».
    En effet, les déséquilibrés seront-ils vraiment sensibles à l’appel à la paix formulé par l’imam ? Ce n’est pas la première fois qu’un imam appelle à la paix et visiblement, ça ne fonctionne pas, sinon nous n’aurions pas encore à pleurer les morts des attentats commis par les « fous d’Allah » malgré ces appels à la paix. Surtout quand il s’agit d’appeler à la paix à propos d’une ville qui a fait l’objet de sièges dans le cadre de la conquête arabo-musulmane…
    On pourra encore citer, par exemple, une décision de la Cour administrative d’appel de Paris du 27 avril dernier se rapportant à la mosquée de Stains évoquant « les collectes d’argent organisées entre 2008 et 2013 au sein de la mosquée de Stains (Seine-Saint-Denis), gérée par une association » dont le recours sera rejeté. Ces collectes sont mises en relation avec « des prêches faisant l’apologie du djihad armé dans plusieurs pays, prônant le soutien aux combattants islamistes en Palestine, en Libye, en Egypte, en Afghanistan et au Bangladesh et l’emploi de la violence pour l’instauration d’un califat mondial ».
    https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?idTexte=CETATEXT000034570664&fastReqId=916097174&fastPos=4&oldAction=rechJuriAdmin
    Je n’ai pas trouvé de décision équivalente pour les Juifs, en revanche : sur Légifrance, aucun résultat pour « Yahvé » ou « Yahweh », alors que le dossier (je n’ose écrire « casier judiciaire ») d’Allah est plutôt bien garni… Un exemple parmi bien d’autres encore :
    https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&idTexte=JURITEXT000035612587&fastReqId=251658703&fastPos=1
    « ‘il résulte de l’arrêt attaqué et des pièces de la procédure que le 19 août 2016, M. Mehdi X…, criant « Allah Akbar », a porté un coup de couteau sur la personne de M. Jean-Louis Z…, qui rentrait chez lui, dont la confession juive ressortait de sa tenue vestimentaire, le blessant au thorax ; qu’interpellé sur le lieu des faits, M. X… a été placé en garde à vue, interrogé, puis déféré devant le procureur de la République de Colmar, qui a ouvert une information par réquisitoire introductif du 20 août 2016 ; qu’après avoir été mis en examen le même jour par le juge d’instruction du chef de tentative d’homicide volontaire en raison de l’appartenance réelle ou supposée de la victime à la religion juive, il a été placé en détention provisoire » (Cour de cassation 19 septembre 2017). Bizarrement, ça ne semble avoir fait la une d’aucun journal et pourtant, telle est la vérité judiciairement consacrée…
    En France, une importante partie de la population, se prétendant d’extrême-gauche en particulier, est anti-israélienne. A-t-on jamais commis le moindre crime pour cette raison contre des gauchistes anti-israéliens ? Pas à ma connaissance… Et pourtant, ils sont partout, empêche des manifestations d’avoir lieu, tandis que, eux, manifestent en revanche librement.
    Après Toulouse, Charlie Hebdo, le Bataclan, Magnanville, Nice, Maurane et Laura, Hervé Cornara, Aurélie Chatelain, le père Hamel et tant d’autres qu’hélas, on ne peut citer tant la liste est si longue en réalité qu’elle paraît interminable, on ne peut que constater que beaucoup de « Monsieur A » ou « Mehdi X. » sont passés à l’action violente contre des innocents.
    Prendre parti pour la reconnaissance de la Palestine, c’est le point commun entre l’imam Boubaker El Hadj Amor et « Monsieur A ».
    L’expression des opinions peut être restreinte en cas de risque de trouble pour l’ordre public : « Art. 10. – Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi ». Là encore, la manifestation de « nos » identitaires a été interdite le 25 novembre. Peut-on admettre dans ce contexte qu’un imam aurait ainsi le droit, actuellement, de prendre parti contre Trump sur la question israélienne en France malgré les conséquences graves qui pourraient en résulter ? Il me semble que le législateur aurait pour devoir d’intervenir pour mettre fin à une telle situation.
    Bref, connaissant le contexte pour le moins tendu autour de ces questions internationales en France, à la place de l’imam, j’aurais fait preuve de discrétion.

Comments are closed.